Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Ecologie et libre-échange,...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
L’écologie et le libre-échange, ces nouvelles religions, ne font pas bon ménage
 
Cela aurait dû être le sujet central des élections européennes. La synthèse des questions que pose la "construction" européenne. Mais les négociateurs de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) ont eu besoin de quelques jours de plus pour le conclure. Un hasard, bien sûr. Mais peu importe. Les scrutins passent, les questions restent. Cet accord de libre-échange avec l’Amérique du Sud vient après celui conclu avec l’Amérique du Nord. Et celui avec le Japon. Cette série est le produit d’une idéologie libérale, qui considère le libre-échange comme la panacée, une quasi-religion qui fera le bonheur des peuples, même si ceux-ci, comme bien des ouailles récalcitrantes, ne comprennent pas que leur salut est en jeu.
 
Cette religion mondialiste a ses grands prêtres, qui communient à la Commission de Bruxelles. Une Commission à qui les Etats européens ont confié leur sort commercial au nom d’un des dix commandements tombés du mont Sinaï : "A plusieurs, on est plus fort." Cette religion du libre-échange rappelle les rites des Mayas qui sacrifiaient des enfants pour apaiser les dieux. Nos enfants se sont appelés le textile, la sidérurgie, et tant d’autres industries qu’on avait fait grandir à la sueur de nos fronts. Nos paysans, autrefois nos enfants les plus vigoureux, se suicident tous les jours. Mais les dieux ont toujours soif, l’automobile allemande et la finance française valent tous les sacrifices.
Comme dans les récits homériques, seuls les dieux peuvent combattre des dieux, seule une nouvelle religion peut supplanter une ancienne. C’est le cas avec la nouvelle religion du climat. Peu importe la réalité scientifique du fameux "réchauffement climatique", l’important en politique est la perception qu’on en a. Or, cet accord de libre-échange va provoquer encore plus d’échanges commerciaux, et de containers qui se baladent sur les mers ; les immenses latifundia brésiliennes ou argentines, qui ne lésinent pas sur les produits chimiques pour faire grossir leurs poulets, vont inonder l’Europe, ruinant la santé des consommateurs européens et les finances de nos derniers paysans, déjà acculés par leurs concurrents allemands et hollandais, qui ont transformé depuis belle lurette leurs anciennes fermes en usines agricoles.
 
Au milieu de cette guerre de religions, notre président qui se prenait pour Jupiter se révèle un pauvre mortel. Emmanuel Macron était un adepte de la religion libre-échangiste, un grand prêtre de l’ouverture, qui n’hésitait jamais à promettre les flammes de l’enfer aux partisans du "repli". Or, la religion climatique, qu’il a aussi embrassée avec son enthousiasme juvénile, exige ce repli tant honni. Un repli qui favorise les "circuits courts", les "productions locales" et "la montée en gamme", comme disent les grands prêtres écologistes dans leur jargon sacerdotal. En un mot, mais un mot affreux : le protectionnisme. Le repli, l’odieux repli, qui pourrait même, qui devrait même en toute logique - horresco referens - aller, au-delà des marchandises, jusqu’aux hommes. Salvini et Orbán seraient donc, à leur manière, des écologistes ! Honni soit qui mal y pense.

Paru dans Le Figaro Magazine, 5 juillet 2019
ZEMMOUR Eric

Né le 31 août 1958
Marié – 3 enfants


Journaliste politique, écrivain


Institut d'études politiques (Paris)

Membre du jury au concours d'entrée à l'ENA (2006)
Valeurs actuelles – Chroniques (depuis 1999)
Marianne – Chroniques  (depuis 1996)
Le Figaro – service chroniqueurs (depuis 1996)
Info-Matin – éditorialiste (1995)
Quotidien de Paris - service politique (1986-1994)

Ouvrages
Balladur, immobile à grands pas (1995) - Le Livre noir de la droite (1998) - Le Coup d'Etat des juges (1998) - Le Dandy rouge (1999) - Les Rats de garde (co-écrit avec P. Poivre d'Arvor) (2000) - L'Homme qui ne s'aimait pas (2002) - L'Autre (2004) - Le Premier sexe (2006) - Petit Frère (2008) - Mélancolie française (2010) - Le Bûcher des vaniteux (2012) - Le Suicide français (2014) -


Sur la scène audio-visuelle:
Sur RTL
– Z comme Zemmour (depuis 2010)
Sur la chaîne câblée
Histoire – Le grand débat
Sur RFO (Tempo) – L'Hebdo
Sur France 2 – On n'est pas couché (2006)
Sur i>Télé – çà se dispute (depuis 2003)

Plus dans cette catégorie : « Environnement, immigration, ...

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version