Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

L'Europe ... aux aveux

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'Europe passe aux aveux

C'est le peuple qui a dit non à l'Europe, à cette Europe-là. Il est vrai que, cette fois, le peuple était irlandais mais il y a trois ans, il était neerlandais ou français ; il aurait pu être anglais, polonais ou allemand si on lui avait donné la parole. La vérité est qu'il y a allergie mutuelle entre le peuple et l'Europe. L'Europe ne supporte pas le contact avec le peuple et réciproquement. C'est pourquoi tout referendum est pour l'Europe un supplice ; il la met à la torture ou, comme on disait, à la question. La preuve en est qu'elle passe aussitôt aux aveux.
Jugez-en.
L'Europe, volontiers, se proclame indifférente à la procédure de ratification que choisissent les Etats : c'est leur affaire. Mais, que l'Irlande recoure au referendum, et vous voyez la vérité sortir du puits. Le referendum est un mauvais système, trop simple pour des questions trop compliquées, trop vulgaire pour des enjeux trop élevés. A la rigueur, un referendum européen, où l'on serait sûr de noyer les non dans les oui, ou bien un referendum où il n'y aurait qu'une seule case à cocher, bref ! un referendum à résultats garantis ferait l'affaire. Le mieux, malgré tout, c'est pas de referendum.
L'Europe affecte le plus grand respect pour la souveraineté de ses Etats membres mais un referendum négatif suffit à lui faire changer de langage. L'Europe, entend-on, ne va tout de même pas arrêter son majestueux carosse sous prétexte qu'une nation de cinq millions d'habitants se met en travers. Une nation doit comprendre que sa souveraineté ne mérite d'être honorée que si elle a le bon goût de ne pas l'exprimer. L'Europe veut passer pour le modèle des démocraties et aime à croire qu'elle a la confiance des peuples. Mais si les peuples se mettent à trahir la confiance qu'on a la bonté de leur accorder, ils s'en rendent aussitôt indignes. Il faut que le peuple change ou qu'on change de peuple ; il faut que l'Irlande revote, et bien, ou qu'on se passe de son vote.
L'Europe se vante d'avoir substitué le règne du droit aux rapports de force. Un traité à 27 tombe s'il n'est pas ratifié à 27 : c'est le droit. Pas du tout, dit l'Europe, il nous suffit de décréter que le traité est bon s'il est ratifié à 26 ; l'Europe fait le droit, est le droit ; elle n'a pas à le raspecter ; c'est bon pour les autres, les gogos, les naïfs. L'Europe a l'habitude ; elle ouvre tout grands les bras à la Turquie qui vit depuis trente ans en violation ouverte du droit international ; elle-même trahit allègrement et sans état d'âme l'engagement qu'elle a pris de ne pas attenter à l'intégrité de la nation serbe.
L'Europe a levé le masque ; Le non irlandais l'a obligée à paraître ce qu'elle est et qu'en général elle dissimule : une machine de guerre contre les souverainetés nationales qui n'a que faire des maximes de la démocratie ni des règles du droit, de la voix des peuples ni de la foi des traités.
Peut-être serait-il temps pour les citoyens de déclarer à cette Europe qu'ils n'ont rien à faire d'elle et de lui signifier son congé. Les élections européennes en seraient une bonne occasion.

ROBIN  Gabriel

Né le 25 août 1929
Marié – 2 enfants


Ambassadeur de France


Agrégé d’histoire
Ecole Normale Supérieure (Rue d’Ulm)
Ecole nationale d’administration (ENA)
Ambassadeur de France
Représentant permanent de la France au conseil de l’OTAN (1987-1993)

Ouvrages
La crise de Cuba, du mythe à l’histoire (1984) - La diplomatie de Mitterrand ou le triomphe des apparences (1985) - Un monde sans maître (1995) - Entre empire et nations (2004) - Sous Ponce Pilate (2016) -

Distinctions
Commandeur de la Légion d’honneur
Officier de l’Ordre national du Mérite

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version