Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

HADDAD  Mezri

HADDAD Mezri

Né le 2 juillet 1961
Marié - 2 enfants
 
Philosophe
Ancien Ambassadeur


Doctorat de philosophie morale et politique
   Problématique des rapports entre l’autorité spirituelle et le pouvoir temporel dans l’Islam et dans le Christianisme.
DEA de philosophie morale et politique
   Matérialisme historique et lutte des classes chez Karl Marx
Maîtrise de philosophie morale et politique
   L’idéologie communiste et l’islamisme : analyse et perspective. Une étude politico-philosophique 
Maître de conférences en théologie catholique (Premier candidat de tradition musulmane qualifié)
 
Réalisateur et maquettiste de la Revuede la Radio Télévision Tunisienne (1982-1983)
Chercheur au Centre de recherche sur la Pensée antique (grecque), associé au CNRS (1991-1994)
Chercheur au Centre d’histoire des sciences et des philosophies arabes et médiévales, associé au CNRS (1999-2001)
Enseignant d’histoire à Paris VII - Denis Diderot, UFR Géographie, Histoire et Sciences de la Société (1999-2001)
Conseiller politique auprès de la rédaction de l’hebdomadaire indépendant Réalités (depuis 2000)
Ambassadeur de Tunisie auprès de l'UNESCO
 
Ouvrages
Introduction à la pensée islamique - ouvrage d’Histoire des idées politiques (1990, réédition 1991 et 1992)
Islam et athéisme, dans Rétrospective (2000)
Le politique est coupable, pas le religieux - ouvrage collectif intitulé L’islam est-il rebelle à la libre critique ? (2001)
Symbiose et non osmose, diversité et non dilution - ouvrage collectif intitulé "Arabofrancophonie" (2001)
Du théologico-politique comme problématique commune à l’islam et au christianisme –
      ouvrage collectif intitulé Pour un Islam de paix (2001)
Réflexion sur l’islam et le christianisme dans leur rapport au personnalisme –
      ouvrage collectif intitulé La Personne et son avenir (2002)
Non Delenda Carthago - Carthage ne sera pas détruite - Autopsie de la campagne antitunisienne (2002)
Rôle du dialogue des religions pour asseoir les fondements de la paix –
      ouvrage collectif intitulé Du dialogue euro-arabe, exigences et perspectives (2003)
L’information et la continuité culturelle entre les Arabes et l’Occident (2004)
Tunisie : des acquis aux défis - ouvrage collectif (2004)
Violence anomique ou violence atavique ? –
      ouvrage collectif (direction de Raphaël Draï et J-François Mattéi) intitulé La République Brûle-t-elle ?
Essai sur les violences urbaines françaises (2006)
Genèse de la dissidence dans l’islam des origines - Préface au livre La grande discorde de l’islam (2006)
Peut-on considérer le Comparatisme comme pierre angulaire du dialogue entre les religions et les civilisations et comme  
     fondement éthique et épistémologique de la Tolérance ? – ouvrage collectif intitulé Dialogue des Religions d’Abraham pour la
     tolérance et la paix (2006)
Du théologico-politique dans l’islam et dans le christianisme (2007)
Histoire universelle des idées politiques (2 volumes), en négociation avec Grasset et La Table Ronde (2007)
La face cachée de la révolution tunisienne. Islamisme et Occident : une alliance à haut risque (2012)
 
Nombreuses collaborations
Près de 500 articles publiés dans les domaines culturel, politique et relations internationales, dans la presse écrite arabe (Al-Moharrer, Al-Hayet, Al-Watan,Réalités, Al-Quds) et française (Libération, Le Figaro, Le Monde, Jeune Afrique, Marianne, Le Point, Afrique Asie…)
dont :
 
Religion et politique - Jeune Afrique n° 1979 - 15-21 décembre 1998
Discours de la méthode islamiste - Marianne - 3 janvier 1999
Voile islamique : la loi au-dessus de la foi - Le Figaro - 14 octobre 2003.
L’islam, otage des talibans – Libération - 21 mars 2001
Allah, que de crimes en ton nom ! - Le Monde - 9 mars 2001
La Tunisiene vit pas un cauchemar - Le Monde - 6 février 2001
Le virus théocratique - Le figaro - 3 octobre 2001
Les leçons d’un attentat - Le Figaro - 20 avril 2002
Du droit-de-l’hommisme - Le Figaro - 4 novembre 2002
Aux sources du refus français - Le Figaro - 26 février 2003
L’intégrisme, une chance pour la laïcité ! - Le Figaro - 20 février 2004
Un spectre hante l’Hexagone : l’activisme islamiste - Le Figaro - 28 juin 2003
Par-delà le Bien et le Mal – Libération - 19 septembre 2001
Prélude au choc des civilisations – Libération - 15 avril 2003
Europe-Turquie : le marchand de tapis et la stripteaseuse – Libération - 31 décembre 2004.
Discours américain et méthode tunisienne - Le Figaro - 28 mars 2005
SMSI : les véritables enjeux de Tunis - Tribune de Genève - 30 septembre 2005
La Shoah, second péché originel ou l’humanisme en question - Réalités n° 1042 - 15 décembre 2005
Islamisme et démocratie : lequel dissout l’autre ? - Le Monde - 4 février 2006
Vrais et faux ennemis de l’islam – Libération - 26 septembre 2006
Plaidoyer pour une éthique de la responsabilité - Le Figaro - 6 octobre 2006
Les limites de la perestroïka turque - La Libre Belgique - 8 novembre 2006
Les effets pervers d’une loi vertueuse - Le Soir (Belgique) - 18 octobre 2006
 
Conférences
En FRANCE, Université Paris II-Assas, Université Paris IV-Sorbonne, Université Paris VII-Jussieu, Maison universitaire du Maroc (Paris), Centre culturel égyptien (Paris), Institut du Monde Arabe (Paris), UNESCO (Paris), Institut Hannah Arendt (Paris), HEC (Jouy en Josas), Sénat (Paris)
en BELGIQUE, Université Libre de Bruxelles
en GRANDE BRETAGNE, London School of Economics
au CANADA, Université Laval
aux ETATS-UNIS, Georgetown University
au QATAR, Palais des Congrès
en TUNISIE, Faculté de Droit et de Sciences Politiques, Institut de Presse et Sciences de l’Information, Institut supérieur de Théologie (Tunis), …
en SUISSE, au Palais des Nations Unies (ONU, Genève)
 
Membre-Sociétaire de la Société des Gens de Lettres de France (SGDL), fondée en 1838 par H. de BALZAC et V. HUGO
Membre du Conseil d’Administration de Daedalos Institute of Geopolitics, Nicosie, CHYPRE
Membre fondateur de l’association Synergie France-Tunisie (Paris)
Fondateur et Secrétaire Général du CLPFT, le Cercle des Libres Penseurs Franco-Tunisiens (Paris)
Membre du Rassemblement des écrivains arabes
Membre de la Fondation des philosophes arabes.

URL du site internet:

Les idiots utiles des islamistes

Publié dans En France
Relations franco-égyptiennes : "ne soyons pas les idiots utiles des islamistes"
 
Mezri Haddad * invite à regarder la situation politique égyptienne dans sa complexité, sans tomber dans l'écueil d'une vision centrée seulement sur les droits de l'homme. Celle-ci ferait courir le risque de voir le pays retomber sous le joug de l'islamisme.
 

À l'occasion des élections présidentielles égyptiennes qui viennent de se dérouler en Égypte et dont l'annonce des résultats officiels est attendue le 2 avril, le plus important des pays arabes, démographiquement et géopolitiquement, est à nouveau sous le feu des projecteurs. Deux opinions antagoniques et a posteriori inconciliables s'affrontent.
Pour les uns, les Frères musulmans et leurs sympathisants islamo-gauchistes en France, l'Égypte vit sous une "dictature militaire" qui réprime les libertés individuelles et emprisonne les opposants. Les élections présidentielles ne seraient par conséquent qu'une "mascarade", raison pour laquelle il faudrait les boycotter. Cette litanie est relayée par les ayatollahs du droit-de-l'hommisme orthodoxe, qui ont beaucoup perdu de leur éclat depuis le sacro-saint "printemps arabe", dont on mesure aujourd'hui les effets d'agrégation tant pour les pays arabes dévastés, Tunisie, Libye, Syrie, Yémen, que pour les pays européens, eu égard à l'invasion migratoire et à la métastase de l'islamisme criminel, qui vient encore de frapper dans l'Aude.
Pour les autres, notamment les observateurs et les spécialistes qui connaissent bien la réalité sociale, politique, géopolitique, économique et sécuritaire de ce pays, ces élections - si imparfaites soient-elles - constituent une étape décisive dans un "processus démocratique" d'autant plus fragile qu'il dépend de trois grandes contraintes : une économie à redresser, une menace terroriste à juguler, et enfin une démographie galopante à contrôler car avec ses 100 millions d'habitants, l'Égypte compte 1 million d'habitants supplémentaires tous les dix mois.
En tenant compte de ces trois forces centrifuges et d'un contexte régional et géopolitique particulièrement convulsif et périlleux, notamment avec la crise au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG), l'antagonisme Arabie Saoudite-Iran, la radicalisation du régime turc, le blocage des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens, quel partenariat stratégique (politique, militaire et économique) peut-on envisager entre la France et l'Égypte ?
 
Et d'abord, qui croire et que penser de l'Égypte en général et de ses nouvelles relations avec la France en particulier ? Qu'en est-il exactement des "lois liberticides", des "atteintes aux droits de l'homme" et de la "répression tous azimuts", que dénoncent certaines ONG ? Est-il exact que le "printemps" égyptien n'a duré que le temps où les Frères musulmans étaient au pouvoir avec la bénédiction de l'administration américaine ? Pour quelles raisons objectives Mohamed Morsi a-t-il été rejeté par la majorité des Égyptiens - près de 30 millions de manifestants en juin 2013 - pour porter au sommet du pouvoir un maréchal ? C'est ainsi que les comploteurs contre Nasser et les assassins de Sadate ont été chassés du pouvoir après deux années d'islamisme "modéré", qui a marqué les esprits, et pas seulement au sein de la minorité Copte !
Serait-ce parce qu'il est pragmatique et qu'il a saisi l'importance cruciale d'une nouvelle alliance stratégique franco-égyptienne que le président Emmanuel Macron, lors de la visite du chef d'État égyptien en France, fin octobre 2017, a résisté aux pressions moralisatrices de Human Rights Watch, d'Amnesty International et de la FIDH, qui affirmaient que l'Égypte connaît "la pire crise des droits humains depuis des décennies" et lui réclamaient de mettre fin à son "silence" ?
A la surprise générale et en rupture avec ses prédécesseurs immédiats à l'Élysée, Emmanuel Macron avait alors clairement répondu qu'il croit "à la souveraineté des États", que "le sujet des droits de l'homme, je l'ai considéré dans le contexte égyptien" de la lutte contre le terrorisme, et que "de la même façon que je n'accepte qu'aucun autre dirigeant me donne des leçons sur la manière de gouverner mon pays, je n'en donne pas aux autres". A-t-il ainsi fermé la longue parenthèse du "devoir" ou du "droit d'ingérence" dont on mesure aujourd'hui les conséquences, notamment en Irak, en Syrie et en Libye?
 
Il est vrai qu'en septembre 2017, soit un mois avant la visite d'Abdel Fattah Al-Sissi en France, dans la Revue des Deux Mondes, Hubert Védrine, qui a l'oreille du président, se réjouissait des premiers pas du président Macron en matière de politique étrangère et en rupture avec "l'héritage Sarkozy-Hollande-Fabius". Déjà en 2000, dans son remarquable article "Refonder la politique étrangère française", publié dans Le Monde Diplomatique, et sans jamais minimiser l'importance capitale des valeurs des droits de l'homme auxquelles il a toujours cru, Hubert Védrine se demandait si le droit d'ingérence n'était pas une panacée et relativisait par conséquent le dogme messianiste suivant lequel "tout pays non démocratique peut et doit devenir démocratique du jour au lendemain, la norme étant la démocratie occidentale d'aujourd'hui". C'est que pour l'ancien chef de la diplomatie française, "notre myopie face à l'islamisme est grave et la peur de l'islamophobie, terme inventé pour étouffer dans l'œuf la moindre critique raisonnable de l'islam, est chez nous paralysante… Là aussi, il faut que nous devenions plus lucides et que les démocrates et les musulmans normaux ou modérés s'unissent".
 
A l'heure où précisément le terrorisme islamiste constitue une menace globale et que la plupart des États dans le monde sont déterminés à l'éradiquer, le gouvernement égyptien, qui affronte au quotidien le terrorisme et pas seulement au Sinaï, a-t-il tort de chercher difficilement un juste équilibre entre sécurité et liberté ? Parviendra-t-il dans les quatre années qui viennent à relever le triple défi des droits économiques et sociaux, des libertés individuelles et du droit à la sûreté, qui est, on l'oublie souvent, le premier des droits de l'homme et le premier des devoirs de l'État à l'égard de ses citoyens ? La "violence légitime" n'est-elle pas le monopole exclusif de l'État, selon Max Weber ? En revanche, le péril islamo-terroriste légitime-t-il le retour à l'autoritarisme, à l'usage systématique de la violence et à la répression de toutes voix discordantes ?
Bien évidemment que non. Dans les élections qu'ils viennent de vivre, les Égyptiens n'avaient pas le choix, tel Gribouille, entre une "dictature militaire" et une démocratie théocratique. Ils avaient le choix, aujourd'hui comme en 2014, entre la sécurité, la paix civile, le progrès économique et sociale d'une part, et le pouvoir islamo-terroriste des Frères musulmans d'autre part. Par réflexe anti-culturaliste et allergie à l'essentialisme, certains ne savent plus faire cette différence pourtant capitale chez Tocqueville entre la démocratie comme fait social et la démocratie comme système de gouvernement, la seconde devant impérativement procéder de la première et la précéder. En d'autres termes, avant de voir naître une démocratie arabe selon les normes occidentales, il faudrait d'abord que les sociétés arabes se sécularisent, car la démocratie sans la sécularisation culturelle et sociale mène directement à la "démocratie" théocratique et totalitaire.
 
Contrairement à la propagande islamiste relayée par les idiots utiles locaux, le terrorisme islamiste n'est dons pas un épouvantail, encore moins une fiction dont se servirait le "régime" égyptien pour réinstaller une "dictature militaire" ; et la neutralisation de Mohamed Morsi, suivie par la classification des Frères musulmans comme étant une organisation terroriste, ne contribue pas à la radicalisation des jeunes mais à leur dissuasion. Faute de les exterminer physiquement, ce que fait la coalition occidentale en Irak et en Syrie, Abdel Fattah al-Sissi a le mérite de résister aux terroristes au Sinaï, aux frontières israélo-égyptiennes ainsi qu'aux frontières entre l'Égypte et une Libye devenue repli stratégique des hordes islamo-terroristes "dégagées" d'Irak et de Syrie, constituant ainsi un péril mortel pour la stabilité au Maghreb et la sécurité de l'Europe.
La doctrine des droits de l'homme n'est pas à mettre en cause ici. Bien au contraire, il s'agit d'une éthique universelle dont la Charte reste l'une des plus belles et précieuse conquêtes de l'humanité. Mais la doctrine ne doit pas se transformer en dogme, de même que le militant des droits de l'homme ne doit pas devenir le cheval de Troie d'une idéologie fondamentalement néofasciste - l'islamisme -, qui est en opposition radicale avec les valeurs des droits de l'homme. Dernier avatar de la stupidité occidentale, emprunté au nouveau lexique des Frères musulmans, l'islamisme "modéré" n'existe que dans les ratiocinations des droits-de-l'hommistes et autres idiots utiles qui ne veulent pas désespérer Molenbeek !
Non, il n'existe aucune différence de nature entre Daech, Al-Qaïda, Al-Nosra, Boko Haram, Talibans, Frères musulmans, djihadisme, takfirisme, islamisme… comme le suggère le cartésianisme français. "Un djihadiste, c'est un Frère musulman en phase terminale", comme l'avait à juste titre déclaré Abdel Fattah Al-Sissi, interrogé par Renaud Girard dans Le Figaro du 24 octobre 2017. En d'autres termes, toutes les appellations de ces organisations terroristes reviennent dans leur ensemble et dans leurs idéologies à la cellule mère de l'islamisme, à savoir les Frères musulmans, une confrérie politico-religieuse dont la naissance remonte à 1928, en Égypte précisément.
 
La propagande des Frères musulmans contre l'État égyptien n'aurait aucun effet ni le moindre écho en France si elle n'y avait pas ses relais associatifs auprès d'une myriade d'organisations islamistes - que Macron souhaite expurger -, auprès de certains islamo-gauchistes, ces permanents de la révolution permanente, et surtout auprès des apparatchiks du droit de l'hommisme, qui se sont autoproclamés gardiens des valeurs universelles et incarnation exclusive de l'humanisme mondial. Qu'ils en soient conscients ou inconscients, cyniques ou sincères, ces derniers sont les idiots utiles de l'islamo-terrorisme qui constitue une menace globale et dont l'éradication impitoyable doit fédérer aussi bien les pays d'Orient que d'Occident.
En d'autres termes, dans le contexte de la guerre mondiale contre le terrorisme global, la parenthèse de l'ingérence dite humanitaire est fermée. La Realpolitik a ses raisons que la raison ignore et que Macron connaît. Et si, avant Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice et récemment Trèbes, la défense de l'islamisme "modéré" était une bêtise, aujourd'hui, elle est un crime… contre l'humanité !
* Ancien ambassadeur de la Tunisie auprès de l'Unesco, Mezri Haddad est philosophe et président du Centre international de géopolitique et de prospective analytique (Cigpa). Il est l'auteur d'essais sur la réforme de l'islam.

Paru sur Figarovox, 29 mars 2018

L'opportunisme d'E. Macron

Publié dans Du côté des élites
L'opportunisme d'E. Macron

Emmanuel Macron a pris ce jeudi la tête des sondages en vue de l'élection présidentielle. Pour Mezri Haddad, le candidat ne doit sa popularité qu'à un brillant opportunisme et une stratégie consistant à plaire à tout le monde, quitte à dire tout et son contraire.
 
Le disciple clandestin de Paul Ricoeur serait à la fois philosophe et politique, Messie et antéchrist, jésuite et existentialiste, théoricien et pragmatique, libéral et socialiste, apparatchik et prolétaire, banquier et marxiste, tiers-mondiste et atlantiste, nationaliste et cosmopolite, identitaire et islamophile, révolutionnaire et gradualiste, droit-de-l'hommiste et jacobin, individualiste et holiste, moraliste et laxiste, progressiste et conservateur, sarkozyste et hollandien, pourfendeur du "système" et, en même temps, sa quintessence. Il faut vraiment maîtriser l'art de la prestidigitation pour réunir dans le même couffin le prolétariat et les banquiers, Friedrich Hayek et Karl Marx, Raymond Aron et Jean-Paul Sartre !
Sans doute faut-il incarner tout cela, ou plus exactement le simuler, pour espérer ratisser large et capter les voix de la France qui souffre et celle qui se délecte ; le vote du travailleur qui se lève tôt et du chômeur qui se couche tard, celui du prolétariat et du capitalisme, celui du policier qu'on stigmatise et du brigand qu'on exalte, celui du professeur qu'on culpabilise et de l'élève qu'on autorise, celui de l'entrepreneur qu'on gruge par les impôts et du paria qu'on gave par les aides sociales, celui du Jean qui grogne et du Jean qui rit, celui de la France d'en bas et celle d'en haut, comme le disait si justement le maître et défunt ami, Philippe Séguin.
 
Après tout, vouloir ratisser large, c'est concevable et même légitime dans la logique machiavélienne, lorsque la fin doit justifier les moyens et que le but ultime de l'action politique consiste à se loger au palais de l'Élysée. Courir derrière toutes les idéologies, valeurs, catégories, professions et strates sociales pour attraper le pouvoir, cela peut se comprendre. Telle est l'essence même de la démocratie depuis que les Athéniens ont eu la mauvaise idée de l'inventer, nonobstant les avertissements de Socrate et les injonctions de Platon. En démocratie, toutes les voix se valent même lorsque les voies divergent ! Dans une formule qui embarrasse la gauche intellectuelle, qui a fait de Rousseau le précurseur de la révolution et de la démocratie, ce dernier dit : "S'il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un régime si parfait ne convient pas à des hommes" !
Être tout et son contraire, est un signe de progrès en cette époque de décadence, une preuve de génie en ces temps de leucémie morale, intellectuelle et politique, une marque de brillance en ces moments des Lumières éteintes. Mais à force de vouloir être tout, on finit par n'être rien, si ce n'est une création ex nihilo des faiseurs occultes de rois et des permanents de la révolution permanente.
 
Monsieur Macron a commencé sa très longue marche vers le pouvoir, il y a quelques mois, par une page Facebook et un essai hautement philosophique et politique intitulé Révolution. Quitte à plagier Tocqueville, il aurait été préférable de le titrer L'Ancien régime et la révolution, le régime hollandiste dont il n'est que l'émanation machiavélique. Commencer ainsi pour se trouver aujourd'hui mieux noté que François Fillon dans les sondages et hypothétiquement face à Marine le Pen au second tour, cela relève du miracle et dénote chez lui des qualités intrinsèques indéniables, ainsi qu'un sens aigu de l'opportunisme. Sans aucune ironie, monsieur Macron est respectable dans son ambition, louable dans son abnégation et parfait dans sa marche. Mon illustre ancêtre carthaginois, Saint Augustin, disait bien en substance, "Marche, même lorsque tu ne vois pas ta route, car la route n'existe que par ta marche". Le problème est que cette marche d'Emmanuel Macron a été aussi courte que celle de Mao Zedong fuyant l'armée nationale révolutionnaire de Tchang Kaï-chek !
 
Désirer le pouvoir, c'est d'autant plus légitime et honorable pour un jeune de 39 ans que l'ère est au jeunisme, comme ce fut le cas de Barack Hussein Obama aux États-Unis, et comme c'est le cas aujourd'hui du Canada avec Justin Trudeau, du Qatar avec Tamim, et de la Corée du Nord avec Kim Jong-un ! Encore faut-il en avoir l'étoffe et en incarner la majesté. Vouloir le pouvoir pour une révolution libérale dans la continuité socialiste ?
Tel semble être le cas lorsqu'on regarde de près les bribes du programme électoral d'Emmanuel Macron. Sur le plan économique, on ne sait toujours pas s'il appartient à l'école libérale, au marxisme, au keynésianisme, ou à la théorie des organisations. Sans doute est-il la synthèse magistrale de ces quatre principales visions économiques. Et c'est peut-être pour cette raison que son passage à la tête du ministère de l'Économie a laissé derrière lui près de 600 000 chômeurs de plus. Serait-ce l'une des conséquences du dérèglement par les entreprises transnationales qu'il prône dans son projet programmatique?
Mais c'est sur les questions névralgiques de l'identité nationale, du relativisme culturel, de l'immigration, de la nationalité, des banlieues, du communautarisme, de la "discrimination positive", que le changement libéral dans la continuité socialiste est le plus perceptible. Lors de son déplacement aux Mureaux, et dans ce qu'il a appelé la "reconquête culturelle" des banlieues, Macron a plaidé pour une "politique assumée de discrimination positive" en faveur des habitants des quartiers dits sensibles car, "ce que veulent les banlieues, nos concitoyens, qu'ils soient de la France rurale, des villes moyennes, c'est accéder à leur part de réussite du pays. Or on ne leur a plus donné cette chance. Je veux leur redonner".
De même que dans son récent entretien fleuve à l'AFP, il a affirmé que "La droite a parlé à la France qui réussit, la gauche a parlé à la France populaire, la plus en difficulté", ce qui a conduit au clivage droite-gauche, "qui s'est fracassé sur cette France périphérique".
 
Après la laïcité positive, voici revenu la symphonie anesthésiante et l'empathie jésuite de la discrimination positive. Celle-ci, est-il besoin de le démontrer, est l'exact contraire de la méritocratie ; c'est la dogmatique qui est aux antipodes même de la philosophie du mérite et du labeur. Pis encore, elle introduit un nivellement par le bas et une discrimination négative entre le brillant et le cancre, entre le riche et le pauvre, entre celui qui désire s'arracher au déterminisme social par sa volonté de vaincre le destin, et celui que la Providence a fait naître dans un milieu économiquement aisé.
Il me semble bien pourtant avoir entendu Macron dire que "le meilleur moyen de se payer un costard, c'est de travailler" ! Beaucoup de ceux dont la gauche en général courtise les voix ont un travail de nuit comme de jour : le vol et les indemnités sociales. L'on sait par ailleurs ce que la sempiternelle discrimination positive a généré à Science Po : au "Hijab Day", en avril 2016 et en réaction au souhait de Valls d'interdire le voile dans les universités.
Histoire en contraste radical avec le "Hijab Day", celle d'un jeune français de 24 ans, qui m'a pris il y a un mois dans son véhicule Uber. Il était 2h du matin. Ce jeune travaille nuit et jour pour gagner sa vie et aider ses parents. En discutant avec lui, j'apprends qu'il est pilote de ligne, sorti il y a un an premier de sa promotion. Tous ses camarades de promotion ont trouvé un boulot chez Air France et dans d'autres compagnies aériennes. Mais pas lui. Il s'appelle Mehdi et il est franco-marocain !
En matière de droit de vote des étrangers, et pour tacler François Hollande, Macron - qui se dit favorable à une telle mesure - a affiché sa préférence pour "que l'exercice de la citoyenneté se fasse d'abord par l'accès à la nationalité avec un vrai examen de maîtrise de la langue". En d'autres termes, puisque mon ex président a échoué à imposer cette mesure impopulaire mais ô combien profitable électoralement, nous allons la réaliser autrement : moyennant un test de langue, offrir la nationalité aux migrants, afin qu'ils puissent voter en toute légalité. C'est en effet subtil et même remarquable de contourner la Constitution par un tour de passe-passe linguistique, et pourquoi pas géométrique !
 
Monsieur Macron ne semble pas être conscient du fait que le problème n'est pas celui de la langue, mais de l'atavisme culturel et religieux qu'elle recèle. La langue, ce n'est pas uniquement un moyen de communication ou une manifestation phonétique. C'est surtout une âme, un esprit, une histoire, une civilisation, des valeurs. Le candidat refoulé du parti socialiste devrait réécouter le discours aux intonations renaniennes de Manuel Valls, en novembre 2016 : "être français, c'est aimer la France… c'est faire sien l'héritage qui vient de très loin… c'est avoir le cœur qui se serre quand retentit la Marseillaise". Il est vrai que Macron s'était nettement démarqué de son ancien Premier ministre au sujet de la déchéance de nationalité pour les terroristes et les mercenaires de Daech.
En réalité, les chantres du républicanisme, de l'égalitarisme et du laïcisme courtisent le vote des "Français de la diversité", comme ils disent. Ce faisant, ils se comportent consciemment ou involontairement en communautaristes, ce fléau et péril qu'ils prétendent combattre par ailleurs, et qui est l'une des couveuses de l'islamo-fascisme et de l'islamo-terrorisme en France.
 
Dans cette compétition électorale, il y a le candidat de la feuille de route, celui de la feuille de soin, celui de la feuille de paie, celui de la feuille de suivi, et celui de la feuille de chou… bio. Selon Macron le démiurge, François Fillon a "la radicalisation du discours en matière de sécurité et d'identité, et la décision stratégique de poursuivre le Front national". Outre le fait que le candidat de la droite républicaine est dans le sens de l'Histoire et dans la trajectoire de la société, n'est-il pas indécent de porter de tels propos réducteurs, d'autant plus que leur auteur est lui-même dans braconnage électoraliste pour piquer des voix à Madame Marine le Pen, la seule à assumer haut et fort ses idées patriotiques. Si le Front national est si "dangereux" et "détestable" aux yeux des dépositaires de la conscience française, pourquoi donc cherchent-ils à séduire son électorat, qui est - je le signale au passage - inconversible et inconvertible, pour emprunter cette expression aux banquiers ?
En bon banquier précisément, le Messie rédempteur de la religion socialiste résonne en termes de parts de marché électoral et de retour sur investissement. Il risque de faire faillite et de décevoir ainsi le philosophe Rothschild… et le banquier Platon.

Paru sur Figarovox, 10 mars 2017

F. Fillon, victime expiatoire

Publié dans Du côté des élites
François Fillon, victime expiatoire de la crise des démocraties libérales ?
 
Que ceux qui essayent d'éliminer le redoutable concurrent qu'est François Fillon s'inspirent de l'exemple américain : les Démocrates ont tout fait pour écarter des présidentielles Bernie Sanders. Résultat, ils ont eu Donald Trump… pour le meilleur ou pour le pire !
 
Et si le procès que l’on fait au candidat des Républicains n’était en fait que le procès de la démocratie ?  Et si ce procès sans juge, sans avocat, sans partie civile et sans tribunal - si ce n’est la Haute cour médiatique et ses résonnances cybernétiques - n’était en réalité que celui de la démocratie en général, voire du régime démocratique dans son essence, depuis que Platon en a disséqué le corps et sondé l’esprit ? Et si l’affaire n’était en réalité que le reflet de ce grand Malaise dans la démocratie, remarquablement analysé par Jean-Pierre Le Goff ?   
En d’autres termes, ce n’est pas tant l’attitude supposée d’un François Fillon qui serait à blâmer, encore moins à lyncher publiquement, mais le système démocratique lui-même qui est à repenser, à expurger et à réformer, parce qu’il est porteur des germes de sa propre auto-corruption et que les dérives de la démagogie, du populisme, du clientélisme et du népotisme sont inscrites dans ses chromosomes, constituant ainsi son péché originel.
 
Par-delà l'affaire elle-même, dont le dénouement n’appartient qu’à la justice, il faudrait s’abstenir d’occire l’ennemi et de frapper l’hostie, pour se pencher sur l’essentiel : la crise de la démocratie libérale dont l’affaire Fillon n’est que l’un des symptômes.  
Malheur à celui par qui le scandale arrive : le grand paradoxe ou injustice est que cette réforme fondamentale de la démocratie parlementaire et postmoderne est portée par celui que certains stigmatisent et que d’autres culpabilisent, non guère par vertu mais par haine de classe, comme dirait leur très cher Marx, et surtout par calcul bassement politicien. Serait-ce parce qu’il dénonce cette corruption éminemment plus grave et dévastatrice pour la France, à savoir celle des valeurs, des idées, de la civilisation, de l’identité, de la laïcité, de la République… qu’on cherche à le discréditer par la casuistique moralisante d’une hypothétique prévarication ?
 
Il n’y a pas pire bassesse que de disqualifier un adversaire politique sans livrer bataille. Il n’y a pas pire lâcheté que d’éliminer un candidat sans l’affronter à visage découvert, sur les idées qu’il défend et sur le programme qu’il préconise pour relever un pays économiquement exsangue, sécuritairement exposé, socialement atomisé, culturellement agressé et spirituellement anesthésié. A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Et cela vaut aussi bien pour François Fillon que pour tous les hommes politiques, depuis Valéry Giscard d’Estaing jusqu’à Dominique de Villepin, en passant par Pierre Bérégovoy dont on avait "livré aux chiens l’honneur" pour reprendre cette formule à Mitterrand. Combien d’hommes d’Etat ont été jugés et exécutés sur une présomption, une délation fallacieuse, ou même un égarement moral, et jamais sur leurs compétences intrinsèques et à plus forte raison sur leur patriotisme ? Les hommes, tous les hommes ont leurs titres de noblesse et de faiblesse.

Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre, enseignent les Evangiles que le laïcisme honni et que le gauchisme méprise. Plutôt que de voir la paille dans l’œil de Fillon, les archanges de la pureté morale et autres Torquemada de la vertu devraient regarder la poutre dans leurs propres yeux. La quasi-majorité des élus de droite comme de gauche emploient des proches ou intercèdent en leur faveur pour les faire embaucher dans telle ou telle ministère ou entreprise. Ce n’est pas un crime ni un délit.
C’est un habitus, une tentation humaine, trop humaine pour susciter autant de calomnies et de lynchage médiatique n’épargnant ni un homme présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, ni son épouse, ni ses enfants.
 
Il est parfaitement clair que dans cette cabale très bien ficelée et synchronisée, les gardiens de la vertu et de la pureté ont ciblé l’épouse pour atteindre le candidat à la présidence. Mettre à mort un adversaire politique, ce n’est pas nouveau dans le rituel "démocratique". Si la démocratie athénienne a fait son entrée dans l’Histoire par la condamnation à mort de Socrate, la démocratie française a inauguré son règne par la décapitation de Louis XVI et de son épouse, Marie-Antoinette, celle que la horde appelait l’étrangère et que l’élite souillait par la vraie fausse "affaire du Collier". Dans ce que certains qualifient déjà de "Penelopegate", il y a beaucoup de violence symbolique et il y a également du non-dit qui joue sur le ressentiment populaire, sur l’atavisme instinctif et sur la mémoire collective !   
 
A supposer qu’il y eut "faute", nonobstant le caractère parfaitement légal d’embaucher son conjoint, tout homme a droit à l’erreur précisément parce qu’il est humain. Même pour les sacro-saints Papes, l’infaillibilité est un dogme, pas une essence. Mais, comme le disait si justement Shakespeare, "Sois aussi chaste que la glace et aussi pur que la neige, tu n’échapperas cependant pas à la calomnie". La politique est intrinsèquement violente et dans l’éthique de certains, tous les moyens sont bons pour éliminer un redoutable concurrent qui pourrait mettre fin à leur pouvoir et provoquer le redressement politique, économique, diplomatique et civilisationnel de la France. Mais attention aux effets d’agrégation : aux Etats-Unis, les Démocrates ont tout fait pour écarter des présidentielles Bernie Sanders. Résultat, ils ont eu Donald Trump…pour le meilleur ou pour le pire !
Publié sur Atlantico, 6 février 2017 envoyé par l'auteur

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version