Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (302)

Les enseignements du Brexit    Nous pouvons apprécier ou déplorer la décision du peuple britannique, là n'est pas la question, mais certainement nous devons admirer son courage. Les Britanniques connaissaient très bien les difficultés qui les attendraient au cas où ils voteraient pour la sortie de l'Union européenne : une période d'instabilité, le risque que l'Ecosse ne se sépare du Royaume Uni ;  surtout, des pertes d'emploi et une baisse du niveau de vie. Et pourtant, ils l'ont fait. A 52%, ils ont voté pour l'éloignement.   Ceci nous démontre, une fois de plus, que les questions économiques ne sont pas celles auxquelles les peuples d'Europe accordent la plus grande importance. Ils peuvent accepter des sacrifices et ne se laissent pas acheter par quelques augmentations de traitement ou de salaire.   Les peuples d'Europe (ils ne sont pas les seuls) accordent une bien plus grande importance aux questions d'identité et de souveraineté,…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L'Union européenne tombera d'un coup   Comme toutes les œuvres humaines, de la tour de Babel aux empires coloniaux, l'Union européenne aura un jour fait son temps. Les craquements que l'on entend aujourd'hui : crises de l'euro, vagues migratoires hors de contrôle, guerre en Ukraine, récession, peuvent laisser présager que cette échéance est proche. Quel facteur sera fatal à l'édifice dont les bases, jetées dans le courant des années cinquante, semblent vermoulues : crise économique ou événement militaire ou encore l'élection d'une majorité hostile dans un grand pays membre ? On ne sait. Ce que l'on peut affirmer en revanche sans crainte de se tromper, est que cette chute se fera d'un coup, comme celle de l'Union soviétique. Même si l'Union européenne n'a, bien entendu, jamais généré à ce jour les horreurs du système communiste (1), elle n'en est pas moins elle aussi un système idéologique, d'une sorte différente. On…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Signification du débat sur le Brexit   "Les Anglais n’ont aucun problème avec les réalités. Ils ont de grosses difficultés avec les idées"  Winston Churchill   Vendredi prochain, nous allons enfin connaître le résultat du vote Britannique et je n’ai jamais fait mystère de mon souhait : j’espère que la Grande-Bretagne va sortir de cette Union Soviétique molle qu’est devenue l’Union Européenne et que cette sortie remettra un peu les pendules à l’heure à Bruxelles. Il va falloir qu’ils réapprennent que le Souverain est le peuple et non pas leur médiocres personnes. Nous nous approchons en effet du dénouement de ce qui pourrait bien être la crise de l’Europe Technocratique et comme d’habitude les Anglais sont appelés à faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Explications.   J’ai passé une grande partie de la semaine dernière à Londres pour rendre visite à mes clients Anglais. Je connais certains d’entre eux depuis…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Brexit : c'est l'immigration qui a fait la différence   Inutile de se voiler la face : c'est l'immigration, et rien d'autre, qui a fait pencher la balance en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne.   Dans les derniers jours qui ont précédé le vote des britanniques, certains commentateurs français s'étaient émus de la dernière campagne d'affichage de l'Ukip (United Kingdom Independence Party). Sur ses affiches, l'UKIP affirmait que les écoles britanniques étaient submergées, avec 25 % d'élèves d'origine étrangère. Et nos commentateurs d'affirmer que même le Front national n'aurait jamais osé sortir de telles affiches en France ! La précédente campagne d'affichage de l'UKIP, plus sobre, mais tout aussi explicite, montrait une colonne de migrants barrée des mots "Breaking Point". Bien entendu, l'UKIP n'a pas emporté le morceau seul, en faisant campagne sur le danger de l'immigration. Les tabloïds anglais, largement critiqués et conspués de ce côté-ci de la…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand les peuples bousculent la politique   Que dit l’air du temps ? Que les peuples, constitutifs de la démocratie, veulent reprendre le contrôle de leur destin. Dimanche, à Rome, c’est la candidate du Mouvement cinq étoiles (M5S), Virginia Raggi, qui a été triomphalement élue à la mairie avec 67,15 %, des voix. A Turin, la représentante du même mouvement antisystème conduit par Beppe Grillo, Chiara Appendino, a également gagné la ville avec 54,56 % des voix. Pour le monde politique italien, la claque est violente. Le chef du gouvernement, Matteo Renzi (Parti Démocrate), a accusé le coup, ce lundi, en reconnaissant une défaite "amère, brûlante". La société civile est, partout, amenée à s’imposer ainsi dans le débat public sclérosé. C’est dans ce sens que souffle le vent de l’histoire, à mesure que les 'élites' et leurs castes se révèlent incompétentes et éloignées des réalités. Aux Etats-Unis, l’imprévisible Donald Trump…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Brexit : pourquoi les Français auraient voté comme les Anglais   Maxime Tandonnet rappelle qu'un récent sondage montrait que 61% des Français étaient eux aussi réservés envers l'Europe. Il voit dans le Brexit le désaveu d'une Europe technocratique et un plébiscite pour la démocratie.   Tout le monde le sait mais personne ne le dit : un référendum en France donnerait lui aussi des résultats largement favorables à la sortie de l'Union européenne. Un sondage récent montrait les Français encore plus réservés envers l'Union européenne que les Britanniques : 61% des Français, contre 48 % au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne (Pew research center juin 2005). Il faut y voir le désaveu d'une vision de l'Europe bulldozer qui avance à coups de directives, de règlements et de jurisprudences dans l'indifférence envers les sentiments populaires. La crise grecque, les coups de force de Mme Merkel et de M. Juncker sur les…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Naïveté et inconscience - L'Europe complice des passeurs  Les Européens dans leur candeur naïve, se comportent comme les aides des passeurs libyens qu’ils prétendent éliminer. Sofia, l’opération militaire lancée en juin 2015 par l’Union européenne pour neutraliser les embarcations de migrants, se fait en fait la complice des passeurs qui assurent la traversée des migrants de la Libye vers l’Italie et l’Europe. On estime à 800 000 le nombre de clandestins originaires de l’Afrique subsaharienne cherchant à quitter la Libye pour gagner l’Europe. Alors que l’immigration par la Grèce est à peu près contenue grâce à la fermeture de la route des Balkans, l’immigration à partir de la Libye est en pleine croissance. En avril il y aurait eu quelque 9 000 passages, en mai 20 000. Il s’agit certes d’Erythréens, de Somaliens ou de Soudanais fuyant leur pays où règne la guerre civile, mais aussi de réfugiés économiques venant…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Libre entrée des Turcs en Europe : en échange de quoi ?   L'Union européenne a accordé à la Turquie le droit d'entrée sans visa de ses ressortissants sur le territoire de l'Union européenne à partir du 1er juin. En échange de quoi ? Le 18 mars,  le président Erdogan prononçait un discours violent contre la Belgique : "Il n’y a aucune raison que la bombe qui a explosé à Ankara (une bombe venait d'exploser en effet le 14 mars, Erdogan accusant les Kurdes), n’explose pas à Bruxelles ou dans une autre ville européenne (…) Là, je lance un appel aux États qui leur ouvrent les bras qui, directement ou indirectement, soutiennent les organisations terroristes. Vous nourrissez un serpent dans votre lit. Et ce serpent que vous nourrissez peut à tout moment vous mordre (...) quand les bombes commenceront à exploser dans vos villes, vous comprendrez certainement ce que nous…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Merkel alimente le populisme qu'elle combat Angela Merkelest atteinte, à son tour du syndrome de la Castafiore : "Ah ! Je ris de me voir si belle en ce miroir !". Chaleureusement félicitée, l’autre jour, par Barack Obama pour sa politique migratoire, voilà la chancelière allemande qui s’enhardit dans ses prêches moraux contre les populistes. Mardi, au lycée français de Berlin, elle a répondu ceci, à une question d’un élève qui l’interrogeait sur la montée du FN : "Je vais essayer de contribuer à ce qu’évidemment d’autres forces soient plus fortes que le Front national, pour autant qu’on puisse le faire de l’étranger". Sur la montée de l’afD dans son propre pays, elle a dit : "Nous avons assez de bons arguments pour nous confronter" à eux "sans avoir l’écume à la bouche". La Belle contre la Bête. Le problème est que Merkel, persuadée de représenter le Bien au point…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version