Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

HUREAUX  Roland

HUREAUX Roland

Né le 14 juin 1948
Marié  - 7 enfants
 

Essayiste

Ecole normale supérieure (Saint-Cloud)
Institut d'études politiques (IEP)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Agrégé d’histoire
 
Sous-préfet
Diplomate
Conseiller technique
à la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR)
Conseiller
     Cabinet du président de l’assemblée nationale (Philippe Séguin)
     Cabinet du Premier ministre (Edouard Balladur)
Professeur associé à l’Institut d’études politiques de Toulouse
Rapporteur à la Cour des Comptes. 
 
Ouvrages
Un avenir pour le monde rural (1993) - Pour en finir avec la droite (1998) - Les hauteurs béantes de l’Europe (1999) - Le temps des derniers hommes (2000) - Les nouveaux féodaux (2004) - Jésus et Marie-Madeleine (2005) - L’actualité du gaullisme (2007) - L’Antipolitique (2007) - La grande démolition (2012) - Gnose et gnostiques des origines à nos jours (2015)

Articles
Publiés dansCommentaire, Communio (Revue catholique internationale) , La Revue des deux mondes,   Liberté politique, Le Figaro, Le Monde, Libération, Marianne, … etc.
Membre du comité de rédaction de Commentaire.

URL du site internet:

Légèreté de l'occident

Publié dans De par le monde

L'insoutenable légèreté de l'occident

(...)

... dans ses relations avec les petits pays d'Europe centrale et orientale.
Dès l'entrée des troupes russes en Géorgie, les Etats-Unis, après avoir émis de vigoureuses protestations, ce qui ne coûte rien, ont fait savoir qu'ils excluaient une riposte proprement militaire dans le Caucase. Vu de Moscou, c'est là le plus important. Les "sanctions" qu'envisage de prendre l'Europe occidentale, si dépendante de la Russie pour ses approvisionnements énergétiques, ne sauraient, en tout état de cause, avoir qu'un caractère symbolique. De telles positions peuvent choquer. Elles ne devraient pas nous surprendre. Parmi les motifs qui poussèrent en son temps le général de Gaulle à construire une force de dissuasion indépendante, se trouvait sa conviction, maintes fois exprimée, qu'à partir du moment où l'URSS s'était dotée d'une force nucléaire, jamais les Etats-Unis ne risqueraient un affrontement direct avec une autre puissance nucléaire pour assurer la protection de l'Europe occidentale. C'est dans cette logique que Washington inventait dès 1956, la théorie prudente de la "riposte graduée". Et il était alors question de  la protection de la France et de l'Allemagne, pas de la Lituanie et de la Géorgie !

L'imprudence des Etats-Unis
Ce qui surprend en revanche est que les Etats-Unis et certains de leurs alliés aient, depuis plusieurs années, laissé croire si inconsidérément aux petits pays d'Europe de l'Est, les anciennes démocraties  populaires aussi bien que les ex-républiques soviétiques, qu'ils leur apportaient une garantie si sérieuse de sécurité qu'ils pouvaient se risquer à provoquer allègrement leur grand voisin russe.
Non seulement les Etats-Unis, malgré les réticences de la France et de l'Allemagne, ont poussé à l'entrée de l'Ukraine et de la Géorgie dans l'OTAN, mais ils ont apporté une assistance militaire importante à la Géorgie, contribuant même à ce qu'il semble, au travers de la fourniture d'un armement ultramoderne et de quelques centaines d'instructeurs, à préparer l'imprudent coup de force du président Saakatchvili contre l'Ossétie du Sud. Comment ce dernier n'aurait-il pas été convaincu, au vu d'un appui technique aussi sensationnel, que les Américains enverraient des troupes pour le soutenir ? Avec autant de légèreté, l'Ukraine menace d'exclure les Russes de la base navale de Sébastopol.
Accepter sur leur sol des éléments du bouclier antimissile américain, dont on aura du mal à faire comprendre aux Russes qu'il n'est pas dirigé contre eux, est tout aussi aventuré de la part de la Pologne et de la Bohême, alors même que l'OTAN ne comporte aucune obligation de solidarité militaire en cas d'agression.
Tout à leur rêve américain, ces pays ont dans la période récente réécrit l'histoire des années trente de manière fantasmagorique. A les en croire les Etats-Unis auraient volé à leur secours en 1939, en 1956, en 1968 ou en 1981 ! Forts de cette protection supposée, ils croient pouvoir narguer non seulement la Russie mais l'Union européenne (à qui on ne s'est jamais soucié de demander son aval pour recevoir le bouclier antimissile). Certes, la France et la Grande-Bretagne ne s'illustrèrent pas en 1938 pour défendre la Tchécoslovaquie et n'eurent  pas non plus la stratégie la plus avisée pour protéger la Pologne (1). Mais enfin, la France a risqué son existence en faisant jouer la solidarité avec celle-ci. Les  Etats-Unis, eux, faut-il encore le rappeler ? ne bougèrent que deux ans plus tard, à la suite de l'attaque  de Pearl Harbour, pour ensuite les lâcher à  Yalta. Quelle que soit la détermination du président Reagan (beaucoup plus prudent que Bush, père et fils, dans ses engagements militaires), c'est d'abord à leurs  propres efforts que les Polonais, les Tchèques  - et  les Russes eux-mêmes (2) - doivent d'avoir secoué le joug du communisme.

Qui parle de Munich ?
Tous ceux qui aujourd'hui  évoquent Munich à tort et à travers, devraient en outre se souvenir qu'une des grandes leçons des années trente est qu'on ne bafoue pas ou ne laisse pas bafouer impunément le droit international. Même si les conséquences funestes d'une rupture de l'ordre juridique n'apparaissent pas immédiatement, toute entorse ouvre la boite de Pandore. Or qui ne se souvent de l'euphorie avec laquelle Américains  et Européens l'ont piétiné, au nom des droits de l'homme, en agressant la Serbie en 1999 puis, plus récemment, en reconnaissant l'indépendance du Kosovo. Le consensus des grandes démocraties, disait-on avec une inconcevable légèreté, vaut toutes les résolutions du Conseil de sécurité ! Il est douteux que le reste du monde l'ait vu de cette façon. Moscou en tous cas n'a pas oublié. Les avertissements pourtant clairs par lesquels la Russie a signifié que la reconnaissance du Kosovo constituait un affront grave à son égard (3), ont été négligés. En Géorgie, où elle viole à son tour le droit international (mais ni plus ni moins que nous au Kosovo), elle nous rend la monnaie de notre pièce. La pente est assurément dangereuse.
La nouvelle politique du "cordon sanitaire" signifiée par l'élargissement indéfini de l'OTAN vers l'Est était doublement absurde. Elle négligeait le fait pourtant capital que depuis 1990 la Russie ne cherchait plus à exporter aucune idéologie. Elle promettait aux pays concernés un appui qu'en réalité, dès le départ, aucun Occidental n'était prêt à apporter.

La nécessaire modération

Doit-on aujourd'hui se contenter de contempler le désastre ?
Il est des imprudences qui ne se rattrapent guère: on peut craindre que celles qui ont été commises dans les Balkans en fassent  partie.
Mais les "Occidentaux" (on se demande à quoi correspond encore cette expression depuis la chute du communisme !) doivent aujourd'hui clairement admettre que la paix en Europe ne proviendra pas de l'écrasement d'un camp, si camp il y a, par un autre, par une réduction de la Russie à l'état de pays de seconde zone, ce que l'immense  espace dont elle dispose interdit de toutes les façons, à moins d'y  rappeler les Tartares.
La paix en Europe ne proviendra que d'un compromis fondé sur la modération, la reconnaissance du partenaire et un minimum d'égards pour  ses préoccupations. 
Peut-être même faudrait-il passer de nouveaux accords d'Helsinki. Sur quelles bases ? Sans doute l'intangibilité des frontières, ce qui supposerait qu'on ne reconnaisse, si c'est encore possible, ni le Kossovo, ni l'Abkhazie (ni demain la Flandre !). Il faut aussi s'interroger sur l'avenir de l'OTAN qui de fait protège si peu et, ressentie comme une menace par les Russes, n'est plus pour ses membres européens qu'un moyen de les contrôler. La Russie n'a sans doute pas le droit  d'attenter à la souveraineté de ses voisins, anciennes républiques soviétiques comprises. Mais pas plus que la France ne supporterait que quelque puissance lointaine vienne exciter la Belgique ou le Luxembourg contre elle, on peut comprendre qu'elle exige d'eux en échange une certaine neutralité. Qu'elle ne souhaite pas que la Géorgie, pays natal de Joseph Staline ou l'Ukraine, berceau historique de la Russie, lui deviennent antagonistes, est après tout compréhensible. A des degrés divers, que cela leur plaise ou non, la sécurité des pays de l'Europe centrale et orientale -  et celle de l'Europe en général -  passe par une forme ou une autre de modération vis-à-vis du grand voisin de l'Est. 


1. Mais au moins n'avaient-ils pas encouragé ces pays à provoquer l'Allemagne !
2. Et les Afghans !
3. La Russie pouvait estimer être impliquée dans les Balkans à un double titre : comme protecteur traditionnel des Chrétiens orthodoxes et comme membre permanent du Conseil de sécurité.

La France en Afghanistan ?

Publié dans En France

Que fait la France en Afghanistan ?
 

Avec l'embuscade tragique qui a coûté la vie à dix de ses soldats, la France a compris brusquement qu'elle était engagée en Afghanistan dans une vraie guerre. Avant tout, ces soldats méritent notre hommage et, avec leur famille, notre compassion.

Ils sont vraiment "morts pour la France". Honneur à eux.
My coutry, right or wrong disent les Américains.
Mais l'émotion n'interdira pas longtemps de poser la question de la justesse de l'engagement de 3000  soldats français dans la guerre d'Afghanistan.
Quelles peuvent en être les justifications ?
Pour les Etats-Unis, il s'agissait au départ de "punir" et de  chasser du pouvoir les complices de l'attentat du  11 septembre : le régime taliban du mollah Omar, lequel abritait Ben Laden et les camps d'entraînement d'Al Qaida.
Gent fort ingrate au demeurant puisque le mouvement taliban avait été créé de toutes pièces par les Américains en 1994 afin, déjà, de punir et chasser du pouvoir un de leurs  protégés, Gulbuddin Hekmatyar, maladroitement compromis dans un premier attentat contre le World trade center.
L'objectif de chasser les talibans fut très vite atteint, à un prix il est vrai lourd : pour les 3000 victimes du 11 septembre, plus de 100 000 victimes civiles et militaires afghanes environ, dont la quasi totalité n'était impliquée ni de près ni de loin dans l'attentat de New York. "oeil pour oeil, dent pour dent", dit l'antique adage biblique, finalement point si inhumain : on est, on le voit, dans cette affaire, très au-delà du compte.
L'incapacité des Américains  à installer un pouvoir stable à Kaboul (leur refus d'une restauration du roi Zaher Chah n'a pas facilité les choses) et la haine bien naturelle de l'occupation étrangère ont vite permis aux talibans de reprendre du poil de la bête au point qu'ils seraient déjà revenus à Kaboul si celle-ci n'était défendue par les Occidentaux. 


La "guerre des civilisations" ? 
On arrive au second but de la guerre : empêcher une faction susceptible de protéger les terroristes islamiques de reprendre le pouvoir. La guerre en Afghanistan ne serait dans cette perspective que la pointe avancée de la lutte de l'Occident contre le terrorisme, singulièrement islamique, un avatar de la nécessaire "guerre des civilisations".
Ce but de guerre s'inscrit dans une conception aujourd'hui répandue - et qui a largement inspiré le récent Livre blanc de la défense nationale -, de "stratégie globale", selon laquelle  le concept de défense du territoire national au sens classique serait périmé, à la fois parce que territorial et parce que national. 

L'idée d'un parti pro-terroriste semble tenir la route sur le papier. Elle ne prend cependant pas en compte un certain nombre de données concrètes :
- la base afghane n'a joué qu'un rôle accessoire dans le 11 septembre : loin d'être un coordonnateur tout-puissant, Ben Laden a surtout labellisé cet attentat - et d'autres ; si les "camps afghans" ont permis une mise en condition idéologique de certains comparses, l'attentat du 11 septembre a d'abord  été préparé en Occident par des éléments occidentalisés, arabes et non afghans ;   
- de toutes les façons, les talibans contrôlent aujourd'hui suffisamment de territoire pour protéger Ben Laden ; est-il vrai, comme le disent certains militaires français, que les Américains à qui ils avaient signalé sa position, ont refusé de l'arrêter ? Comme si  le méchant devait rester vivant jusqu'à la fin du film !   
- il n'y a plus eu d'attentat significatif aux Etats-Unis et dans la plupart des pays d'Europe depuis 2001 ;
- l'efficacité de la coordination policière entre les partenaires occidentaux, singulièrement entre les Etats-Unis et la France, est la cause principale de ce reflux du terrorisme : c'est là un facteur  autrement sérieux, dans la lutte contre le terrorisme, que d'obscurs combats dans les vallées du Panshir ; 
- les talibans se préoccupent peu de Ben Laden : ils ont d'abord le sentiment de se battre pour défendre leur patrie et leur foi ; c'est d'ailleurs leur force ;
- si les talibans revenaient au pouvoir, il y aurait moyen par des frappes ciblées de les dissuader d'apporter un concours aux terroristes, concours qui, de toutes les façons, vu leur position géographique, ne pourrait être que modeste ;
- le vivier des talibans est la tribu des Pachtounes à cheval sur la frontière du  Pakistan : ce pays immense, bien plus peuplé que l'Afghanistan, à la "gouvernance" catastrophique, travaillé par les intégrismes, disposant de l'arme nucléaire et pourtant protégé par les Etats-Unis, représente un risque autrement grave pour la paix que ne le serait un Afghanistan islamiste ;
- le concept de "sécurité globale", dépassant le seul cadre militaire, est à la mode : malgré ses défauts,  le régime taliban avait supprimé la culture du pavot ; sept ans après l'Afghanistan fournit 93 % de l'opium consommé en Occident !

A supposer que malgré ces considérations, on accepte encore la logique "guerre contre les talibans = guerre contre le terrorisme", il faudrait pour que notre engagement soit justifié, qu'on ait l'espoir de gagner cette guerre.
Or aucun stratège raisonnable n'imagine aujourd'hui une telle victoire possible. Comment croire qu'un engagement en définitive assez limité viendra à bout de milices aguerries et bien armées, recrutées dans des tribus aux fortes traditions guerrières, se battant dans un terrain particulièrement difficile qu'elles seules connaissent, et qui, après avoir résisté à la colonisation, ont tenu pendant dix ans la dragée haute aux Russes, voisins directs engagés avec des moyens autrement puissants ? Cette guerre est, de l'avis commun, encore bien plus mal emmanchée que ne l'était celle du Vietnam.
On dira en désespoir de cause que, même s'il ne peut gagner la guerre, l'Occident se doit d'être présent à cet endroit -là pour marquer une attitude offensive dans la guerre générale qui est menée contre l'islamisme. Mais à quel coût et jusqu'à quand ?
De plus cyniques, - il en est dans nos états-majors -, avouent en privé que peu importe la légitimité de cette guerre : elle est un utile terrain de manoeuvre en vraie grandeur, permettant aux armées de l'OTAN de rester aguerries. C'est faire bien peu de cas des victimes civiles afghanes, d'autant plus nombreuses que les bombardements indiscriminés, aussi habituels en ces circonstances que contre-productifs, sont pratiqués à grande échelle.

La défense est d'abord nationale
Mais par-delà les considérations d'opportunité se pose la question de principe de la "stratégie globale".
Qui ne voit que les considérations géostratégiques fumeuses peuvent justifier n'importe quelle expédition lointaine ?
Elles vont en tous les cas à l'encontre de la conception traditionnelle, capétienne si l'on veut (mais aussi bien républicaine) de la défense nationale : dans cette conception, la guerre est tenue pour une chose grave qui ne se justifie que quand se trouve en jeu pour un pays un intérêt à la fois essentiel,  spécifique, et certain. Si la lutte contre le terrorisme est assurément un intérêt essentiel, il s'en faut de beaucoup qu'il soit certain ni spécifique.
Nous avons montré le caractère incertain du lien entre la lutte contre le terrorisme et la guerre civile d'Afghanistan. 
Même si les Etats-Unis furent bien peu solidaires de la France au temps où celle-ci subissait de plein fouet le terrorisme tout aussi islamiste du FIS algérien, on veut bien admettre que par son ampleur, l'attentat du 11 septembre mérite notre solidarité, mais pas au point que l'intérêt de la France soit entièrement fondu dans un intérêt occidental unique.
Un pays n'est pas une entité abstraite perdue dans le champ de la mondialisation : il a une géographie et une histoire particulières qui déterminent ses intérêts propres. Même si ses frontières nationales ne sont pas pour le moment menacées, la France a des intérêts spécifiques, notamment en Afrique, qui ne sauraient être sacrifiés, comme on s'apprête à le faire, à des considérations de "stratégie globale".  Empêcher les milices Jandjaouies d'entrer au Tchad est  aussi important pour nous que fermer la route de Kaboul aux talibans. L'Afghanistan se trouve très clairement en dehors des zones d'intérêt traditionnelles de la France.  

Cette conception de la défense nationale fut celle du général de Gaulle qui, lui, savait combien la guerre est une chose grave : c'est peut être pourquoi il termina deux guerres et n'en commença aucune ; il fut aussi, on l'ignore trop, à partir de 1962, plus avare d'expéditions outre-mer qu'aucun de ses successeurs. 
La vertu qui gouverne cette conception est la prudence, laquelle ne signifie nullement une quelconque   pusillanimité munichoise mais implique au contraire de savoir frapper fort quand il le faut, c'est à dire rarement.
Le faut-il dans le cas de l'Afghanistan ? Les considérations qui précèdent montrent clairement que non.

24 août 2008

 

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version