Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (328)

Chez les Suisses, comme l'a déclaré Bernard Kouchner ce lundi matin (RTL) en critiquant leur vote contre les minarets (à 57,5%), ou chez le ministre des affaires étrangères, refusant d'accepter la règle démocratique ? Le mépris qui s'exprime contre le résultat du référendum - qualifié de honteux, populiste, raciste, extrémiste, etc - donne une idée du divorce entre les élites politiques et médiatiques et les gens. On pense à Berthold Brecht : le peuple est contre les gouvernements ? Il faut dissoudre le peuple. Invité à débattre ce matin sur Europe 1 (entre 13h10 et 13h20), j'ai pu constater que la station ne pouvait diffuser, faute de contradicteurs, que des commentaires d'auditeurs approuvant le vote. Une semblable consultation, en France, donnerait probablement des résultats similaires tant l'exaspération contre le politiquement correct semble être devenu un dénominateur commun, partout en Europe. Cette "votation" serait celle de la peur, entend-on parmi les phrases…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Ceux qui auront l'occasion de voyager à Rome avant la fin du mois de janvier ne doivent pas manquer la remarquable exposition du musée du Palais de Venise, "Le Pouvoir et la Grâce : les saints patrons de l'Europe". C'est à la fois une éblouissante anthologie artistique, un voyage captivant dans l'histoire européenne et une litanie vivante des saints de toutes conditions qui se sont succédé pour façonner l'être politique, culturel, spirituel, du monde occidental, en traduisant l'Evangile dans les institutions comme dans la vie quotidienne, relayés par les artistes de toutes disciplines qui ont célébré par la beauté leur fécondité. A la seule Dame, tout honneur : la Vierge ouvre l'exposition à travers les vitraux des cathédrales du Mans et de Rouen, reproduits par des maîtres verriers, et la sublime icône de Vladimir. Voici d'abord le temps des martyrs, "semences de chrétiens", puis celui des moines (portrait de Saint Benoît par…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Les élections allemandes viennent de donner à la droite une majorité substantielle et de souligner le recul des gauches. Le SPD et l'extrême gauche (die Linke) perdent globalement 8 %, passant de 43 % à 35 %. Cette simple donnée montre que l'électeur SPD, déçu par son parti, n'est guère allé voter pour l'extrême gauche : il s'est abstenu, tout comme une partie des catholiques votant chrétien-démocrate s'est refusée à voter pour une protestante divorcée. C'est ce que souligne l'effondrement de la CSU bavaroise. Le vrai vainqueur de ces élections est le parti libéral, le FDP. Son programme est nettement néo-libéral sur le plan économique : grosso modo, il récuse les fondements de l'économie sociale de marché à laquelle la CDU demeure profondément attachée. C'est d'ailleurs sur cette base qu'avait été bâtie la Grande Coalition. En freinant au maximum toute intervention de l'État dans la vie industrielle, le FDP risque…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
  Elevage laitier et viande, fruits et légumes, céréales ; tous les secteurs de l'agriculture ou presque sont en crise comme peut-être jamais ils ne l'ont été. Quand l'Union européenne négocia les derniers accords du GATT (1994), les adversaires de la politique agricole commune obtinrent largement gain de cause : la préférence communautaire, tenue pour une relique du passé, devait être progressivement abolie et l'ensemble des filières ouvertes au marché mondial.  La France, plus réticente que d'autres, n'obtient que des délais d'application qui expirent aujourd'hui les uns après les autres : la catastrophique réforme du marché du lait acceptée par Michel Barnier n'a pas d'autre sens. Il est vrai  que nos négociateurs n'alléguèrent à l'époque que des difficultés "politiques" à mettre en oeuvre trop vite des décisions dont ils ne contestaient pas vraiment qu'elles fussent, quant au fond, bonnes. Mais l'étaient-elles vraiment ? L'idée que le marché est  le meilleur régulateur,…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Monsieur le Premier ministre, Je me présente, Henri Tisot, comédien et ex-imitateur du général de Gaulle dans la mémoire des Français. C'est avec une joie non dissimulée que j'ai entendu au cours d'un journal de France-Inter, qu'à la conférence des ambassadeurs du 27 août dernier, vous avez avec courage fait état de la dette qui nous incombe par rapport à l'Union européenne. On nous verse 14 milliards et il nous en coûte 19. Vous seul avez osé le dire ! Lors de mes dîners en ville, je remettrai les Français à leur juste place lorsqu'ils se gobergeront du fait que l'Union européenne est bénéfique à la France. J'ai pris l'habitude de dire sous forme de boutade que je suis certes entré dans la peau du général de Gaulle, mais lui a fini par avoir la mienne. Du coup, il m'a communiqué son amour invétéré pour notre pays. Lorsque je me réfère…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Selon une formule courante, "L'Europe est le plus mal délimité des continents". Il en résulte que sa population et son poids démographique relatif dans le monde s'avèrent variables selon les périmètres géographiques retenus. Sept d'entre eux peuvent être distingués. Le périmètre géographique conventionnel le plus fréquent de l'Europe, utilisé dans les bases de données statistiques internationales, consiste à retenir, depuis l'implosion de l'Union soviétique (1), une Europe géographique conventionnelle. Cette dernière s'étend du détroit de Gibraltar, tout en prenant en compte les périphéries maritimes de l'Espagne (les Canaries) et du Portugal (les Açores et Madère), et de l'Islande jusqu'à la Russie, en étant bornée par le Caucase et la frontière turque près du Bosphore. Elle compte 736 millions d'habitants (2), soit 11 % de la population dans le monde. Mais, compte tenu de la dimension considérable du plus vaste pays de l'ensemble, la Russie, soit 17 098 km2, l'Europe géographique…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
  Les Européens sont vraiment très aimables avec Kadhafi. Les Écossais lui restituent un terroriste avéré, les Suisses lui présentent humblement leurs excuses. Berlusconi et Sarkozy le ménagent. Une telle mansuétude produit un sentiment de vulnérabilité de notre Vieux Continent, et on comprend la rancoeur des Américains, plus regardants sur le respect de leur dignité nationale. Ce qui, du reste, n'empêche pas leurs industriels d'aller signer des contrats juteux à Tripoli. Nul ne conteste l'intérêt d'une certaine normalisation des rapports avec la Libye, pétrole oblige. Tout de même, un peu de retenue serait de mise. La participation symbolique de la France aux festivités commémorant la "révolution" libyenne ne s'imposait pas. Or, elle vient d'être annoncée. Comme tous les vrais chefs, Kadhafi prend acte des rapports de force. Plus il sentira que nos élites ont peur de son ombre, plus il s'autorisera des actes de chantage, ou pire encore. Et plus…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
A l'approche du Tour de France, on peut comparer l'euro à un peloton qui voudrait escalader le Tourmalet en imposant à chaque coureur le même braquet. Il est clair que le peloton ne pourrait dans ce cas rester groupé indéfiniment. Une monnaie est à un peuple ce que le braquet est à un coureur. En fonction de sa constitution physique, un coureur réalisera ses meilleures performances avec un petit braquet, là où un autre ira à la même vitesse mais avec un gros braquet. Cela n'a rien de déshonorant pour le premier qui peut même arriver avant l'autre au sommet. Du fait de sa structure économique, de sa sociologie, de son histoire, chaque société a ainsi son taux d'inflation "naturel" (et donc une monnaie plus ou moins forte) et, s'il s'en éloigne, son économie en pâtit. La France n'a nullement à rougir sur ce plan là : le comportement du franc…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
  L'élément le plus clair des élections du 7 juin est que près des deux tiers des Européens n'ont pas voté. Ils ne sont pas allés aux urnes parce qu'ils n'ont pas vu l'intérêt de ce scrutin. Il est vrai que voter pour une institution sans pouvoir réel n'a guère de sens. Le parlement ne joue qu'un rôle secondaire dans le processus européen de codécision. Il a un pouvoir d'amendement aux textes proposés par la Commission, il n'a aucun pouvoir réel de proposition ; lorsqu'il a un pouvoir, tel celui de sanctionner la Commission, il ne l'utilise pas. Cette campagne a souligné, en France, en Espagne ou en Italie, les ignorances profondes de la plupart des candidats en droit européen. On a longuement opposé la situation actuelle de l'Europe à celle des années 1950 en faisant l'éloge du Traité de Rome : or l'article 3 de ce traité prévoit expressément…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version