Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

A tout un chacun (716)

Aux racines de la violence "gratuite"   Le docteur Maurice BERGER, psychiatre, est l’un des trop rares spécialistes français de la violence pathologique, et plus particulièrement de celle qui se manifeste chez des enfants, des adolescents et des jeunes. Il étudie "les processus à l’origine de la violence pathologique extrême", pour reprendre une expression qu’il a employée comme titre d’un chapitre de son ouvrage Voulons-nous des enfants barbares (Dunod, 2013). Il observe et analyse les échecs des institutions ayant à traiter ce problème dramatique, que ce soit la justice ou l’Aide sociale à l’enfance, institution dont il a depuis longtemps repéré et expliqué les insuffisances, pour ne pas dire le manque dramatique d’efficacité, dans deux ouvrages : L’échec de la protection de l’enfance (Dunod, 2004), et Ces enfants qu’on sacrifie … au nom de la protection de l’enfance (Dunod, 2014). Il veut contribuer à "prévenir et traiter la violence extrême" -…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Le voile islamique A notre époque, le fait pour beaucoup de musulmanes de sortir la tête couverte est souvent perçu comme une exclusivité de la religion islamique. Or, l’origine de cette tenue est très antérieure à l’apparition de l’islam. Toutes les civilisations, celles de l’Antiquité grecque et romaine comme celles des Perses, des Pharaons et de l’Ancien Testament, ont connu cette pratique qui n’avait rien de religieux et pouvait aussi concerner les hommes, en particulier chez les juifs. La dimension religieuse du voile féminin est apparue avec le christianisme comme le montre l’universitaire Bruno-Nassim Aboudrar dans un livre récent, Comment le voile est devenu musulman (Flammarion, 2014), où il commente les recommandations de saint Paul dans sa première épître aux Corinthiens (11, 2-16) ainsi que l’interprétation qu’en ont faite deux Pères de l’Eglise, saint Clément d’Alexandrie et Tertullien. Suivant l’exemple de la Vierge Marie, que l’on n’imagine pas non voilée,…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Des embryons et des hommes   Le psaume 8 de la Bible manifeste l’étonnement de la créature face à l’importance qu’elle revêt aux yeux de son créateur. Relisons ses versets 4 et 5 : "Quand je vois tes cieux, œuvre de tes doigts, La lune et les étoiles que tu as fixées Qu’est donc l’homme pour que tu penses à lui, L’être humain pour que tu t’en soucies ?"   Le psalmiste n’avait pourtant qu’une faible idée de ce qu’est la création. Aujourd’hui, alors que nous décryptons des ondes qui nous arrivent après avoir cheminé durant une douzaine de milliards d’années à la vitesse de la lumière, alors que nous comptons en milliards le nombre probable de galaxies, et que nous évaluons à 200 milliards le nombre des étoiles dans notre seule Voie Lactée, l’insignifiance de l’espèce humaine peut encore bien davantage sembler relever de l’évidence. Blaise PASCAL, qui ne disposait pas…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Assistanat : le prix de la gratuité ne fait que s'accroître   Il semble que l'objectif des gouvernements successifs, évidemment appuyés par leurs électeurs, est d'instaurer la gratuité partout où c'est possible, et dans tous les domaines. Ce "droit" à la gratuité est accrédité par les politiques. Au pays du "droit à" qui a un peu oublié le "devoir de", on se donne bonne conscience à peu de frais puisque personne n'a le sentiment de payer...  Le vrai problème de la France est qu'elle est écartelée entre la révolte devant des impôts trop élevés et l'exigence de la gratuité. Certes notre niveau de culture économique est un des plus faibles d'Europe mais le bon sens pourrait combler cette lacune : il y a forcément quelqu'un qui paie ! Et nous souhaitons que ce soit les riches (que nous faisons tout pour rendre moins riches) qui paient : cherchez l’erreur.   Cette gratuité…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Retraites : la réforme en péril   Après 18 mois de consultations et négociations, après la publication d’un plan de réforme, la question des retraites devient de plus en plus problématique. Les bénéficiaires d’un petit régime spécial, celui de la RATP, se proposent d’exercer à fond leur pouvoir de nuisance, en congestionnant la capitale, à partir du 5 décembre, pour une durée indéterminée. La chienlit se profile à l’horizon. Dans cette triste affaire, la responsabilité des organisations professionnelles n’est pas mince. Mais le manque d’intelligence au plus haut niveau politique pèse d’un poids encore plus lourd. Nos dirigeants ne savent pas, ou ne veulent pas savoir, comment fonctionnent les retraites dites "par répartition" ; de ce fait, ils proposent une réforme qui modifie beaucoup de choses, sans changer l’essentiel, à savoir la règle économiquement dépourvue de tout fondement selon laquelle les droits à pension s’acquièrent en payant des cotisations au bénéfice des…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
PMA et déréglementation   La loi bioéthique qui se profile à l’horizon laisse augurer le pire, non seulement en autorisant la "PMA pour toutes", mais aussi en ce qui touche la précarité de l’embryon. La façon dont on n’a tenu aucun compte des états généraux de la bioéthique et la mascarade que furent les auditions parlementaires montrent que le pouvoir n’avait aucun souci réel d’un véritable débat, mais était d’emblée acquis à toutes les nouvelles transgressions. Il s’agit là, plus encore que pour le "mariage pour tous", d’un enjeu de civilisation primordial, bien plus essentiel que les habituels sujets politiques. Certes, sans doute peu de nos concitoyens ont conscience de l’aspect crucial de ces enjeux – com­ment le pourraient-ils quand l’immense majorité de la classe politique tient ces questions pour secondaires et ne relevant que de l’appréciation personnelle ? Mais cela ne nous donne que plus de responsabilités, à nous…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
On se trompe de transition énergétique   La transition énergétique est à la mode. Politiques, médias et mouches du coche s’en donnent à cœur joie et laissent croire à un remplacement progressif des énergies fossiles émettrices de CO2 et des énergies nucléaires qui font facilement peur, par des énergies renouvelables   A contre-courant mais parfaitement logique, Jean Marc Jancovici rappelle dans tout le monde universitaire que vivre sur les énergies renouvelables a toujours été l’apanage de l’humanité avec son chauffage au bois, sa traction animale, sa marine à voile et ses moulins à eau et à vent. Il explique à juste titre que ce n’est que depuis que nous utilisons de l’énergie fossile que nous sommes devenus des supermen à nos propres yeux en multipliant par des milliers notre capacité énergétique grâce aux machines. Il montre aussi, croquis à l’appui, qu’aucune énergie n’en a jamais remplacé une autre et que…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Libra ne semble pas devoir être une pyramide de Ponzi   J’ai examiné la question posée par le projet Libra dans un article publié par Economie matin le 18 juin 2019 (Libra : questions impertinentes). Jean Peyrelevade, qui fut dix ans président du Crédit Lyonnais, vient de publier, dans Les Echos du 9 octobre, un article intitulé Libra ou la nouvelle pyramide de Ponzi. L’homme d’affaires est beaucoup plus sévère et péremptoire que l’économiste : pour lui, "John Law est en train de réapparaître. Son incarnation contemporaine s’appelle Marck Zuckerberg et la monnaie qu’il envisage de créer, le libra". Le fondateur de Facebook s’engagerait donc sur la voie des constructeurs de châteaux de cartes comme, pour remonter moins loin dans le passé, le financier américain Bernard Madoff. Mes réticences à l’égard du Libra tiennent largement au fait que Facebook, à l’instar de tous les GAFA, se sert des données de ses utilisateurs comme…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
L’économie mondiale affronte un problème qu’elle n’a jamais connu   Les politiques, les médias, les financiers et les économistes s’acharnent à résoudre les problèmes qu’ils voient mais qui ne sont plus les bons. Ils ne résolvent donc absolument rien et les peuples les voient s’agiter en souffrant de leur incompétence. Les peuples ne savent plus comment exprimer leur malaise puisque, quelle que soit la forme de cette expression, cela ne change rien. Le vrai problème est ailleurs et est tellement énorme que personne ne semble avoir envie de le voir, de le comprendre et encore moins de l’affronter. Depuis Aristote on n’a jamais défini la monnaie autrement que par ses utilisations, moyen d’échange, réserve de valeur et chiffrage de la richesse dont on a complètement oublié qu’elle n’est qu’un regard commun, parfois éphémère, sur quelque chose de collectivement apprécié. Personne ne semble avoir pris la peine de dire ce qu’est…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version