Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

A tout un chacun (643)

La bonne fortune électorale de M. Cohn-Bendit aux élections européennes n'est pas une mauvaise nouvelle. Elle reflète la hantise croissante d'une mise à sac de la planète par la folie prométhéenne. En bon catho de base, il me semble depuis longtemps que l'engeance humaine, en saccageant la Création, a dévoyé le sens du Verbe divin dans la Genèse. Ce fragment de cosmos dont Dieu nous a refilé les clés, nous l'avons tellement endommagé que notre progéniture est vouée à survivre dans une précarité nauséeuse. Déséquilibres des écosystèmes, diversité de la flore et de la faune en déclin permanent, pollution des sols, des fonds marins et de l'atmosphère : la beauté du monde, sa pérennité même sont menacées par la prédation sur laquelle repose la croissance, cette divinité équivoque. Préfigurée par Hiroshima, et entretenue par Tchernobyl, la menace d'une calamité nucléaire nous taraude. Même si l'usage civil de l'énergie produite par…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
"... et quand nous serons las, nous vous égorgerons". Faudra-t-il aller jusqu'à sécuriser les écoles comme des aéroports ? Peut-être à court terme faudra-t-il confisquer systématiquement ces petits canifs scouts auxquels les enfants tiennent tant ? Mais jusqu'à quand donnera-t-on exclusivement dans le court terme ? Que signifie en effet, supprimer les armes blanches ? Cela signifie, faire donner la loi et la sanction purement extérieures, faire tomber la loi et la sanction de l'Etat parce qu'on est à court, parce qu'il n'y a pas d'autres solutions : le dernier recours. Chacun s'accorderait à penser qu'il vaudrait mieux pouvoir faire confiance à la loi intérieure : celle qui, inculquée aux enfants, leur souffle de ne pas tourner le couteau de poche contre le professeur. Autrement dit, tous nous préfèrerions qu'une éducation basique nous évite d'en venir à ces extrémités. L'éducation, c'est la loi intériorisée : muni de temps et de patience, on explique à l'enfant, et on finit…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Une pétition curieuse, publiée récemment dans un grand quotidien, recueille les signatures d'un certain nombre de consciences brevetées à gauche : mesdames Aubry, Badinter, Buffet, Roudy, etc., messieurs Bergé, Cohn-Bendit, Delanoë, Lang, Mamère, etc. Le texte définit en substance un nouveau péché mortel, la "transphobie", et incite à respecter "l'identité de genre" ainsi que les "expressions culturelles" qui en "explorent les frontières". Sic. Il s'agit, précise-t-on, des "transsexuel(le)s", des "travesti(e)s" et des "trans­genres". Voilà donc un nouvel attendu de la dé­monologie contemporaine. Peu averti des problématiques relatives à la "trans" en qualité d'hétéro ordinaire, j'ai risqué une exégèse de la pétition pour tâcher d'y déceler une revendication concrète. La même démonologie, au motif de dénoncer l'homophobie, visait en fait à obtenir le droit au mariage entre homosexuels. Qu'exigent nos belles âmes pour les "trans" ? Entre autres, le bénéfice, je cite, "d'une prise en charge médicale s'ils le souhaitent, y…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
  Alors qu'Obama a publié un rapport sur les pratiques de la CIA, on vient de se rendre compte que l'affaire d'Abou Ghraib n'était ni une bavure ni un excès qui aurait échappé à la vigilance des autorités américaines. Revient douloureusement le souvenir du débat sur la torture durant la guerre d'Algérie. Comment admettre que des démocraties torturent ? C'est le moment de se pencher sur l'ouvrage remarquable de Michel Terestchenko, qui nous livre une réflexion approfondie sur la question. Il montre comment deux démocraties, les États-Unis et Israël, utilisent la torture dans le cadre de deux guerres contre le terrorisme. Pourtant, les États-Unis se différencient en ce qu'ils ont pris les moyens pour légaliser certaines formes de torture, ou en tout cas les justifier. D'abord à travers une casuistique fine qui permet à certaines méthodes d'échapper aux interdictions internationales, puis en utilisant des dispositions récentes (privation sensorielle, essentiellement une…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Les quatre registres de la morale   Les récentes polémiques relatives aux déclarations du pape Benoît XVI ont montré l'ignorance où se trouvent beaucoup de nos contemporains, pas seulement les journalistes, de la manière dont se posent les questions morales. Pour dire les choses de manière carrée, toute question morale peut être posée sur quatre registres différents : le bien, le moindre mal, la miséricorde, les politiques publiques. Le bien Le premier de ces registres est celui du bien dans l'absolu. Une société où personne ne ferait violence à personne, où tous les hommes s'aimeraient et s'entraideraient comme des frères, nul doute que cela soit le bien dans ce qu'il a d'absolu. Cela implique entre les hommes peut-être pas l'égalité mais au moins la justice, la courtoisie, la solidarité. Qu'en est-il de la relation de l'homme et de la femme ? Françoise Sagan dont les romans ne contribuèrent pas peu…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
  L'invraisemblable lynchage médiatique subi par le pape et l'Église catholique ces dernières semaines a atteint une dimension encore jamais vue jusque-là, comme si la raison s'était volatilisée et avait laissé place aux seules passions pour discréditer et abattre un homme qui dérange. Il y a d'abord eu la levée des excommunications des quatre évêques de la Fraternité Saint-Pie X au moment même où étaient révélés les propos négationnistes de l'un d'eux et, aussitôt, Benoît XVI fut accusé de complaisance envers les "intégristes", voire envers le négationnisme. Puis survint le drame affreux de Recife et le ton est monté d'un cran contre l'Église accusée de pharisaïsme, de manque de compassion et ainsi de trahison du message évangélique. Enfin, l'acharnement a atteint son paroxysme avec les propos du pape sur le sida et le préservatif. Lorsque nos moutons médiatiques ânonnent que le "pape pose un problème", ils feraient mieux de s'examiner eux-mêmes,…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
  Les sociologues nous décrivent un univers d'un gris de cendre froide où nos compatriotes, saturés d'angoisses et privés de repères, cherchent en tâtonnant une identité de plus en plus aléatoire. Internet abolit l'espace, la télé concasse le temps, lamine les imaginaires et invalide les restes de pédagogie parentale. L'usage banalisé du divorce décompose et recompose à la hâte les cellules familiales, la mondialisation nomadise les psychismes et les dingueries des spéculateurs peuvent ruiner du jour au lendemain l'épargne d'une vie. L'homme "désenchanté" de Gauchet, l'homme "banal" de Melman, l'homme "fatigué d'être soi" d'Ehrenberg, hanté par les spectres du terrorisme, du sac écologique de la planète, de l'immigration anarchique et du chômage, ce pauvre homme a le moral au fond des godasses. Il a peur de tout et ne croit plus en rien. Il y a du vrai dans ce diagnostic. L'Histoire aura été plus cruelle pour maintes générations mais…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Michela Marzano nous avait gratifiés en 2006 (1) d'un beau livre : Je consens, donc je suis…, sur la nouvelle éthique individualiste (par ­exemple, "si je veux moi-même me faire euthanasier, comment cela pourrait-il être mal ?"). Elle signe aujourd'hui un livre sur la peur contemporaine, ses visages et ses raisons et les réponses qu'on pourrait lui apporter. Le diagnostic est bien connu de nous tous qui vivons dans cette société où la peur est omniprésente : peur de l'insécurité, de la perte d'emploi, de l'échec personnel Ici, la des­cription fait appel à la littérature et au monde des images Pourquoi cette floraison de films d'horreur ? S'agit-il d'exorciser la peur ou de s'en repaître ? L'auteur montre le rôle du politique, qui, depuis Machiavel, instrumentalise la peur des citoyens pour les rendre plus obéissants. En même temps, elle déroule le mécanisme des réponses à la peur, qui doit,…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Les ravages du nihilisme   Sous l'écorce d'une équanimité blasée vis-à-vis du religieux coule la sève de l'anticléricalisme le plus rétro chez la "fille aînée de l'Église". La récusation solidement argumentée du relativisme moderne par Benoît XVI, aux Bernardins, avait indis­posé nos intellos et leur suite médiatique. Faute d'arguments plausibles pour le contrer, ils étaient restés cois, mais préméditaient leur revanche.  La voici, sous la forme d'une feinte indignation, au motif que le pape n'a pas daigné prescrire le préservatif comme thérapie à tous les maux de la terre. Dieu sait mon aversion pour le puritanisme. Mais enfin, fallait-il, par concession à la mode, que Benoît XVI exhorte ses ouailles à partouzer ? De­vrait-il, pour mendier les faveurs d'une "modernité" par définition évanes­cente, mettre à l'index la fidélité et la chasteté ? Ces valeurs ne sont pas l'attendu d'on ne sait quel moralisme de grenouille de bénitier ; on les…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version