Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (333)

BREXIT ?  Rule Britania…   Londres, Vendredi 24 Juin 2016, 8 heures du matin : une ville étrangement silencieuse ; les résultats définitifs de "l'encombrant referendum" sont tombés : 17,41 millions de voix pour quitter l'Union Economique Européenne (51,9 %), 16,14 pour y rester (48,1 %), soit un différentiel d'1,3 million. C'est fort peu. On ne parle pas des 28 % d'abstentions. Après, il y a la pathétique, troublante déclaration de David Cameron, Premier ministre soudain démissionnaire, prononcée dans la rue, devant le 10 Downing, sous une myriade de caméras et de micros. La ville est figée, les gens sont muets, comme assommés ; certains pleurent. Mais on se reprend vite : "never complain". La vie continue, avec la réunion d'Ascot, les festivals d'été (même sous une pluie battante), bientôt Wimbledon, l'Euro de football avec un match contre d'obscurs Islandais. Dès le samedi dans le Times, l'éditorialiste Philip Aldrick assène que "si on refaisait le même referendum la…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Brexit : les Républicains se souviendront-ils de Philippe Séguin ?   Madeleine de Jessey, porte-parole du mouvement Sens Commun, appelle les représentants de la droite à ne pas oublier le chef de file du "non" à Maastricht et à ouvrir enfin un vrai débat sur l'avenir de l'Union européenne.   Il est certaines surprises qui ne laisseront jamais de surprendre. Car enfin, à y regarder de près, plus étonnant que le Brexit lui-même fut le degré de stupeur et d'effroi avec lequel la nouvelle fut accueillie d'un côté comme de l'autre de la Manche. Il semblait, vendredi matin, que la foudre s'était soudainement abattue sur l'Europe, absurde et sans raison, sans que personne n'ait pu la voir venir. Tout le monde ou presque s'en était convaincu : les Anglais ne seront pas assez fous pour sortir d'une Union européenne qu'ils intégraient avec joie il y a quarante ans à peine, au…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
La chute du mur de Bruxelles   "Messieurs les Anglais, tirez les premiers !"  A l'aube du 24 janvier, la première salve a mis à terre les premières lignes de l'article 50 du traité de l'UE, à la grande surprise des pays européens qui ne croyaient pas que le Royaume-Uni oserait, une fois de plus. C'est méconnaître les Britanniques dont la devise de leurs unités d'élite, les fameux SAS, est, ne l'oublions pas, "Qui ose gagne !". L'Union européenne vient juste de perdre l’adhésion de la 5ème place financière et de la 8ème puissance au monde (1) ainsi que 15 % de son budget, anecdote de l'Histoire. En fait, nous commençons à assister avec le résultat cinglant de ce référendum à une nouvelle chute d'un mur, celui de Bruxelles !   Tous les chroniqueurs commentent les effets possibles, cherchent les causes, s’agitent autour du désarroi des politiciens de tous bords…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
La révolte des peuples   L’étonnement manifesté après le référendum demandant la sortie de la Grande Bretagne montre combien la mémoire est courte ou fait semblant de l’être. Rappelons-nous le Non français à 54% rejetant le texte de la Constitution européenne en 2005. Depuis on s’est bien gardé de consulter par referendum, le résultat étant trop incertain. Il semble que si le referendum était de nouveau organisé le Non l’emporterait à 62%, ce qui ne veut pas dire que les Français veulent quitter l’Europe mais qu’ils veulent une Europe autrement. C’est dire combien la volonté des peuples a été méprisée voire contournée, le traité de Lisbonne voté par le parlement en 2008, rétablissant globalement les dispositions prévues par le projet de Constitution.   Il faut dire que l’Europe telle qu’elle a été réalisée à nos jours a de quoi décevoir. D’abord partant d’un groupe de six nations ayant une histoire…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Les enseignements du Brexit    Nous pouvons apprécier ou déplorer la décision du peuple britannique, là n'est pas la question, mais certainement nous devons admirer son courage. Les Britanniques connaissaient très bien les difficultés qui les attendraient au cas où ils voteraient pour la sortie de l'Union européenne : une période d'instabilité, le risque que l'Ecosse ne se sépare du Royaume Uni ;  surtout, des pertes d'emploi et une baisse du niveau de vie. Et pourtant, ils l'ont fait. A 52%, ils ont voté pour l'éloignement.   Ceci nous démontre, une fois de plus, que les questions économiques ne sont pas celles auxquelles les peuples d'Europe accordent la plus grande importance. Ils peuvent accepter des sacrifices et ne se laissent pas acheter par quelques augmentations de traitement ou de salaire.   Les peuples d'Europe (ils ne sont pas les seuls) accordent une bien plus grande importance aux questions d'identité et de souveraineté,…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L'Union européenne tombera d'un coup   Comme toutes les œuvres humaines, de la tour de Babel aux empires coloniaux, l'Union européenne aura un jour fait son temps. Les craquements que l'on entend aujourd'hui : crises de l'euro, vagues migratoires hors de contrôle, guerre en Ukraine, récession, peuvent laisser présager que cette échéance est proche. Quel facteur sera fatal à l'édifice dont les bases, jetées dans le courant des années cinquante, semblent vermoulues : crise économique ou événement militaire ou encore l'élection d'une majorité hostile dans un grand pays membre ? On ne sait. Ce que l'on peut affirmer en revanche sans crainte de se tromper, est que cette chute se fera d'un coup, comme celle de l'Union soviétique. Même si l'Union européenne n'a, bien entendu, jamais généré à ce jour les horreurs du système communiste (1), elle n'en est pas moins elle aussi un système idéologique, d'une sorte différente. On…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Signification du débat sur le Brexit   "Les Anglais n’ont aucun problème avec les réalités. Ils ont de grosses difficultés avec les idées"  Winston Churchill   Vendredi prochain, nous allons enfin connaître le résultat du vote Britannique et je n’ai jamais fait mystère de mon souhait : j’espère que la Grande-Bretagne va sortir de cette Union Soviétique molle qu’est devenue l’Union Européenne et que cette sortie remettra un peu les pendules à l’heure à Bruxelles. Il va falloir qu’ils réapprennent que le Souverain est le peuple et non pas leur médiocres personnes. Nous nous approchons en effet du dénouement de ce qui pourrait bien être la crise de l’Europe Technocratique et comme d’habitude les Anglais sont appelés à faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Explications.   J’ai passé une grande partie de la semaine dernière à Londres pour rendre visite à mes clients Anglais. Je connais certains d’entre eux depuis…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Brexit : c'est l'immigration qui a fait la différence   Inutile de se voiler la face : c'est l'immigration, et rien d'autre, qui a fait pencher la balance en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne.   Dans les derniers jours qui ont précédé le vote des britanniques, certains commentateurs français s'étaient émus de la dernière campagne d'affichage de l'Ukip (United Kingdom Independence Party). Sur ses affiches, l'UKIP affirmait que les écoles britanniques étaient submergées, avec 25 % d'élèves d'origine étrangère. Et nos commentateurs d'affirmer que même le Front national n'aurait jamais osé sortir de telles affiches en France ! La précédente campagne d'affichage de l'UKIP, plus sobre, mais tout aussi explicite, montrait une colonne de migrants barrée des mots "Breaking Point". Bien entendu, l'UKIP n'a pas emporté le morceau seul, en faisant campagne sur le danger de l'immigration. Les tabloïds anglais, largement critiqués et conspués de ce côté-ci de la…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand les peuples bousculent la politique   Que dit l’air du temps ? Que les peuples, constitutifs de la démocratie, veulent reprendre le contrôle de leur destin. Dimanche, à Rome, c’est la candidate du Mouvement cinq étoiles (M5S), Virginia Raggi, qui a été triomphalement élue à la mairie avec 67,15 %, des voix. A Turin, la représentante du même mouvement antisystème conduit par Beppe Grillo, Chiara Appendino, a également gagné la ville avec 54,56 % des voix. Pour le monde politique italien, la claque est violente. Le chef du gouvernement, Matteo Renzi (Parti Démocrate), a accusé le coup, ce lundi, en reconnaissant une défaite "amère, brûlante". La société civile est, partout, amenée à s’imposer ainsi dans le débat public sclérosé. C’est dans ce sens que souffle le vent de l’histoire, à mesure que les 'élites' et leurs castes se révèlent incompétentes et éloignées des réalités. Aux Etats-Unis, l’imprévisible Donald Trump…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version