Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

A tout un chacun (612)

Le mythe de l’argent qui dort   Commentant la décision qu’a prise une petite banque allemande de facturer les dépôts à vue supérieurs à 100 000 €, un journaliste du Figaro écrivait le 13 août 2016 : "C’est une conséquence directe de la politique monétaire ultra-accommodante de la BCE. Aujourd’hui, les banques qui déposent leurs liquidités auprès de l’institut monétaire doivent lui payer une ‘taxe’. La BCE espère ainsi les dissuader de laisser dormir leur argent et les inciter à prêter davantage aux ménages et aux entreprises, à taux bas." Ces 3 phrases contiennent une bonne part de vérité. Il est exact que, si la BCE se comportait comme les banques centrales avaient coutume de le faire avant de passer à des taux voisins de zéro, et le cas échéant négatifs, ainsi qu’au "quantitative easing" , c’est-à-dire à l’achat ou à la prise en pension de quantités impressionnantes de titres émis par les…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
La vertu du courage Propos recueillis par jean sévillia Pendant tout l’été, à l’occasion des grands entretiens, nous explorons les grandes vertus morales traditionnellement distinguées par la philosophie classique : successivement la prudence, la foi, la tempérance, l’espérance, la force d’âme, la charité et la justice. Cette semaine : la force d’âme. "Libérale-conservatrice" : ainsi Chantal Delsol qualifie-t-elle la famille intellectuelle et politique dans laquelle elle se reconnaît, revendiquant un positionnement peu répandu dans le monde des idées. Philosophe, docteur ès lettres, elle est professeur à l’université de Marne-la-Vallée où elle dirige l’Institut Hannah-Arendt qu’elle a fondé en 1993. En 2007, elle a été élue à l’Académie des sciences morales et politiques. Spécialiste de philosophie politique et d’histoire des idées, cette femme courageuse a toujours manifesté son indépendance à l’égard de l’idéologie dominante. Hier farouchement anticommuniste quand la mode était au marxisme, Chantal Delsol résiste aujourd’hui à toutes les dérives issues de la…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
La sécurité est le premier des droits de l'homme !   Mezri Haddad est un philosophe, écrivain et diplomate tunisien. Docteur en Philosophie, ancien ambassadeur de Tunisie à l'UNESCO de 2009 à 2011, il est l'auteur de plusieurs essais sur les liens entre religion et politique, notamment La face cachée de la révolution tunisienne. Islamisme et Occident, une alliance à haut risque (éd. Arabesques/Apopsix, 2011).   FIGAROVOX. - En tant que philosophe de culture musulmane, que vous inspire ce dernier acte terroriste qui a visé une Eglise et lors duquel le père Jacques Hamel a été atrocement assassiné ? Cela m'inspire de la compassion pour les victimes, du dégout à l'égard d'une religion sclérosée et souillée et un profond sentiment de haine - comme disent les enfants chéris de la diversité - vis-à-vis des auteurs de cet acte barbare et de leurs nombreux semblables qui peuvent à tout moment basculer dans…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Les messages du "voile"   Le port du "voile" et son développement actuel comportent des signes adressés aux musulmans et au reste du monde. Ils invitent également à des réflexions concernant aussi bien le regard que l’islam porte sur l’être humain que sur son projet conquérant.   Protéger la femme et assurer sa liberté ; rassurer l'homme et garantir sa vertu  Lejilbâb, dans ses variantes, met le corps féminin à l’abri de la concupiscence des hommes. "C’est un bouclier" (Bruno-Nassim Aboudrar, Comment le voile est devenu musulman, Flammarion, 2014, p. 155). La liberté et la sécurité de la musulmane sont conditionnées par le port de cet habit spécifique. L’imam Hassan Amdouni, établi en Belgique, opposé au voile intégral, donne un sens identique au hidjâb. Le hidjâbest le moyen par lequel Dieu – qu’Il soit loué – honore la femme et met fin au marchandage forcé de son charme, et à…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Pour que renaisse la France, il faut un peuple de droite rassemblé   Si l’élection présidentielle demeure bien le facteur structurant de notre vie politique et requiert de notre part une lucidité accrue, notamment au moment du choix ultime du second tour que nous aurons à faire le 7 mai 2017 sans aucun autre a priori que le salut de la patrie, ce sont, un mois plus tard, les élections législatives qui risquent de déterminer pour les cinq prochaines années le destin national. En effet, si, dans le cadre du bipartisme prévalant depuis 1965, les législatives nous avaient habitués, en donnant  au nouveau président une majorité cohérente, à confirmer, voire à amplifier, le choix politique des présidentielles, le contexte de 2017 peut totalement modifier cette donne.   Le tripartisme, désormais installé, multipliera au second tour des législatives, soit les triangulaires, soit des duels à géométrie variable, au risque de rendre…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
La vertu de prudence Propos recueillis par Jean Sévillia Pendant tout l’été, à l’occasion des grands entretiens nous explorons les grandes vertus morales traditionnellement distinguées par la philosophie classique : successivement la prudence, la foi, la tempérance, l’espérance, la force d’âme, la charité et la justice.   Il a 30 ans, mais on lui en donnerait moins. A 22 ans, il était sorti de l’Ecole normale supérieure, agrégé de philosophie, et maire adjoint de Versailles, élu sur la liste de François de Mazières. Deux qualités qui définissent François-Xavier Bellamy : non seulement ce jeune professeur est un espoir dans le monde des idées, mais il ne fait mystère ni de ses convictions politiques, ni d’être animé par une conception de la société marquée par des références chrétiennes qu’il défend à travers son engagement. Paru en 2014, son essai Les Déshérités (Plon), dans lequel il analyse la crise de transmission de la culture, a été…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Totalitarisme gastronomique Décidemment, mes petits séjours parisiens me donnent de plus en plus l’impression d’être un candide provincial qui s’étonne de tout ce qu’il découvre dans la capitale. Cette fois-ci, à peine arrivé dans le métro, j’aperçois une grande affiche publicitaire montrant une belle tête de bovin charolais. Ah ! me dis-je in petto, quelle joie de voir ainsi vanter à Paris l’un des fleurons de notre agriculture, l’élevage d’une des plus belles races à viande du monde, fruit du labeur de plusieurs générations d’agriculteurs français.   Hélas, en lisant le texte de l’affiche, je découvre qu’il s’agit en réalité d’une opération de propagande végétarienne (ou végétalienne ?...) visant à interdire la consommation de viande. C’est assez mal fait, et la rhétorique est pour le moins vaseuse. Jugez plutôt : la photo du bovin est placée sur le côté droit de l’affiche. Sur le côté gauche, on peut lire le texte suivant : "Vous…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
La confusion entre richesse et production   Cette confusion est une difficulté majeure de notre temps et le fait que cette confusion soit si mal perçue est une énigme car elle impacte tous les autres problèmes. Personne ne semble avoir vraiment envie de l’analyser. Nous savons tous pourtant qu’une production n’est pas forcément richesse, qu’une inondation est une production d’eau qui n’est pas richesse, pas plus que la grêle qui produit ses grêlons. Une production n’est plus richesse dès qu’elle est surproduction et elle n’est pas richesse si elle n’est pas désirée.   Une production se constate alors qu’une richesse s’évalue, une production est objective alors qu’une richesse est subjective. Le crottin est une production du cheval mais il n’est richesse que pour le jardinier. Ce qui fait le lien entre la production et la richesse c’est la monnaie. Comme cela n’est malheureusement pas écrit dans les livres d’économie, le…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Assurance chômage : tirer la leçon de l’échec   Les négociations entre partenaires sociaux relatives à l’Assurance chômage ont pris fin sur un constat d’échec, parce que le patronat ne veut pas augmenter les cotisations chômage employeur. Les pouvoirs publics vont se substituer aux partenaires sociaux. Pôle-emploi continuera à verser des allocations de chômage, et aucune leçon ne sera tirée de ce vaudeville : la France restera empêtrée dans une conception obsolète de sa protection sociale, alors que les évènements en cours fournissent une occasion, si l’on se donne la peine de réfléchir, de faire un grand pas en avant.   Les taux ordinaires de la cotisation chômage sont jusqu’à ce jour 4 % pour la part employeur, et 2,4 % pour la part salarié. Par exemple, pour un salaire brut de 3 000 €, cela fait 72 € de moins en salaire net et 120 € de plus à débourser pour l’entreprise.…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version