Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

GEOFFROY Pierre

GEOFFROY Pierre

Né le 3 décembre 1930
Marié - 2 enfants.
 
Conseil d'entreprise en retraite
Officier d'Infanterie, Colonel (er)
 
Faculté des sciences de Nancy.
 
Sous-lieutenant, se porte volontaire pour l’Indochine (1953-54)
Chef de section, puis commandant de compagnie en Algérie (1955-57)
Chef de Brigade à l'Ecole militaire de Strasbourg (1957-59)
Officier des Affaires algériennes (1959-62)
Capitaine commandant de compagnie commando au 26e Régiment d'infanterie (1964-66)
Chef de bataillon à l'EM e la 61e Division militaire territoriale à Nancy (1970-74)
Directeur de l'instruction au 26e R.I. (1974-76)
Chef de bureau à l'EM de la 4e Division blindée en 1976
Colonel, fait valoir ses droits à la retraite (1981)
 
Brevet militaire de langue arabe
Cours des officiers des Affaires algériennes de neuf mois à Alger,
Auditeur de l'Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN).
 
Créateur et dirigeant d'un cabinet conseil d'entreprise à Nancy (1982-2002),
 
Président du Comité consultatif de la Ville de Nancy (1977-1983).
Conseiller municipal de Thorey-Lyautey (3 mandats)
 
Président-fondateur de l'Association Nationale Maréchal Lyautey depuis 1980.
Président de la Fondation Lyautey.
Président-fondateur du Syndicat d'Initiative de Thorey-Lyautey depuis 1987.
Président du Groupe Blandan depuis 1985.
 
Animateur de divers clubs sportifs et culturels entre 1957 et 1970.
Président de l'Association des parents d'élèves de l'Institution Saint-Joseph de Nancy (1970-78).
Vice-président du club des créateurs d'entreprise de Meurthe et Moselle.
Président de Saintois Développement.
 
Ouvrages
Qui s'y frotte s'y pique (1967).
Articles sur le maréchal Lyautey.
 
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur,
Commandeur de l'Ordre National du Mérite
Croix de la Valeur militaire
Croix du Combattant volontaire
Chevalier des Palmes académiques
Médaille de la Jeunesse et des sports
Officier de l’Ordre marocain du Ouissam Alaouite.
 
Lauréat de l'Académie de Stanislas
Prix littéraire E. Hinzelin (1968)
Médaille d'Or de la Ville de Nancy (2000)

URL du site internet:

Les fourberies de "Jupiter"

Publié dans Du côté des élites
Les fourberies de "Jupiter"
 
Tout a été dit ou presque, sur ce que les médias appellent l’affaire de Villiers. Si grave soit-elle, ce n’est qu’un épisode du renouveau annoncé qui consiste à détruire méthodiquement tout ce qui marche ou fait de l’ombre à Jupiter qui veut régner à tout prix, y compris sur un champ de ruines intellectuel, moral, identitaire, social, sociétal, ... etc.  ........ Tout a été dit ou presque, puisque la langue de bois permet souvent de rester politiquement correct et même, dit-on - constructif. Les autres sont persona non grata.
 
Les Français ont, parait-il, la mémoire courte et ils ne sont pas les seuls ; à plus forte raison, ils ne peuvent pas se souvenir de ce qui ne leur a pas été enseigné comme, par exemple, toutes les pages d’histoire qui valorisent nos racines et traduisent la grandeur de la France. Par contre, ils conserveront en mémoire ce qui, au-delà des écrits et des paroles a provoqué des blessures dont les cicatrices continueront de témoigner. Au cours du premier acte, des Français de plusieurs générations ont été dénoncés comme "criminels" pour avoir participé à "un crime d’Etat". Outre les vivants, nombreux sont les descendants de ces "criminels" à souffrir de cette blessure.
 
Dans un deuxième temps, au-delà du Général de Villiers Chef d’état-major des armées (CEMA) qui a été humilié et évincé de façon déloyale, c’est toute l’institution militaire, ceux qui la servent ou l’ont servi qui ont été atteints et profondément blessés avec des répercussions sur leur famille et leur entourage. Il parait tout à fait évident que le sort du Général de Villiers était scellé d’avance. Pour que ses qualités humaines et professionnelles, son expérience, sa droiture et son honnêteté intellectuelle ne fassent pas d’ombre à Jupiter, il fallait qu’il soit éliminé. Il est vrai qu’il ne pouvait pas cohabiter avec des personnages en marche, dont la première conviction est l’opportunisme. Il est le premier de la liste, d'autres suivront.
A ce propos, la première mesure à prendre pour "moraliser la politique" serait de démettre de son mandat tout élu qui, en cours de mandat, trahit ses électeurs en changeant d’opinion, de programme, de parti pour l’obliger à solliciter à nouveau leurs suffrages avec ses nouvelles convictions, même éphémères.
 
Pour être "compatible" fallait-il que le CEMA renonce à demander et à justifier les moyens dont nos armées ont si grand besoin ? Fallait-il qu'il mente en exprimant sa satisfaction de ne pas recevoir les crédits militaires promis ? Fallait-il qu'il se comporte comme tous les politiciens qui ont retourné leur veste une fois, deux fois, trois fois...... pour tenter de se faire élire et fait des promesses qu'ils sont sûrs de ne pas pouvoir tenir ?
 
Pour l’éliminer, le pouvoir a eu recours à une vieille technique (vive la modernisation !) utilisée pour se débarrasser habilement d’un indésirable. Elle consiste par un savant dosage d’humiliations et de camouflets à le pousser à bout dans son amour- propre et sa dignité jusqu’à ce qu’il se démette ... et il y a toujours des complices : par exemple pour rendre publics les propos d’un huis clos ! C’est le Général - disent les adeptes de "En marche" qui a trahi la confiance mise en lui par le Président de la République : celui-ci, en effet, venait de prolonger d’un an son mandat. Cette manière de procéder est une fourberie manifeste pour créer vis à vis de l'opinion une ambiance de trahison et accroître la culpabilité imputée au Général. Prolonger son mandat avec l'arrière-pensée de l'éliminer, c’était lui donner le baiser de Judas.
Inutile de repasser le film de ce qui a suivi, en notant toutefois que la démission rapide du Général de Villiers a coupé l’herbe sous les pieds de ceux qui voulaient abuser de la situation pour l’humilier davantage. En prenant l’initiative d’une démission circonstanciée, il privait Jupiter de la jouissance de l’avoir limogé. Et, quand Jupiter se rend sur la base aérienne à Istres pour implorer de façon théâtrale la confiance des armées, il ignore que les soldats sont des hommes et ne sont pas dépourvus d’affectivité, surtout vis à vis d’un CHEF qu’ils ont apprécié. Mais n’est pas chef qui veut ! "La plus grande preuve d'estime, que l'on puisse donner aux gens que l'on a l'honneur de diriger, - écrivait Lyautey - ce n'est pas de les flagorner, mais de leur parler gravement, en leur montrant les choses comme elles sont." Tout le contraire de l’autoritarisme !
Le comble et la palme de la goujaterie revient le lendemain au porte- parole du gouvernement, c’est à dire "La voix de son maître" formaté pour le bluff et l’arrogance. Il twite : "C’est le comportement du général qui a été inacceptable. On n'a jamais vu un CEMA s'exprimer via un blog ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle (...). Il s'est comporté en poète revendicatif." et qui renchérit en brocardant la "bronca" de soutien faite au Général par les femmes et les hommes de tous grades servant à Balard, le Pentagone français. Pire, il enfonce le clou dans un article publié le lendemain dans le Figaro.
 
Il aurait été de bon ton, de la part de ceux qui alimentent les médias, qu’ils se soient émus du fait que le Général Pierre de Villiers a été privé - suprême affront - de la prise d’armes traditionnelle en rapport avec son niveau de responsabilités pour marquer son adieu aux armes. Une fois de plus, il n’est pas malséant, bien au contraire, de faire un parallèle avec ce qui a été réservé au Maréchal Lyautey en 1925. 
Lors de la guerre du Rif, le Cartel des Gauches - souhaitant un clash pour justifier l’élimination d'un Lyautey qu'il jugeait non compatible - lui refuse les renforts qu’il demande. Le Maréchal Pétain, après avoir trahi la confiance mis en lui par Lyautey, est désigné pour le dessaisir de ses pouvoirs militaires et arrive avec des renforts plus qu’excédentaires. Pour ne pas perdre la face, Lyautey ne disposant plus que des pouvoirs civils est acculé à la démission.
A son départ, il est accompagné jusqu’au port de Casablanca par une foule immense qui lui manifeste sa reconnaissance et ses regrets de le voir partir. Privé de navire de guerre, il voyage comme un touriste. Au large de Gibraltar, la marine anglaise lui rend les honneurs. A Marseille, seuls des amis l’attendent. Pas d’honneurs militaires dus à son rang. Près d’un siècle plus tard, les pratiques n’ont pas changé, seuls les discours sont plus lénifiants et plus fourbes.
 
Selon la formule traditionnelle prononcée lors de sa prise de commandement, un Chef militaire s’engage à assurer "le succès des armes de la France". Encore faut-il lui en donner les moyens, surtout quand le matériel à bout de souffle met en jeu la vie des soldats. Le politique devrait s’engager à respecter en temps et en heure ses promesses. Par sa démission, le Général d’armée Pierre de Villiers a fait savoir que c’est lui qui a eu la force de caractère de tenir le cap.

Envoyé par l'auteur, le Colonel (er) P. Geoffroy, Président de l’Association Nationale Maréchal Lyauteyn, 4 août 2017

... pour la "Grande Muette"

Publié dans Du côté des élites
Les faits parlent pour la "Grande Muette"
 
Silence dans les rangs... Alignement ... Je ne veux voir qu’une seule tête : la mienne. ... Ce jeudi 13 juillet, sans le nommer, le Président de la République a vertement ”recadré” le Général d’armée de Villiers, chef d’Etat-major des armées (CEMA) qui avait observé en commission que les promesses de la campagne électorale sur l’augmentation des crédits militaires n’étaient pas tenues. Quoi de plus naturel ? Souvent ce sont les médias qui sont à fustiger quand ils construisent des scandales pour exister ! Ici, le scandale vient du fait que le CEMA a été tancé devant la France entière et à tort. En conscience et en responsabilité, il n’a fait que justifier les moyens nécessaires pour remplir les missions qui lui sont assignée. Au final, il y va de la vie des éxécutants.
 
Là encore les réflexes du Président datent d’un autre âge. Lyautey, un homme de notre temps, disait : "Quand les talons claquent, les esprits se referment". Une référence à ce Maréchal de France, qui ne confondait pas autorité et autoritarisme, s’impose :
"Un chef, celui qui commence par servir et par obéir pour apprendre à commander, et le fait de servir et d'obéir au mieux est déjà un acte de chef, puisque c'est donner l'exemple. Mais aussi, celui qui en servant et en obéissant n'abdique ni l'indépendance de son jugement ni le libre jeu de son initiative, qui observe et se prépare”, celui qui, plus tard, en donnant toujours l'exemple de la déférente discipline, saura ne pas se borner à obéir passivement et osera, quand sa conscience et la situation lui en font un devoir, soumettre librement son avis, avis qu'accueillent toujours, provoquent même les chefs dignes de ce nom"
Il va de soi qu’un tel chef connaît les codes écrits ou non qui font “la grandeur et les servitudes” de la vie militaire. Jamais un chef ne met en cause un de ses subordonnés devant les subordonnés de celui-ci. J’ajoute me souvenir du Général Bigeard qui, avec ses mots, disait qu’un militaire était propriétaire de son grade acquis par son travail et son courage (il y a malheureusement des exceptions) et que le mandat d’un élu n’était que provisoire et ne pouvait être renouvelé qu’en flattant, sinon en trompant, ses électeurs pour être réélu.
Après tout, les esprits avisés avaient tout de suite compris que la suppression du ministère de la Défense n’était pas un fait anodin. La Défense est partie à l’Elysée. Le ministère des armées n’est plus que le gestionnaire de hommes et du matériel des armées.
 
Avant de parler de service national universel, il serait temps de donner à lire au Président "Le rôle social de l’officier dans le service universel", écrit par le capitaine Lyautey en 1891. Il y énonce les règles de base d’un management à visage humain bien différent de celui qui se met en place selon les codes des potentats.
Et c'est bien là que le bât blesse. D'un côté, il y a le rôle social : "L'essentiel est de savoir ce que l'on veut et va l'on va. Or cela, écrivait-il, je le sais : faire prédominer sur tous mes actes le devoir social".  De l'autre, il y a le management déshumanisé, lié au rendement et à la productivité.
Cette actualité devient un jalon dans l'éclairage à donner sur la montée en puissance d'un autoritarisme qui se nourrit de la pratique des manipulations et qui exploite insidieusement la panoplie des faiblesses humaines. Le désaccord, (le mot est faible) sur le budget des armées n'est que l'arbre qui cache la forêt. Après tout ce qu'on a vu au cours de la dernière campagne présidentielle il est plausible de penser que le pouvoir avait, d'entrée de jeu, décidé d'évincer le Général de Villiers et que la fuite du huis clos avait été organisée. 
Un préfet en retraite m'a glissé que ce n'était que l'expression du complexe des jeunes "énarques" qui n'ont fait la guerre que devant une caisse à sable en s'adonnant au "Kriegspiel".  En tout cas, ce mercredi 19 juillet, le Général Pierre de Villiers (CEMA) a démissionné sans attendre le rendez-vous tardif fixé par le Président au vendredi, prenant ainsi de court ceux qui mettaient en place des contre-feu médiatiques pour le dédouaner. Il a repris la main et privé le Président de la République du plaisir de l'humilier une nouvelle fois en le "chassant" et par ricochet d'humilier tous les "soldats" des trois armées qu'il représente et défend.
Sa démission était bien le but recherché par le pouvoir. La recette est connue. Quand on veut se débarrasser de quelqu'un, sans mettre "les mains dans le cambouis", on crée les conditions opportunes pour l'amener à démissionner et, au mieux, à le faire condamner par l'opinion publique ; ceci avec l'appui complice de la majorité des médias. Sauf que ... l'avenir le dira.
 
C'est l'occasion de rappeler qu'Hubert LYAUTEY, victime idéologique de la mémoire sélective, a vécu le même type de situation à deux reprises.
Ministre de la Guerre en 1917, le Général Lyautey a été amené à démissionner parce que les politiques et les politiciens ne supportaient pas ses exigences visionnaires sur la conduite de la guerre. Il faudra attendre Clémenceau pour les mettre en oeuvre après le dramatique échec de “l’offensive Nivelle” à laquelle il était opposé. 
Résident général de France au Maroc, le Maréchal de France Lyautey estimant grave en 1924 la menace d'Abd el Krim à partir du RIF, se voit refusés par le Cartel des gauches les renforts qu'il demande. Devant son insistance, les pouvoirs militaires lui sont retirés, en septembre 1925, au profit du maréchal Pétain "bien vu" du Cartel. Il arrive au Maroc avec des moyens surdimensionnés, pour ne pas avoir compris que lorsqu'on veut montrer sa force pour en éviter l'emploi, on ne fait pas la guerre dans le Rif comme on l'a fait à Verdun.
Ne conservant que ses pouvoirs civils, le Maréchal Lyautey perdait la face : par ce biais on l'avait tout simplement amené à démissionner. Tout comme, pour l'évincer, on a refusé au Général de Villiers les moyens de remplir sa mission. Sa démission le grandit encore plus.

Envoyé par l'auteur, 20 juillet 2017
Colonel (er) P. Geoffroy, Président de l'Association Nationale Maréchal Lyautey

Tradition et évolution : Lyautey...

Publié dans A tout un chacun
Tradition et évolution : Lyautey en exemple

Quelle surprise d’avoir rencontré chez lui un homme de cette dimension, me disait en substance un groupe de Jeunes, après avoir visité le château du Maréchal Lyautey. "On n’avait jamais entendu parler de lui auparavant. Pourquoi ?" Tout a été fait pour le faire oublier, avança un adulte qui se joignit au groupe, ajoutant que "les valeurs défendues par cet humaniste, homme d’action et visionnaire, l’ont rendu politiquement incorrect pour ceux qui ont, ou qui ont eu, le monopole de la parole, de l’écrit, de l’image et pire encore des programmes scolaires Au point de se demander si la France reste digne des grands hommes qui ont fait son Histoire !"
Faute de temps, la discussion resta au niveau des généralités, mais devant l’intérêt manifesté par ces Jeunes et leur insistance, je promis de leur envoyer par mail des informations motivantes, d’autant plus que c’est à leur âge que l’on fait des rêves d’avenir. C’est ce que Lyautey traduisait dans cette boutade : "Ma plus vieille maîtresse est l’ambition de mes quinze ans." Et c’est sans oublier ce qu’il écrivait plus tard : "Les deux dogmes auxquels je suis resté fidèle, I'Ordre et la Liberté, ou, mieux, la conciliation de la Tradition et de l'Évolution." - ce que Wladimir d’Ormesson confirmait en ces termes : "On ne dira jamais assez que le trait saillant du Maréchal Lyautey était le sens qu’il avait de la continuité et des raisons profondes qui unissent le passé au présent."

Une fois de plus je me suis posé la question du pourquoi et du comment de cette ignorance programmée - toutes générations confondues depuis 40 ans au moins - non seulement du personnage Lyautey, mais de toute une période et de nombreuses séquences de l’Histoire de France qui sont, soit occultées, soit modifiées, soit interprétées idéologiquement. Ceci nous amène à évoquer l’anticolonialisme considéré comme une des conséquences de la dernière guerre 1939-45. Sous la pression des événements, la décolonisation a été précipitée, sinon bâclée, comme l’explique Arthur Conte dans : "L’épopée coloniale de la France".
Pourtant, dès 1920, Lyautey avait alerté dans un rapport au gouvernement : "Il faut regarder bien en face la situation du monde, notamment du monde musulman et ne pas se laisser devancer par les événements. Ce n'est pas impunément qu'ont été lancées à travers le monde les formules du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et les idées d'émancipation et d'évolution dans le sens révolutionnaire." Il est bien le seul à en avoir tenu compte dans les limites de ses prérogatives et il faut noter qu’il a été évincé du Maroc en 1925 par le “Cartel des gauches” pour mettre en place un Résident politisé qui a commencé à “détricoter” ce que Lyautey avait fait.

Sur ces bouleversements, l’anti-France a construit et répandu l’idéologie de l’anticolonialisme. Avec le relais et l’appui des uns et le silence complaisant, sinon complice, des autres, on est arrivé à ne plus enseigner qu’une histoire “politiquement correcte” valorisée par la repentance et mettant souvent en difficulté ceux qui ont le courage de professer la vérité. C’est ainsi qu’insidieusement à une histoire tronquée et manipulée s’est adossée cette idéologie de l’anticolonialisme. En forçant à peine le trait, on peut dire que toutes les générations post-soixantehuitardes ont été matraquées dès l'école primaire par nombre de “fausses vérités” sur le sujet, alimentées par une mémoire officielle sélective.
Dans ces conditions, il était tellement facile dans un but électoral “d’enfoncer le clou” avec l’habillage médiatique idoine. Il était facile de mobiliser sur un thème porteur, en l’occurrence l’anticolonialisme si répandu, sans se préoccuper d’une minorité, en terme d’électeurs. Accuser la colonisation de “crime contre l’humanité” ne pouvait que séduire les nombreux adeptes de l’anticolonialisme. En outre, les réseaux sociaux, associés à de nombreux sites de désinformation ont anéanti, surtout chez les Jeunes, toute forme de discernement pouvant conduire à des avis et des comportements raisonnés, sinon raisonnables.
Quant à cette minorité d’électeurs révoltés, elle a le droit et le devoir de s’indigner “motu proprio” et également au nom de tous ceux - civils et militaires, dont les autochtones, harkis, moghaznis, supplétifs de tous ordres - qui ne sont plus de ce monde, y compris ceux qui sont “morts pour la France” et qui ne peuvent plus se défendre eux-mêmes. C’est un fait historique indiscutable : la France a été fière de sa grandeur à laquelle ils ont contribué et elle doit le rester.
Il faudrait un long document pour étayer ces propos, mais la campagne électorale est terminée. Beaucoup de sujets ont été "éternués" (le mot est de Lyautey) comme le budget des armées, réduites à appliquer le système D pour être en mesure de remplir leurs missions ou la nomination et l’ingérence dans les hautes sphères des armées de certains civils faisant office de commissaires politiques.

Le candidat Macron est devenu Président de la République, c’est à dire, le Président de tous les Français. Outre le présent et les vues prospectives, il lui faut aussi s’approprier les traditions et l’Histoire de France non manipulée. C’est, je le suppose, ce que tous les Françaises et les Français souhaitent et espèrent. D’ici l’an prochain ses conseillers auront eu le temps d’apprendre et de lui souffler que le 8 juin - la chute de Dien Bien Phu date du 7 juin de l'année 1954 - a été instituée, en 2005, journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine. De même, le maintien d’un Secrétariat d’Etat chargé des Anciens Combattants et de la mémoire serait de nature à apaiser et à redonner confiance aux ressortissants de cette structure.
Aujourd'hui, il devrait être possible, dans le respect de tout et de tous - ce qui n’est pas toujours le cas - de se réjouir d’une tentative de suppression des clivages politiques, du sectarisme, des idéaux mortifères. Lyautey ne pensait pas autrement, en s’exclamant : "Je veux une France juste, droite, libérale, évoluante ...... Je veux une France forte, fière, avec des bases sociales solides", car il savait qu’il n'y a pas de progrès social sans respect de la dignité de l'Homme, pas de consensus social possible sans volonté de rechercher ce qui unit et de fuir ce qui divise. Il plaidait pour l'effort absolument nécessaire au redressement de la France et mettait son espoir dans une ardente prise de conscience : "Les années qui viennent imposent à la génération dont je suis un des doyens, hélas ! le devoir d'un suprême effort pour asseoir ce pays entre l'utopie des uns et le snobisme des autres."

Malgré les tensions et les oppositions qu'il a connues, Lyautey ne cherchait pas à diviser pour imposer et s’imposer, mais il recherchait sans cesse "le dénominateur qui unit les hommes". Ainsi écrivait-il : "A l’état de guerre haineuse et violente qui sépare stérilement les enfants du même sol, de parti à parti, de classe à classe, il faut substituer la recherche pacifique et féconde des problèmes posés par la révolution industrielle et économique de notre temps, marcher, non plus la revendication ou la répression au poing, mais la main dans la main dans la noble et large voie du progrès social." Voilà l’esprit avec lequel il abordait et traitait les problèmes.
Il aurait pu faire des émules, mais il a été jugé encombrant autant pour ceux qui s’acharnent à réécrire l’histoire en conformité avec leur idéologie que pour ceux qui par leur silence en sont complices. Tout comme pour ceux qui refusent l’idée que Tradition et Modernisme, loin de se contredire, se renforcent mutuellement. C’est sans doute la raison pour laquelle la Fondation Lyautey ne reçoit pas un centime de subvention pour la mémoire du Maréchal Lyautey et l’entretien de son château-musée alors que, par exemple, la Fondation Jean-Jaurès bénéficie annuellement de près d’un million € sur les deniers de l’Etat, preuve qu’il y a bien une droite et une gauche, à moins que cela change.

Et si Lyautey servait de référence pour supprimer l’obstruction et le sectarisme ! Puisse-t-il réveiller les consciences et inspirer ceux qui ont été investis pour penser et agir enfin dans l’intérêt des Français et d’une France fière de son passé et tournée vers son avenir. En bref, pratiquer l’évolution dans le respect de la tradition.
Colonel (er) P. Geoffroy, Président de l'Association Nationale Maréchal Lyautey, 18 juin 2017

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version