Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

L'irréalisme du pape François

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le désarmant irréalisme du pape François
 
CHRONIQUE - En prônant l'accueil pour tous, le Pape se désintéresse du désarroi des peuples européens confrontés à la montée en puissance d'une immigration du tiers-monde et d'une culture islamique offensive.
 
À faire l'ange, le Pape met l'Europe en danger. En dépit de la pression démographique de l'Afrique et des tensions identitaires que connaissent les pays ouverts aux arrivées de populations musulmanes, François prêche l'accueil pour tous, clandestins compris. Lundi, il a rappelé que la "sécurité nationale" devait passer après la "sécurité personnelle". Il demande des "visas temporaires spéciaux" pour les personnes qui fuient les conflits. Il s'oppose aux "expulsions collectives et arbitraires de migrants et de réfugiés". Il réclame le "regroupement familial, y compris des grands-parents, des frères et sœurs et des petits enfants, sans jamais le soumettre à des capacités économiques". Il dénonce la détention de "ceux qui entrent sur le territoire national sans autorisation". Le Pape estime en outre que les étrangers doivent avoir accès aux soins et "aux systèmes de pension". Il s'oppose à l'assimilation, qui "conduit à supprimer ou oublier sa propre identité culturelle".
Cette irréaliste générosité dévoile un égoïsme. Le Pape se désintéresse, en effet, du désarroi des peuples européens confrontés à la montée en puissance d'une immigration du tiers-monde et d'une culture islamique offensive. Jean-Paul II était plus lucide quand, en juin 2003, il invitait à avoir "un juste rapport avec l'islam" et à "être conscient, entre autres, de la divergence notable entre la culture européenne, qui a de profondes racines chrétiennes, et la pensée musulmane". Cette prudence n'est pas celle de François. Sa défense d'une Europe multiculturelle est même suicidaire : elle permet à une civilisation historiquement opposée à l'Occident de s'y enraciner, y compris par l'intimidation ou la force (1). Abdelwahab Meddeb, intellectuel français, avait pourtant prévenu :
"Le Coran porte dans sa lettre la violence, l'appel à la guerre. La recommandation de tuer les ennemis et les récalcitrants n'est pas une invention malveillante, elle est dans le texte même du Coran."
François ne peut ignorer ces alertes des musulmans éclairés.

(1) Annie Laurent,L'Islam, Éditions Artège

Paru dans Le Figaro, 25 août 2017
RIOUFOL Ivan

Né le 12 septembre 1952
Marié – 2 enfants
 

Journaliste


Université de Nantes
Diplôme d"études approfondies (DEA) de droit maritime et aérien
 
Au Figaro:
            Grand chroniqueur et Membre du comité éditorial (depuis 2000)
            Rédacteur en chef - informations générales (1995-2000)
Rédacteur en chef adjoint (1992-1994)
Chef de service (1990-1992)
Responsable de la rubrique Confidentiel (1988-1990)
Grand reporter (1985-1987)
Correspondant du Quotidien de Paris (1976-1984)
                        Du Journal du Dimanche
                        De Forum international
Journaliste à Presse-Océan
 
Ouvrages
La Tyrannie de l'impudeur (2000) - La République des faux gentils (2004) - Chroniques d'une résistance (2005) - La fracture identitaire (2007) - Où va la France ? (2008) - Chronique d’une année de crise (2009) - La démocratie d’apparence (ouvrage collectif) (2009) - Allez-y sans nous (ouvrage collectif) (2009) - De l'urgence d'être réactionnaire (2012) - A la recherche du peuple perdu (2011) -  Touche pas à ma France (2014) - Poings sur les i (2015) - La Guerre civile qui vient (2016) - La nouvelle révolution française (2016) -

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version