Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le nouvel équilibre européen de Macron

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Des valeurs et des frontières, le nouvel équilibre européen de Macron
 
Plus original dans la forme, plus classique sur le fond. S’adresser directement et simultanément aux habitants des vingt-huit pays de l’Union européenne - Royaume-Uni compris -, c’est inédit pour un dirigeant européen. Ce choix recèle un double message. Le premier est qu’Emmanuel Macron croit en une citoyenneté européenne transcendant les appartenances nationales. Ce n’est pas une surprise. Dans son discours de la Sorbonne, il avait plaidé pour des listes transnationales aux européennes. Ce projet a été balayé par ses partenaires, il en reprend l’esprit à travers cette tribune.
Second message : par cet appel direct, il rompt avec la pratique habituelle des europhiles qui, au nom de la logique communautaire, se méfient à la fois de toute mise en avant personnelle et de toute adresse directe aux peuples. C’est une nouvelle forme du "en même temp" macronien : faire le pari de l’élan individuel et solitaire pour relancer un projet collectif. Comme s’il voulait marier le style d’un de Gaulle et les convictions d’un Delors.
Cette synthèse assumée sort des figures imposées du débat européen où les "fédéralistes" s’opposent en tout point aux "souverainistes". Bien sûr, Emmanuel Macron ne change pas radicalement de grille de lecture. Son combat reste plus que jamais tourné contre les "nationalistes" - qu’il a renoncé depuis quelques mois déjà à appeler "populistes". Contre ce "repli nationaliste" qui est "un rejet sans projet" ; contre ces "exploiteurs de colère, soutenus par les fausses informations qui promettent tout et son contraire".
Mais le président français procède à deux inflexions majeures. La première est de sortir de la réponse frontale. Au "nationalisme", il n’oppose pas le "fédéralisme", mais la "souveraineté européenne", notion autrement plus tempérée et équilibrée. Au "repli", il n’oppose pas "l’ouverture", mais la "protection". Face à ceux qui veulent moins d’Europe, il ne propose pas plus d’Europe, mais au contraire un retour à ses "valeurs" fondatrices : liberté, protection, progrès.
Une expression résume sa vision : "une Europe qui protège à la fois ses valeurs et ses frontières". Ce dernier mot est essentiel. Longtemps l’invocation des frontières appartenait au registre des souverainistes. Il était synonyme de fermeture, de repli. C’était un mot-clé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, lorsqu’il voulait reconquérir l’électorat FN. Certes, les frontières que défend Macron sont à l’échelle de l’ensemble de l’Union, pas à celle des États. Mais les europhiles, dont il est, ont admis que le projet européen serait définitivement rejeté par les peuples s’il ne répondait pas d’abord à ce besoin de protection dans tous les domaines (commercial, social, identitaire, sécuritaire…). Macron a compris que les "nationalistes" avaient prospéré sur l’impuissance, voire le refus, des instances communautaires à prendre en compte les peurs des peuples.
D’où sa deuxième inflexion : ne plus entretenir un clivage interne à l’Union en pointant du doigt les "méchants": la Hongrie, l’Italie, la Pologne ; mais tenter de susciter un sentiment commun d’appartenance face aux menaces extérieures de la Russie, la Chine ou les États-Unis.
Pour gagner son match avec Marine Le Pen, Emmanuel Macron rejette la carte d’une eurobéatitude qui n’a plus guère d’adeptes. S’il sort de la caricature, il lui reste malgré tout à réenchanter le rêve européen. Une "agence", une "conférence", un "office", une "banque"… Les propositions formulées dans sa tribune sont peut-être pertinentes. Mais insuffisantes pour croire à la "renaissance européenne" qu’il appelle de ses vœux.

Paru dans Le Figaro, 5 mars 2019
TABARD Guillaume

Guillaume TABARD






Journaliste politique

Maîtrise d’histoire (Paris I Sorbonne).



A la Radio et à la télévision

- Radio classique
      éditorialiste politique sur Radio classique
- Public Sénat
- France info
- Radio-Notre-Dame

Dans la Presse écrite
Au Figaro (depuis 2000)
      rédacteur en chef et éditorialiste politique au Figaro.
à La Croix (1995-2000),
à l'Académie Prisma Presse pour la presse magazine (1994-1995),
      rédacteur en chef de l’hebdomadaire France Catholique (1991-1995),
à La Correspondance de la presse (1988-1991)

Ouvrages
- Latin or not latin (2007)
- Maïti Girtanner (2006)
- Les Amis de l'hôtel de ville (2001)

 

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version