Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

JOURDIER Francois

JOURDIER Francois

Né le 9 juin 1930
Marié - 6 enfants 



Contre amiral (2°S) 



Ecole navale (1949)


Directeur du Centre d'Essais de la Méditerranée (1981-1986)
Inspection des Armements nucléaires (1978-1980)
Commandant du Bâtiment Atelier Jules Verne (1975-1976)
Etat-major des Forces Françaises du Sud de l'Océan Indien 
     à Madagascar puis à la Réunion (1972-1974)
Commandement du bâtiment de débarquement de chars (BDC) Bidassoa (1968-1969)
Ecole des Applications militaires de l'énergie atomique (1963-1968)
Divers embarquements
Guerre d'Indochine dans les forces fluviales du Sud VietNam (1952-1954)


Ouvrages
La désinformation et le journal Le Monde  (2004) Indochine 1952-1954 - Les Luc Binh - Souvenirs d'un marin du fleuve  (2008)
De Judas à Tartuffe - Lettres au Monde  (2009)
 


Distinctions 
Officier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre National du Mérite
Croix de guerre des TOE (Théâtre des opérations extérieures)
Chevalier des palmes académiques

URL du site internet:

Usine à gaz

Publié dans Du côté des élites
Usine à gaz (Retraites)
 
Si le but principal du gouvernement était d’avoir la peau des régimes spéciaux, qui ne sont absolument plus justifiés et coutent un "pognon dingue" c’est raté. Plutôt que de traiter simplement et ouvertement le problème, ce qui aurait provoqué certainement des mouvements de grèves identiques aux actuels mais qui n’aurait probablement pas recueilli de soutien populaire, le gouvernement a préféré noyer le poisson dans une refonte totale du régime des retraites. Cette façon de faire a déclenché, probablement à juste titre, l’inquiétude et le refus des futurs retraités, le pouvoir ayant perdu toute crédibilité comme l’a démontré amplement le mouvement des gilets jaunes. Deux ans de négociation avec les corps intermédiaires - on se demande à quoi sert le parlement -  n’ayant conduit à rien, le gouvernement a choisi l’époque de Noël pour dévoiler un projet qu’on peut qualifier de fumeux au point de provoquer l’opposition générale et non seulement celle des bénéficiaires de régimes spéciaux à l’évidence abusifs.
 
L’argument du gouvernement était qu’il y avait 42 régimes de retraite différents et qu’il convenait de les unifier en un seul régime général. Parmi ces régimes on trouve des caisses indépendantes, gérant les retraites de certaines professions généralement libérales, avocats, ingénieurs, médecins, qui ne coutent pas un sou à la collectivité.  La fusion de ces régimes en un système unique entrainerait hausse des cotisations et diminutions des retraites, bien entendu les intéressés s’y opposent.
Les retraites du privé et des fonctionnaires ne sont pas calculées de la même façon, mais sont-elles de niveaux tellement différents ? Ce n’est pas évident.
On trouve aussi parmi les régimes particuliers, les retraites de certaines professions qui ne peuvent rentrer dans le système général, en particulier pour l’âge de la retraite. Peut on demander aux danseurs de l’opéra et aux marins pêcheurs d’exercer jusqu’à 62 ans ? bien sur que non. On ne peut non plus envisager, les militaires, les policiers, les pompiers restant au service jusqu’à cet âge.
 
Il va donc falloir tenir compte dans un régime dit général de toutes les particularités et avantages acquis, le transformant en usine à gaz, toutes les dérogations faisant l’objet d’une foire d’empoigne pour la défense des différents intérêts catégoriels. La fin des régimes spéciaux ne se fera que sur des décennies, déjà le gouvernement a cédé aux policiers, promis une revalorisation du salaire des enseignants. Finalement on peut craindre que l’ensemble n’entraine une baisse générale des retraites et des injustices comme celles que doivent subir les mères de famille nombreuse.
On suivra avec intérêt l’évolution du régime de retraite des sénateurs dont la caisse dispose d’une cagnotte de l’ordre d’un milliard d’euros constituée au fil des ans sur fonds publics. Le président du Sénat s’appuie sur le principe de la séparation des pouvoirs exécutif et législatif, pour dire que c’est à lui de décider d’une éventuelle évolution du régime des retraites des sénateurs ; avec de tels arguments on peut craindre que nous ne soyons pas sortis de l’auberge.

Envoyé par l'auteur, 20 décembre 2019

Ouigours et compagnie

Publié dans De par le monde
Ouigours et compagnie
 
Un consortium de dix-sept média internationaux don Le Monde du 26 novembre viennent d’intervenir pour la défense des Ouïgours contre la répression chinoise. Le Figaro a immédiatement suivi. Cette campagne est beaucoup trop orchestrée pour être spontanée et on peut se demander quel est son but. Que l’on s’en prenne à la Chine pour la révolte de Hongkong, très bien, elle veut soumettre cette région à un régime d’oppression qui est tout sauf démocratique.
 
La question ouïgoure est très différente : les Ouïgours - ethnie turcophone musulmane sunnite, implantée dans la province autonome du Xinjiang au nord-ouest de la Chine - résistent à l’intégration et surtout ont eu à plusieurs occasions recours au terrorisme : le 28 octobre 2013 des terroristes ouïgours commettent un attentat place Tien An Men qui fait cinq morts et quarante blessés. Le 1er mars 2014 un attentat dans la gare de Kunming fait vingt-neuf morts chinois et 130 blessés.
Depuis la Chine surveille la région comme le lait sur le feu et a mis en place un programme antiterroriste très strict mais qui semble efficace. Le fichage est généralisé pour des prétextes divers, il existe une base de données de surveillance de la population.
On a ouvert de nombreux camps de rééducation où auraient transité un million d’ouïgours sur une population totale de 11,5 millions.
 
Ce qui est étonnant c’est qu’alors que l’Occident combat partout l’islamisme on prenne sa défense en Chine.
Il est vrai que les méthodes chinoises ne sont pas transférables en Occident, mais sont-elles pires que Guantanamo ou les assassinats ciblés sans compter les interventions en Afghanistan ou en Syrie ?
Il y a déjà eu le précédent Rohingyas : les Rohingyas qui sont aussi musulmans sunnites venus du Bangladesh s’étaient installés en Birmanie ou ils ne respectaient pas les lois birmanes et vivaient selon la charia. A la suite d’attaques régulières de postes de douane et de commissariats de police, les Birmans décidèrent de les expulser au Bengladesh qui n’en voulait pas les considérant comme des fauteurs de trouble : Indignation des grandes âmes occidentales.
C’est le même comportement étrange qui amena les Etats Unis et leurs alliés à s’en prendre à la Serbie pour l’obliger à se séparer du Kosovo qui est devenu un pseudo état musulman ou règnent le désordre et la corruption.
 
L’Europe dont la France, combat depuis des années le terrorisme islamiste y compris sur son territoire, les victimes se comptent par centaines et les cités périphériques de grandes villes ont pratiquement fait sécession et sont de plus en plus incontrôlables. Nous allons voir revenir des centaines de Français djihadistes partis nous combattre en Syrie, une immigration de masse traverse la Méditerranée par les îles grecques, la Libye, la Tunisie, Gibraltar… La France combat l’islamisme au Sahel depuis des années au prix de pertes importantes. Est-ce bien nécessaire de défendre les Ouïgours ?

Envoyé par l'auteur, 3 décembre 2019

Idéologie et énergie

Publié dans En France
Idéologie et énergie
 
Avant il y avait un ministère de l’Energie, maintenant il y a un ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, on est passé de la gestion rationnelle à l’idéologie.
Le nucléaire produisait dans d’excellentes conditions de l’électricité bon marché et abondante mais les écolos n’en veulent pas et sont bien décidés à en avoir la peau.
La loi no 2015-992 du 17 août 2015 "relative à la transition énergétique pour la croissance verte", son intitulé suffit à en comprendre l’esprit, prévoit de réduire la part du nucléaire de 75 % à 50% sans aucune justification d’autant que l’énergie nucléaire ne produit pas de CO2. Cela entraine l’arrêt de réacteurs pouvant encore produire de nombreuses années et le retard de nouvelles constructions.
On s’en prend à deux symboles : la centrale de Fessenheim et le réacteur de Flamanville.
La centrale de Fessenheim a le seul tort d’être la plus ancienne des centrales en service et d’être dans le collimateur des Allemands et des Suisses, elle peut encore fonctionner de nombreuses années moyennement refonte.
Le réacteur en construction à Flamanville est un EPR dit de 3ème génération dont la construction se heurte à des surcoûts, d’importants retards et des malfaçons. Des EPR ont été construits en Chine et sont maintenant en exploitation, leur principe n’est donc pas en cause. Les problèmes viennent d’un arrêt de construction de réacteurs depuis plus de 15 ans, entrainant une perte de savoir-faire, du renforcement des normes de sécurité à la suite des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima et d’un chantier mal conduit. Pour les écolos c’est le cheval de Troie de la lutte contre le nucléaire : il ne faut pas construire de nouveaux réacteurs avant la mise en service de Flamanville. Cela se comprendrait si l’énergie nucléaire n’avait pas fait ses preuves, mais des centaines de réacteurs de la même filière sont en service ou en construction à travers le monde dont 58 en France. Flamanville est un problème ponctuel non significatif, ne remettant pas en cause la production d’électricité nucléaire. Néanmoins deux décisions sont prises à la grande satisfaction des écolos : on ferme Fessenheim sans attendre et on attend la mise en service de Flamanville pour décider de la construction de nouveaux réacteurs. Les écolos pensent avoir gagné et voir à terme l’abandon du nucléaire et son remplacement pas de myriades d’éoliennes qui ne produisent que quand elles veulent et défigurent les paysages. Ajoutons que le plus gros des éoliennes est importé. A ce sujet on peut remarquer que Flamanville ne met nullement en cause la production d’énergie nucléaire, et que si on ne sait plus construire des réacteurs on peut en acheter aux Russes voire aux Chinois, ils se feront un plaisir de nous en vendre. Ce sera un abandon industriel de plus dans un domaine où la France était un leader.
Et puis soudain EDF annonce que le gouvernement lui a demandé d’étudier la construction de six nouveaux EPR sur une durée de 20 ans. Fureur des écolos entrainant le rétropédalage du gouvernement, la ministre déclare que ce n’est pas EDF ni son PDG qui fixe la politique énergétique du Pays. Voilà comment on est gouverné dans le flou et l’indécision, pourtant une énergie fiable et économique est la clé de la relance industrielle. Il n’est que temps de remettre sur pied l’énergie nucléaire.

Envoyé par l'auteur, 22 novembre 2019

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version