Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

A tout un chacun (717)

L’économie mondiale affronte un problème qu’elle n’a jamais connu   Les politiques, les médias, les financiers et les économistes s’acharnent à résoudre les problèmes qu’ils voient mais qui ne sont plus les bons. Ils ne résolvent donc absolument rien et les peuples les voient s’agiter en souffrant de leur incompétence. Les peuples ne savent plus comment exprimer leur malaise puisque, quelle que soit la forme de cette expression, cela ne change rien. Le vrai problème est ailleurs et est tellement énorme que personne ne semble avoir envie de le voir, de le comprendre et encore moins de l’affronter. Depuis Aristote on n’a jamais défini la monnaie autrement que par ses utilisations, moyen d’échange, réserve de valeur et chiffrage de la richesse dont on a complètement oublié qu’elle n’est qu’un regard commun, parfois éphémère, sur quelque chose de collectivement apprécié. Personne ne semble avoir pris la peine de dire ce qu’est…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Retraite et pénibilité   Le docteur Gérard Maudrux, président de la CARMF, la Caisse de retraite des médecins français, vient de poser dans Contrepoints une excellente question : la pénibilité du travail doit-elle être rémunérée par l’intermédiaire de nos retraites par répartition ? Il répond négativement et pose également la question pour les risques encourus en exerçant certaines professions. Cela amène à s’intéresser au rôle de la capitalisation, mieux adaptée que la répartition pour la résolution de certains problèmes.   Quand il s’agit de retraites, le législateur, l’autorité réglementaire et les partenaires sociaux disent et font n’importe quoi. Si un travail est "usant", il est normal que celui qui l’effectue reçoive des compensations. Toute la question est de savoir quelles formes doivent prendre lesdites compensations. La formule la plus simple est évidemment une majoration de la rémunération : chaque mois, le travail pénible donne lieu à une compensation immédiate, et donc à une…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Réchauffement climatique : l’humanité génère de l’eau !   C’est indéniable, la terre se réchauffe par rapport aux siècles précédents. Nous ne tiendrons pas compte des facteurs astronomiques de Milankovic, qui ont un impact sur les variations climatiques du globe terrestre, mais à une échelle de temps sortant de notre empan. Depuis le début de l’humanité jusqu’au milieu du XIXème siècle, l’homme ne faisait qu’utiliser ce que Dame Nature lui offrait, y compris avec quelques apports anthropiques comme la sélection de graines, à titre d’exemple dans le domaine de l’agriculture, base de notre alimentation. Vivant en équilibre avec la nature en utilisant du bois pour se chauffer avec un rythme de renouvellement qu’on peut placer à 30ans, âge d’une coupe de bois de chauffage, l’Homme s’est intéressé à des matières énergétiques plus rentables et calorifères que sont le charbon et, à partir de 1865, le pétrole.   Pétrole ! Voilà un mot qui…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Islamisme et féminisme   Un peu à la façon de Montesquieu      Ce sont deux fléaux (deux fanatismes) dont la conjonction voire la sidérante coalition forment un des symptômes de notre actuelle déliquescence française.      Ce sont deux faits aussi patents que les patates (dirait Chesterton), aussi irrécusables l’un que l’autre : l’invasion des médias par la femme, l’invasion du territoire par l’islam.      L’un de ces faits patents (le féminisme) non seulement n’est pas camouflé mais il envahit l’actualité avec une obsession presque obscène. L’autre – invasion islamique de la France et avec celle-ci dévaluation de la féminité - est camouflé systématiquement.       La collision et la collusion de ces fléaux, je me répète, est un phénomène rare, exceptionnel, dont je ne trouve l’antécédent ni dans notre pays ni en Europe.      Le féminisme exige l’égalité entre l’homme et la femme en tout et partout ; le Coran précise avec une clarté extrême que l’homme, d’institution…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Et si on arrêtait de nous prendre pour des c… avec le réchauffement climatique anthropique ?   Toute personne qui parle de changement climatique devrait connaître sur le bout des doigts les paramètres de Milutin Milankovic qui expliquent pourquoi la Terre a été plusieurs fois depuis des millions d’années une boule de glace et le sera à nouveau avec des périodes interglaciaires plus ou moins longues pendant lesquelles la vie peut se développer. Le premier paramètre est l’obliquité de l’axe de la Terre par rapport au soleil qui varie dans un cycle de 41.000 ans de 21,9 ° à 24,5°. Le second est l’excentricité de la Terre qui tourne autour du soleil dans un cycle de 100.000 ans sur une orbite qui va du cercle presque parfait à une ellipse faisant évoluer les distances de la Terre au soleil. Le troisième paramètre est la précession des équinoxes, la terre tournant comme…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
La Fondation pour l'école   113 écoles ouvertes à la rentrée 2019 : les écoles indépendantes achèvent leur mue et s'installent durablement dans le paysage éducatif français   Consciente de la nécessaire refonte de notre système éducatif, la société civile s’investit toujours plus dans la création d’établissements indépendants, afin d’offrir aux enfants des écoles adaptées à la diversité de leurs besoins. 113 écoles indépendantes ont encore ouvert leurs portes cette année, confirmant par-là la nécessité de leur contribution au paysage éducatif français. Plus de 60 % d’entre elles sont des écoles du premier degré, 40 % sont des collèges ou des lycées. La France compte désormais 1 530 établissements indépendants, répartis sur l’ensemble de son territoire. Ces écoles s’appuient sur leurs facteurs-clés de succès historiques, qu’il s’agisse de classes à petits effectifs, de pédagogies adaptées à des problématiques éducatives spécifiques (élèves souffrant de troubles Dys, de handicap(s) ou ayant tout…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Sur les droits de l'Homme. Une citation à méditer   "Il ne suffit pas de décréter les droits des hommes : il se pourra qu’un tyran s’arme de ces mêmes droits contre le peuple ; et celui de tous les peuples qui sera le plus opprimé sera celui qui, par une tyrannie pleine de douceur, le serait au nom de ses propres droits. Sous une tyrannie aussi sainte, ce peuple n’oserait plus rien sans crime contre la liberté. Le crime adroit s’érigerait en une sorte de religion, et les fripons seraient dans l’arche sacrée."    Voici l'auteur : Son nom : Antoine-Louis de Saint-Just, Référence : "Discours sur la constitution de la France", prononcé à la Convention nationale le 24 avril 1793, Source : Saint-Just, Œuvres complètes, édition établie et présentée par Anne Kupiec et Miguel Abensour, Paris, Gallimard, 2004, p. 539.   Paru sur www.henrihude.fr, 4 septembre 2019
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Les droits de l’homme sont-ils sans limite ?   FIGAROVOX/TRIBUNE - Les droits de l’homme ne sont plus universels et immuables mais catégoriels et sans cesse croissants. Aussi est-il légitime de leur poser des bornes, argumente le professeur de philosophie politique*.   Aux États-Unis, une "commission des droits inaliénables" a été récemment mise en place par le secrétaire d’État, Mike Pompeo. Son objet est de réfléchir sur ce que sont devenus les droits de l’homme depuis leur affirmation solennelle en 1948 dans la déclaration universelle des droits de l’homme. La présidente de la commission, Mary Ann Glendon, professeur de droit à Harvard, a affirmé que la commission travaillerait "au plan des principes, pas de la politique". Les membres de la commission sont inquiets de voir les droits, catégorie sacrée au sens culturel du terme, se développer anarchiquement. Les opposants à la création de cette commission, eux, sont inquiets en pensant,…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0
Jeanne, si petite et si grande   CRITIQUE - Avec toujours beaucoup de liberté, Bruno Dumont poursuit son adaptation de Charles Péguy. Sous une gangue rugueuse, son film s’apparente à un joyau très pur.   Après Jeannette, Jeanne. Après Domrémy,Les Batailles et Rouen. Bruno Dumont poursuit son adaptation du triptyque de 1897 de Charles Péguy avec la même liberté que l’écrivain alors débutant, et socialiste, prenait pour conter une histoire de Jeanne d’Arc pleine de trous, évitant les événements saillants de son épopée pour privilégier la solitude lyrique et mystique d’une enfant du peuple au milieu du monde. À partir de la fin de 1429, le monde l’abandonne, à commencer par le roi (Luchini dans le film, faux-jeton patelin) puis les capitaines, rendus au fatalisme cynique et à la grossièreté ordinaire des gens d’armes qu’elle avait un moment suspendus, soulevés. Elle garde son exigence : "Les hommes sont comme ils…
Publié dans A tout un chacun
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version