Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

BICHOT Jacques

BICHOT Jacques

Né le 5 septembre 1943
Marié – 4 enfants


Economiste
Professeur émérite à l'Université Lyon 3


Doctorat en mathématiques
Doctorat d’Etat en sciences économiques
 
Carrière universitaire en mathématiques puis en économie
Professeur émérite à l’université Jean Moulin (Lyon 3)
 
Membre du Conseil Economique et Social (1984-1999)
Responsabilités dans le mouvement familial (1980-2001)
 
Ouvrages (sélection)
Huit siècles de monétarisation (1984)
Économie de la protection sociale (1992)
Quelles retraites en l’an 2000 (1993)
La monnaie et les systèmes financiers (1997)
Retraites en péril (1999)
Les autoroutes du mal( avec Denis Lensel)(2001)
Quand les autruches prendront leur retraite (avec Alain Madelin) (2003)
Atout famille (avec Denis Lensel) (2007)
Urgence retraites, petit traité de réanimation (2008)
Retraites : le dictionnaire de la réforme (2010)
Les enjeux de 2012 ; abécédaire de la réforme (2012)
La mort de l’Etat providence ; vive les assurances sociales 2013)
Le Labyrinthe, compliquer pour régner (2015)

Distinctions
Chevalier de la légion d’honneur
Chevalier des palmes académiques

URL du site internet:

Quand le MEDEF aura-t-il... ?

Publié dans Du côté des élites
Quand donc le MEDEF aura-il un projet sérieux pour les retraites ?
 
Le MEDEF a récemment publié un document de 170 pages intitulé : Les réformes à mener pour la France de demain. Dans la partie intitulée "Faire de la protection sociale un atout", 3 pages sont consacrées au thème "Préparer l’avenir de nos retraites".
Il y aurait beaucoup à dire sur la façon dont l’organisation patronale aborde le problème du financement : alors que le leitmotiv de son projet est la baisse du coût salarial et de celui de la protection sociale, le MEDEF n’envisage même pas l’hypothèse d’un basculement des cotisations patronales sur les cotisations salariales, seule façon de faire prendre conscience aux salariés de leur véritable rémunération et du coût de la protection sociale ! Mais concentrons-nous ici sur la question des retraites par répartition, qui "mobilisent aujourd’hui 13,7 % du PIB", comme le dit justement le MEDEF.
 
La première page attire l’attention sur la baisse du ratio cotisants sur retraités, mais les rédacteurs n’en tirent pas la conclusion qui s’impose : à savoir que, la générosité d’un système par répartition dépendant au premier chef de la démographie, il est absurde d’attribuer des droits à pension au prorata des cotisations vieillesse, lesquelles ne donnent aucune indication sur ce qui pourra raisonnablement être consacré aux retraités dans plusieurs décennies. 40 ans après l’avertissement d’Alfred Sauvy selon lequel nous ne préparons pas nos pensions par nos cotisations vieillesse, mais par nos enfants, le MEDEF n’a toujours rien compris.
 
La seconde page est consacrée à deux propositions : "reculer l’âge légal de la retraite à 65 ans", et "faire converger les régimes publics et privés", expression maladroite pour plaider en faveur d’un alignement des régimes de fonctionnaires sur le régime général, qui s’applique aux salariés du secteur privé, mais qui n’a rien de privé. La proposition concrète est de calculer la retraite des fonctionnaires sur la base de la rémunération moyenne, primes comprises, des 25 meilleures années, au lieu du traitement indiciaire des 6 derniers mois.
Cette proposition n’a de sens que si l’on reste dans le cadre de régimes par annuités.
 
Or la troisième page préconise au contraire le passage à un "système de retraite par points". Cela veut-il dire qu’après avoir bouleversé une première fois les règles de la retraite pour les fonctions publiques, on les changerait à nouveau pour passer des annuités aux points ? Cela revient à conseiller à un patron qui veut changer et l’implantation de son usine, et son matériel, de commencer par transférer les vieilles machines dans le nouveau local, pour ensuite seulement les remplacer par du matériel moderne !
 
Enfin le MEDEF entend procéder à un regroupement de nos trois douzaines de régimes en trois régimes, "un pour les salariés du privé (piloté par les partenaires sociaux), un pour les travailleurs indépendants et un troisième pour la fonction publique". Pourquoi 3 régimes plutôt qu’un seul ? Le MEDEF ignorerait-il que la compensation démographique entre régimes fonctionne très mal ? Ses spécialistes de la protection sociale devraient quand même savoir, par exemple, qu’elle est incapable de pourvoir aux besoins de régimes démographiquement sinistrés comme celui des mines, ou de la SNCF, ou des exploitants agricoles, ou encore des ouvriers de l’État (1) ? Comment ce système trinitaire survivrait-il, si l’État, les collectivités locales et les hôpitaux se mettaient à recruter principalement sous contrat de travail ordinaire ? Les subventions publiques devraient s’envoler : est-ce cela que veut le MEDEF ? Une étude moins superficielle aurait évidemment conclu à la création d’un régime unique, conforme à la fois au goût des Français pour l’égalité et à la logique de la répartition.
 
Rappelons à ce propos ce que disait le ministre du travail et de la sécurité sociale, Daniel Meyer, lors de la préparation de la loi du 17 janvier 1948 qui instaura, contre son avis, la pluralité de régimes qui, depuis lors, nous empoisonne la vie : "Dans le domaine de la vieillesse, il est manifeste qu’aucun régime d’assurance sociale n’est viable s’il ne s’adresse pas à un groupe social dans lequel la répartition entre les éléments âgés et les éléments actifs présente une certaine stabilité. Or, il n’est pas exagéré de dire que c’est seulement dans le cadre de la population d’un pays que l’on peut trouver cette stabilité."
Le passage aux points serait l’occasion rêvée pour mettre en place un régime unique de retraites par répartition. Un tel régime unique pourrait parfaitement être distribué par des organismes en concurrence, tout comme le fait d’avoir une monnaie européenne unique ne nous empêche pas de choisir la banque à laquelle nous nous adressons pour tenir notre compte courant. Que le MEDEF ne l’ait pas compris est à peine croyable, et pour tout dire désespérant.
 
(1)  Ce dernier régime, par exemple, n’a plus qu’un cotisant pour 3 retraités, ce qui a pour conséquence seulement 460 M€ de cotisations pour 1 835 M€ de pensions (en 2015). La compensation démographique ne lui fournit que 52 M€. L’État est obligé de verser une subvention de 1 387 M€. Et cela pour seulement 102 000 pensionnés et 31 000 cotisants !

L’effacement démographique...

Publié dans Avec l'Europe
L’effacement démographique européen
 
L’INSEE vient de publier le nombre de naissances en France métropolitaine au mois de janvier : 60 400, contre 62 600 en janvier 2016, la baisse s’établit à 3,5 %. L’année 2016 était en diminution de 2 % par rapport à 2015, elle-même en baisse de 2,7 % par rapport à 2014 ; le mouvement s’est accentué en décembre 2016 : 3,8 % de naissances en moins qu’en décembre 2015. Il semblerait donc que la chute de la natalité amorcée en 2015 soit partie pour continuer en 2017 : la France métropolitaine pourrait tomber cette année en dessous de 730 000 naissances.
Pour l’Union européenne, nous ne disposons pas de chiffres pour 2016, mais ceux de l’année 2015 sont alarmants : 5,09 millions de naissances pour 5,2 millions de décès. Le déficit de naissances culmine en Bulgarie (70 000 bébés face à 110 000 cercueils), mais il est fort dans plusieurs pays : l’Allemagne, où il manque près de 200 000 naissances pour équilibrer les décès ; l’Italie, en déficit de 160 000 ; la Grèce, la Roumanie, le Portugal, la Hongrie, la Croatie, sont largement "dans le rouge". Un déficit plus grave que celui des budgets publics, et qui se combine avec lui : car imagine-t-on l’Italie, par exemple, ramenée dans quelques décennies à 55 millions d’habitants dont beaucoup de vieillards, rembourser une dette accumulée par 60 millions d’habitants comportant une bien plus forte proportion d’adultes en âge de travailler ?
 
La raréfaction des bébés européens peut-elle être compensée par l’immigration ? Sur le plan purement économique oui, dans une certaine mesure, si les arrivants ont la volonté de travailler et si la formation de ceux qui arrivent sans compétences professionnelles réellement utiles est bien organisée. Sur le plan culturel, c’est une autre paire de manches : les colons européens ont beaucoup influencé les modes de vie des pays dans lesquels ils se sont installés ; les colons asiatiques, africains et sud-américains qui s’installeront en Europe feront de même. De grands changements sont à prévoir.
 
À long terme, la démographie est un facteur d’une extrême importance. Certes, "à long terme nous serons tous morts", comme disait Keynes. Mais beaucoup d’entre nous s’intéressent à ce qui arrivera à leurs enfants et petits-enfants. Si la peur de ce qui pourrait bien être leur sort – vivre dans un cadre qui ne sera plus occidental – nous dissuade de procréer, un processus auto-réalisateur de nos craintes se mettra en marche : le "grand remplacement", pour reprendre l’expression popularisée par l’ouvrage de Renaud Camus, surviendra d’autant plus sûrement que nous éviterons d’avoir des enfants pour leur éviter de vivre cette épreuve.

Ruineuse décentralisation ?

Publié dans En France
Ruineuse décentralisation ?

Les hommes politiques qui ne sont pas "à gauche toute", quand ils se présentent à une élection, ne manquent pas de ressasser le même refrain : il faut diminuer la dépense publique, et pour cela réduire le nombre des fonctionnaires. Pour le prochain quinquennat, ils expliquent par exemple qu’il faut diminuer de X centaines de mille le nombre de fonctionnaires. Certains précisent que, dans ce but, ils prévoient de ne remplacer qu’un fonctionnaire sur deux parmi ceux qui partent à la retraite. D’autres veulent embaucher principalement sous contrat salarial ordinaire.
Parmi les points importants qui restent le plus souvent en dehors des limites de leurs épures se trouve le fonctionnement des collectivités territoriales et la prodigieuse augmentation du nombre de leurs employés. Ces collectivités ont actuellement recours à 1,9 million d’agents, et l’augmentation de cette "fonction publique territoriale" (locution, en abrégé FPT, qui inclut aussi bien les contractuels que les fonctionnaires stricto sensu) a été, depuis 1982, beaucoup plus rapide que celle des deux autres fonctions publiques, celle de l’État (FPE) et celle des hôpitaux (FPH).
 
Pourtant, des témoignages comme celui d’Aurélie Boullet, auteur (sous le pseudonyme Zoé Shepard) du récit intitulé Absolument dé-bor-dée (Albin Michel, 2010), devraient inciter à la réflexion : ne serait-ce pas là qu’il y a le plus de "gras" dont la disparition ne nuirait nullement au "muscle" ? Et l’affaire des emprunts toxiques territoriaux, qui a "coûté plus de 5,5 Md€ aux contribuables et aux banques" selon Les Echos du 9 février, ne devrait-elle pas orienter les recherches d’économies dans la même direction, en osant ébranler l’un des piliers de la doxa "politiquement correcte", à savoir que la décentralisation serait une merveille ?
 
Quelques chiffres  
En prenant comme indice 100 les effectifs 1982, on arrive en 2003 (selon le document Chiffres-clés 2005 du ministère de la fonction publique) à l’indice 113 pour l’emploi total, 114 pour la FPE, 127 pour la FPH et 143 pour la FPT. Les progressions de la PFE et de la FPH n’ont rien de choquant : l’État a créé des emplois comme l’ensemble de l’économie française, à un rythme légèrement supérieur à celui de la démographie (la population a augmenté de 10,7 % entre ces deux dates) ; les établissements hospitaliers ont logiquement augmenté un peu plus leur personnel en raison du fort développement des techniques médicales et chirurgicales ; mais comment expliquer le bond en avant de la FTP ?
 
Pour la période récente, les Chiffres-clés 2016 indiquent la progression de 2004 à 2014 : base 100 en 2004, on arrive en 2014 à 103 pour l’ensemble de la FP comme pour l’emploi total, mais à 90 pour la FPE, 112 pour la FPH, et 124 pour la FPT. Certes, des postes ont été transférés de l’État aux collectivités territoriales, particulièrement dans les établissements scolaires, mais cela n’explique pas tout. On ne saurait écarter a priori l’hypothèse selon laquelle la façon même dont fonctionnent les collectivités territoriales les incite à créer des postes en nombre excessif.
 
L’impact de la décentralisation
La décentralisation fut lancée par Gaston Defferre, ministre de l’intérieur et de la décentralisation de 1981 à 1984. La loi du 2 mars 1982 eut pour objet, notamment, de remplacer par un "contrôle de légalité" le contrôle de tutelle auquel étaient jusque-là soumises les collectivités territoriales. Dès lors, le contrôle devint purement légaliste : dès lors qu’ils ne commettent pas d’infraction, les élus locaux sont intouchables ; leurs erreurs de gestion, comme par exemple l’émission d’emprunts comportant des clauses à haut risque – les fameux emprunts "toxiques" – ne peuvent plus être sanctionnées, si ce n’est au niveau électoral. Il en va de même pour les embauches à tout-va, y compris celle des "petits copains", et pour les subventions en tous genres, pourvu que les apparences légales soient sauves.
 
Dans une petite commune, le contrôle de l’équipe municipale par la population peut être efficace : les électeurs sont dans une certaine mesure à même de se rendre compte si tels travaux d’aménagement ou telle création de poste présentent une utilité réelle.
En revanche, dans les communes de grande dimension, dans les communautés urbaines, dans les départements et les régions, le contrôle démocratique par la base ne fonctionne plus guère : la gestion est si complexe que personne, à de rares exceptions près, n’y comprend goutte, si bien que le vote "politicien" en faveur de l’équipe qui se réclame d’un parti choisi au niveau national l’emporte souvent sur le vote "local" basé sur la gestion.
 
Il résulte de cela que se constitue une sorte de féodalité : des ducs, comtes, barons et hobereaux régionaux, départementaux ou urbains se substituent pour une large part aux serviteurs du pays que sont les préfets et autres hauts fonctionnaires à responsabilité territoriale. Et, bien entendu, cette noblesse d’un nouveau genre – ni d’épée, ni de robe, disons une noblesse d’urnes – n’a de cesse de s’entourer (aux frais du contribuable, ou en empruntant) de ce que l’on appelait jadis une "maison" (un ensemble de serviteurs et de courtisans).
 
En revenir au principe de subsidiarité
Le caractère démocratique  de la gestion d’une région, d’un département ou d’une grande agglomération est purement factice. Il faut, certes, gérer des problèmes qui ne sont ni nationaux, ni locaux, mais pour mettre en œuvre une bonne gestion les élections ne sont pas la solution : des "grands commis de l’État" feraient le travail de façon plus professionnelle et plus impartiale, générant par rapport à la situation actuelle d’importantes économies, notamment en matière de personnel.
En revanche, au niveau réellement local, la démocratie de proximité, mise en œuvre du principe de subsidiarité (régler les problèmes au plus près possible de ceux qui les vivent), ferait merveille. À l’échelle de quelques milliers de citoyens, l’équipe municipale connait chaque famille et le dévouement de ses membres, récompensé par de modestes honneurs et de menues indemnités, peut rendre inutile le recours à de nombreux agents salariés. Bien des problèmes pourraient aussi être réglés à ce niveau mieux qu’ils ne le sont aujourd’hui par la bureaucratie d’une entité territoriale de moyenne ou grande dimension, ce qui diminuerait le besoin d’embaucher de plus en plus d’agents.
 
Bref, la voie la plus prometteuse pour nous sortir de l’ornière où nous a plongé la décentralisation d’apparence mise en place en 1982 est probablement un double retour : au rôle de l’État dans la gestion des grandes unités territoriales et urbaines, et à la démocratie de proximité, réellement respectueuse du principe de subsidiarité, pour les "villages" au sens large du terme, englobant non seulement les villages ruraux mais aussi les quartiers urbains possédant une réelle identité.

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version