Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (302)

Le réveil des peuples bouscule la politique   Que cherchent-ils, ceux qui se mobilisent contre la montée du "populisme" en Europe ? Oh ! Très simple : ils veulent faire taire les peuples en colère. Or ces derniers semblent décidés à résister aux grands prêtres de la mondialisation qui, à commencer par les technocrates de Bruxelles, les ont conduits de force là où ils refusaient d’aller : vers des sociétés postnationales, déracinées, amnésiques, sans frontières, aux identités floues. Nombreux sont les citoyens européens qui craignent une subversion islamiste, si rien ne vient stopper la braderie de leur civilisation au profit d’une autre, dépourvue d’états d’âme. C’est ce que les Suisses, porte-parole du regain souverainiste, ont confirmé dimanche en votant majoritairement pour l’UDC, parti anti-immigration. L’union gauche-droite qui se dessine en France contre le FN oblige les ligueurs à diaboliser un sentiment national qui partout se réveille. L’angélisme merkelien, qui a enclenché en septembre l’énorme…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Erdogan : du double langage au double jeu   Quand il vient à Strasbourg, il tient un meeting devant plus de 10 000 personnes - coraniquement séparées entre hommes et femmes - qu’il exhorte à ne pas s’assimiler aux pays dans lesquels ils vivent, sans qu’aucun de nos progressistes patentés ne moufte. Quand il se rend ensuite à Bruxelles, il n’hésite pas à faire la leçon à ces Européens "qui ont longtemps fermé leurs cœurs aux réfugiés venant de Syrie". Erdogan ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît. Celui que les Turcs ont surnommé le "nouveau sultan" - dans un mélange d’admiration et de frayeur - est en tournée. Tournée électorale - élections législatives pour tenter de récupérer sa majorité parlementaire perdue. Tournée diplomatique - pour s’entendre avec l’Europe sur le traitement des "migrants" venus de Syrie. Et même tournée militaire, pour obtenir l’appui de l’OTAN - dont la Turquie fait toujours…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand l’Europe humiliée en redemande…   Le président turc est déjà chez lui en France. C’est à Strasbourg que Recep Tayyip Erdogan a tenu meeting électoral, dimanche, devant 12 000 compatriotes et une marée de drapeaux turcs. Dans la salle, les femmes étaient d’un côté, les hommes de l’autre. En préalable à son discours, un imam a dirigé la prière. Puis Erdogan s’en est pris aux "terroristes" ; non pas ceux de l’État islamique que la France combat, mais aux Kurdes qui résistent à l’islam radical. Ensuite, l’ombrageux sultan a encouragé ses compatriotes, dont les 650 000 qui vivent en France, à prendre la nationalité des pays hôtes tout en leur enjoignant de ne pas s’assimiler. Enfin, en dépit de sa présence dans la cité européenne, il a présenté son pays en défenseur de la "vraie civilisation", accusant l’Europe d’être affectée par"la xénophobie, l’islamophobie et le racisme". Il lui a craché à la…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Volkswagen : des origines aux limites du "made in Germany"   Le scandale Volkswagen a secoué l’industrie automobile mondiale et plus encore l’Allemagne. Il est le résultat d’une politique économique poussée à son paroxysme dont l’origine remonte loin dans le temps.   L’Allemagne est le pays le plus performant à l’exportation. Son excédent commercial est le plus élevé au monde en valeur nominale et relative. Cette performance n’est pas le fruit du hasard mais le résultat d’une politique qui remonte à la fin du 19ème siècle. L’Allemagne connaît alors une croissance démographique très forte. (1) Deux solutions s’offrent à elle : accroître la production pour retenir la population ou encourager l’émigration. C’est la première solution qui est choisie – l’exportation sera l’exutoire de l’augmentation de production liée à l’accroissement de la population. (2) Peu à peu, les produits allemands font leur apparition sur le marché britannique où ils font concurrence à la…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
La Catalogne contre l’hydre des Régions   Les Catalans ont posé un pied dans le Rubicon. Mais l’eau est froide. Ils hésitent encore. Les partis indépendantistes ont remporté la majorité des sièges au Parlement de la Région mais avec une minorité des voix (48 %). De quoi laisser aux pêcheurs en eaux troubles un dernier espoir de sauver l’unité de l’Espagne. Les Catalans hésitent encore, mais pour de mauvaises raisons. Peur de l’inconnu. Peur que le Barça soit privé de son Clásico contre le Real Madrid. Mais le chemin est bien dégagé. Celui de l’indépendance de la Catalogne. La revanche historique sur les troupes du roi d’Espagne (le petit-fils de Louis XIV !) qui, en 1714, vainquit les dernières résistances au pouvoir de Madrid. L’indépendance vient de loin. Elle s’est d’abord appelée autonomie. Après la mort de Franco, on est passé du tout-castillan au tout-catalan : services publics, panneaux indicateurs, histoire à l’école.…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Syrie, effet boomerang ?   Tout drame humain mérite compassion... C’est bien-sûr le cas de la noyade de cet enfant échoué sur une plage de Turquie, dont les médias nous ont repassé l’image à l’envie, avec force détails – dont la plupart se sont révélés rapidement faux ou arrangés, sur sa famille et sa courte vie. On s’est empressé de la comparer à celle de la petite fille du Vietnam courant nue sous les bombes américaines, à celle du petit Biafrais qui a consacré le rôle des médias dans le registre de l’émotion, comme si on n’attendait que ce cliché pour accélérer et justifier le déferlement de réfugiés sur l’Europe. C’est dans ce contexte de matraquage émotionnel que nos dirigeants européens ont pris des décisions dont il semblerait, depuis, que certain des plus "généreux" commence à se repentir en remettant des contrôles à ses frontières.   Que l’émotion soit devenue…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L’Europe est morte... Vive l’Europe ! Dans mon précédent essai, j’ai précisé qu’il ne fallait pas sous-estimer les postures de ceux qui interpellent à la marge notre destin européen (1), qu’il s’agisse d’Alexis Tsipras dans l’instrumentalisation de la crise grecque, de Vladimir Poutine au contact de notre limes oriental et du nœud eurasien, et des réseaux Daesh – Al Qu’aida et leurs commanditaires sur le terrain de la contagion djihadiste. Tous ont obtenu finalement ce qu’ils souhaitaient. Ils ont osé, ils ont gagné ! Pourtant nous avons l’impression de l’inverse en écoutant nos médias et nos dirigeants. Comme dans toute forme d’expression du pouvoir, la propagande prend toujours le dessus sur les tentatives de rationalisation et de clarification des situations auprès des opinions publiques. C’est ce que nous vivons depuis plusieurs mois avec ces successions de communiqués victorieux et ces focus médiatiques biaisés qui finissent par occulter les véritables rendez-vous…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L’Allemagne repentie menace l’Europe   Qui arrêtera cette folie ? La prodigue Union européenne (UE) met le destin des peuples à l’encan en applaudissant, derrière l’Allemagne exaltée, à l’invasion des clandestins qui forcent les portes de Schengen. Des libérateurs ne seraient pas mieux acclamés. Or ils sont des millions, dans les pays arabo-musulmans, à vouloir gagner l’UE enivrée de ses vertus. Cette semaine, la petite île grecque de Lesbos était submergée par 20 000 "migrants". Les barrières volent en éclats, depuis qu’Angela Merkel a promis de recevoir 800 000 demandeurs d’asile cette année. François Hollande s’est engagé pour 24 000 personnes en deux ans. Peu importe les chiffres : les feux sont passés au vert, sans discernement ni recul. Les commissaires de Bruxelles, qui ont toujours appelé de leurs vœux une immigration massive, sans se soucier de son intégration culturelle, sont complices du bouleversement identitaire enclenché. La propagande émotionnelle s’est emballée, après la diffusion de la photo d’un corps…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
L’émotion, la morale et la politique   L'indignation est certainement le fondement de la vie morale. Et celui qui ne serait pas capable de s’indigner devant le mal et le malheur serait un cynique et un esprit amoral. On dit "un sans cœur". L’image qui fait le tour du monde, d’un petit garçon de trois ou quatre ans sans vie, couché dans la vague de la plage, suscite l’horreur et la compassion indignée de tous ceux qui la découvrent. Et il est naturel aussi bien que la vie morale se déploie par images et pas seulement par raisonnements et arguments. Qu’est-ce que la vertu sans imagination ? disait Baudelaire. La morale est pratique, d’abord. Elle concerne l’existence avant de concerner les grands discours. Le drame de l’immigration qui se déploie sous nos yeux effarés, ce n’est pas avant tout des suites de chiffres, de la rhétorique et des prologues, mais c’est…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version