Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Non à l’ingérence turque...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Non à l’ingérence turque en Europe
 
"Une bonne action est toujours sévèrement punie." L’adage de nos arrière-grands-mères s’appliquerait-il à la géopolitique contemporaine ? C’est la question qu’on peut se poser au regard des propos tenus, le 5 mars 2017 à Istanbul, par le tout-puissant président de Turquie. En meeting électoral en faveur du oui au référendum constitutionnel, qu’il a convoqué pour le 16 avril, afin de renforcer ses pouvoirs de président, Recep Erdogan s’en est pris violemment à l’Allemagne, qu’il a accusée d’avoir, dans sa vie politique, conservé les "pratiques du nazisme".
L’avant-veille, trois municipalités allemandes avaient décidé d’annuler des meetings électoraux en faveur du oui, destinés à la communauté turque d’Allemagne, qui compte quelque 1,4 million d’électeurs. La ville de Cologne s’était plainte d’avoir été trompée quant au motif réel du rassemblement qu’elle avait, dans un premier temps, autorisé. Des membres du gouvernement d’Ankara devaient participer à ces meetings politiques, contents d’utiliser sur le sol allemand une liberté d’expression qu’ils répriment chez eux.
Deniz Yücel, le correspondant germano-turc de Die Welt en Turquie, vient d’être jeté en prison pour "propagande terroriste". Il a rejoint la petite centaine de ses confrères journalistes turcs qui sont actuellement incarcérés. À Istanbul, une patrouille de police a battu un groupe de jeunes activistes politiques, dont le seul délit était de coller des affiches en faveur du non au référendum. Le maire d’Ankara a officiellement qualifié de "traîtres" à la patrie les citoyens qui s’apprêtaient à voter non. C’est à se demander dans quel pays apparaissent vraiment ces "pratiques nazies" évoquées par Erdogan.
 
Le président turc est bien sûr libre de vouloir supprimer chez lui le poste de premier ministre et d’y renforcer la mainmise de l’exécutif sur le judiciaire. Mais son discours du 5 mars 2017 ajoute l’ingratitude à la mauvaise foi. Depuis Konrad Adenauer, l’Allemagne n’est pas seulement un État de droit exemplaire, respecté par l’ensemble des démocraties du monde. C’est aussi un pays dont les chanceliers n’ont cessé de soutenir diplomatiquement et économiquement la Turquie et les Turcs depuis deux tiers de siècle. Le 25 février 2013, Angela Merkel avait par exemple déclaré qu’elle était favorable à l’ouverture d’un nouveau chapitre de négociations en vue de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. C’était à l’occasion d’une visite officielle, qui avait amené la chancelière à se rendre sur la frontière turco-syrienne, afin d’y passer en revue 280 soldats allemands. Ils servaient, dans le cadre de l’Otan, deux batteries de missiles Patriot, protégeant la Turquie contre une improbable agression syrienne.
En Allemagne même, la communauté turque jouit de tous les droits possibles et imaginables. Si un reproche devait être fait aux autorités allemandes, ce serait plutôt celui du laxisme, notamment au regard de la protection du droit des femmes. Les Allemands ont parfois fermé les yeux sur les "crimes d’honneur", perpétrés par les "grands frères" turcs contre leurs sœurs, trop occidentalisées à leur goût.
 
Les pays de l’Union européenne n’ont longtemps pas voulu voir le manque d’assimilation, à leurs valeurs et à leur culture, de certaines communautés originaires de pays musulmans. Ils ont eu tort. La démocratie, la tolérance religieuse, l’égalité hommes-femmes ne sont hélas pas des concepts qui prospèrent en terre d’islam. Le dimanche 4 octobre 2015, Erdogan avait tenu un meeting à Strasbourg devant 12 000 membres de la communauté turque. Le président, frère musulman gouvernant la Turquie sans partage depuis 2003, avait invité les Turcs vivant en Europe à réussir sur le plan économique, mais à ne pas s’intégrer à la culture et aux valeurs de l’Occident. Dans la salle, hommes et femmes étaient séparés.
Le chancelier d’Autriche a proposé que l’Union européenne interdise sur son territoire ce genre de meeting politique, importé depuis des pays extérieurs à l’Union (et à ses valeurs), afin que Berlin ne se retrouve pas seul sous la pression d’Ankara. Juridiquement, cela représentera peut-être un casse-tête. Politiquement, c’est une proposition de bon sens. À l’été 2014, des manifestations parisiennes contre la guerre à Gaza avaient dégénéré dans l’antisémitisme ; les Français avaient découvert avec effroi qu’on avait importé chez eux le conflit israélo-palestinien (dans lequel la France ne porte pas la moindre responsabilité).
Les affrontements politiques orientaux peuvent bien sûr faire l’objet de meetings politiques. Mais il serait préférable qu’ils se tiennent en Orient, et pas sur le territoire de l’Union européenne : elle croule déjà sous le nombre de ses propres problèmes à régler.

Paru dans Le Figaro, 7 mars 2017
GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version