Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le football féminin ou...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le football féminin ou l’alliance de l’économie de marché et du progressisme sociétal
 
Un succès. Un immense succès. Un grandiose succès. Un incontestable succès. La Coupe du monde de football féminin est entrée à Paris sur un tapis de fleurs. Dans les triomphes romains, un esclave était attaché au char de l’empereur pour lui rappeler sa mortelle condition : "Souviens-toi que tu n’es qu’un homme." C’est la grande supériorité de notre époque sur celles qui l’ont précédée : aujourd’hui, celui qui oserait faire de même : "Souviens-toi que tu n’es qu’une femme", serait exécuté. Celui qui oserait émettre la moindre réserve sur le spectacle offert serait immédiatement cloué au pilori. Ringard, misogyne, macho, réac. Les plus aimables lui rappelleront que les "avancées" féminines ont toujours suscité ce mélange de sarcasme et de mépris. D’autres lui démontreront doctement que les footballeuses jouent aussi bien que les garçons avec plus d’élégance et moins de brutalité. Bref, en mieux. Que leur jeu est plus frais, plus aéré et moins roué. Le récalcitrant sera également prié de rééduquer sa grammaire et de dire une défenseuse et une ailière. Pourtant, on ne disait pas que les garçons faisaient un passe… Enfin, le pire serait d’avouer qu’on n’a pas envie de voir des filles en crampons, qu’on a une autre idée de la féminité, et on sera alors empaillé vivant dans le musée des horreurs.
Le moindre tir mal cadré suscitera des ovations. Le moindre envol de la gardienne de but - même si on a l’impression que certaines ont des mains trouées - provoquera des émois admiratifs. C’est enthousiasme obligatoire. Admiration obligatoire. Tout le monde y veille : le gouvernement français et surtout madame Schiappa ; les télévisions, les médias, les annonceurs publicitaires. Et les associations féministes surveillent les machos mauvais coucheurs qui doivent ravaler leur ironie patriarcale. C’est l’alliance du marché - il faut ouvrir de nouveaux espaces de consommation à de nouveaux publics - et du progressisme féministe : la lutte pour l’égalité ne s’arrête jamais. L’alliance des libéraux et des libertaires. Tout ce qu’ont écrit Christopher Lasch et Jean-Claude Michéa depuis des décennies se réalise autour de ce ballon rond pour les filles. Et Michéa, authentique connaisseur du ballon rond (mais uniquement de ce jeu de dinosaures joué par des garçons !) doit bien rire dans sa barbe d’indécrottable marxiste.
Le pire est que ça marche ! Le public vient nombreux, les audiences des télévisions sont au rendez-vous, les chaînes et les annonceurs se frottent les mains. Le bonheur consumériste est généreusement partagé. La machine de propagande qui réunit le marché et le progressisme sociétal a encore montré sa redoutable efficacité. La prochaine fois, il faudra organiser une Coupe du monde de football gay, comme il y a déjà les Gay Games. Comme une leçon de choses au service d’un totalitarisme doux. De quoi achever les ultimes espoirs de ceux qui voulaient croire encore à un libéralisme conservateur qui respecterait les traditions et les enracinements.

Paru dans Le Figaro Magazine, 21 juin 2019
ZEMMOUR Eric

Né le 31 août 1958
Marié – 3 enfants


Journaliste politique, écrivain


Institut d'études politiques (Paris)

Membre du jury au concours d'entrée à l'ENA (2006)
Valeurs actuelles – Chroniques (depuis 1999)
Marianne – Chroniques  (depuis 1996)
Le Figaro – service chroniqueurs (depuis 1996)
Info-Matin – éditorialiste (1995)
Quotidien de Paris - service politique (1986-1994)

Ouvrages
Balladur, immobile à grands pas (1995) - Le Livre noir de la droite (1998) - Le Coup d'Etat des juges (1998) - Le Dandy rouge (1999) - Les Rats de garde (co-écrit avec P. Poivre d'Arvor) (2000) - L'Homme qui ne s'aimait pas (2002) - L'Autre (2004) - Le Premier sexe (2006) - Petit Frère (2008) - Mélancolie française (2010) - Le Bûcher des vaniteux (2012) - Le Suicide français (2014) -


Sur la scène audio-visuelle:
Sur RTL
– Z comme Zemmour (depuis 2010)
Sur la chaîne câblée
Histoire – Le grand débat
Sur RFO (Tempo) – L'Hebdo
Sur France 2 – On n'est pas couché (2006)
Sur i>Télé – çà se dispute (depuis 2003)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version