Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

A tout un chacun (608)

Identité et différences : qu’en dit l’économiste ?   Les questions culturelles sont rarement abordées en s’appuyant sur l’analyse économique. Certes, il est fréquent de raisonner en termes de services culturels, un "business" parmi d’autres, en calculant par exemple la valeur ajoutée que crée la production picturale ou cinématographique. En revanche, s’il est question de "culture judéo-chrétienne" ou de conformisme "politiquement correct", la parole semble devoir être laissée aux sociologues et aux philosophes. L’intérêt de leurs approches est évident, mais il est regrettable que l’on néglige ce que l’analyse économique peut apporter à la réflexion sur ce sujet important.   L’identité, un concept ensembliste Le substantif "identité" est moins restrictif que l’adjectif "identique". Ceux qui parlent d’identité française, non pas au sens administratif – la "pièce d’identité" – mais pour signifier qu’il existe une langue française, une littérature française, un art culinaire français, etc., estiment que les Français ont, pour la plupart…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
GPA : "La Cour européenne des droits de l'homme protège enfin les droits des enfants !"   La CEDH a conclu qu'un Etat n'avait pas à reconnaître comme parents les personnes ayant acheté un enfant. Aude Mirkovic s'en félicite, mais invite à ne pas baisser la garde car la Cour s'est fondée en l'espèce sur l'absence de lien biologique entre les "acheteurs" et l'enfant.   Un Etat n'a pas à reconnaître comme parents les personnes ayant acheté un enfant : voici, en substance, ce qui résulte de la décision rendue hier, le 24 janvier 2017, par la Cour européenne des droits de l'homme dans l'affaire opposant à l'Italie deux de ses ressortissants, Paradiso et Campanelli. Il aura quand même fallu cet arrêt de la grande chambre pour invalider une décision rendue en simple chambre il y a un an dans la même affaire et qui disait…. exactement l'inverse ! Si les…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
La rémunération-partage, voie royale du plein emploi   Depuis une quarantaine d’années, le taux de chômage oscille en France autour de 10 %. Un point bas a été observé en 1990 (8,9 %), un point haut en 1994 (12,5 %), mais jamais depuis le début des années 1970 la France n’a connu une situation de plein emploi, comme par exemple le Danemark (chômage actuel 4,2 %, contre 10 % chez nous). Il ne s’agit donc pas d’un problème conjoncturel, mais d’un problème structurel. Les politiques de l’emploi, qu’elles soient de droite, de gauche, ou du centre, n’ont guère plus d’effet que cautère sur jambe de bois. Ce problème lancinant ne sera visiblement pas résolu sans faire appel à des réflexions et à des propositions inédites.   Construire un cercle vertueux Le point de départ de la réflexion utile à l’emploi est une vérité restée méconnue, malgré l’observation formulée jadis par…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Pour Anne Hidalgo et ses lieutenants verts, la voiture, voilà l’ennemi !   Si l’on en croit Carl Schmitt, la politique consiste avant tout à désigner un ennemi. On connaît la célèbre formule de Gambetta : "Le cléricalisme, voilà l’ennemi." Pour Anne Hidalgo, et ses lieutenants verts, la bagnole, voilà l’ennemi ! La bagnole qui pollue, la bagnole qui embouteille, la bagnole qui obstrue. La bagnole qui devra se faire toute petite dans la rue de Rivoli, et dans l’avenue des Champs-Elysées elle-même. On ne pourra pas reprocher à la Mairie de Paris son inconstance. Après l’interdiction à la circulation des quais rive droite, tous les grands axes parisiens sont dans son collimateur. Comme si nos édiles parisiens passaient leur temps - consciemment ou inconsciemment, peu importe - à régler des comptes historiques avec le passé de la capitale. Avec le baron Haussmann d’abord, qui a détruit les ruelles du Paris moyenâgeux pour…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Un enjeu secondaire ?   Dans la situation difficile qui est la nôtre, où tant de nos concitoyens peinent pour joindre les deux bouts, où la terreur islamiste vient encore de sévir, à Berlin cette fois-ci, le gouvernement socialiste n’a rien trouvé de plus urgent que d’essayer de faire passer une loi instituant un "délit d’entrave numérique à l’IVG", alors même qu’existe déjà la loi Neiertz de 1993 visant le même but. L’opposition politique à ce projet ubuesque a été faible, tout comme a été peu dénoncé un autre projet de loi, intitulé "Égalité et citoyenneté", qui, après avoir été rejeté en seconde lecture au Sénat le 19 décembre, a dû être adopté à l’Assemblée trois jours plus tard. Les socialistes, sachant qu’ils risquent fort d’être évincés du pouvoir en mai prochain, tentent de faire passer des lois "sociétales" en tablant sur le fait que la droite, comme à son habitude,…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Le "Gross Paris"   Quand j’entends parler du Grand Paris – très à la mode ces temps ci – je ne peux m’empêcher de penser au "Gross Paris" dont on parlait pendant les années "les plus sombres de notre histoire" alors que Pétain regnans, nous souffrions sous von Scholtitz. Sauf quelques inconvénients principalement alimentaires, la vie à Paris était facile, à part quelques voitures grises immatriculées WH, il n’y avait pas grand monde dans les rues, quelques voitures à cheval avec lesquelles les bougnats livraient le rare charbon, un peu de vélo-taxis, quelques voitures marchant au gazogène, une source d’énergie renouvelable puisque brulant du charbon de bois, les vélos étaient les rois du pavé. Métros et vélos étaient les seuls moyens de locomotion, un rêve d’Hidalgo. Gamin revenant de mon collège de jésuites, je descendais la rue Reynouard – ceux qui connaissent apprécieront – avec un vélo dépourvu de frein.…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Le Temps des Papes   Il fut un temps où l'on reprochait aux papes d'être infaillibles, surtout sur les questions des dogmes, aujourd'hui nous avons des papes qui dialoguent avec le monde sur tous les sujets moraux et politiques et comme par un excès de modestie, ce sont eux qui les premiers s'excusent et reconnaissent qu'ils peuvent se tromper sur les choses de ce monde. Ils ne nient pas leur infaillibilité mais ils la mettent humblement au service de l'homme fragile et plein de tentations. C'est pourquoi les premiers chrétiens ont su imaginer cette adage "Vox populi, vox Dei " La voix du peuple, c'est la voix de Dieu ! pour s'unir à cette infaillibilité sans la rendre totalitaire et écrasante, car ils avaient pour eux une "Tradition" forte et criante et "un canon" pour qu'ils n'oublient pas ce que les clercs savaient déjà en reprenant le mot d'un moine…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Du bon usage du snobisme   Puisque le snobisme est totalement incorrect, il est important de tenter de faire bon usage de tous ces petits "riens" signifiants qui nous tiennent à cœur et façonnent souvent notre savoir vivre. Qui n'a pas été charmé, accroché, émerveillé devant l'apprentissage de la parfaite élocution d'Eliza dans le film "My fair lady" ? Oublions évidemment tout ce qui tient à la high-society britannique et de ce que l´on appellerait aujourd'hui "la violence sociale" de Mr Higgins ! Même si celle-ci est enrobée de bons sentiments qui nous emmènent vers une happy-end pour notre plus grand bonheur... Le pari de transformer la ravissante Audrey Hepburn en femme du monde se rapporte plus à sa gouaille traînante et nasillarde, signe extérieur criant des bas quartiers (nos banlieues !) qu'à son comportement. Et ce qui continue de nous interpeller c'est la voix, l'accent, l'intonation... Jamais nous n'avons…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Les normes ont remplacé les règles   Dans une société vivante les individus dépensent leur énergie ; ils s’entraident les uns les autres et se retrouvent ensemble pour gérer ce qui les dépasse, le volcan, la tempête, l’inondation et les questions sans réponses auxquelles ils apportent des réponses collectives qu’ils appellent religion et qui les apaisent parce que tout le monde y croit ou fait semblant d’y croire. Les règles sont les lignes à suivre pour avancer vers le but de sa société et vers son propre but. Ces lignes sont droites par la simple utilisation du mot règle et elles libèrent l’énergie individuelle à la seule condition que cette énergie ne s’oppose ni au groupe ni au sacré qui le soude. Le matérialisme du XXe siècle a tout désacralisé sans se rendre compte qu’il dissolvait par là-même le lien spirituel du groupe, celui qui permettait de prendre le risque de…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version