Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Traité de Lisbonne : affligeante forfaiture !

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Il aura fallu moins de trois ans à la classe politique pour faire passer un nouveau traité européen reprenant l'essentiel d'un texte rejeté solennellement par référendum le 29 mai 2005 par 55 % des votants (et également rejeté aux Pays-Bas le 1er juin à 61 %). Car le traité ratifié le 7 février à l'Assemblée - après que le Parlement, réuni en Congrès à Versailles le 4 février, a voté la modification de la Constitution - est bien le même dans sa substance que le projet de constitution rejeté par les Français et les Hollandais, tous les chefs d'État européens l'ont finalement reconnu pour s'en féliciter. "La substance de la Constitution est maintenue. C'est un fait", déclare ravie Angela Merkel (1). Néanmoins, pour faire passer la pilule, nos technocrates ont essayé de donner le change en proposant un « mini-traité simplifié » qui est en réalité vingt fois plus volumineux et complexe que la défunte Constitution Giscard. Celle-ci faisait un peu moins de 200 pages - ce qui était déjà bien lourd - quand le traité de Lisbonne en fait plus de 3000 avec les annexes. Et ces 3000 pages sont totalement incompréhensibles car il s'agit d'ajouts ou de modifications d'articles de traités antérieurs. Bref, tout a été fait pour que personne ne puisse y comprendre quelque chose. "Le but du traité constitutionnel était d'être plus lisible… Le but de ce traité est d'être illisible" a reconnu le ministre belge des Affaires étrangères qui conclut cyniquement : "C'est un succès" (2).

La manoeuvre est déjà en elle-même une escroquerie lamentable de la part de politiciens qui prétendent tous ne jurer que par la "démocratie", mais le pire est l'hypocrisie avec laquelle tout cela s'est réalisé dans un silence soigneusement entretenu, comme si le peuple devait désormais être tenu à l'écart d'une affaire qui ne le concernait plus. Puisqu'il est trop stupide pour ne pas accepter ce que nos géniaux technocrates lui ont proposé, il suffit de se passer de son avis. Et Nicolas Sarkozy lui-même l'a avoué avec un cynisme qui n'a ému personne : "Pour convaincre tous nos partenaires d'accepter ce nouveau traité simplifié (sic) que nous leur proposions et qui n'était plus une Constitution, il fallait qu'en cas d'accord nous nous engagions à le faire approuver par voie parlementaire. Si cette condition n'avait pas été remplie, aucun accord n'aurait été possible" (3). Donc nul débat, silence radio, le traité a été voté dans une indifférence générale comme s'il s'agissait d'une quelconque loi secondaire sur un sujet non moins quelconque. Et les députés, dans leur immense majorité, ont voté comme un seul homme cette forfaiture, visiblement sans aucun état d'âme. Telle est la classe politique qui nous gouverne ! Une fois de plus, la Constitution a été changée pour l'adapter aux réalités européennes : quel sens peut encore avoir une Constitution qui est trafiquée bien plus fréquemment que n'importe quelle loi ? Sens d'autant plus réduit que le pouvoir est désormais bien plus à Bruxelles qu'à Paris. La Ve République n'est plus qu'une enveloppe vide.

La construction européenne a réussi cet exploit qui consiste à faire du mensonge et de la dissimulation la méthode ordinaire de gouvernement : tout cela augure bien du fonctionnement "démocratique" de l'Union européenne (UE) qui, à mesure qu'elle avance - masquée mais comme inéluctablement - vers un pur système fédéral, devient de plus en plus opaque et éloignée des peuples qu'elle gouverne. Aujourd'hui, le pouvoir, au sein de l'UE, est de plus en plus détenu par des technocrates anonymes totalement inconnus du grand public, jamais élus, sans aucune légitimité et qui n'ont de comptes à rendre à personne.

Ce système technocratique est on ne peut plus contraire au principe de subsidiarité cher à la doctrine sociale de l'Église. Cela seul devrait déjà jeter la suspicion chez les catholiques envers cette Europe-là ! car il est vrai que l'Église n'a en soi pas de parti à prendre entre une forme fédérale ou confédérale pour la construction européenne dès lors que sont saufs les principes de sa doctrine sociale. Or, les évêques qui s'expriment sur ces questions - notamment ceux de la COMECE (Commission des Conférences épiscopales de la Communauté Européenne) - le font le plus souvent sans guère se référer aux principes de la doctrine sociale de l'Église : ils sont systématiquement d'une invraisemblable indulgence envers toutes les dérives européennes, au point d'avoir affirmé que la Charte européenne des droits fondamentaux, annexée au traité de Lisbonne et donc ayant force de loi dans l'UE, ne posait aucun problème. C'est effarant que des évêques n'aient rien eu à redire à une charte en rupture complète avec le droit traditionnel de la famille (porte ouverte au "mariage" homosexuel, à l'adoption d'enfants par ces « couples », à la procréation médicalement assistée) et qui restreint en prime le domaine de protection de la vie humaine (recherche sur les embryons surnuméraires, clonage embryonnaire sont compatibles avec la charte). Heureusement, Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon, a sauvé l'honneur épiscopal en publiant sur son site internet un remarquable communiqué, très net contre cette funeste charte européenne (4).


Cette Europe n'est décidément pas la nôtre (5). Méprisante des souverainetés nationales ! il n'est que de voir comment elle a favorisé la scandaleuse déclaration d'indépendance du Kosovo au mépris de la souveraineté serbe !, elle l'est également contre la famille et contre la vie. Nous ne la pleurerons pas quand elle s'écroulera comme elle le mérite.
La Nef

(1) In The Daily Telegraph du 29 juin 2007.
(2) Karel de Gucht in Flandreinfo du 23 juin 2007.
(3) Discours du 10 février, cité par Présent du 12 février 2008.
(4) www.diocese-frejus-toulon.com

(5) Pour aller plus loin, cf. l'excellent essai de Patrice André, "Mini-traité" européeen. La constitution par la force, préface de Jean Foyer, F.-X. de Guibert, 2007, 198 pages, 20 e.

GEFFROY  Christophe

Né le 14 janvier 1959
Marié -   enfants




Directeur fondateur de la revue La Nef, mensuel catholique (1990)


Ecole Centrale de Nantes
Institut de Sciences-Politiques (Paris)
 
Cadre dans l'industrie automobile

  Ouvrages
Enquête sur la messe traditionnelle (avec Philippe Maxence) (1998) - Au fil des mois (2000) - Jean-Paul II, les clés du pontificat (avec Yves Chiron et Luc Perrin) (2005) -

Nombreuses collaborations
une vingtaine de livres et hors-séries

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version