Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

MENTHON de Sophie

MENTHON de Sophie


Chef d’entreprise
Présidente d'ETHIC  (depuis 1995)  (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance)
Membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE)
 

   
Crée la "Fête des Entreprises", sur le thème : "J’aime ma boîte !"
     qui se renouvelle chaque année au mois d’octobre (depuis 2003).

A son initiative,
 1ère édition du congrès ETHIC FIRST au Palais des Nations Unies de Genève (2009)
     (512 participants issus de 23 pays,
     autour du thème : La Responsabilité Sociale des Entreprises en période de crise économique.
3ème édition du congrès ETHIC FIRST à Novancia (21 juin 2012)

S’est toujours investie dans la vie associative pour promouvoir l’entreprise privée.
A 21 ans, crée sa première entreprise de marketing téléphonique Multilignes Conseil (1969)
     Présidence jusqu’en 2004.
Lance le premier Syndicat du Marketing Téléphonique (SMT) (1979)
Rédige un code déontologique
     qui régit aujourd'hui la profession en France et dans plusieurs pays d’Europe.

Admise dans la réserve citoyenne avec le grade de Colonel
     Rattachée au corps des Officiers de la Gendarmerie Nationale (2007).

Nommée par le Président de la République au Conseil Economique, Social et Environnemental
     au titre de personnalité qualifiée (depuis 2010)
Membre de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) (depuis 2010)
Mission sur la Responsabilité Sociétale et Environnementale des entreprises (RSE)
     à la demande de Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé
     qui a donné lieu à unguide pratique illustré à destination des PME (20 000 exemplaires)
A souhaité présenter
     20 mesures d’urgence à prendre par le nouveau Président de la République (2012).
 
Intervient dans l’émission
     "Les Grandes Gueules" sur RMC
     "Les Experts du 9h-10h" sur BFM.
 
Ouvrages
Dans la collection Le monde d'aujourd'hui expliqué aux enfants 
(Editions Gallimard Jeunesse, qu’elle fonde avec sa fille Alexia Delrieu et avec qui elle écrit en tandem)
Illustrations : Clotilde Perrin puis Alice Charbin puis Henri Fellner :
La Police(2006)
L'Argent(2006)
     Prix de la Presse des jeunes au Festival de Montreuil 2007.
La Politique(2006)
La Publicité(2006)
L'Europe(2007)
La Justice(2008)
L'Entreprise(2008)
Le Supermarché(2009)
La beauté(2010)
Dangers (2010)
L'Armée (2011)

Distinctions
Officier de l'Ordre de la Légion d'Honneur
Commandeur de l’Ordre National du Mérite

URL du site internet:

Stop à ... des chaînes d'infos

Publié dans Du côté des élites
Stop à l'irresponsabilité des chaînes d'infos
 
Informer oui, mais profiter de l'actualité et mettre de l'huile sur le feu en permanence par appât du profit, finit par être insupportable !
 
Les journalistes eux-mêmes le reconnaissent (en off!), les politiques sont effondrés (sauf ceux que cela arrange), les gens de bon sens sont exaspérés, les Gilets jaunes starifiés se frottent les mains et le monde entier ricane devant les reportages des émeutes "démocratiques" en France. Un pays où il faudrait de nouvelles lois pour punir un malfrat qui casse à coup de barre de fer ? Ces images qui tournent en boucle sur les chaînes d'info en continu sont un poison pour l'image de la France, pour l'économie, pour le climat social, pour l'avenir des réformes, pour les salariés en chômage technique, pour le moral... et une incitation supplémentaire à la violence.
 
Non ! Ne rétorquez pas qu'"il faut bien informer", ou que "c'est la liberté de la presse"! Ce n'est plus de l'information, c'est du lavage de cerveau lorsque la même image la plus violente sert de fond d'écran en boucle à tous les débats et tout au long la journée. Quand la vitrine de Chanel fracassée fait le tour du monde inlassablement, quand on interroge complaisamment micro au poing, face caméra, le pillard devant un magasin de prothèses attaqué (sic), et que celui-ci dit impunément qu'il va se faire plaisir et qu'il va revenir pour ses cadeaux. Quand on cherche à interviewer n'importe quel gilet jaune sanctifié pour l'occasion et qui n'a rien à dire sauf à déclarer " nous ne lâcherons rien" sans savoir quoi, puis à bout d'argument demander que" Macron dégage".
 
"The show must go on " ! Alors, c'est vrai : les chaînes d'infos sont des entreprises comme les autres ; et sans vergogne tous ceux qui y collaborent, les yeux plein d'étoiles disent qu'ils battent tous les records d'audience. Et quand on tient un best-seller commercial pourquoi y renoncer et comment ? L'audimat, c'est le chiffre d'affaires de la boîte, d'autant que la concurrence est là, stimulante y compris celle des réseaux sociaux. On ne va quand même pas se priver de gagner des auditeurs, d'autant qu'en plus, il faut faire mieux que les autres, plus et plus spectaculaire : bien filmer la voiture qui brûle en donnant l'impression que c'est toute la rue qui flambe, gros plans sur les coups d'où qu'ils viennent - policiers ou casseurs, tout est bon. Et puis il y a les "produits dérivés" : la cagnotte pour défendre le boxeur de flic, le gradé qui a cogné un peu fort et qui a la légion d'honneur, le commerçant qui pleure devant son magasin dévasté... On crée un effet d'entrainement !

Une information en appât du profit
Ne jetons toutefois pas la pierre à ces chaînes de TV en continu, il faudrait être commercialement suicidaire pour aborder d'autres sujets, le samedi entre autre, puisque les mêmes qui protestent - les téléspectateurs - sont au rendez-vous ! Tout le monde participe à cette descente aux enfers au détriment de chacun, y compris des Gilets jaunes. Nous paierons cher cette addition et cette addiction. Alors, il faut lancer un appel à la déontologie journalistique et à l'éthique collective. Que les patrons des chaines de télévision se réunissent et s'imposent une auto discipline commune. Est-ce trop demander qu'ils signent un accord se contentant d'informer : montrer les événements oui, mais renoncer à ces fonds d'écran "vendeurs", arrêter de faire la promo de cette émeute de 50 000 personnes...
Oui, les Français soutiennent (de moins en moins) une démarche consistant au départ à demander moins impôts, mois de taxes, un meilleur pouvoir d'achat et des politiques efficaces ! Qui ne serait pas d'accord ? Qui n'est pas outré par les vases communiquant consistant immédiatement à remettre une taxe quelque part pour récupérer ce que l'on vient de céder ?
 
Mais reprenons nos esprits et méditons le constat de Victor Hugo "la populace ne peut faire que des émeutes, pour faire une révolution il faut le peuple". Il serait salutaire que les chaines d'info ne jouent pas le catalyseur qui peut faire croire à une révolution. Que celles-ci soient conscientes de leur responsabilité dans ce qui se passe sous nos yeux, c'est le cas de le dire !
Informer oui, mais profiter de l'actualité et mettre de l'huile sur le feu en permanence par appât du profit, finit par être insupportable ! Il y a un moment ou un code déontologique respectable et respecté s'avère indispensable.
Vous avez dit CSA ? Qu'attend le régulateur de l'audiovisuel ?

Envoyé par l'auteur, paru dans Challenges, 10 janvier 2019

à la présidence du MEDEF !

Publié dans En France
Le favori d’ETHIC élu à la présidence du MEDEF !
 
Rappelons que le Mouvement ETHIC (Entreprises de Taille Humaine Indépendantes et de Croissance), qui n’était pas habilité à participer au vote, avait toutefois d’après un sondage auprès de ses membres plébiscité Geoffroy Roux de Bézieux à 74,7 %.
"L’image et l’efficacité du Medef dépendent fortement des gouvernements en place"
C’est l’idéologie du pouvoir qui a finalement déterminé l’attitude des derniers présidents du MEDEF depuis deux décennies ; MEDEF de combat pour lutter contre les 35 heures et les avanies économiques créées, MEDEF participatif lorsque l’on veut bien le consulter sur les mesures à mettre en place et que l’on accepte un droit à l’expérimentation...
Geoffroy Roux de Bézieux saura faire œuvre de pédagogie pour faire cesser l’archaïsme d’une fausse lutte des classes transposée à l’entreprise. Pédagogie de la création d’entreprise puisqu’il a fait ses preuves en la matière. Il donne un nouveau souffle d’indépendance au MEDEF. Il a une conviction ancrée de la place de l’Etat et de ses missions régaliennes comptant sur l’entreprise comme pilier de l’avenir économique mondial.
Geoffroy Roux de Bézieux est une personnalité bouillonnante dans "l’esprit Macron". Le défi est lancé : le Président de la République et le Président du MEDEF permettront-ils que souffle sur la France un vent national d’entrepreunalisme ? Malgré un "paritarisme au bout du rouleau !"
Mais Geoffroy Roux de Bézieux croit fermement dans le paritarisme…

ETHIC, Communiqué de presse, 3 juillet 2018

... les chiffres de Bercy !

Publié dans En France
Oui, l’Assemblée nationale doit valider les chiffres de Bercy !
 
Le Mouvement ETHIC - Entreprises à Taille Humaine, Indépendantes et de Croissance - soutient fermement la demande des parlementaires visant la création d’un office budgétaire destiné à évaluer le coût des mesures appelées à être votées.
C’est bien à l’Assemblée nationale de "contrôler" les calculs de Bercy, dont la toute puissance échappe même parfois aux ministres des Finances.
Chiffrer les propositions des parlementaires est une première étape, mais il faut aller plus loin.
ETHIC souhaite depuis longtemps que toutes les institutions : Assemblée nationale, Sénat, CESE... procèdent, en amont des lois, à une étude d’impact prospective.
"Les chefs d’entreprise savent bien, par expérience, que chaque orientation de l’entreprise et les mesures qui l’accompagnent doivent être évaluées avec la plus grande rigueur. Pour l’État, c’est le premier pas indispensable vers la maîtrise et la baisse des dépenses publiques."

Envoyé par ETHIC,communiqué de presse, 23 avril 2018

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version