Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (302)

Marche turque                                                     [L'actualité nous appelle à publier une seconde fois cet article édité le 11 décembre 2015] Il est difficile, en ce moment, d'avoir une opinion objective sur l'éventuelle entrée de la Turquie dans l'Union Européenne. D'un côté, on peut s'y opposer farouchement sur des critères d'opinion, de religion, de niveau économique insuffisant, d'atteinte au droit des minorités, bref de "non-européanité" générale. De l'autre, en vue d'une évolution globale de son économie, de ses mœurs et de ses politiques, on peut plaider pour une intégration progressive à 10 ou 15 ans. Par ailleurs, l'aspect stratégique reste important, amplifié par, au sud, les ravages de ses proches voisins – Irak et Syrie – et, au nord, par l'intransigeance russe : Dieu ou la géographie (ou les deux) se sont amusés à faire de cette région une "tête de pont" entre l'ensemble européen, l'Asie de l'ouest et le Moyen Orient. Lieu multi…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Avec un allié comme ça…   Il est possible que le chasseur russe abattu par la chasse turque ait survolé la Turquie ; s’il l’a fait et si l’on en croit les relevés radar présentés par les Turcs, c’est sur quelques kilomètres et pendant quelques dizaines de secondes. Quand on voit la trajectoire, il est évident que la Turquie n’a jamais été menacée. En éliminant la possibilité improbable d’une initiative des chasseurs turcs, il s’agit d’une action délibérée et préméditée, contraire au droit des gens. D’ailleurs les rebelles syriens ont tiré sur les pilotes éjectés qui tombaient en territoire syrien, ce qui est un crime de guerre. Au moment ou le président français s’emploie à constituer une coalition allant des Etats Unis à la Russie pour combattre l’EI, on peut penser à une tentative de sabotage de la part des Turcs. A dire le vrai, l’objectif d’Erdogan n’est pas l’élimination d’EI…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
La politique extérieure de l'UE : une toile d'araignée de plus en plus grande mais qui n'attrape pas grand-chose.   L'aventure diplomatique et donc de sécurité extérieure par extension est relativement récente : c'est en effet en 1954 que les États-Unis ont reconnu le caractère de Mission Diplomatique au bureau de représentation ouvert par la CECA (communauté du charbon et de l'acier) dans la capitale à Washington D.C., elle-même ancêtre de la Communauté Européenne qui allait voir le jour trois ans plus tard. Si les préoccupations de l'époque sont principalement intérieures pour les dirigeants des six pays membres fondateurs il n'en reste pas moins que l'association des pays non encore décolonisés se posait : après avoir mis en place un fonds d'une durée de vie de cinq ans, le FEDOM, une Agence Européenne de Coopération est créée en 1964 avec ses contrôleurs délégués qui supervisent divers projets de développement destinés…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Faiblesse des chrétiens   Les attentats qui ont ensanglanté Paris vendredi dernier touchent profondément les chrétiens du Proche-Orient sans pour autant les étonner. Depuis si longtemps, ils nous prévenaient que l’Europe n’était pas à l’abri des malheurs dont ils font eux-mêmes la douloureuse expérience. Comment oublier la déclaration récente et prémonitoire de Mgr Emile Nona, l’évêque chaldéen de Mossoul, lorsqu’en juin 2014, il fut contraint de quitter son diocèse comme tous les fidèles de divers rites habitant dans cette ville héritière d’une très ancienne histoire chrétienne. Mgr Nona nous disait alors : "Bientôt, vous souffrirez en Europe de persécutions et de terrorisme, comme nous". Nos frères orientaux nous invitaient à ouvrir les yeux sur des réalités propres à l’islam, réalités que nous ne voulions pas voir. Dans un entretien accordé il y a peu à l’hebdomadaire italien Famiglia cristiana, le cardinal Béchara Raï, patriarche des maronites, évoquait sans détour le…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L'Union européenne, de plus en plus révoltante   L’Union européenne (UE), indifférente au grand spleen des peuples oubliés, devient de plus en plus révoltante. Pour avoir arbitrairement construit sa politique sur le dos des nations, des souverainetés et des frontières, elle est en train de se perdre dans un universalisme mercantile qui, partout, exacerbe les indignations populaires. Ce lundi, sur RTL, le commissaire européen, Pierre Moscovici, a assuré que l’afflux de réfugiés allait avoir "un impact positif sur l’économie", promettant une croissance de 0,2% ou 0,3%. Les prévisions économiques de l’UE, dévoilées ces jours-ci, font état d’une arrivée d’ici 2017 de "trois millions de personnes supplémentaires", dont il faut donc comprendre qu’elles s’ajouteront aux flux migratoires habituels. A aucun moment, les technocrates de Bruxelles ne lèvent le nez de leurs calculettes, pour se poser la question de la cohabitation de cultures disparates, parfois historiquement hostiles. Pour eux, cette approche trop…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Cette Europe qui joue Erdogan contre Poutine   Moi ou le chaos. Erdogan a récupéré la majorité absolue au Parlement turc pour son parti islamiste AKP. La violence de la stratégie de la tension - contre les Kurdes mais aussi contre les journalistes et les opposants - a parfaitement fonctionné, même si elle était dénoncée par les médias occidentaux. L’oxymore d’ "islamisme modéré" est définitivement à jeter dans les poubelles de l’Histoire. Les électeurs turcs ont préféré suivre l’islamisme pur et dur d’Erdogan qui leur ­garantissait l’unité du pays et la pérennité des valeurs islamiques. La Turquie profonde, le "pays noir" anatolien, se ­moque bien des pudeurs démocratiques et libérales, et veut conserver sa tradition à la fois musulmane et ottomane. Erdogan a parfaitement répondu à cette attente qui brise les derniers rêves des utopistes français, de droite comme de gauche, qui comptaient bien l’intégrer dans l’Union européenne. Erdogan est…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Europe des peuples, Europe des élites   Varsovie est désormais à Budapest. Pas un effet du réchauffement climatique, mais du réchauffement politique. La victoire des conservateurs aux législatives polonaises a été grandement favorisée par le refus massif dans le pays de l’énorme vague de migrants venue de Syrie. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, qui a longtemps bataillé seul face au diktat allemand et aux leçons de morale françaises, reçoit enfin du renfort. Avec Varsovie et Budapest, sans oublier leurs acolytes du Groupe de Visegrád (République tchèque et Slovaquie), c’est toute l’Europe centrale et orientale qui affirme sa volonté de défendre une Europe catholique et blanche, aux peuplements homogènes, garante de la paix civile face aux délires postmodernes des dirigeants franco-allemands (et suédois), Docteurs Folamour du multiculturalisme et de la déchristianisation. Il est vrai que ces pays d’Europe orientale sont les héritiers de l’Empire des Habsbourg et qu’ils ont vécu…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
La crise des migrants, l'opération anti-passeurs de l'UE et de l'ONU   Le 7 octobre 2015, l'Union européenne (UE) a mis en place sa deuxième phase de son plan anti-passeurs. Et le vendredi 9 octobre, l'ONU a donné son aval pour arrêter en haute mer des navires de migrants venant de Libye qui tentent de gagner l'Europe. Il s’agit d’une opération nouvelle et attendue depuis plusieurs mois. Même si la justice italienne avait déjà pris des initiatives, notamment en interrogeant des migrants parvenus en Sicile, c’est la première fois que l’Union européenne engage véritablement une action contre les passeurs, baptisée "Sophia" ou "Sofia", du nom d’une petite fille de migrants née en mer. Cette nouvelle mission, conduite par des bâtiments de guerre, a pour objectif d’intercepter des bateaux susceptibles de contenir des passeurs et, en cas d’éléments permettant une présomption de trafic illégal de migrants, de les arrêter et de…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L’Europe n’existe plus   Poutine avait réuni à Vienne des ministres des affaires étrangères pour parler de la Syrie ; il y avait là Feridun Sinirliogun, le Turc, John Kerry, l’Américain, Adel al-Jubeir, le Saoudien et Serguei Lavrov, le Russe. Des pays aux intérêts divergents mais tous acteurs majeurs dans la question syrienne. De l’Europe personne et en particulier pas le ministre français Fabius sensé parler au nom d’un pays traditionnellement impliqué au Proche Orient, en particulier en Syrie et qui, jusqu’à il y a peu, y avait une grande influence. L’Europe ne représente plus rien, n’a aucune politique cohérente, aucune puissance militaire et finit toujours par s’aligner sur les Etats Unis.   La France est obsédée par l’idée de faire chuter Bachar el-Assad sans se préoccuper aucunement de ce qu’il se passera ensuite, ayant oublié l’Irak et le chaos qui suivit l’éviction de Saddam Hussein et la Libye après qu’on…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version