Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (285)

L’agonie de l’Europe a commencé   Samedi dernier, l’Union européenne a atteint son soixantième anniversaire. Les 27 Chefs des Etats membres, réunis à Rome pour la circonstance, ont proclamé leur volonté de poursuivre et "approfondir" l’œuvre des Pères fondateurs. Mais le cœur n’y était pas. Les participants avaient sous les yeux les nombreuses fissures qui menacent la solidité de l’édifice communautaire. Trois d’entre elles sont particulièrement préoccupantes. Les difficultés financières de la Grèce hypothèquent l’avenir de la zone euro. L’afflux d’immigrés africains met en péril le principe de libre circulation entre Etats. Le Brexit, enfin, fait s’effondrer l’idée d’une union irréversible. Les serments pompeux des Chefs d’Etat n’ont pas réussi à cacher leur désarroi.                Les fidèles de la religion européenne ont tenté de voler à leur secours. Selon eux, les problèmes d’aujourd’hui peuvent être facilement résolus. Ils ont présenté, avant le "sommet" de Rome, une profusion de plans…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L’écosse sonne le réveil des anciennes nations   Les référendums s’empilent les uns dans les autres comme des poupées russes. Le Brexit britannique a exaspéré les Ecossais qui ont voté majoritairement contre. Ce désaccord majeur a réveillé les velléités indépendantistes des Ecossais qui organisent un nouveau référendum à ce sujet. Ce ne sera pas le premier. Mais cela pourrait être le dernier si les Ecossais décident cette fois d’abandonner les Anglais. De fermer une parenthèse vieille de trois siècles, puisque l’acte de naissance du Royaume-Uni date de 1707. Les partisans de l’Europe rient sous cape. La victoire du Brexit affaiblit l’Europe, mais elle risque de désintégrer la Grande-Bretagne. Comme une punition céleste ! La vindicte est mauvaise conseillère. Le Brexit est un prétexte. Mais ce mouvement vient de loin. Il n’est pas limité à la Grande-Bretagne. Et l’Europe n’est pas du tout innocente. C’est l’Europe qui, depuis des décennies, encourage les…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Brexit, Alea jacta est...                                                                  Le sort en est jeté : le Brexit existera. Theresa May a tenu son calendrier, même si beaucoup de travail comptable et juridique reste à faire. Le handicap principal étant que les Britanniques – membres de l'Union – ont supprimé à Londres presque tous les "conseillers" juristes et financiers, délégant l'essentiel au personnel de l'Union basé à Bruxelles ou auprès de Parlement et des Cours. Il a fallu, dans l'urgence, reconstituer un tissu d'analystes compétents ; exercice scabreux et coûteux. Rien n'avait été prévu en ce sens, tellement le résultat du référendum paraissait être de rester européen. David Cameron restera dans la mémoire britannique et dans l'histoire de l'Angleterre comme celui qui a jeté son pays dans un maelstrom aussi violent qu'inattendu. Un exercice aussi difficile que la fin de l'Empire, laquelle s'était cependant opérée beaucoup plus lentement. La Reine, riche de ses 91 années et de…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Ne pas sortir de l’euro : bonnes et mauvaises raisons   Disons-le tout de suite : je ne suis pas partisan de sortir de l’euro. Mais je suis agacé par l’empilement de mauvaises raisons auquel se livrent certains pour justifier cette position, dont je me réjouis qu’elle soit partagée par une majorité de Français. Si l’on pouvait sortir de l’euro du jour au lendemain, en prenant un simple décret, le retour au franc ne serait peut-être pas une mauvaise chose. Les Français, en effet, sont un peu comme les Grecs : s’ils peuvent consommer plus qu’ils ne produisent, ils ne se gênent pas pour le faire, et le déficit commercial de la France ne les en empêche pas dès lors que notre pays peut s’endetter facilement et à bon compte, ce que permet l’euro. Celui-ci constitue une bulle protectrice à l’intérieur de laquelle il est facile de faire distribuer de l’argent par l’État…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L’élection présidentielle et l’euro   Plusieurs candidats ont fait de l’euro une question clé de la campagne présidentielle. Il convient donc de s’interroger à ce sujet. L’euro a-t-il tenu ses promesses ? Sinon, faut-il en sortir ? A la première question, la réponse est sans appel : non, l’euro n’a pas tenu ses promesses. A la seconde, la réponse est plus nuancée. L’euro n’a pas tenu ses promesses mais il ne s’ensuit pas qu’il faille en sortir. L’euro souffre de défauts congénitaux auxquels il est possible de porter remède.   Une monnaie unique ne fonctionne que si certaines conditions sont satisfaites. La première tient à la nature des économies des pays membres. Si elles sont structurellement semblables, aucun aménagement n’est nécessaire. Si elles sont dissemblables, des transferts inter-états doivent corriger les déséquilibres entre états membres. Aux Etats-Unis, la Californie et le Texas sont riches. L’Arkansas et l’Oklahoma sont pauvres. Des transferts fédéraux…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Non à l’ingérence turque en Europe   "Une bonne action est toujours sévèrement punie." L’adage de nos arrière-grands-mères s’appliquerait-il à la géopolitique contemporaine ? C’est la question qu’on peut se poser au regard des propos tenus, le 5 mars 2017 à Istanbul, par le tout-puissant président de Turquie. En meeting électoral en faveur du oui au référendum constitutionnel, qu’il a convoqué pour le 16 avril, afin de renforcer ses pouvoirs de président, Recep Erdogan s’en est pris violemment à l’Allemagne, qu’il a accusée d’avoir, dans sa vie politique, conservé les "pratiques du nazisme". L’avant-veille, trois municipalités allemandes avaient décidé d’annuler des meetings électoraux en faveur du oui, destinés à la communauté turque d’Allemagne, qui compte quelque 1,4 million d’électeurs. La ville de Cologne s’était plainte d’avoir été trompée quant au motif réel du rassemblement qu’elle avait, dans un premier temps, autorisé. Des membres du gouvernement d’Ankara devaient participer à ces meetings politiques, contents d’utiliser…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L’effacement démographique européen   L’INSEE vient de publier le nombre de naissances en France métropolitaine au mois de janvier : 60 400, contre 62 600 en janvier 2016, la baisse s’établit à 3,5 %. L’année 2016 était en diminution de 2 % par rapport à 2015, elle-même en baisse de 2,7 % par rapport à 2014 ; le mouvement s’est accentué en décembre 2016 : 3,8 % de naissances en moins qu’en décembre 2015. Il semblerait donc que la chute de la natalité amorcée en 2015 soit partie pour continuer en 2017 : la France métropolitaine pourrait tomber cette année en dessous de 730 000 naissances. Pour l’Union européenne, nous ne disposons pas de chiffres pour 2016, mais ceux de l’année 2015 sont alarmants : 5,09 millions de naissances pour 5,2 millions de décès. Le déficit de naissances culmine en Bulgarie (70 000 bébés face à 110 000 cercueils), mais il est fort dans plusieurs pays : l’Allemagne, où il manque…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Ce Traité qui fait déchanter les lendemains…   C'est l’anniversaire le plus discret de l’année. Pas de bougies ni gâteau. Le traité de Maastricht fête ses vingt-cinq ans et tout le monde regarde ailleurs. Les anciens partisans du "oui" n’en sont pas particulièrement fiers ; les anciens partisans du "non" n’ont pas envie de célébrer une défaite. La monnaie unique s’est pourtant installée dans la liste brève des grandes monnaies mondiales ; mais l’euro n’est toujours pas parvenu à contester au dollar son rôle de monnaie de réserve. Les chantres du oui promettaient une période de croissance et la fin du chômage ; la zone euro est la région du monde où la croissance est la plus faible. Les concepteurs de la monnaie unique assuraient qu’elle favoriserait "la convergence" des économies européennes ; elle a au contraire accentué les divergences. Nos experts avaient oublié une loi économique élémentaire : dans une zone unifiée, chaque pays…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Sed perseverare diabolicum   Ainsi alors que les frontières se rétablissent partout, que les peuples se rebellent contre la mondialisation, que nous nous sommes coupés de notre espace économique naturel par des sanctions contreproductives pour des querelles d’Allemands, que les Etats Unis de Trump dénoncent le Traité Transpacifique, l’ALENA et ne parlent plus du TAFTA, le parlement européen a adopté le CETA, le traité de libre échange avec le Canada.   Un pavé de 2000 pages probablement traduit en plusieurs langues qui ne disent pas toutes la même chose : comment un traité de 2000 pages pourrait-il être appliqué ? Combien s’y nichent de contestations, de contournements ? Décidemment rien n’arrête la machine européenne à pondre du papier. Son inertie est de plusieurs années. D’ailleurs les négociations ont commencé en 2009, une longue gestation suivie d’un accouchement difficile : il s’est quand même trouvé 204 députés pour voter contre et 33 pour s’abstenir. Il…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version