Logo
Imprimer cette page

Canicula

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
Canicula 
 
Canicula est une Puissance terrifiante. Il fait penser, par homophonie vocalique, au néfaste Caligula qui fut la coqueluche de Camus dramaturge.
Canicula étend son pouvoir sur la plus grande partie de la planète mais ses sautes d’humeur font qu’il exerce sa cruauté ici ou là, indifféremment. Il se trouve ces jours-ci occupé à terrifier la France. On mesure sa force de frappe aux degrés centigrades de la thermométrie. Il est convenu de dire que jamais encore notre pays n’avait à ce point subi les atteintes de Caligula : des records, assurent les statisticiens. C’est probablement faux, Canicula a déjà produit, dans les siècles passés, de très redoutables canicules. Mais on est toujours flatté de se croire une victime exceptionnelle, en proie à un fléau sans précédent. Canicula, en 2003, tua, dit-on, environ quinze mille personnes, la plupart en état de sénilité, donc de stérilité. Il faut bien que vieillesse (se) (tré) passe !

Et Euthanasie, en ce qui concerne les vieux (si encombrants !), fera sous peu, mieux que Canicula, le ménage.
Mais qui est, au vrai, Canicula ? D’aucuns, se refusant à lui prêter un facies néronien, l’ont assimilé à une hypostase de la romaine et cosmique Nécessité : il fait chaud parce qu’il fait chaud, il fait plus chaud parce qu’il fait plus chaud, c’est ainsi. C’était ainsi. Ce n’est plus ainsi. Canicula, aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain, c’est vous et moi, c’est le monstre survolté par le réchauffement climatique dont nous sommes à 90 % responsables.
Nier cette évidence relève d’une mentalité archaïque. Je ne m’y risquerais pas ! Je susurre seulement qu’il est des Puissances plus meurtrières que Canicula. La déesse Hyvégée (1) ne lui épargne-t-elle pas, bon an mal an, le travail d’occire deux cent mille nourrissons ?  
(1) Une sorte de …Kalicula ?

Envoyé par l'auteur, 29 juin 2019
SAROCCHI Jean

Né en 1933
Veuf – sans enfants


Professeur honoraire à l'Université de Toulouse



Doctorat d'Etat (La Sorbonne).
     "Albert Camus et la recherche du père".

Agrégation de Lettres classiques.
CAPES (Certificat d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement Supérieur)
Diplôme d'études supérieures
     "Socrate et Montaigne"

Licence de philosophie.


Maître de conférences à l'Université de Tunis.
Maître-assistant à l'Université de Strasbourg.
Professeur de philosophie, français, latin, grec (Oran).

Ouvrages
Julien Benda, portrait d'un intellectuel
Albert Camus et la recherche du père (thèse éditée)
Albert Camus philosophe
Le dernier Camus ou le Premier Homme
Variations Camus
Camus le juste ?
Versions Proust
Giono de père en fils
Rabelais et l'instance paternelle
La Colère
Pourquoi pas ?
in the Summer Time (roman)

Dernier de SAROCCHI Jean

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.