Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

HUREAUX  Roland

HUREAUX Roland

Né le 14 juin 1948
Marié  - 7 enfants
 

Essayiste

Ecole normale supérieure (Saint-Cloud)
Institut d'études politiques (IEP)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Agrégé d’histoire
 
Sous-préfet
Diplomate
Conseiller technique
à la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (DATAR)
Conseiller
     Cabinet du président de l’assemblée nationale (Philippe Séguin)
     Cabinet du Premier ministre (Edouard Balladur)
Professeur associé à l’Institut d’études politiques de Toulouse
Rapporteur à la Cour des Comptes. 
 
Ouvrages
Un avenir pour le monde rural (1993) - Pour en finir avec la droite (1998) - Les hauteurs béantes de l’Europe (1999) - Le temps des derniers hommes (2000) - Les nouveaux féodaux (2004) - Jésus et Marie-Madeleine (2005) - L’actualité du gaullisme (2007) - L’Antipolitique (2007) - La grande démolition (2012) - Gnose et gnostiques des origines à nos jours (2015)

Articles
Publiés dansCommentaire, Communio (Revue catholique internationale) , La Revue des deux mondes,   Liberté politique, Le Figaro, Le Monde, Libération, Marianne, … etc.
Membre du comité de rédaction de Commentaire.

URL du site internet:

Les bombardements de Syrie

Publié dans De par le monde
Les bombardements de Syrie font craindre une orwellisation du monde  
 
Pour ceux qui ont suivi de près les événements du Proche-Orient au cours des dernières années, il fait peu de doute que la prétendue attaque à l’arme chimique dans le faubourg de la Ghouta à Damas (8 avril 2018) soit n’a pas eu lieu (il est si facile de trafiquer des photos et de leur faire faire le tour du monde), soit est une action "sous faux pavillon" fomentée par le dernier carré des djihadistes qui se trouvaient dans ce faubourg, aujourd’hui entièrement reconquis par l’ armée syrienne.
 
Un prétexte douteux
Il en avait été de même le 21 août 2013 : au  même endroit, le gouvernement syrien avait été accusé d’avoir utilisé des armes chimiques, or une étude indépendante du MIT (1) et une autre, selon de méthodes différentes, de Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, (OIAC, en anglais OPCW), basée à  La Haye (2), avaient démontré que l’attaque, bien réelle celle-là, ne pouvait pas venir des forces gouvernementales, ce qui conduisait à imaginer qu’il s’agissait d’une action d’Al Nosra, aidé par des forces spéciales occidentales (3). On se souvient pourtant du tollé que cette attaque avait suscité, le monde occidental en son entier ayant pointé un doigt accusateur vers Assad : Hollande demandait une intervention immédiate de l’OTAN et, à son grand regret, ne fut pas suivi par Obama (4). La célèbre juge internationale Carla Da Ponte avait également démenti qu’une autre attaque chimique près d’Alep soit venue de Damas. Doutes aussi sur l’opération récente de Khan Cheikhoun (4 avril 2017) (5).
Dans une interview à Newsweek (6) du 8 février 2018, le général James Mattis, pourtant considéré comme un faucon, a vendu la mèche en disant que le Pentagone n’avait jamais eu de preuves certaines que le régime de Bachar el- Assad ait tenté d’empoisonner son peuple à l’arme chimique.
Au demeurant, la seule source de la dernière attaque, ce sont les Casques blancs organisation prétendue humanitaire qui n’est que la doublure de groupes islamistes ; un film avait été réalisé à Hollywood sur cette organisation : mus par un reste de bons sens, les distributeurs ont refusé de le projeter en France.
 
Qui peut dire d’ailleurs l’intérêt que le président Bachar el-Assad et son mentor russe qui le surveille de près auraient pu trouver à utiliser des armes prohibées, peu efficaces et au retentissement symbolique fortement négatif au moment précis où ils venaient de gagner la bataille de Damas ?
De toutes les façons, il aurait fallu attendre l’expertise de l’OIAC pour se prononcer, ce qu’on s’est bien gardé de faire. Elle vient seulement de commencer.
Fâcheusement, les attaques sous faux pavillon sont devenues monnaie courante au cours des dernières années surtout, il faut bien le dire, de la part des Occidentaux. Déjà, le prétexte des bombardements du Vietnam du Nord avait été l’attaque d’un bâtiment de l’U.S. Navy dans le Golfe du Tonkin attribuée à Hanoï, dont on sait aujourd’hui qu’elle était un montage américain. La guerre de Yougoslavie a commencé par une opération de désinformation transformant l’escarmouche de Rajak entre l’armée yougoslave et les forces rebelles du Kosovo (15 janvier 1999) en génocide.  Plus récemment, la deuxième guerre d’Irak est partie de l’accusation des Etats-Unis à l’encontre de Saddam Hussein d’utiliser des armes chimiques et bactériologiques et d’avoir un programme nucléaire, ce qui s’est avéré faux.
 
Salisbury 
Les événements qui se sont produits à Salisbury (Royaume-Uni ) le 4 mars 2018 et qui ont contribué à mettre l’opinion occidentale en condition sont, eux, rocambolesques.
On nous a dit qu’un espion russe, Sergueï Skripal, passé à l’Ouest en 2010 et retiré depuis lors aurait été, avec sa fille, victime d’une attaque chimique de la part de la Russie de Poutine, cela "en plein territoire britannique". Il faut préciser que ces deux personnes ne sont pas mortes, ce qui devrait jeter quelques doutes sur l’efficacité du FSB (ex-KGB). Trouvées sans connaissance dans un jardin public, elles ont été emmenées à l’hôpital où elles se sont remises au bout de quelques jours. On fantasme sur une arme secrète qui ne ferait effet que quelque temps après l’injection. Devinette qui circule : quelle est l’arme biologique redoutable qui ne fait d’effet qu’après quelques heures, mortelle si on ne réagit pas mais dont on se sort vite si on se soigne à temps ? Réponse : une omelette aux champignons (Amanita phalloïdes) ! Que Theresa May et Boris Johnson aient engagé leur crédibilité sur une histoire aussi ridicule en dit long sur le déclin de la classe politique britannique. Macron, lui, a d’abord fait mine de se poser des questions pour se rallier sans preuves au bout de 24 heures à la thèse britannique de la culpabilité de Poutine. Là aussi, pourquoi Poutine aurait-il pris le risque de faire assassiner (sans y parvenir) un comparse de troisième ordre à quelques jours de sa réélection triomphale (18 avril) au risque de gâcher la fête ?
 
Des "frappes" de comédie ?
Irréels les prétextes, irréelles aussi les "frappes" occidentales de représailles. 103 fusées projetées sur la Syrie qui ne touchent que des bâtiments désaffectés et ne font aucune victime. Et ces projectiles ne sont pas des pétards : une fusée Tomahawk représente 500 kg de charge. Les sites tenus par les Russes ont été soigneusement évités. Les laboratoires et entrepôts prétendus chimiques visés, étaient aussi fantasmés que l’attaque au gaz de la Ghouta. Du mauvais cinéma.
Les contributions britannique et anglaise à l’attaque ont été faibles : à peine une vingtaine de vecteurs. La France en revendique douze, mais les Russes prétendent ne les avoir pas vus. Ils affirment en outre que l’armée syrienne, pourtant dépourvue des anti-missiles dernier cri, S 300 et S 400, aurait intercepté 71 des 103 vecteurs. Tout laisse supposer que les prétendues représailles ont été organisée en accord avec la Russie, ce qui en un sens est plutôt rassurant.
 
Vérité et liberté
Il reste que l’ensemble de l’épisode, du début à la fin, repose sur des mensonges. Sans doute les hommes politiques de premier plan ne sont-ils pas dupes (du moins on l’espère), mais ils s’en ont que mieux menti aux opinions occidentales, persuadées aujourd’hui que Bachar el Assad a utilisé des armes chimiques et que les Alliés l’ont, pour cela, lourdement sanctionné.
Cette dramatisation tient autant de la démonologie que de la démagogie ; en construisant une image monstrueuse du président syrien qui n’est ni meilleur ni pire que les autres dictateurs de la région, les dirigeants, en France en particulier, se donnent le beau rôle, celui du chevalier blanc qui punit le méchant. Infantile !
Singulière déchéance pour ce qu’on appelait naguère le monde libre, où il était acquis que la liberté et la vérité allaient de pair, le mensonge étant tenu alors pour le propre des régimes totalitaires. Le plus grave dans cette affaire est que nous assistons à une véritable orwellisation du monde occidental ; les  mots n’y ont plus de sens : "la guerre c’est la paix" ; que les puissants bombardent un petit pays, voilà un acte hautement moral. L’Empire ne tient que parce qu’une guerre obscure se poursuit indéfiniment quelque part à ses confins.
Par rapport aux idéaux qui semblaient devoir triompher en 1945 et à la longue guerre froide que se sont faite le camp de la liberté et celui du totalitarisme soviétique, c’est à une véritable inversion de signes que nous assistons.
Tout cela est grave : comme leurs enfant accros des jeux vidéos, les dirigeants occidentaux vivent désormais dans un monde virtuel – nous disons occidentaux car il semble bien que Poutine et ses proches aient, eux, gardé le sens du réel et la tête froide.
Certes par derrière la scène, les arrangements entre les états-majors américain et russe pour éviter tout affrontement direct montrent que, quelque part, un certain réalisme demeure – peut-être grâce à Trump. Mais pourquoi toute cette mascarade ?
Pourquoi aussi courir de tels risques ? Les grandes catastrophes arrivent par la perte du sens du réel. Or ceux qui semblent ainsi vivre dans l’irréalité ou au moins les contre-vérités, ne sont pas n’importe qui : ce sont les dirigeants de la principale puissance mondiale et de leurs deux principaux alliés, pas moins : autant dire qu’ils ont, plus que quiconque, barre sur le monde dans lequel nous vivons.
Et c’est bien ce qui rend le monde actuel éminemment dangereux et même inquiétant : cette déraison qui touche les dirigeants des principaux pays occidentaux, jusqu’où nous mènera-t-elle ?
 
(1) Massachussetts Institute of Technology 
(2) Cette étude de l’OIAC n’a pas été publiée, et pour cause ; elle a cependant fuité par l’agence de presse du Vatican
(3) Selon l’ambassadeur de Syrie aux Nations-Unies, des Français auraient aidé à cette manipulation.
(4) C’est surtout le refus du Parlement britannique qui a bloqué l’attaque. Cette fois il n’a pas été consulté, ce qui est sans précédent depuis la Magna carta (1215).
(5) D’autres opérations semblent avoir été faussement imputées à Bachar el Assad : ainsi l’assassinat de Rafik Hariri (2005)
(6)
http://www.newsweek.com/now-mattis-admits-there-was-no-evidence-assad-using-poison-gas-his-people-801542
Envoyé par l'auteur, 25 mai 2018

Affaire Bolloré

Publié dans En France
Affaire Bolloré :  à qui profitent les initiatives du parquet financier ?
 
La convocation, le placement en garde à vue et la mise en examen le 25 avril dernier de Vincent Bolloré pour des affaires qui se sont passées sur le continent africain montrent comment, hélas, la France, par le moyen de sa justice ou par d’autres, se tire des balles dans les pieds sur ce continent.
Notons d’abord qu’un juge d’instruction ne peut engager ce genre de procédure sans l’accord du procureur et donc sans que la hiérarchie judiciaire jusqu’au plus haut sommet de l’Etat en soit avisée. Hasard ? Les deux juges d’instruction désignés avaient déjà sévi dans l’affaire Fillon, dont personne n’entend plus parler après qu’elle ait permis au président actuel de se faire élire. Ces juges ont-ils au moins quelque connaissance de l’Afrique ? 
L’industriel est soupçonné d’avoir obtenu la concession des ports de Lomé (Togo) et de Conakry (Guinée), il y a déjà huit ans, de présidents qu’il aurait aidé par ailleurs à se faire élire, notamment par des rabais sur les conseils en communication. Les chefs d’inculpation sont
la "corruption d’agents étrangers dépositaires de l’autorité publique", l’ "abus de biens sociaux" et même le "faux et usage de faux".
 
Corruption ? Il s’agirait là d’une affaire bien mineure dans l’océan des turpitudes qui caractérisent depuis longtemps les relations des pays industriels avec beaucoup de pays du tiers monde. Jusqu’où faudrait-il remonter pour investiguer sur les relations des grandes sociétés pétrolières avec les gouvernements des pays producteurs, pas seulement en Afrique ? Le pacte du Quincy passé en 1945 entre le président Roosevelt et le roi d’Arabie, récemment reconduit, ne prévoyait-il pas l’attribution du monopole de l’extraction aux sociétés américaines en échange d’une protection politique ?
Au moins la gestion d’un port sert-elle l’intérêt d’un pays. Il n’en est pas forcément de même des juteux marchés d’armement qui permettent à certains gouvernements "amis" d’approvisionner en armes les djihadistes de Syrie, les mêmes qui commanditent des attentats dans nos villes – ou en tous les cas s’en réjouissent impudemment - ou encore de massacrer les populations civiles au Yémen. Beaucoup de chiffres circulent sur ces marchés et ceux qui, chez nous, en profitent. Loin qu’ils soient le prolongement de la politique de la France au Proche-Orient, il semble que ce soit au contraire cette politique qui est le prolongement de ces marchés.   
Nous encouragerions, dit-on, des chefs d’état corrompus ou non démocratiques. Au moins n’y a-t-il pas mort d’homme. Que dire de tel autre chef d’Etat, en Afrique de l’Est, auquel des rapports officiels du Haut-Commissariat aux réfugiés font porter la responsabilité du massacre de millions de personnes et qui est pourtant tenu à Bruxelles ou à Washington pour un "référent" régional ?  
Trop peu de Français osent encore s’engager sur le continent africain, au moment précis où il semble décoller et où il y a des places à prendre. Bolloré ou un autre : faut-il que notre justice les décourage ?  Une chose est certaine, les concurrents chinois de M. Bolloré, ne risquent pas de rencontrer des problèmes de ce genre.  
Faut-il aussi que ces procédures nous aliènent nos amis africains ? Des questions vitales comme l’immigration ne pourront être maitrisées sans leur collaboration.
 
Aujourd’hui tout le monde se mêle de tout. C’est en 2000 que, à la demande de l’OCDE, a été introduit l’article 435-3 du Code pénal qui permet de poursuivre des faits de corruption commis sur un territoire étranger. Les Etats-Unis ont vite appris à s’en servir, non contre leurs propres ressortissants mais contre des concurrents étrangers qu’ils veulent absorber ou éliminer : voir l’affaire Alstom. Nous nous en servons, nous, pour affaiblir nos positions.
Un autre genre d’action très déplorable, que la justice française ne fait rien pour décourager, est la procédure contre d’autres chefs d’Etat pour "biens mal acquis." En d’autres termes, la France s’arroge le droit de juger des responsables politiques africains pour les gains illégaux qu’ils auraient tirés de l’exercice de leur pouvoir sans que cela concerne d’aucune manière la France. Inutile de dire qu’aucune action de ce genre ne risque d’être engagée contre l’émir du Qatar ! Notre République française, qui se fait inquisitoriale pour les républiques africaines, est pleine de déférence pour les monarchies absolues du Golfe. 
 
Comme par hasard, on trouve dans ce genre d’action les mêmes avocats qui ont porté les plaintes contre Bolloré - et qui par ailleurs défendent les intérêts de Kagame. Rien de ce qui peut nuire à la France ne leur est étranger.
Il serait temps que nos magistrats – ou nos gouvernants, cessent de se considérer comme les juges de la terre entière ou, s’ils veulent le faire, qu’il n’y ait pas deux poids et deux mesures – ou alors qu’ils poussent, comme les Américains, l’hypocrisie jusqu’au bout en ne visant dans ces procédures que l’intérêt national !

Envoyé par l'auteur, paru sur roland.hureaux.over-blog.com, 9 mai 2018

La dégenèse

Publié dans A tout un chacun
La dégenèse
 
Au commencement était un monde multiforme et infiniment divers : des milliards de galaxies et d’étoiles, des milliards de planètes, une Terre divisée entre la mer et la terre ferme, avec des êtres vivants mâles et femelles, terrestres et marins, des animaux et des plantes et, sur la terre ferme, des hommes remarquablement divers par la race, la culture, la langue, répartis sur les différents continents et, au milieu d’eux, la perle de la civilisation, les peuples européens.
Le premier jour, il fut décidé de réunir les différents peuples d’Europe en un peuple unique, sous un Etat unique.
Le deuxième jour, il fut décidé de placer tous les peuples de la terre sous un gouvernement mondial unique, avec une langue commune simplifiée, à la portée de tous.
Le troisième jour, il fut décidé d’unir les hommes et les femmes pour constituer un genre unique également capable (ou incapable) de procréer.
Le quatrième jour, il fut décidé de ramener les hommes à leur condition animale, solidaires de tous les animaux, en généralisant pour marquer cette communauté le régime végétarien.
Le cinquième jour, la terre et la mer se trouvèrent confondus.
Le sixième jour, la terre et les cieux fusionnèrent en une immense galaxie.
Le septième jour, Dieu contempla le monde entièrement unifié dont toutes les différences avaient été abolies et qui n’avait plus rien à espérer que le retour au néant.  

Envoyé par l'auteur, 1er octobre 2017

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version