Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Avec l'Europe (355)

Des élections qui ne sont plus européennes   Davantage que toute autre organisation de la planète, l’Union européenne (UE) assemble des pays dont la démocratie fonctionne bien. Quand vous circulez en Europe d’est en ouest et du nord au sud, que vous soyez en Pologne ou au Portugal, en Irlande ou en Grèce, et que vous interrogez les citoyens, la grande majorité d’entre eux seront capables de vous dire qui est leur maire, leur député, leur premier ministre, le président de leur Assemblée nationale. Dans tous les pays d’Europe, la démocratie élective marche plutôt bien. En revanche, au sein de l’UE, la démocratie européenne ne fonctionne pas. Faites le test. Demandez à ces mêmes citoyens européens quel est le nom du député qui les représente au Parlement européen: vous obtiendrez très peu de réponses. Vous n’en obtiendrez aucune si vous demandez comment fonctionne le calendrier des sessions entre Strasbourg et…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Immigration : ce que l’Union et les États membres peuvent et doivent faire   La question migratoire est, depuis des années, au cœur des préoccupations des Européens : 66 % des Italiens, 53 % des Français et 50 % des Allemands pensent qu’ "il y a trop d’immigrés" dans leur pays ; 63 % des Italiens, 56 % des Belges ou 54 % des Hongrois considèrent que "l’immigration force leur pays à apporter des changements qui lui déplaisent" (sondage Ipsos, juillet 2017). Devant cette préoccupation massive, les dirigeants européens sont obligés de se saisir de la question. Favorables à une Union européenne intégrée, nombre d’entre eux sont tentés par une "communautarisation" accrue des politiques migratoires. C’est le cas d’Emmanuel Macron qui, dans une tribune du mois de mars dernier, appelle de ses vœux la création d’une "police des frontières commune", d’un "office européen de l’asile" et d’un "Conseil européen de sécurité intérieure". Il faut prendre le contre-pied…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Pendant que Bruxelles réglemente, Pékin avance   Alors que les Chinois conquièrent la vieille Europe, celle-ci régule, crée des lois, invente des directives et se protège de tout et de rien, à la conquête de l'universalisme législatif...   Les Chinois à Paris ont cruellement mis en lumière l'absence totale de projet européen. Non seulement il n'y pas de numéro de téléphone pour appeler l'Europe, comme le faisait déjà remarquer très judicieusement Henri Kissinger il y a 50 ans, mais plus personne ne sait pour quel projet précisément on pourrait bien voter.   Quel manque de souffle, quelle absence d'unanimisme, quelle déception. Moins il y a de projets fédérateurs, plus il y a de candidats et d'ambitions personnelles. Les ministres sont prêts à déserter et à renoncer à leur mission pour une place à Bruxelles. Est-ce parce qu'ils espèrent se faire payer des assistants parlementaires ?! Que la place est bonne…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Brexit   "Il ne faut pas que vous sous-estimiez l’Angleterre. C’est un curieux pays, dont peu d’étrangers parviennent à comprendre la mentalité. Ne la jugez pas d’après l’attitude de son gouvernement actuel. S’ils sont confrontés à un grand défi, vous verrez de combien d’actions inattendues sont capables ce même gouvernement et la nation anglaise." Ces paroles ont été prononcées par Churchill. Elles étaient adressées à Ribbentrop, ambassadeur d’Allemagne à Londres, en 1937, alors que le gouvernement Chamberlain semblait incapable de définir une politique cohérente face aux ambitions continentales du Reich. Elles me reviennent à l’esprit en observant l’incapacité de Theresa May à faire un choix clair dans ses négociations avec ce même continent rassemblé dans l’Union européenne. Nous sommes tentés de tourner en dérision l’indécision des dirigeants anglais, leurs divisions et leur irréalisme. Ne sous-estimons pas l’Angleterre ! Le "Brexit" est considéré aujourd’hui comme une lubie du peuple britannique, alléché par…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Macron et l'Europe Le nouveau monde, le voici : il réclame le retour aux nations, aux frontières, aux souverainetés. Il se réveille partout en Europe et fait paniquer les mondialistes. Ils tremblent comme devant un revenant. Il est vrai que ces esprits forts s'étaient persuadés de leur modernité en défendant l'utopie supranationale et fédéraliste, ces préalables au gouvernement global. Les "progressistes" croyaient incarner l'idéal commun, construit sur le grand mélangisme de l'homme remplaçable. C'est dans ce camp qu'Emmanuel Macron s'est rangé. Sa défense de la "souveraineté européenne", qui exige des nations qu'elles fassent profil bas, puise dans les fondamentaux de la construction européenne qu'il aimerait relancer. En septembre 2017, dans son discours de la Sorbonne, le président s'en était pris rudement aux "passions tristes" des "souverainistes de repli". Depuis, le ton a baissé. Macron plaide désormais pour une Europe où "les peuples auront vraiment repris le contrôle de leur destin".…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Union européenne : un passé qui empeste   Pour les européistes, l’affaire est entendue : la "peste brune" est chez ceux qui contestent l’actuelle Union européenne. Quand Emmanuel Macron parle de la "lèpre qui monte", il vise ceux qui réclament le retour des nations, des frontières, des souverainetés. Le problème est que ces éveillés font masse. Les Gilets jaunes sont une des expressions les plus spectaculaires du refus des peuples de se diluer dans une Europe sans âme ni racine, ouverte à tous au nom des droits de l’homme et de la non-discrimination. Ce lundi soir, le Chef de l’Etat doit faire connaître, à travers un texte, les vues qu’il défendra aux Européennes. En septembre 2017, à la Sorbonne, il avait violemment fustigé "l’identitarisme" et le "souverainisme de repli", en accusant ses adversaires : "Ils mentent aux peuples !". Or c’est justement en souvenir d’une réflexion d’Alexandre Soljénitsyne à l’adresse…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Des valeurs et des frontières, le nouvel équilibre européen de Macron   Plus original dans la forme, plus classique sur le fond. S’adresser directement et simultanément aux habitants des vingt-huit pays de l’Union européenne - Royaume-Uni compris -, c’est inédit pour un dirigeant européen. Ce choix recèle un double message. Le premier est qu’Emmanuel Macron croit en une citoyenneté européenne transcendant les appartenances nationales. Ce n’est pas une surprise. Dans son discours de la Sorbonne, il avait plaidé pour des listes transnationales aux européennes. Ce projet a été balayé par ses partenaires, il en reprend l’esprit à travers cette tribune. Second message : par cet appel direct, il rompt avec la pratique habituelle des europhiles qui, au nom de la logique communautaire, se méfient à la fois de toute mise en avant personnelle et de toute adresse directe aux peuples. C’est une nouvelle forme du "en même temp" macronien :…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Avant les élections de mai 2019 : L'Europe, ses succès souvent peu ou mal médiatisés, ses défis pour l'avenir   Un bref rappel des étapes de la construction européenne et de de ses institutions. Une construction progressive : alternance /conflit entre "élargissement " et "approfondissement"           "plus jamais cela" : les pères fondateurs chrétiens démocrates de l’Europe ; les succès, quelques échecs C'est une approche pragmatique (Jean Monnet) la CECA (Traité de Paris, 1951) qui a permis à L'Europe de repartir sur de bons rail, avec à l'époque le soutien américain, ... (guerre froide ; contenir l’URSS ; plan Marshall, etc..) ; une époque marquée aussi par quelques ratés - l’échec du projet (français) de la CED (Défense) coulé par les français (De Gaulle et les communistes) - mais tout de même la Communauté Economique Europenne (CEE) portée sur ses fonds baptismaux par le Traité de Rome 1956 ; une…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0
Allemagne. Géopolitique des migrations : les cinq actes de la tragédie de la chancelière Merkel   Les migrations internationales se déploient chaque fois que des personnes changent d’État de résidence. Leurs facteurs explicatifs sont de différente nature, politique, religieuse, économique ou démographique. Dans le contexte du XXIe siècle, des éléments de causalité complémentaires sont à l’œuvre sous les effets de la globalisation, de l’internationalisation et de la mondialisation. (1)   Aujourd’hui comme hier, les migrations internationales exercent de multiples effets, y compris dans la géopolitique interne des pays où les immigrants arrivent. Ainsi, celle de l’Allemagne (2) s’est trouvée bouleversée suite aux flux migratoires de l’année 2015. Auparavant, la chancelière Angela Merkel, en fonction depuis le 22 novembre 2005, semblait insubmersible. Puis son aura auprès des Allemands s’est effondrée comme l’attestent ses insuccès électoraux de 2017-2018, puis sa décision du 29 octobre 2018 de renoncer à la présidence de son…
Publié dans Avec l'Europe
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version