Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (324)

Monsieur le Premier ministre, Je me présente, Henri Tisot, comédien et ex-imitateur du général de Gaulle dans la mémoire des Français. C'est avec une joie non dissimulée que j'ai entendu au cours d'un journal de France-Inter, qu'à la conférence des ambassadeurs du 27 août dernier, vous avez avec courage fait état de la dette qui nous incombe par rapport à l'Union européenne. On nous verse 14 milliards et il nous en coûte 19. Vous seul avez osé le dire ! Lors de mes dîners en ville, je remettrai les Français à leur juste place lorsqu'ils se gobergeront du fait que l'Union européenne est bénéfique à la France. J'ai pris l'habitude de dire sous forme de boutade que je suis certes entré dans la peau du général de Gaulle, mais lui a fini par avoir la mienne. Du coup, il m'a communiqué son amour invétéré pour notre pays. Lorsque je me réfère…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Selon une formule courante, "L'Europe est le plus mal délimité des continents". Il en résulte que sa population et son poids démographique relatif dans le monde s'avèrent variables selon les périmètres géographiques retenus. Sept d'entre eux peuvent être distingués. Le périmètre géographique conventionnel le plus fréquent de l'Europe, utilisé dans les bases de données statistiques internationales, consiste à retenir, depuis l'implosion de l'Union soviétique (1), une Europe géographique conventionnelle. Cette dernière s'étend du détroit de Gibraltar, tout en prenant en compte les périphéries maritimes de l'Espagne (les Canaries) et du Portugal (les Açores et Madère), et de l'Islande jusqu'à la Russie, en étant bornée par le Caucase et la frontière turque près du Bosphore. Elle compte 736 millions d'habitants (2), soit 11 % de la population dans le monde. Mais, compte tenu de la dimension considérable du plus vaste pays de l'ensemble, la Russie, soit 17 098 km2, l'Europe géographique…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
  Les Européens sont vraiment très aimables avec Kadhafi. Les Écossais lui restituent un terroriste avéré, les Suisses lui présentent humblement leurs excuses. Berlusconi et Sarkozy le ménagent. Une telle mansuétude produit un sentiment de vulnérabilité de notre Vieux Continent, et on comprend la rancoeur des Américains, plus regardants sur le respect de leur dignité nationale. Ce qui, du reste, n'empêche pas leurs industriels d'aller signer des contrats juteux à Tripoli. Nul ne conteste l'intérêt d'une certaine normalisation des rapports avec la Libye, pétrole oblige. Tout de même, un peu de retenue serait de mise. La participation symbolique de la France aux festivités commémorant la "révolution" libyenne ne s'imposait pas. Or, elle vient d'être annoncée. Comme tous les vrais chefs, Kadhafi prend acte des rapports de force. Plus il sentira que nos élites ont peur de son ombre, plus il s'autorisera des actes de chantage, ou pire encore. Et plus…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
A l'approche du Tour de France, on peut comparer l'euro à un peloton qui voudrait escalader le Tourmalet en imposant à chaque coureur le même braquet. Il est clair que le peloton ne pourrait dans ce cas rester groupé indéfiniment. Une monnaie est à un peuple ce que le braquet est à un coureur. En fonction de sa constitution physique, un coureur réalisera ses meilleures performances avec un petit braquet, là où un autre ira à la même vitesse mais avec un gros braquet. Cela n'a rien de déshonorant pour le premier qui peut même arriver avant l'autre au sommet. Du fait de sa structure économique, de sa sociologie, de son histoire, chaque société a ainsi son taux d'inflation "naturel" (et donc une monnaie plus ou moins forte) et, s'il s'en éloigne, son économie en pâtit. La France n'a nullement à rougir sur ce plan là : le comportement du franc…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
  L'élément le plus clair des élections du 7 juin est que près des deux tiers des Européens n'ont pas voté. Ils ne sont pas allés aux urnes parce qu'ils n'ont pas vu l'intérêt de ce scrutin. Il est vrai que voter pour une institution sans pouvoir réel n'a guère de sens. Le parlement ne joue qu'un rôle secondaire dans le processus européen de codécision. Il a un pouvoir d'amendement aux textes proposés par la Commission, il n'a aucun pouvoir réel de proposition ; lorsqu'il a un pouvoir, tel celui de sanctionner la Commission, il ne l'utilise pas. Cette campagne a souligné, en France, en Espagne ou en Italie, les ignorances profondes de la plupart des candidats en droit européen. On a longuement opposé la situation actuelle de l'Europe à celle des années 1950 en faisant l'éloge du Traité de Rome : or l'article 3 de ce traité prévoit expressément…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L'Europe entière connaît un profond malaise bien antérieur à l'actuelle crise économique largement lié à la présence de minorités de plus en plus présentes et bien déterminées à s'affirmer par tous moyens au sein des populations d'origine. Ce problème dépasse largement celui de la présence africaine en Europe, même s'il en constitue un des aspects les plus visibles. Il porte sur le désarroi d'une soi-disant élite intellectuelle européenne, bureaucrates, essayistes, journalistes, enseignants, hommes politiques et philosophes de tout poil qui projettent sur l'Europe toute entière leur désarroi et leur vide intérieur. C'est bien cette "élite" qui doute d'elle-même, de son identité, de son histoire, et, en fin de compte, de son propre destin, qui a construit le naufrage européen des trente dernières années. Ce désarroi se focalise aujourd'hui sur le phénomène le plus visible qui est celui de l'immigration, et notamment en provenance d'Afrique noire, qui n'en est pourtant, à…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
  L'Europe, c'est entendu, est un parangon de démocratie : c'est ainsi qu'elle se voit ; c'est à ce titre qu'elle se croit autorisée à exercer tout azimut un magistère sans réplique. Après et avant bien d'autres, c'est au tour de l'Iran des Ayatollahs d'en faire les frais. Reste à savoir si les performances démocratiques de l'Europe sont à la hauteur de ses prétentions. Comme il ne faut pas compter sur elle pour balayer devant sa porte, nous allons lui rendre le service d'un coup de balai ; l'élection de son parlement en fournit une bonne occasion. L'Europe viole depuis toujours le grand principe de l'élection démocratique : un homme, une voix. Si vous êtes luxembourgeois, maltais, chypriote, vous valez dix de vos congénères européens pourvu qu'ils soient français, anglais ou allemands. Les petites nations, il est vrai, ont droit à des égards qui justifient cette entorse à la règle.…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
  Victoire de l'UMP, des Verts, défaite du PS et du Modem, déconfiture des "souverainistes", au moins ceux de droite : voilà comment est présenté le résultat des dernières élections européennes. Tout cela est vrai puisque c'est ainsi que l'a perçu - ou qu'on l'a fait percevoir à l'opinion. En politique, la manière dont les choses sont perçues est une part de la vérité : esse est percipi.  Et pourtant que d'illusions dans cette perception ! Défaite des "souverainistes" ? Certes, le déclin du Front national est confirmé, le MPF et DLR payent le prix de leur division suicidaire : seul Villiers survit - affaibli. Mais le fait massif de ces élections est tout de même le taux d'abstention : 59,2 % soit, en raccourci, le pourcentage d'électeurs qui répondent dans les sondages qu'ils voteraient aujourd'hui non à la constitution européenne. De 1979 à 2009, le taux de participation aux européennes n'a cessé de dégringoler de…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
  Les éditorialistes et les politiciens reprochent aux Français de ne s'intéresser que très modérément aux élections européennes. Le fait est que la succession de l'Olympique lyonnais au trône de champion de France de football passionne davantage nos compatriotes que celle de Barroso à la Commission. Moi le premier. J'irai voter, par principe, même si l'Union patine trop souvent pour mon goût dans la choucroute techno. Mais ces élections n'ont aucun intérêt, et elles risquent d'affaiblir, en pleine crise, la légitimité de plusieurs gouvernements. Or, chaque pays aurait plutôt besoin de serrer les rangs derrière ses autorités publiques. En France, pour aggraver l'indifférence des citoyens, on a découpé des monstres suprarégionaux : à Saint-Flour (Cantal), on va voter pour les mêmes listes qu'à Vendôme, Loir-et-Cher. C'est grotesque. En outre, les partis dits de gouvernement casent leurs rossignols, pour les nourrir ou pour s'en débarrasser ; seules les factions marginales lâchent…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version