Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

JOURDIER Francois

JOURDIER Francois

Né le 9 juin 1930
Marié - 6 enfants 



Contre amiral (2°S) 



Ecole navale (1949)


Directeur du Centre d'Essais de la Méditerranée (1981-1986)
Inspection des Armements nucléaires (1978-1980)
Commandant du Bâtiment Atelier Jules Verne (1975-1976)
Etat-major des Forces Françaises du Sud de l'Océan Indien 
     à Madagascar puis à la Réunion (1972-1974)
Commandement du bâtiment de débarquement de chars (BDC) Bidassoa (1968-1969)
Ecole des Applications militaires de l'énergie atomique (1963-1968)
Divers embarquements
Guerre d'Indochine dans les forces fluviales du Sud VietNam (1952-1954)


Ouvrages
La désinformation et le journal Le Monde  (2004) Indochine 1952-1954 - Les Luc Binh - Souvenirs d'un marin du fleuve  (2008)
De Judas à Tartuffe - Lettres au Monde  (2009)
 


Distinctions 
Officier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre National du Mérite
Croix de guerre des TOE (Théâtre des opérations extérieures)
Chevalier des palmes académiques

URL du site internet:

L'Europe complice des passeurs

Publié dans Avec l'Europe
Naïveté et inconscience - L'Europe complice des passeurs 

Les Européens dans leur candeur naïve, se comportent comme les aides des passeurs libyens qu’ils prétendent éliminer. Sofia, l’opération militaire lancée en juin 2015 par l’Union européenne pour neutraliser les embarcations de migrants, se fait en fait la complice des passeurs qui assurent la traversée des migrants de la Libye vers l’Italie et l’Europe.
On estime à 800 000 le nombre de clandestins originaires de l’Afrique subsaharienne cherchant à quitter la Libye pour gagner l’Europe.
Alors que l’immigration par la Grèce est à peu près contenue grâce à la fermeture de la route des Balkans, l’immigration à partir de la Libye est en pleine croissance. En avril il y aurait eu quelque 9 000 passages, en mai 20 000. Il s’agit certes d’Erythréens, de Somaliens ou de Soudanais fuyant leur pays où règne la guerre civile, mais aussi de réfugiés économiques venant du reste de l’Afrique, Guinéens, Ivoiriens, Gambiens, Nigerians, Ghanéens…
 
Et c’est bien là le risque à long terme : la croissance démographique de l’Afrique est actuellement de 3 % par an alors que la croissance économique n’est que de 1 %, maintenant obérée par la baisse du prix des matières première, principale ressource de L’Afrique.
Pourtant l’aide extérieure à l’Afrique est considérable, de l’ordre de 35 milliards de dollars par an depuis 1960. L’UE a versé 25 milliards d’euros en 2010, 38 en 2015… Il faut ajouter les remises de dette et les aides privées, tout cela pour un résultat proche du néant.
Le chômage est en pleine croissance, en particulier chez les diplômés. Cette situation va perdurer tant que ne sera pas institué un contrôle des naissances, avant ce sera la submersion de l’Europe
 
Tout cela explique le désir d’émigration notamment vers le supposé eldorado européen. Pour la grande majorité des migrants ouest africains, la première étape est le Niger où ils sont pris en charge par des passeurs qui organisent le voyage transsahariens jusqu’en Libye. En 2015 quelque 100 000 migrants auraient transité par le Niger.
En Libye une autre chaine de passeurs prend le relais, suivant les antiques voies transsahariennes. Mais l’étape la plus importante et la plus difficile est le franchissement de la Méditerranée. Après avoir empilé les migrants dans de véritables entrepôts, les passeurs les entassent dans des embarcations délabrées et des pneumatiques pour gagner Lampedusa et Malte.
 
Jusqu’à il y a peu, la traversée était risquée et les naufrages nombreux, les embarcations étant surchargées. Maintenant les passeurs conduisent les migrants jusqu’à la limite des eaux territoriales libyennes et les abandonnent après avoir alerté les bateaux européens. Les bateaux de l’opération de Frontex, "Sofia", dont la mission est de neutraliser les embarcations de passeurs, se transforment en bons samaritains et après avoir récupéré les migrants les transportent en Europe se comportant ainsi en complice des passeurs.
A cela il faut ajouter les grandes âmes de l’Aquarius "bateau citoyen" affrété par l’association SOS Méditerranée qui se targue d’avoir sauvé 917 personnes d’une mort certaine.
 
L’Aquarius a l’intention de passer l’été entre la Libye et la Sicile et fait appel à aide financière. "Nous sommes des messagers. Nous souhaitons partager avec nos donateurs les expériences que nous avons vécues en mer".Braves gens, qui organisent l’invasion de l’Europe. Car tout cela crée un appel d’air de tous les migrants qui attendent de passer la Méditerranée.
Et pourtant les autorités Libyennes disent lutter contre l’immigration clandestine mais elles ne disposent que de faibles moyens.
Il est faux de considérer les migrants embarqués volontairement dans des embarcations et des pneumatiques surchargés comme des naufragés, sauf à les sauver quand ils sont réellement en danger, mais de toute façon il est irresponsable de les emmener en Europe. Il conviendrait au contraire de les ramener en Libye avec l’accord des autorités libyennes qu’il faudrait aider. C’est le seul espoir que le flot se tarisse.

Paru sur dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

Trahison

Publié dans Du côté des élites
Trahison
 
Je ne sais ce qu’il faut penser de la loi "Travail" mais là n’est pas le problème. Ce que je sais c’est qu’en démocratie, c’est au Parlement de voter les lois et que, en l’occurrence, en ne renversant pas le gouvernement quand Vals a employé le 49-3, il a ratifié la loi "Travail" et que la seule façon d’y revenir est d’attendre les prochaines élections et de voter en conséquence.
Au cours de 37 années de carrière militaire au service de la France, jamais l’idée ne me serait venue de ne pas obéir au gouvernement légitime du pays et les militaires qui s’y sont risqués en 1961 ont été sévèrement condamnés.
 
Or que voit-on ? Un meneur, répondant au nom de Philippe Martinez, à la tête d’une organisation syndicale représentant 2,7% des salariés, a décidé de mettre à genoux l’économie française, se constituant en contre-pouvoir avec l’idée de faire plier le gouvernement quels que soient les coûts et les moyens. Il ne s’agit d’ailleurs pas tellement de combattre une loi qui, vraisemblablement, avec les navettes entre les Assemblées, ne sera jamais votée, mais de montrer que la CGT existe encore par son pouvoir de nuisance.
Utilisant des méthodes staliniennes – la grève dans les raffineries décidée par la CGT, n’est jamais soumise au vote – Martinez pourrit la vie de ses concitoyens en les privant d’essence, de transports en commun voire d’électricité.
Le plus curieux dans cette affaire est que la CGT, comme les autres syndicats, vit de subventions de l’Etat qu’on serait bien inspiré de supprimer.
La SNCF, l’EDF et la RATP que la CGT appelle à la grève ne sont en rien concernées par cette loi, protégées qu’elles sont par des statuts d’un autre âge.

Ayant atteint moi-même un âge avancé, je peux dire que Philippe Martinez qui fut communiste s’il ne l’est pas encore, me rappelle Maurice Thorez qui déserta en 1939, Henri Martin qui sabota son bateau partant pour l’Indochine, Georges Boudarel, commissaire politique dans un camp d’officiers français prisonniers du Vietminh et Maurice Audin qui participa à la bataille d’Alger aux côtés du FLN, une longue lignée de traîtres que ne dépare pas Martinez. Autrement dit, il est lui-même un traître d’autant que la France est en état d’urgence sous menace terroriste.
Puis-je suggérer que la CGT soit dissoute et interdite et que Philippe Martinez soit embastillé et jugé pour trahison.

Paru sur dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

COP 21, la fausse menace

Publié dans De par le monde
COP 21, la fausse menace
 
Le 22 avril quelque 160 pays se sont réunis à New York pour signer l’accord survenu à la fin de la COP21 à Paris. Signer mais pas ratifier, il faudra plusieurs années, l’accord n’entrera en vigueur que quand 55 pays représentant 55 % des émissions des gaz à effet de serre l’auront ratifié.
A un climato-sceptique, la COP21 apparaît comme une grande kermesse, un peu vaine et trompeuse.
D’abord que l’accord ait recueilli l’unanimité des 197 participants, aux intérêts si divergents, allant de Nauru et des Kiribati, à la Chine et aux Etats Unis, montre ce qu’il contient de promesses non tenues et d’espoirs déçus. Ensuite parce que l’origine anthropique du réchauffement climatique n’est absolument pas prouvée, le GIEC lui même n’étant sur qu’à 95 %, ce qui laisse de la place au doute.
Pour la Société du Calcul Mathématique la lutte contre le réchauffement climatique est "une croisade absurde, coûteuse et inutile", il n’existe aucune donnée objective qui permette d’affirmer que le climat soit "détraqué", il est variable comme il l’a toujours été, bien avant l’ère industrielle.
Le Suisse Werner Munter lui pense que l’homme n’est pour rien dans le réchauffement climatique, dans les 10 000 dernières années, il y a eu cinq pics de températures comparables à celui que nous vivons.

Les causes des variations climatiques peuvent être les variations d’activité du soleil, ou des instabilités à grande constante de temps de la circulation des océans. D’ailleurs si les glaces arctiques fondent, il n’en est rien en antarctique.
Alors pourquoi n’entend-t-on pas les climato-sceptiques ? Il y a une telle pression médiatique qui frise le terrorisme qu’ils préfèrent probablement se taire, surs qu’ils sont de n’être pas crus et d’être cloués au pilori. La lutte contre le réchauffement climatique est devenue une religion et le silence des climato-sceptiques est celui des catacombes, rappelons nous Claude Allègre.
D’ailleurs comment peut-on croire que la Chine, l’Inde ou les Etats Unis puissent sacrifier leur économie, opter pour la décroissance pour économiser l’énergie ? L’accord n’est pas contraignant et à long terme, on a bien le temps pour ne pas l’appliquer.
Rien ne prouve que le climat actuel soit un optimum, un réchauffement de 2° de la température en France, serait agréable et la nature s’adapterait, cela entrainerait en plus des économies sur le chauffage.
Entre 9000 et 6000 avant notre ère les températures moyennes africaines étaient de 2° supérieures à aujourd’hui ce qui provoqua une augmentation des pluies, le Sahara était une savane avec des lacs, des arbres et des éléphants.
Quoi qu’il en soit la température exceptionnellement élevée constatée en 2015, est plus due à un phénomène El Nino exceptionnel qu’au réchauffement climatique.

Mais cette fixation sur le réchauffement climatique détourne l’attention de la vraie menace qui pèse sur la planète et en particulier sur la vieille Europe. Il s’agit de la croissance de la population mondiale.
Pour l’Europe la menace d’invasion vient de l’Afrique maghrébine et sub-saharienne, le déferlement a déjà commencé principalement à partir de la Libye via Lampedusa, Malte, l’Italie, mais aussi par Gibraltar, les enclaves espagnoles et même l’Europe de l’Est. L’actuelle, immigration venue du Moyen Orient détourne l’attention de l’émigration africaine potentiellement beaucoup plus importante et non liée à des causes circonstancielles, guerres, insécurité, persécutions politiques ou religieuses. La croissance démographique africaine est une tendance lourde qui va durer. Le taux de fécondité africain est de 4,5 enfants par femme contre 2,5 pour le reste du monde et moins de 2 en Europe. La population africaine augmente de 2,5 à 3 % par an, si bien qu’elle va passer de 1.1 milliard aujourd‘hui, à 2,4 milliards en 2050 et  à 4 milliards en 2100. Or si la population croit de 3 % par an les ressources agricoles augmentent de 1 % seulement. La première conséquence est l’exode rural de populations qui ne trouvent plus de quoi se nourrir et l’urbanisation galopante qui engendre des conurbations monstrueuses qui ne parviennent pas à maitriser leurs problèmes alimentaires, énergétiques, sanitaires, environnementaux. En 1950, 14 % des Africains vivaient en ville, ils devraient être 60 % en 2050. Lagos devrait en 2030 regrouper 24 millions d’habitants et Le Caire 25 millions.

Si l’Afrique ne se développe pas à un rythme suffisant, ce qui est probable – il faudrait atteindre un taux de croissance de 7 % - et ne maîtrise pas sa démographie, c’est par millions que les Africains vont déferler vers les pays développés et en particulier l’Eldorado européen. Et il ne s’agira pas de populations instruites, formées mais de pauvres hères, déracinés culturellement qu’il ne sera pas possible d’assimiler.
Pour que l’Afrique se développe, il faudrait privilégier l’éducation et la formation, investir dans les infrastructures nécessaires, passer de l’intérêt tribal à l’intérêt national et surtout contrôler la démographie, ce n’est pas la tendance actuelle. 
Ce n’est pas la COP 21 qui règlera cette menace.

dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version