Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

ZEMMOUR Eric

ZEMMOUR Eric

Né le 31 août 1958
Marié – 3 enfants


Journaliste politique, écrivain


Institut d'études politiques (Paris)

Membre du jury au concours d'entrée à l'ENA (2006)
Valeurs actuelles – Chroniques (depuis 1999)
Marianne – Chroniques  (depuis 1996)
Le Figaro – service chroniqueurs (depuis 1996)
Info-Matin – éditorialiste (1995)
Quotidien de Paris - service politique (1986-1994)

Ouvrages
Balladur, immobile à grands pas (1995) - Le Livre noir de la droite (1998) - Le Coup d'Etat des juges (1998) - Le Dandy rouge (1999) - Les Rats de garde (co-écrit avec P. Poivre d'Arvor) (2000) - L'Homme qui ne s'aimait pas (2002) - L'Autre (2004) - Le Premier sexe (2006) - Petit Frère (2008) - Mélancolie française (2010) - Le Bûcher des vaniteux (2012) - Le Suicide français (2014) -


Sur la scène audio-visuelle:
Sur RTL
– Z comme Zemmour (depuis 2010)
Sur la chaîne câblée
Histoire – Le grand débat
Sur RFO (Tempo) – L'Hebdo
Sur France 2 – On n'est pas couché (2006)
Sur i>Télé – çà se dispute (depuis 2003)

URL du site internet:

Quand les juges...

Publié dans Du côté des élites
Quand les juges outrepassent leurs droits
 
CHRONIQUE - Le fameux "délit de solidarité" est inconstitutionnel, à la grande joie des associations de défense des droits de l'homme, et de leurs "amis" passeurs.
 
Apparemment, ça n'a rien à voir. En fin de semaine dernière, on apprenait que le Conseil constitutionnel avait estimé que le troisième terme de la devise de la République, la fraternité, était un principe constitutionnel ; qu'il était donc interdit à l'Etat de poursuivre ceux qui aident des étrangers clandestins. Le fameux "délit de solidarité" est donc inconstitutionnel, à la grande joie des associations de défense des droits de l'homme, et de leurs "amis" passeurs. La semaine n'était pas achevée qu'on apprenait que le juge chargé du dossier des "emplois fictifs" du FN avait confisqué la subvention publique accordée à ce parti, avant même d'avoir statué dans cette affaire.

Le rapport entre les deux affaires est plus étroit qu'on ne croit. En donnant une force juridique à un principe philosophique, le Conseil poursuit sa tâche commencée il y a soixante ans : donner une force juridique, à partir de ses interprétations, à chacun des principes énoncés dans la Déclaration des droits de l'homme. Ce travail est contraire à la volonté initiale du général de Gaulle. Elle est contraire à l'intention des révolutionnaires de 1789 qui n'ont jamais eu l'intention de faire de leur texte une source de droit positif. Elle transforme notre démocratie en une théocratie dont les grands prêtres sont ceux que les médias appellent avec emphase les Sages et leur religion des droits de l'homme.
C'est ce qu'on appelle aujourd'hui l'Etat de droit, qui soumet chaque acte de l'Etat à une norme de droit. Contrairement à ce qu'on croit, cet Etat de droit n'est pas synonyme de démocratie. C'est l'instauration d'un pouvoir oligarchique, qui fait du Conseil constitutionnel, mais aussi du conseil d'Etat, les tuteurs de l'exécutif et du législatif. Dans la tradition juridique française, on appelle cela : "le gouvernement des juges".

Dans une démocratie, les partis politiques sont l'expression de la volonté du peuple. Dans une oligarchie, les juges considèrent qu'ils ont tous les droits vis-à-vis des partis politiques. Leur confisquer leur subvention, comme au FN, ou, comme lors de la dernière présidentielle, fausser le résultat en mettant le favori (François Fillon) en examen. Pas besoin de donner des leçons à Poutine ou à Erdogan…
Cette évolution nous rapproche des Etats-Unis où, comme on le voit avec les dernières nominations de Donald Trump, la Cour suprême est un enjeu "suprême" et assumé de politique partisane.
L'autre direction est indiquée par les pays d'Europe, comme la Hongrie ou la Pologne, qui rognent la toute-puissance des juges. Sous les cris d'orfraie des commissaires de Bruxelles et des médias occidentaux, cette démocratie "illibérale" chère au Hongrois Viktor Orbán n'est pas un déni de démocratie, mais un retour aux sources.

Paru dans Le Figaro Magazine, 13 juillet 2018

La transgression de Trump

Publié dans Du côté des élites
La grande transgression de Trump
 
CHRONIQUE - Au fond, ce que les élites européennes reprochent au Président américain, c'est de croire encore à la souveraineté des nations et à la diplomatie bilatérale.
 
On s'est trompé sur cette photo. On a voulu y voir un Trump esseulé, isolé, mauvais élève de la classe occidentale, tancé par ses pairs, avec Angela Merkel en figure de proue, au nom de la doxa libre-échangiste. On a voulu se tromper. Cela arrangeait beaucoup de monde, des dirigeants européens et des grands médias occidentaux qui, à la suite de leurs collègues américains, ont fait de l'hostilité au Président américain un principe. Car la photo dit aussi un Trump seul contre tous, dans la grande tradition américaine du cow-boy solitaire qui triomphe à la fin des méchants. Un Trump qui défend les intérêts américains, en tout cas d'une certaine Amérique, celle des vieilles industries et de leurs ouvriers, et pas des patrons de l'industrie automobile allemande, qui, eux, n'ont pas voté pour lui. Elle dit enfin, cette fameuse photo, un Trump assis, comme le roi sur son trône, et des féaux debout. Un roi qui protège militairement ses féaux, et qui est donc leur seigneur dans une tradition féodale revisitée ; et qui n'entend plus être "volé par eux".
 
Cette tradition féodale revisitée s'est étalée sur tous les écrans du monde, quelques jours après le sommet du G7 au Canada, dans la poignée de mains entre le même Trump et le Président de la Corée du Nord, Kim Jong-un. En se rendant à ce sommet, Trump prend un énorme risque : légitimer le dictateur communiste qu'il qualifiait il y a quelques semaines encore de "Rocket Man". Mais il n'avait pas le choix s'il voulait tenter de régler cette question qui avait pourri les mandats de ses prédécesseurs. C'est la conséquence logique de "ce pouvoir égalisateur de l'atome" qu'avaient théorisé les experts français dans les années 1960. A partir du moment où la Corée du Nord a la "bombe", ce petit pays se hisse au niveau des plus grands. Mais c'est aussi, et surtout, la conséquence de l'inclination de Trump pour la diplomatie bilatérale, le contact en tête à tête, au détriment de la diplomatie multilatérale. C'est en cela qu'il choque le plus nos bien-pensants occidentaux et leurs relais médiatiques.
 
Les élites européennes ne croient plus en la force des nations, à leur souveraineté, au poids de leurs armées et de leurs dirigeants. Elles veulent croire que le monde de demain sera régi par le droit et le marché, à la manière de l'Union européenne.
Or cette conception multilatérale qui privilégie le droit et les organisations internationaux, est remise en cause par un nombre croissant de pays : la Chine, la Russie, la Turquie, mais aussi la Hongrie ou la Pologne. Ceux-là tiennent à la traditionnelle realpolitik du XIXe siècle. Longtemps, les Américains ont fait semblant de défendre le droit international et la conception multilatérale pour mieux assurer leurs intérêts nationaux. Trump déchire ce voile d'hypocrisie car il estime que cela s'est désormais retourné contre les intérêts des Etats-Unis. C'est la grande transgression de Trump. Celle que ne lui pardonnent pas en Europe, mais aussi en Amérique, les élites occidentales.

Paru dans Le Figaro Magazine, 15 juin 2018

L'Italie, ...

Publié dans Avec l'Europe
L'Italie, problème ou solution de l'Europe ?
 
CHRONIQUE - La situation en Italie est révélatrice de tous les atermoiements de l'Union.
 
"Le bon temps pour les clandestins est fini ; préparez-vous à faire les valises." Le patron de la Ligue, Matteo Salvini, a le sens de la formule qui fait mouche. Ce n'est pas un hasard s'il a choisi le poste de ministre de l'Intérieur, laissant à ses alliés du mouvement M5S les ministères sociaux. À ce poste, on peut encore montrer qu'un État déterminé a les moyens d'agir. Encore faut-il qu'il le soit.
C'est toute la question posée par l'affaire italienne. Celle de la légitimité démocratique est derrière nous. Elle s'est réglée par un compromis à l'italienne : les vainqueurs des élections ont renoncé à "leur" ministre des Finances europhobe ; le président de la République italienne et les milieux européens de Bruxelles qui le soutenaient ont renoncé à empêcher une majorité "populiste" de gouverner.
Désormais, c'est à Salvini de jouer. D'abord parce que l'immigration fut le thème qui l'a porté au pouvoir. Ensuite parce qu'il doit montrer qu'il peut expulser massivement les clandestins (il a promis 500 000 renvois) et arrêter la déferlante migratoire sur les côtes italiennes. Salvini s'en est déjà pris aux ONG qui, sous couvert d'humanisme, sont les complices des passeurs. Il devra utiliser la marine italienne non pour sauver les migrants mais pour les arrêter, voire détruire leurs barques. Il devra enfin tenir tête aux juges européens qui ne manqueront pas de dénoncer des pratiques contraires aux "droits de l'homme". Osera-t-il ? Il devra aussi faire pression sur les pays de l'autre côté de la Méditerranée - Tunisie, Maroc et, au-delà, les autres pays d'Afrique pour qu'ils reprennent leurs ressortissants. Au temps de Ben Ali en Tunisie et de Kadhafi en Libye, ces pays bloquaient les migrants pour qu'ils ne se déversent pas sur l'Europe - preuve que c'est possible. L'Algérie n'hésite pas à renvoyer brutalement les migrants qui essayent de s'installer chez elle.

Paru dans Le Figaro Magazine, 8 juin 2018

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version