Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Les Turcs en Allemagne

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Islam et nationalisme turcs en Allemagne
 
CHRONIQUE - S'il est normal et sain que les leaders allemand et turc se voient régulièrement, la récente visite de Recep Tayyip Erdogan en Allemagne a laissé un sentiment de malaise.
 
Pourquoi la visite du président turc en Allemagne, les 28 et 29 septembre 2018, nous a-t-elle laissé un diffus sentiment de malaise ?
Il n'y a rien d'anormal à ce que le chef tout-puissant de la première économie du Moyen-Orient se concerte avec la chancelière, qui préside aux destinées de la première économie d'Europe. Les deux pays entretiennent de très anciennes relations, dont l'apogée fut l'alliance secrète germano-ottomane du 2 août 1914, passée entre le gouvernement des Jeunes Turcs et celui du Kaiser Guillaume II.

Après sa rencontre le vendredi 28 septembre avec Recep Tayyip Erdogan, Frère musulman prêchant le néo-ottomanisme, Angela Merkel n'a pas caché les divergences de fond existant entre les deux pays - l'Allemagne est un État de droit démocratique, la Turquie ne l'est pas. Mais la chancelière a insisté, à raison, sur les rôles positifs que la Turquie pouvait jouer dans la stabilisation du Levant et dans la gestion des flux migratoires. Il est évident qu'aucune solution politique ne sera trouvée en Syrie sans la participation de la Turquie, qui fut le principal sanctuaire et pourvoyeur d'armes des rebelles, en grande majorité islamistes, qui combattirent le régime baasiste de 2012 à nos jours, et dont la défaite semble à présent irrémédiable. Il est également évident que l'Union européenne et la Turquie, liées par l'accord d'union douanière du 31 décembre 1995, ont tout intérêt à coordonner leurs efforts pour stabiliser ensemble l'est de la Méditerranée.
En Europe, nous ne goûtons ni les régimes ni les idéologies qui prévalent dans les quatre plus grandes puissances du Moyen-Orient, que sont la Turquie, l'Égypte, l'Iran et l'Arabie saoudite. Elles s'entendent mal entre elles mais elles ont toutes une importance historique, démographique, économique, géopolitique, qui justifie que l'Allemagne poursuive avec chacune d'entre elles une diplomatie propre. Bref, il est normal et sain que les leaders allemand et turc se voient régulièrement, ne serait-ce que pour lever les malentendus qui pourraient exister entre les administrations des deux pays.
 
En revanche, on a ressenti un malaise certain le lendemain, samedi 29 septembre, lorsque le président turc, dans un déploiement sécuritaire sans précédent, est allé inaugurer la nouvelle mosquée de Cologne. Cet immense bâtiment d'architecture contemporaine de béton et de verre, censé représenter l'épanouissement d'une fleur, a été construit en plein centre-ville par le Ditib, pour y abriter son siège. Cette organisation musulmane turque, qui contrôle plus de 900 lieux de culte en Allemagne, reçoit ses ordres directement de la Diyanet, l'office religieux du gouvernement d'Ankara. Le procureur fédéral d'Allemagne a lancé plusieurs enquêtes pour vérifier si la Turquie n'a pas utilisé le Ditib au cours des deux dernières années pour espionner des opposants à Erdogan réfugiés en Allemagne, qu'ils soient gülenistes (adeptes d'une secte musulmane, qui fut d'abord l'alliée, puis la concurrente et enfin l'ennemi du mouvement islamiste d'Erdogan), ou nationalistes kurdes. Des milliers de partisans du nouveau sultan, agitant le drapeau turc, rouge et blanc - étoile et croissant de lune de l'islam -, ont convergé vers la mosquée, aux cris de "Qui est la plus grande ? La Turquie !"
On peut trouver surprenants les rassemblements nationalistes d'immenses foules turques à Istanbulou à Ankara, qui viennent communier avec les provocations anti-occidentales de Recep Erdogan. Mais cela se passe en Turquie. En revanche, quand cette ferveur islamo-nationaliste s'exprime dans la ville natale du grand leader chrétien-démocrate Konrad Adenauer, on est pris de vertige.

On s'aperçoit que la jeunesse turque - dont la présence en Allemagne remonte aux années 1960 - a fait le chemin inverse de celui de la jeunesse allemande. Après la défaite de 1945, c'est le christianisme qui a su redonner sa dignité à une Allemagne qui avait été si profondément souillée par le nazisme. Ce sont les chrétiens-démocrates allemands, italiens, néerlandais et français qui ont bâti l'Europe de la paix, des échanges, de la prospérité. Mais avec la montée de l'individualisme consumériste à la fin des années 1960, les Allemands se sont progressivement déchristianisés et ont cessé de faire des enfants. Dans l'autre sens, une grande partie de la jeunesse turque d'Allemagne est passée du laïcisme hérité d'Atatürk à l'islamisme d'Erdogan, tout en adoptant le nationalisme propre aux deux. Bien qu'élevée dans les écoles allemandes, sa loyauté va à la Turquie avant d'aller à l'Allemagne. Elle n'a pas peur de faire des enfants.
Il y a un schisme qui se creuse entre la jeunesse allemande et la jeunesse immigrée d'origine musulmane. On n'a pas l'impression qu'Angela Merkel en ait vraiment pris la mesure.

Paru dans Le Figaro, 2 octobre 2018
GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version