Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

A tout un chacun (677)

(...) (site endommagé en 2013) oui, cela, tout le monde le sait. Mais qu'y a-t-il derrière ? Est-ce, à travers lui, l'Église qui a mauvaise presse ? Ou bien la figure de la papauté comme autorité ? C'est à cette question que tente de répondre l'auteur dans un livre d'entretiens avec l'éditeur Marc Leboucher (1). Les papes d'aujourd'hui vivent dans le monde des médias. Ils doivent penser à leur image. Jean-Paul II possédait le don de séduire. Ce qui pourtant n'est pas essentiel : la foi passe-t-elle par la séduction ? Non. Même si une forme de charisme peut jouer dans la pastorale, il y faut bien davantage. Cependant, qu'il le veuille ou non, un pape aujourd'hui a en quelque sorte une image à défendre. Celle du pape Benoît XVI tient à plusieurs faits. Avant d'être pape, Joseph Ratzinger avait été préfet de la Congrégation pour la doctrine de la…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Nous sortons d'une année de crise, d'une année de craquements prolongés de l'ensemble de notre système, et que voyons-nous ? Que nous sommes pris dans une profonde crise morale qui traverse non seulement le monde, mais nos sociétés, et qui déchire jusqu'à nos familles et nos âmes. D'une part, ceux qui tiennent le haut du pavé, qui savent se vendre et se faire valoir, et qui n'ont vraiment rien compris ! Ceux-là sont repartis de plus belle dans leurs spéculations financières (normal : on a injecté d'énormes liquidités pour empêcher le système bancaire de s'écrouler), dans leurs appétits de toujours plus, dans leur fuite en avant, dans leur consommation effrénée du monde. Pour eux c'est simple : la vie est une lutte acharnée, qui sépare à chaque coup les gagnants des perdants. Et ceux qui gagnent ne doivent rien à personne, s'ils gagnent c'est qu'ils le méritent. On n'a que ce qu'on mérite. C'est…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Ce livre est écrit par un jeune psychiatre philosophe, en exercice dans les hôpitaux et auteur de plusieurs ouvrages de psychologie prénatale, enfants de moins de 12 ans et personnes fragiles, s'abstenir de lire. Il s'agit de mettre à la portée du public la signification de cette science médicale nouvelle qu'est la procréatique. Celle-ci consiste en l'intervention de la médecine sur la procréation humaine. On verra que ces interventions sont de toutes sortes. Benoît Bayle veut nous montrer que, comme il arrive parfois, cette science est devenue dès sa naissance, récente, une véritable idéologie : celle du désir individuel consacré en critère éthique. L'idéologie se résume par quelques slogans, qu'on entend à tous les vents : "Un enfant quand je veux", "Un enfant comme je veux", "Pas l'enfant que je ne veux pas", "Un enfant même si je ne peux pas". Autrement dit, les limitations de la biologie sont récusées…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Comme le temps passe ! Le XXIe siècle finit sa première décennie. Il prépare ces années 2010 dont chacun espère la fin de la crise et la grande mutation du monde vers la paix sur tous ses territoires, une bonne gouvernance et un développement durable (1). Faut-il avoir la nostalgie des années, des mois et des jours qui s'accumulent derrière nous ? Doit-on penser que cette nostalgie devrait être encore plus intense pour les plus âgés d'entre nous ? Le général de Gaulle n'a-t-il pas effectivement écrit : "La vieillesse est un naufrage" (2) ? Mais il écrivait cette formule à propos du Maréchal Pétain en 1940. Pourtant, depuis cette date, l'espérance de vie à la naissance s'est accrue en France d'un quart de siècle, de 56 ans à plus de 81 ans, une évolution que personne n'avait imaginée. Ainsi se constate un décalage fantastique entre les progrès dans la longévité accrue et les propos…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Mais qu'est-ce qu'elle a fait au bon Dieu pour avoir un fils pareil ? D'abord, il disparaît pendant vingt ans sans donner la moindre explication ni faire le moindre signe ; ensuite, il débarque sans plus d'égards, une balle de revolver dans l'épaule : les risques du métier, explique-t-il, quand on "travaille dans les banques". La vérité, Maniette (Catherine Frot) la comprend très vite : son rejeton, Sidney (Albert Dupontel), est un horrible galapiat. Et ce n'est pas qu'il ait mal tourné : il a toujours été comme ça. Menteur, tricheur, voleur, débauché, assassin, sans coeur, franchement ignoble ! Dans une cachette qu'il avait aménagée sous le plancher de sa chambre, elle découvre ses souvenirs d'enfance : bulletins scolaires truqués, jouets volés aux petits copains pour les faire chanter ("si tu veux revoir ton doudou"), photos pornos Pas d'erreur : c'est ainsi qu'elle l'a fait. Et peut-être qu'il tient d'elle. Tout en luttant contre des promoteurs immobiliers véreux qui veulent l'exproprier, Maniette entreprend de remettre son fils sur le droit chemin et de réparer ses vilenies. Et elle a la…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
  Lettre à Anna, documentaire d'Eric Bergkraut, retrace l'engagement de la journaliste russe assassinée. Le 7 octobre 2006, Anna Politkovskaïa était assassinée à l'entrée de son immeuble, à Moscou. Elle avait 48 ans. Cette fin trafgique "n'a été une surprise pour personne", dit Eric Bergkraut, réalisateur de Lettre à Anna. Depuis ses reportages en Tchétchénie, à partir de 1999, cette journaliste russe symbolisait l'opposition au pouvoir. On avait déjà attenté à sa vie, et elle se savait menacée en permanence. "Pourquoi suis-je encore en vie ? Quand j'y pense, je me dis que c'est un miracle. Quelqu'un doit vouloir me tenir en vie sur cette terre. Je le crois vraiment", déclarait-elle en 2003. Eric Bergkraut avait entrepris un documentaire autour d'elle, de son vivant, avec pour axe l'idée de liberté. Le film est devenu un hommage à la journaliste disparue, un témoignage sur sa personnalité, son combat, et la façon…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
A entendre les éloges funèbres, Claude Lévi-Strauss, aujourd'hui unanimement encensé, aurait été le plus politiquement correct des philosophes : antiraciste avant l'heure, anticolonialiste, promoteur des civilisations "premières", quelle meilleure référence ? Il est certes incontestable qu'il défendit l'idée, fondamentale dans son oeuvre, que les cultures dites primitives sont aussi complexes que les cultures modernes. A cette figure d'hagiographie, les fines bouches objectent cependant tel ou tel propos de jeunesse sur l'inégalité des races ou paraissant hostile à l'islam. Mais avant 1945 - cela est complètement oublié aujourd'hui - , dans presque toutes les familles politiques et pas seulement les pro-nazis, il était naturel de parler de race et de s'interroger sur leur éventuelle inégalité. C'est à partir de la catastrophe hitlérienne que les mentalités changèrent et encore très progressivement. Lévi-Strauss était d'ailleurs resté plutôt discret sur ces questions. Ce n'est en tous les cas pas pour cela mais pour une toute autre…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
  Pierre Chaunu vient de mourir. Il avait quatre-vingt-six ans. Je connaissais alors Pierre Chaunu depuis vingt ans ; nous nous étions rencontrés chez Alain Peyrefitte, au début des années quatre-vingt, quand nous envisagions au sein d'un aréopage de notoriétés dont je n'étais pas, les moyens de lutter contre François Mitterrand et la mainmise du Parti socialiste sur l'État. Pierre Chaunu s'était pris de sympathie pour moi : "Je vous aime bien", répétait-il quand je le remerciais des services qu'il me rendait : m'inviter à Radio-Courtoisie, faire un papier sur mon John Barrow, préfacer mon Mandeville Je lui dois d'avoir rencontré des personnalités de grande qualité dont certaines sont devenues de vrais amis. Il était "comme ça", Pierre, le coeur sur la main, parlant de tout avec le plus grand naturel et une capacité de passer, par association d'idées, d'un sujet à un autre qui pouvait désorienter le non-initié. Peyrefitte…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
  Elevée dans le judaïsme et convertie au catholicisme, philosophe, carmélite, morte à 50 ans à Auschwitz en 1942, canonisée en 1998, Edith Stein est l'une des plus belles figures de ce dernier siècle européen. Au début des années trente, elle a entrepris l'histoire de son enfance et de sa jeunesse, présentée comme un hommage à sa mère. Ici, l'éditeur a ajouté deux textes, dont "Comment je suis venue au Carmel de Cologne". Chronique pour servir la grandeur de l'institution familiale. Edith Stein était la plus jeune d'une famille nombreuse, et elle avait 2 ans à la mort de son père. La bonté, l'intelligence, la culture qui habitent cet univers font penser d'une certaine manière à l'enfance de Simone Weil. Le titre de l'ouvrage laisse-t-il entendre que les familles juives seraient si spécifiques ? Ce n'est pas cela. L'auteur, à partir de sa propre histoire, laisse le témoignage monographique de ce…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version