Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

SOREL-SUTTER Malika

SOREL-SUTTER Malika

Née en France
École maternelle et primaire en France puis 15 ans en Algérie
     avant de revenir s’installer définitivement en France.

Essayiste
Ancien membre du Collège du Haut Conseil à l'Intégration

Ingénieur de l’École Polytechnique d’Alger
Troisième cycle de gestion de l’Institut d’Études Politiques de Paris (Major de promotion)
 
Membre du jury du 'Grand prix de l’impertinence' de la Fondation prospective et innovation,
     présidé par le recteur Christian Forestier, administrateur général du CNAM.
Membre de la commission laïcité du Haut Conseil à l’Intégration.
Membre du conseil d’administration
     de l’association de géopolitique et de défense Géostratégies 2000
 
Ouvrages 
Le Puzzle de l’intégration. Les pièces qui vous manquent - Fayard/Mille et une nuits (2007)
De quoi l’avenir intellectuel sera-t-il fait ? Ouvrage collectif - Le Débat, Gallimard (2010)
Immigration-Intégration : le langage de vérité - Fayard/Mille et une nuits (2011)
 
 
Articles publiés
Le Débat, Gallimard, mars 2012 : 'Regarder la réalité en face', critique de deux ouvrages de Gilles Kepel.
Le Débat, Galimard, septembre-octobre 2011 : 'Intégration, le devoir de vérité'
Le Débat, Gallimard, septembre 2008 : 'Penser l’intégration'
Revue AFAE (Association Française des Administrateurs de l’Éducation), décembre 2011 :'L’école face au défi de l’inclusion'
Revue AFAE (Association Française des Administrateurs de l’Éducation), décembre 2010 :'Quand le communautarisme
     s’invite à la table de la République'
Enjeux et Débats de la Revue parlementaire : 'Le modèle français d’intégration n’a pas échoué, il n’a guère été appliqué', juin 2011
Les Échos de la fonction publique, juin-juillet 2011 : 'De l’immigration et de l’intégration'
L’Expansion, septembre 2011 : 'La République doit l’emporter sur les diasporas'
Le Figaro Magazine, mai 2011 :'Tout immigré doit puiser en lui la force de s’insérer dans la société française'
Valeurs actuelles, avril 2011 : 'Sur l’intégration, la France fait trop de concessions'
Le spectacle du monde, octobre 2010 : 'La France s’autodétruit sans rendre service aux immigrés'
Le Figaro, mars 2010 : 'Identité nationale : levons les tabous !'
La Libre Belgique, 8 octobre 2010 : 'Notre société a créé des fauves'

URL du site internet:

"cessons de reculer"

Publié dans En France
"Dans les banlieues, cessons de reculer"
 
FIGAROVOX - Après le viol présumé de Théo à Aulnay-sous-Bois, des émeutes urbaines ont éclaté en Seine-Saint-Denis. Dans quelle mesure peut-on dire que cette dégradation du climat sécuritaire est l'illustration d'une crise sociale et politique ?
Ce qui est frappant, c'est le climat d'hystérie qui s'empare de plus en plus souvent de notre société. Chacun, ou presque, a son mot à dire sur ce qui s'est produit et voudrait imposer aux enquêteurs et même à la Justice la qualification des faits ainsi que la sentence. Les juges sont placés sous une pression inacceptable dans une démocratie.
Alors sommes-nous dans la traduction d'une crise sociale et politique ? Une crise politique, assurément car c'est bien l'ordre établi et tous ceux qui l'incarnent de près ou de loin qui se trouvent un jour ou l'autre contestés, et parfois placés dans l'incapacité d'exercer leur mission. Des guet-apens sont tendus à des pompiers. Des policiers tombent dans des embuscades ou sont attaqués car leur surveillance dérange. Un nombre croissant d'enseignants refusent d'exercer leur mission en certains lieux. De même en va-t-il pour des médecins et bien d'autres professions.
Quant à la crise sociale, tout dépend de ce que vous mettez dans le terme "social. Si vous l'entendez au sens qui a cours depuis le début des années quatre-vingt, alors non, nous ne sommes pas dans la simple traduction d'une crise sociale. Le problème est beaucoup plus profond, et surtout multidimensionnel. L'État, qu'il ait été piloté par la droite ou par la gauche, a consenti de lourdes dépenses dont le contenu n'a pas été suffisamment porté à la connaissance de l'opinion publique. L'État devrait communiquer davantage afin que l'on cesse de l'accuser de n'avoir pas assez investi. Ces accusations répétées - de toutes parts - nourrissent le ressentiment et parfois même la haine à l'égard des institutions et de leurs représentants.
 
N'y a-t-il pas aussi une dimension culturelle voire religieuse à cette crise des banlieues ?
C'était le cas en 2005. Pourtant les médias ont persisté à répéter que tout ce qui se produisait était lié à la mort effroyable des deux jeunes dans un transformateur. Gilles Kepel a mis en évidence que l'embrasement des banlieues avait eu pour origine le lancement non intentionnel d'une grenade à proximité d'un lieu qui présentait l'aspect extérieur d'un entrepôt. Les policiers ignoraient que ce bâtiment était utilisé comme lieu de culte. Sur place, l'information a été aussitôt propagée que la mosquée avait été visée délibérément, et qu'il s'agissait d'une attaque de l'État contre l'islam et les musulmans. Il convient de s'interroger sur les groupes de pression et d'influence qui trouvent intérêt à diviser la société selon la croyance, l'ethnie ou la "race".
Il est prématuré de tirer des conclusions sur ce qui se produit aujourd'hui et qui se propage à travers un nombre croissant de territoires. Nous sommes en présence d'une population sous le choc de ce qui vient d'arriver et qui se retrouve très vraisemblablement instrumentalisée. Il appartient à nos services de renseignement d'identifier au plus vite quelles sont les forces qui s'activent en sous-main et qui ont intérêt à ce que la police ne puisse plus pénétrer certains quartiers, ou même que la situation échappe à tout contrôle.
 
Peut-on comparer la situation actuelle aux émeutes de banlieue en 2005 ?
Depuis 2005, la situation s'est fortement dégradée. Le niveau de violence a considérablement augmenté. Cela était prévisible puisque le fond du sujet n'a jamais été véritablement abordé. On a persisté dans le déni du réel et dans la manipulation des masses. Pourtant, comme le montrent ses propos consignés dans Un président ne devrait pas dire ça, François Hollande n'ignore rien de la gravité de la situation. Évoquant la marche pour Charlie, il fait état de "ces trois France qui semblent parfaitement irréconciliables" et s'interroge : "comment on peut éviter la partition ? … Car c'est quand même ça qui est en train de se produire : la partition". En 2005, il n'aurait pas employé le terme de "partition" qui est extrêmement lourd. Quel est le bilan de François Hollande dans ce registre ? C'est celui de sa tentative de refondation des politiques d'intégration, que j'ai contribué à torpiller car elle menait tout droit à la disparition à terme de l'identité française. Nul n'a le droit de créer les conditions de l'enterrement de l'identité du peuple français. Chaque peuple a droit au respect de son identité, a fortiori sur son propre territoire. J'ai eu l'occasion d'analyser longuement les différents rapports pour Le Figaro.
Malheureusement, les choses n'en sont pas restées là, puisque nous avons eu droit ensuite à un certain nombre de réformes scolaires ainsi qu'à l'adoption de la loi "Égalité et Citoyenneté" qui partent toujours de la même approche et qui recèlent un degré non négligeable de toxicité pour notre avenir à tous. Et l'on en arrive à présent à ce qu'un postulant à la fonction suprême ose asséner qu' "il n'y a pas de culture française" !
 
Comment jugez-vous la réaction des autorités politiques à ce nouvel accès de violence ?
Il y a eu de bonnes et de mauvaises réactions. Lorsqu'une enquête est en cours, on ne doit pas tenter d'interférer. Chacun se doit de laisser la Justice suivre son cours. Aussi, la visite du président de la République à l'hôpital n'aurait pas dû se produire car non seulement elle jette du sel sur les plaies, mais elle est de surcroît perçue comme un parti pris. Il avait lui-même reproché au président Nicolas Sarkozy de réagir trop souvent, et lui, que fait-il ? Ensuite, certains politiques de premier plan se sont mis à relayer l'appel au calme lancé par la famille. On croit rêver ! Ce faisant, le politique se démet lui-même de son autorité.
Autre point : qu'une première manifestation ait été autorisée, car il est naturel que des citoyens éprouvent le besoin de marcher ensemble, on peut le comprendre. Mais nous n'en sommes plus là. D'autant que nous sommes en état d'urgence. Comment expliquer que le pouvoir expose ainsi son incapacité à faire appliquer la loi ? C'est préjudiciable pour tous, car toute faiblesse de l'État peut être interprétée comme une invitation à défier encore davantage les institutions. Or, la population a besoin d'être protégée. La sécurité est le premier des besoins.
Le refus réitéré par le gouvernement de la délivrance d'un récépissé de contrôle d'identité est une très bonne décision. Cette demande part du principe que nos policiers sont suspects. Cette mise en cause récurrente de la police nationale est catastrophique. Il ne faut pas venir ensuite s'étonner de la dégradation de la situation de la sécurité en France.
 
Que faire ?
Cesser de démissionner et de reculer en pensant que c'est la meilleure façon d'acheter la paix. Nous le voyons, c'est l'inverse qui se produit. Il faut retrouver le chemin de la raison. En revenir au traitement des individus, et des individus seuls. Considérer chaque être humain sur la base de ce qu'il est en tant qu'être humain, et donc tourner le dos à l'approche communautaire qui pourrait conduire à terme à la partition évoquée par le Président François Hollande. Travailler à retisser le lien de confiance entre notre société, l'école et le corps enseignant. Le chantier est exigeant, mais il est décisif pour l'avenir de notre société. Beaucoup peut encore être fait dans ce domaine. L'espoir est de mise. Responsabiliser les parents, mais aussi les accompagner dans leur mission car l'éducation n'est pas toujours tâche aisée, loin s'en faut ! Dans mes écrits, j'émets un grand nombre de propositions et recommandations. Simplement, il faut être bien conscient que rien ne sera possible sans prendre en compte le fait que la France n'est plus en capacité d'accueillir de nouveaux flux migratoires. Et ce n'est pas qu'une simple question d'ordre socio-économique.

Paru sur Figarovox, 14 février 2017

Pour continuer la France

Publié dans En France
Mener un combat résolu pour continuer la France - J.-P. Chevènement - M. Sorel (Dialogue)
 
DÉCOMPOSITION FRANÇAISE, COMMENT EN EST-ON ARRIVÉ LÀ ? Malika Sorel, Fayard, 312 p.
UN DÉFI DE CIVILISATION Jean-Pierre Chevènement, Fayard, 464 p.
 

Propos recueillis par Alexandre Devecchio
LE FIGARO - Jean-Pierre Chevènement, votre dernier livre s’intitule Un défi de civilisation. N’y a-t-il pas davantage lieu de croire à un choc des civilisations ?
 
Jean-Pierre CHEVÈNEMENT - L’idée d’un choc des civilisations a été développée par l’essayiste américain Samuel Huntington en 1994. Celui-ci ne souhaite nullement ce choc mais il en perçoit le risque dans l’univers de la globalisation marqué par l’effondrement des grandes idéologies. Sa définition des différents "blocs de civilisation" (occidental, orthodoxe, confucéen, etc.) est contestable. Même la "civilisation musulmane" est loin d’être homogène : il y a une mosaïque de l’islam traversée par plusieurs courants et différentes écoles. L’échec de la Nahda (la Réforme) n’est pas définitif. L’humanité reste composée de nations et la nation, à mes yeux, reste encore un concept plus opératoire que celui de "bloc de civilisation".
 
Cela dit, l’hypothèse de Huntington, qui apparaissait lointaine en 1994, s’est considérablement rapprochée depuis. L’idée de choc des civilisations a été portée aux États-Unis par les intellectuels néoconservateurs qui, dès la fin des années 1990, ont théorisé l’idée d’un "nouveau siècle américain" fondée sur l’exportation de la démocratie par la force des armes. Ce courant serait resté complètement marginal sans les attentats du 11 Septembre et la réponse totalement inappropriée qu’y a apportée George Bush Jr. Celui-ci a envahi l’Irak, a détruit son État et créé les conditions de l’émergence de Daech. De l’autre côté, le fondamentalisme religieux s’est affirmé. 1979 est l’année charnière. En Iran avec Khomeyni, en Arabie saoudite avec l’occupation des Lieux saints par des extrémistes wahhabites, et en Afghanistan avec l’invasion soviétique et l’organisation d’un premier djihad armant les moudjahidins afghans. De là naîtra après la guerre du Golfe la nébuleuse al-Qaida. De part et d’autre, des groupes très minoritaires, au départ, ont ainsi entraîné le Moyen-Orient dans un chaos sans fin. Pour moi, le défi de civilisation n’oppose pas le monde musulman et le monde occidental. Il interpelle et traverse aussi bien l’Occident que l’Orient. Il faut rappeler que les Irakiens, les Afghans ou les Algériens ont payé le plus lourd tribut au terrorisme djihadiste. Il faut offrir un horizon de progrès à des peuples qui ont perdu leurs repères, qui ont l’impression d’aller dans le mur. C’est vrai aussi du peuple français. Il faut ouvrir des voies de réussite et d’élévation économique, sociale, morale, spirituelle. Tel est le défi de notre époque.
 
Malika SOREL - Je partage l’idée que la guerre en Irak a été une faute historique. Cependant, ce conflit à l’intérieur du monde arabo-musulman, mais aussi entre le monde arabo-musulman et l’Europe du fait des flux migratoires, a des racines beaucoup plus lointaines. Les soubresauts avaient commencé bien avant. Ils sont cycliques et s’inscrivent dans le temps long. Dès les années 1920, les Frères musulmans sont revenus en force en Égypte en faisant appel à une dimension de l’inconscient collectif dans les sociétés arabo-musulmanes : l’aspiration au retour d’un grand califat qui est associé à la nostalgie d’une époque glorieuse. Il ne faut pas nier l’influence souterraine des islamistes. Influence qui a débouché notamment sur la guerre civile en Algérie dans les années 1990.
 
L’idée de choc des civilisations et celle de défi de civilisation ne sont pas incompatibles. Dès 2003, Hubert Védrine lançait un appel : "Plutôt que de nous offusquer de cette théorie du choc des civilisations, trouvons les moyens d’en sortir." Il ajoutait, et ce sont ses mots, que "ce choc a commencé il y a longtemps, qu’il se poursuit sous nos yeux et qu’il peut s’aggraver. (…) Que les racines du choc Islam-Occident plongent profondément dans l’histoire". D’où un certain nombre de recommandations qu’il formulait pour que l’on puisse en sortir. Le livre de Jean-Pierre Chevènement évoque un défi de civilisation et c’est vrai que nous nous retrouvons, par la faute de nos élites de commandement, confrontés à un défi majeur, celui de la continuité historique de la France et de son peuple. Les principes républicains, qui sont la synthèse des us, coutumes et traditions hérités de l’histoire politique et culturelle des Français, ont été pris comme variables d’ajustement. Chacun des principes qui composent la devise républicaine a été retourné contre la France elle-même.
 
L’islam politique est-il la cause première de la décomposition française ou un symptôme parmi d’autres ?
Malika SOREL - De nombreux éléments ont favorisé cette décomposition française. C’est donc une erreur d’analyse, ou presque, que de tout mettre sur le dos de la globalisation qui a simplement joué le rôle d’accélérateur, vu que cette globalisation a abattu les frontières et érigé en dogme la libre circulation des biens, des flux financiers et des personnes. À présent que le résultat s’étale sous nos yeux, on comprend bien que cela a servi les intérêts des tenants d’un libéralisme devenu fou. Cette libre circulation a également servi les intérêts de tous ceux qui souhaitaient fondre les peuples européens afin qu’ils n’en forment plus qu’un, et que puisse enfin s’établir à sa tête un gouvernement unique. Les nations constituaient l’obstacle majeur à ce projet. C’est pourquoi elles ont été méthodiquement dessaisies de la plupart des leviers de leur souveraineté, comme le développe très bien Jean-Pierre Chevènement dans son ouvrage. L’immigration de cultures extra-européennes a constitué, malgré elle, un merveilleux outil aux mains des apprentis sorciers européens.
 
Jean-Pierre CHEVÈNEMENT - La crise des élites françaises a ses racines lointaines dans la Première Guerre mondiale dont la France est sortie affaiblie par la mort d’un million cinq cent mille jeunes gens, avec trois millions d’invalides et de blessés, des centaines de milliers de veuves et d’orphelins. Dans un essai intitulé Mesure de la France paru en 1922, Drieu la Rochelle écrit : "Qu’elle est devenue petite ma patrie ! Elle croit avoir gagné la guerre, mais en réalité cette guerre n’est pas celle qui nous opposait aux Allemands dans les tranchés de L’Argonne, c’était d’abord la guerre pour l’hégémonie mondiale entre l’Empire britannique et le Second Reich allemand.". Nos élites dans l’entre-deux-guerres ne voulaient plus de nouvelle guerre avec l’Allemagne. La droite et la gauche étaient également gangrenées par le pacifisme. La France a perdu confiance en elle-même. Là est l’origine du grand effondrement de 1940. Ainsi comme le décrit Marc Bloch, dans L’Étrange Défaite, nos généraux parlaient-ils déjà de capitulation quinze jours à peine après la percée de Sedan. Nous vivons aujourd’hui une réplique de cette étrange défaite. Les raisons de la crise de confiance de la France en elle-même sont à chercher beaucoup plus loin dans le passé que ne le fait Malika Sorel. Elles ne remontent pas qu’au regroupement familial dans les années 1970 coïncidant avec la montée du chômage. La France en 1974 ne se voit déjà plus que comme "1 % de la population mondiale".
 
Dans le débat qui oppose les tenants de l’intégration et ceux de l’assimilation, où vous situez-vous ?
Jean-Pierre CHEVÈNEMENT - Le mot d’assimilation figure dans le Code civil. Je  préfère cependant le mot d’intégration à la communauté nationale. Celle-ci suppose la maîtrise des codes sociaux qui permet l’exercice des libertés dans la République. Bien sûr, les étrangers qui acquièrent la nationalité française ont le droit de conserver leur quant-à-soi. Ils peuvent parler leur langue à la maison, bien que cela ne soit pas forcément souhaitable. J’entends encore Robert Badinter m’expliquer que son père interdisait le russe dans la famille parce que ce n’était pas la meilleure manière de s’intégrer à la France. La France a toujours accepté des apports extérieurs, mais à condition qu’ils préservent sa personnalité qui, elle, doit demeurer. Il y a incontestablement des formes de communautarisme agressives. La République ne peut pas accepter que des petites filles soient voilées à l’âge de 6 ou 7 ans. Nos élites ont négligé les conséquences qu’allait avoir un chômage de masse dans des quartiers où ont été concentrées des populations d’origine étrangère. La politique de rénovation urbaine telle qu’elle a été impulsée par Jean-Louis Borloo et Nicolas Sarkozy a certes modifié le visage de beaucoup de quartiers. Mais il ne suffit pas d’agir sur le béton. Il faut agir aussi sur ce qu’il y a dans les têtes. C’est la mission de l’École. La concentration des élèves dans certaines zones et le fait qu’ils ne maîtrisent pas le français dès les petites classes rendent très difficile leur progression ultérieure. Là sont les principales racines de l’échec scolaire, dès l’école primaire.
 
Malika SOREL - La politique de la ville a surtout consisté en un ravalement de façade. Or le défi de l’intégration est d’ordre culturel et non économique. D’après les chiffres de l’Uclat, 67 % des jeunes candidats au djihad sont issus des classes moyennes, 17 % sont même issus de catégories socioprofessionnelles supérieures. Comment continuer à penser que c’est une question de moyens et qu’il faut donner davantage ! Ce discours est un piège pour les enfants de l’immigration. Il nourrit leur ressentiment contre la société d’accueil. La langue pratiquée au sein des familles a un rôle dans l’acceptation ou le refus d’intégration. Lorsque j’ai vécu mes dix premières années en France, j’ai vécu à l’heure française. Mes parents s’astreignaient à parler français, malgré leurs difficultés, y compris à la maison. J’ai appris que j’étais d’origine arabe lorsque je suis allée pour la première fois en Algérie. En France, mes parents m’ont laissée me nourrir au lait de la République. Ce n’est plus le cas aujourd’hui à cause de l’explosion des flux migratoires et de l’évolution vers le multiculturalisme ainsi que vers une forme d’indifférence et de relativisme. L’assimilation ne se décrète pas. Il faut respecter la décision des personnes et aussi en tenir compte. C’est d’ailleurs ce que le Code civil prévoit, puisque "nul ne peut être naturalisé s’il ne justifie de son assimilation à la communauté française". C’est la condition pour pouvoir maintenir un corps politique. Sans cela, la nation est appelée à s’effondrer.
 
Quelle est la ligne de crête pour éviter l’embrasement du pays ?
Jean-Pierre CHEVÈNEMENT - Ce que nous avons devant nous est un combat résolu pour continuer la France. C’est difficile, mais j’ai des raisons de ne pas être trop pessimiste. Même après soixante-dix ans de paix, alors que le patriotisme semblait s’être effacé, il connaît aujourd’hui un regain manifeste. On sent que la société française tient à ses valeurs et à leur perpétuation. La France va au-devant de secousses depuis longtemps prévisibles, mais elle peut en tirer le meilleur et pas seulement le pire. Le civisme se manifestera à tous les niveaux, y compris et peut-être d’abord chez les Français de culture musulmane. Si nous prenons la population d’origine maghrébine, une moitié se trouve assez bien intégrée, l’autre très insuffisamment. Il faut bien sûr être vigilant, mais ne nourrissons pas un pessimisme systématique. Il y a sept cents djihadistes français en Syrie, et il est légitime de redouter leur retour. Mais il faut mettre en regard de ce chiffre les dix mille soldats de tradition musulmane qui servent aujourd’hui dans l’armée française. Partout je vois émerger chez nos concitoyens de tradition musulmane des élites républicaines. C’est cela qu’il faut encourager. Il y a quatre à cinq millions de musulmans en France, pour la plupart de nationalité française. Il faut en faire des citoyens ! Je crois à la puissance de la société d’accueil dès lors qu’elle s’aime assez pour devenir attractive pour les autres. Quels que soient les réticences et les rejets, elle finira par s’exercer. Pour cela, il faut revenir aux sources de la République. Malika Sorel, elle-même, apporte un vivant démenti aux prophètes d’un malheur inéluctable.
 
Malika SOREL - J’estime pour ma part que la situation est extrêmement grave et qu’on ne pourra pas s’en sortir en se contentant de dire que la majorité s’intègre, ni en s’en tenant à des considérations d’optimisme ou de pessimisme. Dès 1981, Georges Marchais souhaitait "stopper l’immigration officielle et clandestine". Il faut à tout le moins considérablement réduire les entrées. C’est la première des mesures à adopter. De même, pour ne pas perdre définitivement la main sur la formation des futurs citoyens, il nous faut empêcher la libéralisation de nos écoles. Il nous faut aussi créer les conditions du renouvellement des élites, car notre système politique est bloqué et cela fait peser de lourdes menaces sur notre démocratie. Il est fondamental de supprimer la Commission européenne pour la remplacer par un gouvernement des chefs d’État et de gouvernement, car il nous faut, peu à peu, réactiver le principe de subsidiarité qui nous permettra de faire revenir en France des leviers de notre souveraineté perdue. Mais rien de tout cela ne sera possible si nous ne trouvons pas le moyen d’imposer que soit respectée "la libre communication des pensées et des opinions" qui est "un des droits les plus précieux de l’homme", comme le stipule la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. C’est un enjeu décisif, car c’est lui qui permettra enfin aux Français de ne plus avoir peur d’exprimer ce qu’ils sont.
Paru dans Le Figaro, 17 décembre 2016

Immigration, ...

Publié dans En France
Immigration : il est encore possible d'agir
 
C'est un petit pas pour François Hollande, mais un grand pas pour la société française. Dans le livre d'entretiens de deux journalistes, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, le président de la République apporte aux Français de toutes origines la preuve de sa connaissance réelle et sérieuse du sujet qui préoccupe le plus grand nombre, celui de l'identité française et de son devenir. C'est en s'appuyant sur la question du statut de la femme qu'il choisit de le faire. Nul autre sujet que celui de la femme, du regard que l'on porte sur elle, du degré de liberté qu'on lui consent, de la place qu'on lui octroie au sein d'une communauté, ne peut mieux mettre en lumière les ressorts de l'identité d'une communauté. Il suffit d'étudier l'histoire, y compris l'histoire de France, pour le comprendre. La condition de la femme, merveilleux miroir de l'identité des sociétés humaines.
 
S'interrogeant sur l'identité et ce qui fait "que nous sommes, en France, même si nous habitons des territoires différents, liés par quelque chose qui nous dépasse", le président révèle le fond de sa pensée au travers, entre autres, de sa perception du voile : la femme voilée "se libérera de son voile et deviendra une Française". Ainsi donc, dans l'esprit de Hollande, une femme française n'est pas voilée. Il formule l'espoir - qu'il exprime sous forme d'un pari assorti d'une multitude de conditions - que "cette femme préférera la liberté à l'asservissement". François Hollande considère donc le voile comme une contrainte, une servitude.
Mais alors, pourquoi Hollande ne s'est-il pas lui-même évertué à créer, selon ses propres termes, "les conditions pour son épanouissement" et la mener ainsi vers la liberté ? Il a même fait tout le contraire. Pourquoi n'a-t-il pas désavoué sa ministre de l'Éducation nationale lorsque celle-ci s'est empressée de prendre le contre-pied de la circulaire dite Chatel et d'autoriser le voile lors des sorties scolaires, alors que permettre aux enfants de se construire un esprit critique et un libre arbitre, dans la sérénité, loin des querelles de la cité, est un enjeu essentiel ?
 
De nombreux intellectuels ont développé les tenants et aboutissants de la question du voile. Pour l'islamologue Abdelwahab Meddeb, le voile ne se résume pas à un simple bout de tissu. Il constitue "une atteinte au principe de l'égalité et de la dignité partagées entre les sexes", et sa prescription se situe "dans une société phallocratique, misogyne, construite sur la séparation des sexes, sur une hiérarchie des genres". Les propos de Hollande n'en prennent que davantage de profondeur. Quant à Tahar Ben Jelloun, invité de l'émission Répliques, il rappelle que "ce corps de la femme est le principal objet de fixation de beaucoup d'hommes. C'est pour cela qu'on cherche à ce que ce corps ne s'exprime pas, qu'il ne se dévoile pas et qu'il ne soit pas libre. Alors on le cache". De nouveau, c'est de liberté qu'il s'agit.
 
Hollande confie : "Il y a un problème avec l'islam, parce que l'islam demande des lieux, des reconnaissances." Dès lors, pourquoi ne retient-il pas sa ministre qui s'apprête à imposer au monde du travail son "guide pratique du fait religieux dans les entreprises privées" qui stipule qu'une entreprise ne peut empêcher un salarié d'afficher sa religion de manière ostensible ? Au travers d'un jeu de questions-réponses qui repose sur des exemples aussi stupéfiants les uns que les autres se profile la mise à mort de la paix au sein des équipes. La crèche Baby-Loup a déjà payé son refus d'accepter, chez ses salariés, les manifestations à caractère religieux. Abandonnée de tous les politiques ou presque, elle lutte pour sa survie. Son département comme sa région semblent sourds à sa détresse.
Tant que le postulant à l'intégration ne paraît pas, aux yeux du peuple d'accueil, comme porteur des valeurs du pays qu'il ambitionne de rejoindre, il n'est ni reconnu, ni coopté, ni adopté. La reconnaissance se fonde sur la similitude. Pourquoi avoir caché cette réalité aussi longtemps, Monsieur le Président ? Si le langage de vérité avait été tenu aux enfants de l'immigration, nous n'en serions pas là avec tant de souffrance de part et d'autre ! Ainsi donc, nos élites de commandement savent et agissent en connaissance de cause. Que faut-il en conclure, Monsieur le Président ? Quoi qu'il en soit, il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Paru sur Figarovox, 13 octobre 2016

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version