Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

JOURDIER Francois

JOURDIER Francois

Né le 9 juin 1930
Marié - 6 enfants 



Contre amiral (2°S) 



Ecole navale (1949)


Directeur du Centre d'Essais de la Méditerranée (1981-1986)
Inspection des Armements nucléaires (1978-1980)
Commandant du Bâtiment Atelier Jules Verne (1975-1976)
Etat-major des Forces Françaises du Sud de l'Océan Indien 
     à Madagascar puis à la Réunion (1972-1974)
Commandement du bâtiment de débarquement de chars (BDC) Bidassoa (1968-1969)
Ecole des Applications militaires de l'énergie atomique (1963-1968)
Divers embarquements
Guerre d'Indochine dans les forces fluviales du Sud VietNam (1952-1954)


Ouvrages
La désinformation et le journal Le Monde  (2004) Indochine 1952-1954 - Les Luc Binh - Souvenirs d'un marin du fleuve  (2008)
De Judas à Tartuffe - Lettres au Monde  (2009)
 


Distinctions 
Officier de la Légion d'Honneur
Officier de l'Ordre National du Mérite
Croix de guerre des TOE (Théâtre des opérations extérieures)
Chevalier des palmes académiques

URL du site internet:

A droite toute

Publié dans Du côté des élites
A droite toute
 
Il devient difficile de qualifier "d’extrême droite" un parti qui regroupe maintenant le tiers de l’électorat. En fait c’est maintenant le parti qui se qualifie de droite, "les républicains", qui occupe le centre. D’ailleurs il a du mal à y trouver sa place, NKM se fait virer pour critique de Sarkozy – et en plus d’ambition démesurée : "Elle se voyait déjà, tout en haut de l’affiche", exit la bobo - Rafarin fait les yeux doux à Valls et voudrait bien rallier les perdants, curieuse tendance, et ce n’est pas fini : la droite repoussée au centre se cherche un espace, Estrosi se propose de gouverner en PACA avec les socialistes, qui ne sont plus personne, mais surtout pas avec les 45 % d’électeurs du FN qui sur beaucoup de sujets pensent comme lui.
La "droite" n’a pas compris que plus de 60 % des électeurs avaient les mêmes préoccupations - la perte de l’identité française à la suite d’une immigration encore incontrôlée, le chômage toujours croissant, l’insécurité dans de grandes zones du territoire - et qu’il serait plus intelligent plutôt que de se joindre aux perdants qui ont fini de nous mettre dans cette situation, de se regrouper à droite et de cesser les invectives et les excommunications.
 
Réfléchissons à ce que sera l’offre à la présidentielle de 2017 : à partir du moment où on abandonne le premier tour à la perturbatrice, ce qui semble l’idée générale, on aura en face d’elle au second tour, un des deux anciens présidents ou un ancien premier ministre ou quelque outsider, ancien premier ministre, ancien ministre, enfin un cheval de retour qui depuis vingt ans occupe les tréteaux de la République avec le succès que l’on voit. Que les gens de droite qui à l’image de Philippe de Villiers se désolent d’assister à l’asservissement de la France, puis à sa disparition sous les coups de Washington, Berlin et Bruxelles sans parler de l’islamisme, recherchent ce qu’ils ont en commun avec le FN et créent un grand parti de droite ferme sur ses convictions et sur ses valeurs.
La "droite républicaine" est morte, abandonnons les mous à un marais dont il ne sort jamais rien, créons un grand parti de la droite nationale où on trouvera bien les intelligences et les volontés capables de redresser la France et de lui donner foi en son avenir.

dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

COP21

Publié dans Du côté des élites
COP21
 
Ils sont tous arrivés dans leurs avions, souvent très gros comme l’américain et le chinois, avec leurs milliers de délégués, personne n’a eu l’idée de faire un ramassage. La manifestation accueillera 40 000 personnes, la voiture d’Obama "the Beast" pèse sept tonnes et sa consommation n’est pas communiquée. Bref une débauche de produits pétroliers et de "gaz à effet de serre" (GES).
On y rencontre 150 chefs d’état, du chinois représentant un milliard trois cents millions d’humains au président de Nauru, plus petit état du monde après le Vatican (non convié), un ilot à guano de Micronésie de 21,3km2 ,épuisé par la surexploitation et où maintenant l’Australie parque ses immigrés expulsés.
J’aimerais connaître le "bilan carbone" de cette conférence de dix jours. Il est vrai que pour les menus des restaurants les circuits courts et les produits de saison sont privilégiés, avec obligatoirement de la cuisine végétarienne - on vient de découvrir que la viande était cancérigène -, il est vrai aussi que chaque pays aura obligation de compenser la production de GES liée à la conférence (non ne riez pas). Les chasses d’eau ne seront que de 1,5 litre.
Le budget voté par le Parlement, est de 187 millions d’euros, pour sauver la planète ce n’est pas cher, à Copenhague on avait dépensé 182 millions, mais la conférence avait été un fiasco qu’il faut à tout prix éviter.
Il est vrai aussi que le climat a toujours changé et que l’année 2015, opportunément particulièrement chaude, l’a été probablement beaucoup plus à cause d’un el Nino renforcé que des activités de l’homme. Il n’empêche, il paraît qu’il y a 95 % de chance que le réchauffement planétaire ait une origine anthropique ce qui laisse quand même une probabilité de 5 % (estimation douteuse du GIEC) aux "climato-sceptiques" espèce obstinée mais considérée comme constituée de minus habens.
 
Et pourtant on peut s’étonner de certaines choses : la France est actuellement grâce au nucléaire un des pays avancés les plus décarbonés, que veut-on faire : réduire la part de l’atome dans la production de l’électricité de 75 % à 50 %. La "transition énergétique", qui consiste à utiliser les énergies renouvelables, vent, soleil, courants marins, amène un renchérissement de l’électricité et donc des coûts de production, ce qui n’est guère souhaitable dans un pays à fort chômage.
L’Allemagne qui abandonne le nucléaire voit la consommation de charbon et de lignite s’accroître et le prix de l’électricité s’envoler.
Les écolos français ont réussi à empêcher la traversée du Verdon par une ligne à haute tension jugée disgracieuse, ils prônent maintenant la construction de milliers d’éoliennes, et d’hectares de panneaux solaires.
On nous montre quotidiennement Pékin envahi par le smog pour nous expliquer qu’il faut réagir, confondant pollution à basse altitude qui est un phénomène local et gaz à effet de serre qui sont dans la haute atmosphère.
Il est notable que dans toutes les propositions pour la lutte contre le réchauffement climatique, personne n’ose proposer le développement du nucléaire qui a depuis 50 ans, hormis les accidents de Tchernobyl et de Fukushima qui auraient du être évités par une meilleure surveillance à la construction, donné satisfaction. L’atome a tué infiniment moins que le charbon et l’industrie chimique et permet de produire de l’électricité d’une façon continue à un coût acceptable.
 
Alors la COP21 sera-t-elle un échec ? Certainement pas, on se mettra d’accord sur une déclaration et des engagements sur le long terme contraignants que le parlement américain refusera de ratifier comme d’habitude. L’Inde un des gros pollueurs invoquera son état de pays en développement pour s’exonérer de toute obligation. Seuls quelques pays européens dont la France s’engageront sur des objectifs inatteignables qu’ils contourneront par des artifices à la Volkswagen.
Chacun dans cette conférence poursuit des objectifs contradictoires, les pays développés, se pénaliser le moins possible, les pays pauvres venant chercher des subventions qui se perdront dans les puits sans fond, de la mauvaise gestion, de la corruption, de la prévarication et des guerres tribales.
A vrai dire la principale menace ne vient pas du réchauffement climatique mais de la croissance démographique mondiale, entrainant une urbanisation galopante source de misère et de troubles.
En particulier l’Afrique qui en 1950 représentait 9 % de la population mondiale, en représentera un quart en 2050 puis 40 % à la fin du siècle : 1,2 milliard d’habitants au jour d’hui, 2,4 en 2050 puis 4,2 à la fin du siècle. Dans l’état actuel des choses, le continent sera bien incapable de nourrir une telle population.
La croissance démographique incontrôlée là est le véritable défi et non le réchauffement climatique.

Paru sur dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

Avec un allié comme ça…

Publié dans Avec l'Europe
Avec un allié comme ça…
 
Il est possible que le chasseur russe abattu par la chasse turque ait survolé la Turquie ; s’il l’a fait et si l’on en croit les relevés radar présentés par les Turcs, c’est sur quelques kilomètres et pendant quelques dizaines de secondes. Quand on voit la trajectoire, il est évident que la Turquie n’a jamais été menacée. En éliminant la possibilité improbable d’une initiative des chasseurs turcs, il s’agit d’une action délibérée et préméditée, contraire au droit des gens.
D’ailleurs les rebelles syriens ont tiré sur les pilotes éjectés qui tombaient en territoire syrien, ce qui est un crime de guerre.
Au moment ou le président français s’emploie à constituer une coalition allant des Etats Unis à la Russie pour combattre l’EI, on peut penser à une tentative de sabotage de la part des Turcs.
A dire le vrai, l’objectif d’Erdogan n’est pas l’élimination d’EI mais d’une part la lutte contre les Kurdes, principaux adversaires d’EI dans le Kurdistan syrien, d’autre part la défense des turcophones syriens qui combattent Bachar el-Assad et de ce fait sont bombardés par les Russes. Notons que ces rebelles turcophones ont été équipés via l’Arabie Saoudite et la Turquie de missiles antichar américains TOW, auxquels les chars syriens relativement anciens ne résistent pas.
Comme on peut, avec les Russes, estimer que la coalition anti EI a besoin de l’armée loyaliste syrienne pour combattre EI, on ne peut que constater que les Turcs agissent en alliés d’EI. D’ailleurs la Turquie entretient entre autres, avec EI un trafic de pétrole transporté par camions auquel s’en sont pris les Américains, les Russes et les Français qui ont détruit des centaines de camions et des réservoirs de pétrole.
Dans ces conditions la Turquie ne se comporte pas en allié mais soutient les adversaires de la coalition. L’ennui est que la Turquie appartenant à l’OTAN en appelle au soutien de l’alliance.
Le président Hollande, s’il veut sauver sa tentative diplomatique entre les Etats Unis et la Russie, se doit d’exiger le désaveu de la Turquie par l’OTAN et que l’alliance présente ses excuses aux Russes ; en cas de refus le mieux pour la France serait de quitter l’OTAN, ce qui de toute façon serait la meilleure chose à faire.
Quand on a un allié comme la Turquie, il est inutile d’avoir des ennemis.

Paru sur dejudasatartuffelettresaumonde.hautetfort.com

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version