Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Des boat people aux migrants

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(6 Votes)
Des boat people aux migrants

On m’a demandé pourquoi je prenais un tel recul par rapport à la situation de l’immigration d’aujourd’hui alors que j’ai été un ardent défenseur des boat et land people dans les années quatre-vingt.
Une seule réponse suffirait : ils aimaient la France, ils la rêvaient pour son âme, pour sa culture pour son héroïsme… pour ce qu’elle avait de meilleur.
Le sang des missionnaires avait coulé à flot mêlé au sang de leurs ancêtres. Celui-ci avait fécondé ce qui sera le plus beau don d’un peuple à un autre : l’Evangile. Ce sang héroïque a été versé avec la même générosité par nos soldats et nos sous-lieutenants pour défendre leur liberté, leur culture millénaire, l’honneur et la grandeur de leurs nations. Tout ce qui a été vitrifié par un marxisme inhumain. Ce même marxisme qui interdit aujourd’hui à nos jeunes générations de se réclamer de notre glorieux et héroïque passé.
 
Nous avions une histoire commune 
Le Maréchal de Lattre rappelait aux jeunes vietnamiens du lycée Chasseloup-Laubat à Saïgon que cet acte de générosité radicale de la part de jeunes lorrains, provençaux, bourguignons ou bretons n’avait pas eu d’équivalent dans l’histoire. Ces jeunes français mourraient pour défendre dans un combat digne des plus hauts faits de la chevalerie la civilisation et la souveraineté d’un pays souverain qui n’était pas le leur. Le général les incitait à les rejoindre. C’est ainsi que fût fondé l’école d’officiers vietnamiens à Dalat. Contrairement à ce que l’on croit, le Sud Vietnam et le Laos auraient normalement du tomber dans la foulée de Dien Bien Phu. Mais cette défaite héroïque avait permis en réalité de donner à ces deux régions vingt ans de liberté en plus. Tant l’armée de Giap avait été éreintée par nos troupes qui se battaient à un contre dix. Une génération de plus avait pu naître dans la dignité et la liberté.
 
Raison d’une assimilation réussie
Cela, tous les boat et land people l’avaient en mémoire. Il faut lire le journal du Colonel Minh Ky pour comprendre à quel niveau d’amour de la culture française et de complicité affective ces officiers vietnamiens étaient. Les mariages mixtes étaient monnaie courante entre français et indochinoises. Et réciproquement. Mariages aujourd’hui impossibles avec une femme musulmane sans conversion préalable. Ce qui situe l’âpreté de l’assimilation d’aujourd’hui pour ne pas écrire que celle-ci est impossible de façon générale.
Assimilation interdite par le Sultan de la Sublime Porte qui veut que les émigrés restent turques de cœur, d’âme et d’esprit, c’est-à-dire musulmans. Qui choisiront-ils en cas de conflit sur le territoire Français contre Daech dont la Turquie semble objectivement la protectrice ? Nous ne sommes pas sous les murs de Vienne au XVIIIème siècle mais aux pieds de la cathédrale de Strasbourg, cœur symbolique d’une Europe réconciliée sur les fondements de sa civilisation chrétienne. Les hommes à droite séparés des femmes voilées à gauche ceux-ci acclament leur seul chef politique. Ils  sont  les redoutables instruments de pression sur les sots du parlement européen. Ces sots qui sont objectivement et au sens littérale du terme "des collabos" de notre propre perte.
 
Conditions d’une assimilation réussie. Car celle-ci est possible.
Le respect dont tous "nos" enfants asiatiques témoignaient à l’égard de notre nation était si considérable que des élèves vietnamiens trop brillants recevaient l’ordre de leurs parents ou de leurs aînés de faire des fautes volontaires dans leurs devoirs. Ceci afin de ne pas prendre les premières places aux enfants d’une nation qu’ils considéraient tellement généreuse à leur égard (Journal d’une enfant survivante, May Kham, ed. Les nouveaux auteurs).
Les entreprises se disputaient les pères de famille tant la réputation de sérieux et de courage était notoire. Ces réfugiés s’étaient battus comme des lions pour défendre leur liberté alors qu’ils avaient été abandonnés de tous et notamment des américains. Beaucoup d’enfants que nous avons élevés avaient eu leur père en camp de rééducation ou avaient été assassinés (Lire Hoa chez DMM). Leur statut de réfugié ne faisait aucun doute.
 
Contexte différent
La France à cette époque n’était pas confrontée à un problème d’immigration de masse, hétérogène à sa culture et même agressive. Elle était de culture principalement chrétienne. Elle était riche et dans le plein emploi, elle maitrisait ses frontières et n’avait aucun compte à rendre à des institutions transnationales et irresponsables et corrompues. (Lire à ce sujet le dernier livre de Ph.de Villiers Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, Ed. Albin Michel).
En dehors des idéologues comme Roger Garaudy indifférent au sort de ces peuples parce qu’ils étaient selon lui fils de fascistes,  la France entière accueillait avec cœur ceux qui voulaient donner le meilleur d’eux même. D’innombrables enfants asiatiques sont devenus les fils et filles de parents français.  
 
Respect admiratif du pays d’accueil 
Les vietnamiens sont rentrés dans nos églises et les ont vénérées. Beaucoup de leurs enfants ont voulu devenir chrétiens. Ils ont souvent été des exemples de droiture et de courage pour nos propres enfants. Des cambodgiens bouddhistes organisaient des cars pour aller vénérer à Lourdes la "mère de la France".
 
Une obsession, le retour au pays aimé 
Beaucoup d’entre eux au moment des accalmies idéologiques sont repartis reconstruire leurs nations. D’abord sujets de méfiance (les vietkieu) puis accueillis de façon pragmatique par ceux-là même qui avaient persécuté leurs pères, ils ont fait croître l’économie.
Aujourd’hui, de nombreux jeunes se forment. Nous l’avons voulu dès le premier instant. Et qu’on ne me dise pas que la situation est plus brutale aujourd’hui au Proche Orient. Le Cambodge des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, le Laos des Hmong, les minorités montagnardes du Vietnam étaient en guerre et dans une guerre violente. L’omni présence des mines (le Cambodge était considéré comme le pays le plus miné au monde avant l’Angola) et les check points à tous les carrefours rendaient les déplacements angoissants.
 
Eduquer sur place les générations futures 
C’est sur place et dans le chaos, au milieu des forêts minées que nous avons construit des dizaines d’écoles, pépinières des cadres que nous avons  aujourd’hui. Certains nés dans ces rizières les plus pauvres ont fait des parcours éblouissants (polytechnique, l’ENGREF…) et… ils ont voulu repartir pour construire leur nation. Si nous avions considéré que ces nations étaient perdues, ces pays seraient maintenant morts, inéluctablement. Le Cambodge des années quatre-vingt-dix était une zone de non-droit où régnaient d’innombrables bandes qui rançonnaient le pays à tous les détours de piste.  Nous avons cru malgré le cauchemar du moment dans leur capacité de résurrection, notamment en investissant massivement sur la jeunesse. C’est notre honneur et notre fierté d’avoir réussi de façon aussi visible et aujourd’hui au sens exact du terme : exemplaire. Quitte à ce que nos chevilles enflent !  Ce n’est pas par vanité que j’écris cela mais pour persuader ceux qui désespèrent qu’il suffit de détermination et de volonté pour sauver une nation.
 
Questions sans réponse
Ce qui m’inquiète aujourd’hui pour le proche Orient c’est de voir que ces réfugiés sont dans une énorme majorité des hommes en pleine force d’âge (entre vingt et quarante ans) et qu’ils manquent à la protection et à l’entretien de leurs familles qui sont sujets à des violences et à la faim.
Un industriel lyonnais me disait que des membres réfugiés chez lui faisaient la navette entre leur pays d’origine et la France pour livrer des médicaments aux membres de leurs familles restées sur place. Se pose une question simple : l’OFPRA autorise les déplacements aux ressortissants sauf dans le pays qu’ils ont fui ! Ce qui me semble cohérent. Le simple fait d’y retourner fait tomber ce statut. Ce qui est logique. Sous quel statut font-ils leurs déplacements ?
 
Le désespoir, c’est nier à Dieu sa toute puissance
A cette substitution de peuples à mon avis voulu à très haut niveau pour faire disparaitre la civilisation chrétienne et laisser un prolétariat déraciné et sans attache humaine à la merci des grandes entreprises transnationales il faut opposer le courage d’une minorité déterminée. Celle-ci doit se convaincre que l’histoire s’est toujours écrite par des personnes convaincues dans la victoire. "Never was so much owed by so many to so few" "De si grandes choses faites par si peu d’hommes"
Le désespoir est une sottise, la désespérance c’est nier à Dieu sa toute puissance et de son projet sur les nations. Mais sa volonté passe par des hommes qui osent. Jeanne d’Arc, minuscule bergère de Lorraine a osé contre toute logique alors que toutes les élites s’étaient faite à la raison de notre occupation, de Gaulle seul et méprisé même par les marins français réfugiés en Angleterre a osé, nous avons osé pour d’autres peuples.  
Si nous ne montrons pas ce que nous avons fait personne ne pourra penser que cela est possible. Avec des gamins de vingt ans nous avons osé et réussi pour d’autres dans l’esprit des bretons et des bourguignons auxquels de Lattre faisait allusion et ces peuples ont retrouvé espoir.
Si nous avions des chefs courageux et non pas des "Laval" en série ils réfléchiraient quels moyens sont nécessaires et surtout à quel type d’hommes il faut s’adresser pour redonner confiance et à notre pays et à aux pays persécutés. Nous attendons les audits qui puissent s’inspirer de ce que nous avons fait pour redonner l’espoir à la Syrie et à l’Irak et … à l’Europe !   
 
Une intention perverse à l’échelon de la planète
Les politiques, par perversité, par idéologie, par haine des cultures propres à chaque nation – des ministres ont publiquement accusé notre histoire et notre civilisation comme étant "moisi" (sic). Certains d’entre eux et pas des moindres dans la hiérarchie du gouvernement n’ont jamais récusé leur appartenance à des mouvements qui voulaient rejeter la France à la mer !, d’autres par paresse ou par inaptitude intellectuelle sont tragiquement incapables de répondre courageusement et énergiquement à ce problème d’enjeu de civilisation. Avant de changer ces irresponsables amoraux et pervers -le plus vite possible- la société civile doit agir courageusement.  En attendant de trouver des responsables politiques qui aient le sens de la communauté de destin, une vision et le courage de la liberté agissons à leur place et formons nos jeunes à l’amour de leur civilisation. De ceux-là sortiront les chefs qui nous délivreront.
Le jour où la France disparaitra comme la Cappadoce sous l’invasion des barbares en l’espace de trente ans, le monde deviendra un chaos comme il l’est devenu au proche Orient. Changeons d’hommes et croyons en la grandeur de notre histoire. Ce que d’autres croient inéluctable par lâcheté ou intérêt notre certitude de vaincre prouvera aux yeux du monde que toute collaboration est une impasse et le courage une résurrection.
MEAUDRE  Yves

Marié, 6 enfants.
 
Etudes  classiques à Lyon à l’externat St Joseph, 'Ste Hélène' et aux Chartreux.
Baccalauréat A 3
Inspection d’assurances IARD, vérification des risques industriels.
 
Secrétaire général adjoint du CNPF de Saône et Loire.
Professeur d’histoire sociale à Lyon III (Université Jean Moulin)
 
Participe au développement de la Cinéscénie du Puy du Fou (Vendée) et à la création d’Alouette F.M dont il devient directeur d’antenne (Vendée)
Président des radios de pays (25 radios fédérées)
Fonde Famille Media à Paris.

Engagement humanitaire 
Elu président du comité national d’aide à la Pologne (13 décembre 1981 : Coup d’état du Gal Jaruzelski en Pologne)
      Organise l’aide alimentaire, sociale et médicale à la Pologne alors sous la loi martiale.
 
Secrétaire général d’Enfants du Mekong (1986)
      Accueil des familles réfugiées en France, ouverture d’un foyer d’adolescents boat people qui deviendra un foyer pour les enfants en difficulté d’intégration sociale à
     Asnières (France), accueil et soutien des réfugiés dans les camps sur la frontière Thaïlandaise : camps Laotiens (Ban Napho, Ban Vinaïe), camps cambodgiens (Site 2,
     Site B, Kao I Dang), camps Vietnamiens (Sikiew, Phanat Nikom, Bendtat, section 19 sur la plate forme de Site 2)
 
Directeur général d’EDM (1988)
Aide au retour des réfugiés dans leurs pays d’origine, soutien logistique, création d’écoles, parrainages des enfants réfugiés au retour, ouvre les programmes de
     scolarisations (aujourd’hui 350 centres  de 50 enfants chacun).
1990 : Lancement des premiers bambous (des volontaires contractant un engagement de un an ou plus au service de l’association en Asie. (30 par an)
Soutien des programmes spécialisés : pour les enfants et jeunes filles prostitués à Pattaya avec l’envoi de volontaires français (1990), les enfants de la rue aux
     Philippines (Manille) et au Cambodge (Phnom Penh) (1994), les enfants et les mères en fin de vie (1997) à Yasothorn en Thailande, les enfants des prisons à
     Manille (2000), ouvre le foyer d’étudiants d’Asie du Sud Est en études supérieures en France à Rungis (1994), ouvre de nombreux foyers (30) pour les adolescents
     trop éloignés des écoles.
Ouverture d’une fondation EDM à Bruxelles en 1997, à Hong Kong (1998), à Singapour (1999), à Genève (2004), à Bangkok (2004), à Londres et à New York

Fondation du centre universitaire Dc Christophe Mérieux à Phnom Penh
Création d’un centre de la soie, création d’un institut d’informatique en partenariat avec les sociétés Accenture, Hewlett Packard.
 
22.000 Filleuls , 60.000 enfants aidés.

Ouvrages
France Terre d’exil en collaboration avec Anne Hervouet (1989) - Les insurgés (2005) - Contes de Noël (2009) - Les condamnés, Jésus, Jean et Louis (2011) - Les réfugiés, Hoà (2011) -

Distinctions
Chevalier de la Légion d'Honneur
Chevalier de l'Ordre de St Grégoire

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version