Logo
Imprimer cette page

La peine de mort

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le monde politique semble voler très en dessous des aspirations profondes d’un peuple qui semble avoir perdu ses repères et la perspective de son destin. Parmi l’une des propositions des différents partis politiques j’avais relevé dans le projet du Parti Socialiste en page 73 une proposition qui me renvoie immédiatement à une scène vécue le 5 décembre 2010 à la prison de Manille, Bilibid où vivent 12.000 détenus. Cette proposition, le gouvernement socialiste veut la transformer aujourd’hui en loi.
On m’a entraîné malgré moi dans le couloir menant à la chambre d’exécution des condamnés à mort : L’atmosphère y est sinistre malgré une propreté d’hôpital. La pièce est impeccable et toute blanche. La planche où l’on étend le condamné ressemble à un billard de salle d’opération. Quatre tabourets l’entourent sur lesquels sont posées quatre seringues. Pourquoi quatre ? Parce que le médecin - c’est le nom qu’on m’a donné à quelqu’un que j’aurais plus simplement désigné comme le bourreau - qui injecte le produit létale ne doit pas savoir que c’est lui. Car sur quatre seringues une seule est mortelle. Les quatre praticiens espèrent avoir trois chances sur quatre d’être innocent de ce geste de mort.
Aujourd’hui cette chambre est un musée. Parce que depuis Juin 2006 les Philippines ont abrogé la peine de mort. La présentation macabre qui m’avait été faite ne servait qu’à rappeler les usages d’un autre âge corrigés par une conscience qui s’affine en s’incarnant dans la loi.
Hors la peine de mort a été rétablie en Hollande, en Belgique et le projet du Parti Socialiste en page 73 que notre gouvernement voudrait faire voter à l’assemblée veut la rétablir en maquillant le terme en "mourir dans la dignité". Il faut savoir comment se passera cette euthanasie proposée en page 73. Rigoureusement comme je vous ai décris l’exécution des criminels de la prison de Bilibid avant Juin 2006 : Par la même injection létale au chlorure de potassium pratiquée cette fois ci par un seul médecin. La différence notable c’est qu’ici l’exécuteur assurera sans état d’âme son rôle de bourreau.
Pourquoi un malade désespéré mais innocent ne pourrait pas bénéficier de la même mansuétude du législateur que le criminel philippin d’hier ?
Les gouvernements des pays du Sud progressent en humanité au moment même où ceux de l’Occident s’effondrent en barbarie.

MEAUDRE  Yves

Marié, 6 enfants.
 
Etudes  classiques à Lyon à l’externat St Joseph, 'Ste Hélène' et aux Chartreux.
Baccalauréat A 3
Inspection d’assurances IARD, vérification des risques industriels.
 
Secrétaire général adjoint du CNPF de Saône et Loire.
Professeur d’histoire sociale à Lyon III (Université Jean Moulin)
 
Participe au développement de la Cinéscénie du Puy du Fou (Vendée) et à la création d’Alouette F.M dont il devient directeur d’antenne (Vendée)
Président des radios de pays (25 radios fédérées)
Fonde Famille Media à Paris.

Engagement humanitaire 
Elu président du comité national d’aide à la Pologne (13 décembre 1981 : Coup d’état du Gal Jaruzelski en Pologne)
      Organise l’aide alimentaire, sociale et médicale à la Pologne alors sous la loi martiale.
 
Secrétaire général d’Enfants du Mekong (1986)
      Accueil des familles réfugiées en France, ouverture d’un foyer d’adolescents boat people qui deviendra un foyer pour les enfants en difficulté d’intégration sociale à
     Asnières (France), accueil et soutien des réfugiés dans les camps sur la frontière Thaïlandaise : camps Laotiens (Ban Napho, Ban Vinaïe), camps cambodgiens (Site 2,
     Site B, Kao I Dang), camps Vietnamiens (Sikiew, Phanat Nikom, Bendtat, section 19 sur la plate forme de Site 2)
 
Directeur général d’EDM (1988)
Aide au retour des réfugiés dans leurs pays d’origine, soutien logistique, création d’écoles, parrainages des enfants réfugiés au retour, ouvre les programmes de
     scolarisations (aujourd’hui 350 centres  de 50 enfants chacun).
1990 : Lancement des premiers bambous (des volontaires contractant un engagement de un an ou plus au service de l’association en Asie. (30 par an)
Soutien des programmes spécialisés : pour les enfants et jeunes filles prostitués à Pattaya avec l’envoi de volontaires français (1990), les enfants de la rue aux
     Philippines (Manille) et au Cambodge (Phnom Penh) (1994), les enfants et les mères en fin de vie (1997) à Yasothorn en Thailande, les enfants des prisons à
     Manille (2000), ouvre le foyer d’étudiants d’Asie du Sud Est en études supérieures en France à Rungis (1994), ouvre de nombreux foyers (30) pour les adolescents
     trop éloignés des écoles.
Ouverture d’une fondation EDM à Bruxelles en 1997, à Hong Kong (1998), à Singapour (1999), à Genève (2004), à Bangkok (2004), à Londres et à New York

Fondation du centre universitaire Dc Christophe Mérieux à Phnom Penh
Création d’un centre de la soie, création d’un institut d’informatique en partenariat avec les sociétés Accenture, Hewlett Packard.
 
22.000 Filleuls , 60.000 enfants aidés.

Ouvrages
France Terre d’exil en collaboration avec Anne Hervouet (1989) - Les insurgés (2005) - Contes de Noël (2009) - Les condamnés, Jésus, Jean et Louis (2011) - Les réfugiés, Hoà (2011) -

Distinctions
Chevalier de la Légion d'Honneur
Chevalier de l'Ordre de St Grégoire

Dernier de MEAUDRE Yves

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.