Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

A tout un chacun (627)

Michela Marzano nous avait gratifiés en 2006 (1) d'un beau livre : Je consens, donc je suis…, sur la nouvelle éthique individualiste (par ­exemple, "si je veux moi-même me faire euthanasier, comment cela pourrait-il être mal ?"). Elle signe aujourd'hui un livre sur la peur contemporaine, ses visages et ses raisons et les réponses qu'on pourrait lui apporter. Le diagnostic est bien connu de nous tous qui vivons dans cette société où la peur est omniprésente : peur de l'insécurité, de la perte d'emploi, de l'échec personnel Ici, la des­cription fait appel à la littérature et au monde des images Pourquoi cette floraison de films d'horreur ? S'agit-il d'exorciser la peur ou de s'en repaître ? L'auteur montre le rôle du politique, qui, depuis Machiavel, instrumentalise la peur des citoyens pour les rendre plus obéissants. En même temps, elle déroule le mécanisme des réponses à la peur, qui doit,…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Les ravages du nihilisme   Sous l'écorce d'une équanimité blasée vis-à-vis du religieux coule la sève de l'anticléricalisme le plus rétro chez la "fille aînée de l'Église". La récusation solidement argumentée du relativisme moderne par Benoît XVI, aux Bernardins, avait indis­posé nos intellos et leur suite médiatique. Faute d'arguments plausibles pour le contrer, ils étaient restés cois, mais préméditaient leur revanche.  La voici, sous la forme d'une feinte indignation, au motif que le pape n'a pas daigné prescrire le préservatif comme thérapie à tous les maux de la terre. Dieu sait mon aversion pour le puritanisme. Mais enfin, fallait-il, par concession à la mode, que Benoît XVI exhorte ses ouailles à partouzer ? De­vrait-il, pour mendier les faveurs d'une "modernité" par définition évanes­cente, mettre à l'index la fidélité et la chasteté ? Ces valeurs ne sont pas l'attendu d'on ne sait quel moralisme de grenouille de bénitier ; on les…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Candide et la leçon d'humanisme (...) (site endommagé en 2013) s'interroge, à travers une fable à la manière de Voltaire, sur l'étrange refus contemporain de laisser le Pape en appeler à la sagesse des comportements. "Voyez-vous, ce n'est pas avec des mesures purement techniques que l'on viendra à bout de ... l'addiction au tabac, avec ses conséquences, l'augmentation des cancers des poumons, de la vessie, etc. Bien sûr, mettre des filtres sur les cigarettes peut limiter les dégâts. Mais leur présence donne aux fumeurs une fausse sécurité, et leur éviter de s'interroger sur leurs motivations et leurs responsabilités. La véritable solution, la solution à long terme est dans l'éducation; il faudrait apprendre aux gens à maîtriser leur angoisse autrement qu'en fumant comme des pompiers. C'est à ce prix qu'ils redécouvriront la joie de respirer les vraies odeurs de la vie. - Bravo, cher Docteur, et merci pour cette belle leçon…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
"Welcome" de Philippe Lioret est le récit de la rencontre de deux étrangers qui n'ont rien de commun et vont tisser des liens profonds, presque à leur insu. Simon, maître-nageur à la piscine municipale de Calais, appartient à la vie ordinaire. Bilal, le garçon de 17 ans qui vient lui demander des leçons de natation, surgit du monde parallèle des clandestins qui s'entassent aux abords de la ville. Au silence méfiant de Bilal répond d'abord l'indifférence de Simon, qui est en outre plongé dans le drame personnel d'un divorce. Mais Simon s'aperçoit que Bilal a passé la nuit à la piscine, découvre que son intention est de traverser la Manche à la nage pour rejoindre en Angleterre la jeune fille qu'il aime. Il se fâche, raisonne l'adolescent en lui montrant la folie de son entreprise, et, de fil en aiguille, le prend sous son aile, l'accueille chez lui, s'engage envers…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Salon du livre à la porte de Versailles Du temps où j'étais éditeur, je redoutais ce barnum où des fâcheux innombrables se pointaient au stand de La Table ronde avec un manuscrit sous le manteau. Ça me coûtait du temps et de l'argent, sans compter le désagrément de hanter un quartier totalement dépourvu de romantisme. J'allais bavarder avec mes collègues. Tous convenaient que ce rite annuel ne sert à rien, et qu'en somme,il serait opportun de ne plus y sacrifier. Pourtant, je les retrouvais tous l'année suivante. En règle générale, ils se plaignaient, le livre était menacé d'obsolescence, la profession allait péricliter. Curieusement, je les ai trouvés plutôt sereins, et le fait est que l'édition semble épargnée par la crise. Comme si le livre devenait un refuge. Bien entendu, il s'agit du produit livre, au sens large du terme : des foules stagnaient devant les stands de Françoise Hardy et…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Le président de la République a annoncé le vendredi 13 février l'examen au Parlement d'un projet de loi sur le statut du beau-parent pour "reconnaître des droits et des devoirs aux adultes qui élèvent des enfants qui ne sont pas les leurs avec le même amour que s'ils l'étaient". L'apparente générosité de la mesure est trompeuse d'autant que, pour l'immense majorité des familles, il n'y a aucun besoin de créer un nouveau statut pour "des tiers qui vivent au domicile d'enfant dont ils ne sont pas les parents". La loi du 4 mars 2002 a déjà donné aux parents et aux services compétents la possibilité de déléguer une part de leur autorité à un tiers "membre de la famille, proche digne de confiance". Et si jamais les parents, réellement déficients dans leur rôle ou empêchés de l'exercer, ne demandent pas eux-mêmes cette délégation, "le particulier, l'établissement ou le service départemental…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Qu’attend-on pour injecter à nos enfants cette nécessaire dose quasi-quotidienne ? Les modèles scolaires étrangers comme l’Allemagne l’ont compris avant nous : l’absence d’enseignement l’après-midi permettant de favoriser l’épanouissement physique (sport), le développement culturel (lecture, musées, ) et le rattrapage scolaire (études) permettent à l’enfant, tout en en connaissant l’essentiel, de s’accomplir en tant qu’être humain. N’apprenant que les 60% utiles du programme, il libère 40% de sa journée pour les consacrer à son épanouissement personnel. Bien dans sa tête et dans son corps. Lors d’une longue discussion avec l’un de nos champions olympiques, nous arrivions à la même constatation : le système éducatif français doit être changé au profit d’une recherche d’épanouissement de l’enfant par le sport. Un enfant ou adolescent en échec scolaire ou familial doit réussir ailleurs pour atteindre cette vitale confiance en soi, le sésame de la vie, l’objectif prioritaire qui lui permettra de lever la tête, de…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
    Les journaux scolaires sont nombreux en France, ce qui est un signe de vitalité et d'intérêt des élèves non pas seulement pour leurs établissements mais pour les questions politiques, sociales ou culturelles. Le Clemi (Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information) vient d'en publier une revue de presse. Les éducateurs précisent que la diversité des opinions a été respectée. En réalité, tout l'intérêt de cette revue de presse est de nous apprendre que, chez les lycéens, sur chaque sujet, une seule opinion s'impose: la même. Ils ridiculisent N. Sarkozy, pour deux raisons : parce qu'il veut s'occuper de tout, et parce qu'il étale partout ses affaires privées. Trop médiatisé. Trop people. Et évidemment, trop payé. Ils attendent avec impatience que le PS reprenne du poil de la bête. Mais constatent avec douleur que ce n'est pas pour demain. Ils le fustigent de se laisser aller à…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
La culture générale, c'est la liberté Il semble que l'on reconnaisse désormais un homme de droite à sa balourdise : après les avoir refusées pendant quelques années, il finit par faire siennes les idées que la gauche promeut depuis quinze ou vingt ans. En dénonçant la culture générale dans les concours de la fonction publique, André Santini retarde, lui, de quarante ans. En accusant la culture générale de favoriser les candidats aux concours issus des classes aisées ayant hérité dans leur famille d'une meilleure assise culturelle, il ne fait que reprendre, le sait-il ? les idées répandues au cours des années soixante par le sociologue d'extrême gauche Pierre Bourdieu et par son école. M. Santini, héritier de mai 68 ? Même s'il officie auprès d'un président qui a prétendu liquider l'héritage de cette "révolution", rien de devrait nous étonner. Le propos de M. Santini est saugrenu à plusieurs titres : D'abord on se demande…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version