Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

A tout un chacun (632)

Salon du livre à la porte de Versailles Du temps où j'étais éditeur, je redoutais ce barnum où des fâcheux innombrables se pointaient au stand de La Table ronde avec un manuscrit sous le manteau. Ça me coûtait du temps et de l'argent, sans compter le désagrément de hanter un quartier totalement dépourvu de romantisme. J'allais bavarder avec mes collègues. Tous convenaient que ce rite annuel ne sert à rien, et qu'en somme,il serait opportun de ne plus y sacrifier. Pourtant, je les retrouvais tous l'année suivante. En règle générale, ils se plaignaient, le livre était menacé d'obsolescence, la profession allait péricliter. Curieusement, je les ai trouvés plutôt sereins, et le fait est que l'édition semble épargnée par la crise. Comme si le livre devenait un refuge. Bien entendu, il s'agit du produit livre, au sens large du terme : des foules stagnaient devant les stands de Françoise Hardy et…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Le président de la République a annoncé le vendredi 13 février l'examen au Parlement d'un projet de loi sur le statut du beau-parent pour "reconnaître des droits et des devoirs aux adultes qui élèvent des enfants qui ne sont pas les leurs avec le même amour que s'ils l'étaient". L'apparente générosité de la mesure est trompeuse d'autant que, pour l'immense majorité des familles, il n'y a aucun besoin de créer un nouveau statut pour "des tiers qui vivent au domicile d'enfant dont ils ne sont pas les parents". La loi du 4 mars 2002 a déjà donné aux parents et aux services compétents la possibilité de déléguer une part de leur autorité à un tiers "membre de la famille, proche digne de confiance". Et si jamais les parents, réellement déficients dans leur rôle ou empêchés de l'exercer, ne demandent pas eux-mêmes cette délégation, "le particulier, l'établissement ou le service départemental…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Qu’attend-on pour injecter à nos enfants cette nécessaire dose quasi-quotidienne ? Les modèles scolaires étrangers comme l’Allemagne l’ont compris avant nous : l’absence d’enseignement l’après-midi permettant de favoriser l’épanouissement physique (sport), le développement culturel (lecture, musées, ) et le rattrapage scolaire (études) permettent à l’enfant, tout en en connaissant l’essentiel, de s’accomplir en tant qu’être humain. N’apprenant que les 60% utiles du programme, il libère 40% de sa journée pour les consacrer à son épanouissement personnel. Bien dans sa tête et dans son corps. Lors d’une longue discussion avec l’un de nos champions olympiques, nous arrivions à la même constatation : le système éducatif français doit être changé au profit d’une recherche d’épanouissement de l’enfant par le sport. Un enfant ou adolescent en échec scolaire ou familial doit réussir ailleurs pour atteindre cette vitale confiance en soi, le sésame de la vie, l’objectif prioritaire qui lui permettra de lever la tête, de…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
    Les journaux scolaires sont nombreux en France, ce qui est un signe de vitalité et d'intérêt des élèves non pas seulement pour leurs établissements mais pour les questions politiques, sociales ou culturelles. Le Clemi (Centre de liaison de l'enseignement et des médias d'information) vient d'en publier une revue de presse. Les éducateurs précisent que la diversité des opinions a été respectée. En réalité, tout l'intérêt de cette revue de presse est de nous apprendre que, chez les lycéens, sur chaque sujet, une seule opinion s'impose: la même. Ils ridiculisent N. Sarkozy, pour deux raisons : parce qu'il veut s'occuper de tout, et parce qu'il étale partout ses affaires privées. Trop médiatisé. Trop people. Et évidemment, trop payé. Ils attendent avec impatience que le PS reprenne du poil de la bête. Mais constatent avec douleur que ce n'est pas pour demain. Ils le fustigent de se laisser aller à…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
La culture générale, c'est la liberté Il semble que l'on reconnaisse désormais un homme de droite à sa balourdise : après les avoir refusées pendant quelques années, il finit par faire siennes les idées que la gauche promeut depuis quinze ou vingt ans. En dénonçant la culture générale dans les concours de la fonction publique, André Santini retarde, lui, de quarante ans. En accusant la culture générale de favoriser les candidats aux concours issus des classes aisées ayant hérité dans leur famille d'une meilleure assise culturelle, il ne fait que reprendre, le sait-il ? les idées répandues au cours des années soixante par le sociologue d'extrême gauche Pierre Bourdieu et par son école. M. Santini, héritier de mai 68 ? Même s'il officie auprès d'un président qui a prétendu liquider l'héritage de cette "révolution", rien de devrait nous étonner. Le propos de M. Santini est saugrenu à plusieurs titres : D'abord on se demande…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Mouvement des lycéens : mensonges, mensonges   Manque de moyens : tel est le voile pudique sous lequel on camoufle, année après année, le mécontentement des lycéens et étudiants. On sait bien que, dans le domaine éducatif, le pays est pourtant surdoté. Le malaise, qui tourne au désespoir, provient d'autre chose : c'est la vérité qui manque. Née de parents nantis par le développement des Trente Glorieuses, la jeunesse de ce début de siècle a généralement bénéficié d'une certaine aisance financière familiale. Éduquée par la génération 68, elle n'a guère vu passer d'interdictions et on s'est abstenu de lui réclamer des efforts, lui susurrant au contraire qu'elle avait tous les droits. Ses parents, qui ont acquis un niveau d'études nettement supérieur à celui de la génération précédente, pensaient que l'élan allait se poursuivre avec leurs enfants : ton grand-père n'avait pas son bac, je suis professeur, tu feras Normale, mon fils, ou alors…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Grandeur de la culture générale Les conséquences aberrantes de l'obsession de la discrimination. On nous annonce que la culture générale devrait être évincée des concours administratifs.Désormais, les candidats seraient appelés à plancher sur des épreuves purement techniques, correspondant aux besoins de leur future profession. Cette décision de philistin va à l'encontre de toutes les évidences contemporaines. Nous savons que le XXe siècle a produit de la barbarie de masse et que le mieux pour répondre au désir de "plus jamais ça" serait de civiliser sans relâche. Les techniques ne civilisent pas. Elles fabriquent des spécialistes, bien à l'aise dans une compétence restreinte et ignorants de tout le reste. C'est en lisant les grands textes, en écoutant la grande musique, que nous avons accès à la beauté et au bien, qui ne passent pas seulement par l'éducation de l'enfance ni ne s'apprennent par des discours républicains. Il faut avoir lu Antigone…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Eh bien si, notre jeunesse est brillante Je lis ou j'entends dire, presque chaque jour, que nos étudiants sont incultes, et que le niveau a baissé horriblement. Il me semble que cette croyance provient des nostalgies de l'immuable, exprimées à toutes les époques au moins depuis Aristophane. Il me semble que le pourcentage de jeunes cerveaux brillants et cultivés ne change guère. Cependant, la culture a largement changé d'aspect. Je dirais qu'une culture du temps a laissé place à une culture de l'espace. Qui était le jeune étudiant doué, à la fin des années 1960 ? D'abord un latiniste et un helléniste. Certes, il avait appris l'anglais pendant des années, mais avec des méthodes si poussiéreuses qu'il ne savait décrocher le moindre mot. Il était féru d'histoire, et notamment d'histoire de France. Pourtant, doué ou pas, il n'avait jamais voyagé (peut-être un séjour initiatique en Italie) et, généralement, il aurait eu…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Le vide éthique et la morale économique   Toutes les sociétés obéissent à un ensemble de règles morales rigoureuses, qui sont généralement issues de prescriptions religieuses. Mais les sociétés occidentales se distinguent radicalement des autres en ce sens que, depuis la Grèce, elles se sont interrogées sur la validité de ces règles et en ont cherché une légitimation rationnelle dans ce que l'on appelle l'éthique. A ce titre, l'éthique constitue une dimension essentielle de l'action comme de la connaissance, en premier lieu dans la tradition de notre éducation. On sait que les Stoïciens comparaient la philosophie, considérée comme l'étude de l'ensemble de l'être, aux trois parties d'un oeuf dont la coquille serait la logique, c'est-à-dire la théorie de la connaissance, le blanc la physique, c'est-à-dire les lois de la nature, et le jaune, ou pour certains, le poussin, l'éthique, c'est-à-dire la pratique de la morale. Dans cet oeuf en forme de…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version