Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

BOLUFER Jean-Paul

BOLUFER Jean-Paul

Né en 1946
Marié - 5 enfants
 




Préfet honoraire


Institut d’études politiques de Paris
Ecole nationale d’administration
Institut des hautes études de défense nationale.
 


Maire-adjoint de Colombes (Hauts-de-Seine)
Conseiller métropolitain du Grand Paris
Conseiller territorial de la Boucle Seine-Nord
 
Chargé de mission au Secrétariat général de la défense nationale (1974-77)
Chef-adjoint puis directeur-adjoint du cabinet de Jacques Chirac à la Mairie de Paris (1979-86)
Directeur de cabinet
     de la secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée de la francophonie,  Lucette Michaux-Chevry (1986-88)
Directeur général des services et directeur de cabinet
     du président du conseil régional de Midi-Pyrénées, Marc Censi (1989-96)
Préfet, directeur de cabinet du préfet de la région Ile-de-France, préfet de Paris (1996-97)
Préfet, directeur des Journaux officiels de la République française (1997-2007)
Directeur de cabinet du ministre du logement et de la Ville, Christine Boutin (2007)
Contrôleur général économique et financier [Ministère de l'Economie et des finances] (2008-2012)
 
Ancien maître de conférences
     à l’Institut d’études politiques de Paris,
     à l’Ecole nationale d’administration,
Ancien chargé de cours à l’université Paris-2 et à la faculté de droit de Nice,
Professeur, responsable de la filière droit-sciences politiques, depuis 2008
     à la faculté  libre de droit, d’économie et de gestion de Paris (FACO)
Secrétaire général de la fondation Claude Pompidou (1980- 1989 puis 1996-2007)
 
Fondateur du Cercle de la Cité, président du club Dialogue et humanisme et du club Témoin
Officier de réserve
 
Ouvrages
Co-auteur de "Projet pour la France", édition Livre-Essor (Prix renaissance 1984)
 
Distinctions
Chevalier de la légion d’honneur
Officier de l’ordre national du mérite

URL du site internet:

L’action locale

Publié dans A tout un chacun
Faire contribuer l’action locale au redressement national
 
Tous ceux qui ont participé, directement ou indirectement, à la vie politique nationale depuis une quarantaine d’années, peuvent témoigner que celle-ci a été source de déceptions aussi récurrentes que cruelles pour les convictions que nous portons, soit que les espérances mis en tel dirigeant se soient révélées trompeuses, soit que le résultat des élections ait déjoué ces mêmes espérances : le cru 2017 vient de le confirmer encore une fois !
En revanche, l’action locale, qu’elle soit communale, départementale ou régionale, permet bien davantage d’inscrire ses convictions dans le pays réel.
Les raisons en sont assez claires : tout d’abord, on le sait, l’idéologie tient peu de place au niveau des territoires. Dès lors qu’on cherche à résoudre des problèmes tels que la sécurité des biens et des personnes, le soutien aux commerçants et aux autres chefs d’entreprise, le logement des familles, la scolarisation et l’accueil des tout petits, la voirie, le secours aux plus démunis, etc… les choix sont le plus souvent dictés par le terrain. Si on ajoute que les exécutifs locaux ne peuvent, à la différence des gouvernements, présenter un budget en déficit, ne serait-ce que d’un euro, on comprend pourquoi la bonne gestion est également la marque nécessaire de la gestion territoriale… Ensuite, parce que le rôle des partis y est bien plus réduit, y compris dans les plus grandes villes : je le constate tous les jours dans la mienne qui dépasse les 85 000 habitants. Même lorsque le responsable de l’équipe aux commandes se prévaut d’une étiquette politique, celle-ci est vite effacée par les préoccupations quotidiennes, d’autant plus que la plupart des autres élus n’ont pas d’appartenance partisane. Enfin, et cela est peut-être l’essentiel, dans une collectivité où les rencontres sont quotidiennes entre élus et habitants, qui partagent la même vie et se retrouvent dans les mêmes lieux, on ne peut pratiquer la "langue de bois" et l’action politique est immédiatement jugée en fonction de ses résultats.
 
Dès lors, deux possibilités se présentent : soit, concentrer ses efforts sur la seule gestion, dont on connait les "figures imposées" –réductions des dépenses, économies d’effectifs, modération des investissements pour ne pas augmenter excessivement la dette-. Cet impératif, qui est loin d’être négligeable, n’entrainera pour autant aucune adhésion profonde –même s’il se traduit notamment par une pause fiscale - s’il ne s’accompagne pas d’un véritable projet collectif, fondé sur une vision à long terme de la collectivité. Et c’est là – seconde possibilité - que l’action locale peut porter de vrais fruits : dans une commune en particulier, lieu d’excellence de l’incarnation politique, il appartient à ceux qui exercent une responsabilité de donner du sens à leur action en prenant des initiatives qui peuvent progressivement transformer le comportement et le cadre de vie des habitants. Les exemples sont très nombreux : aide à la création d’une école indépendante en lui cédant un terrain ou un local devenu sans objet, soutien à l’accueil des futures mères en difficulté et aux modes de garde familiaux, encouragement à la mixité générationnelle dans le parc social, préparation au mariage civil, politique d’intégration systématique pour les nouveaux naturalisés, découverte du patrimoine culturel national pour les élèves, participation des citoyens à des missions civiques en créant, entre autres, des auxiliaires de sécurité, renforcement de la solidarité au sein des conseils de quartier, organisation de conférences sur des sujets de fond, attention marquée aux projets culturels, spectacles vivants avec le concours des habitants… la diversité des actions possibles est considérable et riche de conséquences très positives.
 
En outre, s’agissant du "Comment faire", chacune de ces actions peut être facilement confiée à un adjoint ou un conseiller municipal et s’appuyer sur une association existante : le principe de subsidiarité doit pleinement s’appliquer.
Au lieu donc de se satisfaire de lamentations permanentes sur les malheurs du temps – et Dieu sait qu’ils sont graves - tournons-nous délibérément vers les potentialités de ces actions locales : que nous soyons élus, animateurs associatifs ou simples citoyens capables d’en convaincre nos édiles, soyons initiateurs de projets qui, demain, de proche en proche, feront plus pour la renaissance de la société française qu’un changement de majorité au Parlement

Article publié dans la revue Permanences n°565, envoyé par l'auteur,18 juin 2018

Immigration : le regard...

Publié dans En France
Immigration : le regard d’un élu de terrain
 
Colombes : commune pauvre dans un département riche –les Hauts-de-Seine-,  86000 habitants, 33% de logements sociaux, mais aussi plus grande zone pavillonnaire d’Ile-de- France avec 10 000 maisons individuelles, forte population immigrée, essentiellement africaine et maghrébine, concentrée principalement dans les quartiers nord, municipalité allant de la droite au Modem depuis 2014 après 36 ans de communisme et 6 de socialisme, tradition catholique issue de la Mission de France, présence importante des associations de solidarité et d’entraide.
 
Le but de cet article n’est sûrement pas d’entrer dans le débat sémantique sur les différentes définitions de l’immigration, qui n’ont d’ailleurs que peu d’intérêt face aux problèmes posés, ni de rappeler les évidentes exigences chrétiennes d’accueil de l’étranger, qui ne constituent pas pour autant les éléments d’une politique de l’immigration dans le contexte actuel.
Il s’agit simplement ici de décrire un paysage pour mieux comprendre, au-delà des exercices théoriques, la nature de quelques questions rencontrées au jour le jour, au risque assumé de privilégier la sécheresse du "Vrai" à la conscience du "Bien".
 
Le décrochage scolaire : nous réunissons une fois par trimestre un Conseil des droits et devoirs de la famille (CDDF) qui reçoit, avec leurs parents, les enfants qui sont en cours de déscolarisation, afin d’éviter leur basculement dans la délinquance. Ce dispositif préventif concerne à 50% des familles immigrées dont les enfants sont souvent tentés par le trafic de drogue. Rappelons qu’un adolescent qui fait le "chouf" (alerte les dealers sur l’arrivée de la police) peut gagner jusqu’à 100 euros par jour. La raison ordinaire ne tient pas aux causes économiques (chômage des parents) ou sociales (grande pauvreté) ni même à l’absence de structures de loisirs (médiathèques, MJC, clubs sportifs sont nombreux) mais au laxisme dans l’éducation, les enfants étant trop souvent livrés à la rue et aux mauvaises fréquentations. La supervision parentale reste l’élément déterminant en matière de prévention.
 
La délinquance : les fiches de sécurité établies chaque semaine décrivent les atteintes à la sécurité des biens et des personnes, les agressions physiques, les violences conjugales et l’ensemble des crimes et délits, allant de la simple rixe de rue à l’usage d’armes à feu. 90 % de ces actes sont imputables à des personnes immigrées. Pour le trafic de stupéfiants, ce chiffre atteint les 100 %, avec une composante exclusivement africaine et maghrébine. Le plan Borloo, qui ne propose aucun remède en la matière, serait, s’il était appliqué, un nouvel échec, avec à la clé un nouveau gaspillage des deniers publics.
 
Les immigrés en situation irrégulière : j’ai été désigné, au nom de l’association départementale des maires, pour présider la commission départementale des titres de séjour (CDTS). Celle-ci donne un avis au préfet sur les demandes de régularisation des personnes en situation irrégulière (présentes en France depuis au moins 10 ans). Depuis trois ans, la CDTS, qui reçoit individuellement chaque demandeur, a dû rejeter environ 75 % de ces demandes pour insuffisance d’intégration, notamment pour incapacité à s’exprimer en français. Le préfet a d’ailleurs, jusqu’à présent, toujours suivi les avis de la commission.
 
Les nouveaux naturalisés : périodiquement, sont conviés à la mairie pour une réception, précédée d’un discours d’accueil, les nouveaux naturalisés, c’est-à-dire d’une part les adultes qui ont sollicité la nationalité française, d’autre part les jeunes majeurs qui l’obtiennent automatiquement par droit du sol. Les premiers y viennent avec assiduité et un visible plaisir, les seconds, pourtant invités avec leurs parents, en sont très largement absents. Là encore, le plan Borloo fait silence
 
Il serait certes facile de multiplier les exemples convergents, mais, naturellement et fort heureusement, ces comportements sont souvent le fait d’une minorité et ne doivent surtout pas conduire à stigmatiser l’ensemble des immigrés. Ils démontrent néanmoins, parce qu’ils nuisent fortement à l’image des personnes immigrées, et sauf à vouloir ignorer la réalité du terrain, l’échec de nos politiques d’intégration, en particulier dans le domaine familial, éducatif et culturel, parent pauvre des diverses "politiques de la Ville" qui se sont succédées et dont la Cour des comptes a, entre autres, dénoncé l’absence d’efficacité malgré les moyens importants mis en œuvre.
 
La première leçon à en tirer est que les politiques d’intégration doivent s’appuyer sur une volonté politique de l’Etat et ne pas s’en remettre aux seules associations qui excellent dans l’accompagnement des personnes mais ne sentent pas toujours légitimes dans les actions plus directives. A cet égard, il faut évacuer le débat très intellectuel entre le modèle multiculturel d’une société dite inclusive –préconisé par le très controversé rapport Tuot de 2013- et le schéma jacobin de la culture dite "gauloise" pour, simplement, éveiller à l’amour de notre culture dans toute sa richesse, sans oublier que, sous ce rapport, la population d’origine est souvent aussi dépourvue que la population immigrée ! Sans une éducation à l’amour de la France, de sa langue, de son histoire, de sa culture, rien ne sera possible, comme l’a très bien expliqué Jean-François Chemain.
 
La seconde leçon, sans doute moins consensuelle, est pourtant tout aussi incontournable : tant que l’intégration ne parviendra pas à des résultats probants, il faut limiter l’immigration extra-européenne à des cas très limités et clairement définis (experts, étudiants de haut niveau, métiers notoirement insuffisants en France) dans l’intérêt même des candidats à l’immigration. Un argument de bon sens le justifie : dans quels territoires accueillir aujourd’hui de nouveaux migrants ? dans les zones denses, où leur nombre excessif génère déjà des ghettos sans aucune mixité, même si la présence de leurs compatriotes les y attirent inévitablement, ou dans des contrées rurales éloignées des grands centres où difficultés économiques et vide culturel inspirent pour les Français eux-mêmes un sentiment d’abandon.
 
Tel est en tout cas ce que dicte leur expérience à la plupart des élus de terrain lorsqu’ils ne sont pas sous la pression des médias ou prisonniers de stratégies électorales. Si on persiste à ne pas les écouter, ils se contenteront de "boucher les trous" les plus urgents sans que la perspective d’une "libanisation" du pays puisse être écartée d’un simple revers de la main.

Envoyé par l'auteur, 16 juin 2018
Article paru dans le numéro 88 du bulletin de l’Observatoire chrétien de l’entreprise et de la société

Elections, un point de vue...

Publié dans A tout un chacun
Brève note sur les élections présidentielles et législatives : un point de vue chrétien
 
Comme à chaque élection, les chrétiens, spécialement les catholiques, s’interrogent sur leur vote et le sens qu’ils doivent lui donner. C’est un signe de bonne santé démocratique et, bien qu’il ne soit pas nécessaire de le rappeler, la preuve de la parfaite intégration des chrétiens à nos institutions politiques. Ce seul constat rend d’ailleurs rhétorique la différence classique  entre "Chrétiens français" et "Français chrétiens" (cf. le livre du même titre de Natacha Polony, Fabrice Hadjadj et Dom Paul Préaux, éditions Salvator, 2017) qui n’est qu’une autre façon de dire la distinction entre le témoignage et l’engagement, dont chacun est finalement libre du choix.
Dans le même sens, la brève note qui suit n’a pour ambition que de donner un éclairage permettant  à cette liberté de s’exercer le mieux possible.
Un rappel initial élémentaire : ni l’Evangile ni le Compendium ne constituent un programme politique, n’en déplaise aux récupérateurs de tous bords. A s’en tenir au Compendium, il énonce un certain nombre de principes généraux dont l’avantage est toutefois de couvrir un champ assez large du politique. Principes suffisamment connus pour que cette note ne s’y attarde pas. Plus intéressant en revanche est de rechercher, à partir de ces principes, si des applications concrètes, forcément différentes selon les pays et selon les époques, pourraient être proposées, comme le pape François –et ses prédécesseurs aussi- nous y ont invités plusieurs fois.
Pour cela, nous disposons certes d’outils de réflexion complémentaires du Compendium comme, par exemple, les deux contributions des évêques français de 2016 : "2017, année électorale. Quelques éléments de réflexion" et "Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique". Dans ce cas non plus, je ne m’y attarderai pas, à la fois pour le même motif que le Compendium, mais aussi dans la mesure où ces textes, toujours intelligents, profonds et nuancés, restent encore à un niveau de généralités trop grand pour éclairer suffisamment leurs lecteurs dans leurs choix concrets.
 
Finalement, donc, outre la méditation nécessaire et utile des sources précédentes, est-on renvoyé à l’exercice de notre liberté de conscience, sans doute bordée par des références à la dignité de chaque homme, à l’option pour les plus pauvres, à la destination universelle des biens, à la solidarité, à la subsidiarité, au respect de l’environnement, etc… mais d’autant plus "autonome" que lesdites références peuvent être interprétées dans bien des sens, sauf à vouloir les instrumentaliser selon ses préférences partisanes.
Pour exercer le mieux possible cette liberté de conscience, et afin qu’elle ne devienne pas le paravent un peu facile d’un contournement social, d’un évitement politique, voire d’un déguisement idéologique, comment ne pas invoquer la notion de Bien commun, en essayant de lui donner un contenu assez précis dans la France de 2017 ?
En effet, la première utilité concrète du Bien commun est de ne pas s’empêtrer dans la confusion de la morale privée et de la morale publique. Si la première a pour finalité, d’un point de vue chrétien, la participation de chaque fidèle au salut, c’est précisément le Bien commun qui constitue la finalité de la seconde. Qu’on ne s’y trompe pas : les vertus privées des responsables politiques sont plus que souhaitables mais, dans un pays laïc, elles  peuvent d’autant moins dicter le choix des électeurs que leur connaissance par les citoyens dépend de plus en plus d’un "bon" vouloir médiatique ou de la capacité des "réseaux sociaux" français ou étrangers à diffuser les rumeurs qui arrangent. A ce titre d’ailleurs, les qualités d’hommes d’Etat de Mazarin, Bonaparte ou Clémenceau ne pèseraient guère ! Reste donc, comme valeur sûre, l’apport attendu de chaque candidat au Bien commun, entendu comme "la dimension sociale et communautaire du bien moral" (Compendium §164).
Ainsi, la seconde utilité de ce dernier est qu’il n’est assimilable ni à l’intérêt général –car il prend en compte l’épanouissement de tous les biens personnels -, ni au bien public – car il respecte le principe de subsidiarité plus que les définitions étatiques du bien - ni, encore moins, à l’utilité publique – qui est de l’ordre du positivisme juridique -. Avant d’être commun, il est d’abord un Bien, englobant pour le chrétien "toutes les conditions sociales nécessaires à la perfection des groupes et de leurs membres" (Gaudium et Spes §26), qu’il s’agisse des biens matériels nécessaires à une existence digne ou des biens spirituels contribuant à la poursuite des fins dernières de la personne (Compendium §170).
 
On voit donc que le Bien commun, qui est la raison d’être de l’autorité politique (Compendium §168), dessine assez bien les contours de ce qu’on pourrait appeler l’identité chrétienne face aux choix politiques contingents. Car c’est bien cette identité (à ne confondre ni avec les identités nationales, "heureuses" ou "malheureuses", chères aux partisans du monoculturalisme, ni avec "l’inclusion des identités plurielles" chère aux partisans du pluriculturalisme) qui peut orienter les chrétiens dans leurs choix. Identité particulière, discrètement mais réellement présente, qui ne va pas chercher à s’imposer aux réalités mais à les relever, comme le sel de la terre et la lumière du monde, avec des intensités plus ou moins fortes selon les circonstances (cf. le livre de Saint Jean Paul II : "Mémoire et identité").
Si l’on se range à une telle perspective, force est de constater que cette identité chrétienne ne s’exercera pas d’abord dans les domaines les plus couverts par les programmes politiques, et cela pour deux raisons : d’une part, les programmes des candidats préconisent des réformes en matière d’institutions , d’économie, de politiques sociales, de politique étrangère, etc… qui, dans un pays comme la France d’aujourd’hui, avec le niveau d’organisation et de complexité qu’elle a atteint, sont souvent, pour le chrétien, autant d’options libres qui, à vrai dire, engagent des préférences personnelles plus que de grands principes. On pourrait en multiplier les exemples. Je n’en prendrai qu’un : le modèle social français repose certes sur des valeurs de solidarité auxquelles nous tenons. Mais d’autres modèles peuvent aussi être de bonnes références, qu’ils soient rhénans ou scandinaves ou qu’ils conjuguent autrement solidarité et flexibilité. D’autre part, pour les sujets plus clivants, on se trouve vite face à un dilemme qui explique en partie la prudence des déclarations épiscopales : pour  prendre là aussi un exemple, si l’accueil des étrangers, des réfugiés en particulier, peut constituer un des éléments d’appréciation favorables à tel camp, d’autres politiques, non moins significatives, comme la politique familiale, conduiront à un choix diamétralement opposé. Et ne parlons pas de l’Europe où les orientations les plus diverses peuvent être légitimes ! Et de proche en proche, on en arrivera à une forme de jeu à somme nulle nous renvoyant à notre perplexité initiale.
 
En revanche, l’identité chrétienne peut radicalement éclairer nos votes si nous nous plaçons, non plus au niveau des programmes, mais à celui de la méta - politique, en nous aidant à distinguer, parmi les candidats présents, celui dont la vision anthropologique, le discours sur l’homme, le plus souvent implicite dans ses discours, mais toujours sous-jacent à ses propositions, notamment dans ce révélateur qu’est le langage employé, se rapproche le plus de la vision chrétienne du monde. Car, comme le souligne la C.E.F., "il n’y a plus, ou de moins en moins, de vision anthropologique commune dans notre société" (§8) et, sans cette vision, nulle proclamation, fût-t-elle celle de la dignité inaliénable de la personne humaine, ne peut prendre véritablement sens.
La référence à cette anthropologie va alors nous conduire à prendre en compte et à comparer les positions des uns et des autres sur un certain nombre de points finalement très concrets, mettant en cause la nature de l’homme mais que très peu, en dehors des chrétiens, osent aborder :
- la conception des rapports entre le spirituel et le temporel qui respecte ces deux dimensions : ce qui invite à se reporter aux positions des différents candidats sur la laïcité, selon qu’elle se résume à une injonction faite au religieux de se cantonner au seul domaine privé ou qu’elle s’ouvre au respect de l’héritage historique et des racines culturelles de la France.
- le respect de la vie dans toutes ses dimensions : ce qui invite à réfléchir à l’intérêt porté par chacun à l’accueil de la vie, à l’accompagnement des mourants et des malades, aux handicapés mais aussi à la bio-éthique et aux enjeux de la recherche scientifique.
- la complémentarité de l’homme et de la femme – homme et femme il les créa (Gen. 1, 27) - à partir de laquelle la famille, avec les valeurs de fidélité, de respect, d’assistance et de secours mutuels qu’elle exprime, peut redevenir la cellule de base d’une société fondée sur l’amour et non pas l’exacerbation des hédonismes individuels.
- la fraternité universelle entre les personnes – à l’opposé de toute idéologie d’exclusion de race ou de classe - afin que les communautés de simple ressemblance soient transcendées par des communautés de destin, au plan de la nation mais aussi dans les relations internationales, au service de la paix et de la stabilité des peuples, avec une politique de co-développement qui reste à construire.
- des rapports équilibrés et harmonieux entre l’homme et la nature – ce que l’Eglise appelle une authentique écologie humaine -, qui certes allie les contraintes économiques, sociales et environnementales mais qui n’érige pas pour autant le développement durable en un néo-malthusianisme anti-humaniste.
 
Certes, il est à parier que les quelques critères de discernement suggérés ici ne permettront pas de trouver un candidat qui les respecte tous intégralement. Mais ils me semblent toutefois présenter un avantage : le premier est de choisir, selon sa conscience, celui qui, globalement, s’en éloigne le moins et de permettre sur cette base un compromis qui ne soit pas une compromission. Le second est de nous mettre face à nos responsabilités et de nous encourager, par un vrai dialogue, à solliciter le candidat que nous aurons choisi à promouvoir une vision anthropologique encore plus conforme à la nature de l’homme, telle que la raison et la foi peuvent ensemble la définir. Ce qui suppose aussi que notre choix ne se porte pas sur celui qui en serait a priori le plus éloigné !
Que les élections qui viennent nous aiguillonnent donc pour que nous n’en restions pas à un statut de consommateur de la politique mais d’acteur conscient de la noblesse de celle-ci lorsqu’elle est au service, non pas seulement d’un programme convenu, mais de l’homme intégral.

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version