Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (441)

Le déni de la réalité   Nous assistons à un double déni de la réalité : pour les dirigeants et diplomates français, depuis cinq ans, il n’y aurait pas de solution en Syrie sans la mise à l’écart de Bachar el Assad. Donald Trump, depuis un an, s’imagine pouvoir arrêter la course nord-coréenne aux armements nucléaires, soit par des menaces, soit par des pressions sur la Chine. Français et Américains vivent dans l’illusion. L’armée de  Bachar el Assad vient de libérer Deir el Zor pendant que nous pérorons : il se prépare à reprendre le contrôle de toute la Syrie. Que dirons-nous alors, faute de pouvoir agir ? Donald Trump se refuse à admettre plusieurs réalités : - Le régime héréditaire nord-coréen, présidé par Kim Jong-Un, croit que l’arme nucléaire assurera sa survie et lui évitera le sort de Kadhafi ; - La Chine ne veut pas d’une réunification sous l’égide de la Corée du Sud,…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Corée : ne pas confondre coercition et dissuasion   La crise coréenne ne peut plus être résolue par une intervention militaire, qui ne pourrait être que nucléaire et donc apocalyptique, mais uniquement par la négociation.   Le niveau de technologie nucléaire atteint par la Corée du Nord ne permet plus de l’attaquer militairement sans qu’elle déclenche le feu nucléaire sur son assaillant ou son voisin du Sud, même si les arguties sur ce niveau-puissance de ses bombes, leur miniaturisation, précision des porteurs balistiques- cherchent à occulter le fait que la dissuasion nucléaire "du faible au fort" s’applique désormais inéluctablement. Kim Jong Un a parfaitement intégré ce concept que, encore aujourd’hui, certains stratèges ne semblent pas avoir assimilé. Alain Peyrefitte dans son œuvre magistrale "C’était de Gaulle" rapporte comment le Général lui explique après l’explosion de la première bombe atomique française, qui n’était encore qu’une bombe A, le principe de la dissuasion :…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Hystérie coréenne   Bien sur on ne se réjouira pas de l’entrée de la Corée du Nord dans le club des puissances nucléaires. De là à déclencher l’hystérie actuelle allant jusqu’à la baisse des marchés financiers, c’est peut être excessif. A cette aune on aurait du s’inquiéter des arsenaux nucléaires, pakistanais, indiens ou israéliens. Surtout, alors que le plus grand détenteur d’armes nucléaires de la planète se voit déjà sous le feu nucléaire, il apparaît que le but recherché par le satrape coréen est plus la dissuasion pour la survie du régime que l’idée de s’en prendre à autrui, en particulier à la première puissance militaire du monde, ce qui serait proprement suicidaire. Il s’agit donc de considérer la nouvelle situation calmement plutôt que de déclencher une nouvelle crise. Si les Etats Unis garantissent fermement la sécurité des voisins de la Corée du Nord : Corée du Sud, Japon, on ne…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Comment gérer nos ressources planétaires ?   Un sommet mondial de l’eau se tient actuellement à Stockholm, 45 ans après la conférence des Nations-Unies sur l’environnement de 1972, qui s’était également déroulée dans la capitale suédoise, et 25 ans après le "Sommet de la terre" réuni à Rio en 1992. Cet événement coïncide avec les ravages provoqués au Texas par l’ouragan Harvey ; il montre l’importance d’une véritable gestion des ressources dont dispose l’espèce humaine – et l’immensité du travail à réaliser pour porter la qualité de cette gestion au niveau nécessaire si l’on veut éviter des drames d’une ampleur comparable à ceux que provoquent les guerres. Nous devons mieux gérer les ressources en eau douce souterraine, très sollicitées, qui diminuent de façon inquiétante ; nous devons nous adapter à la baisse des précipitations, qui deviennent insuffisantes en maints endroits ; et les perspectives de hausse du niveau des mers – hausse qui rendrait…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Le double défi que doit relever l'Occident   FIGAROVOX/CHRONIQUE - Les grands pays occidentaux souffrent à la fois d'un défaut de cohésion interne et d'une accumulation d'incohérences en politique étrangère.   D'un point de vue occidental, les attentats islamistes en Europe (Espagne et Finlande) et la résurgence de la question raciale aux États-Unis auront marqué de noir ce mois d'août 2017. Les événements sanglants de Barcelone, de Turku et de Charlottesville nous rappellent brutalement que l'Occident a face à lui, depuis une génération, un double défi à relever. Car les grands pays occidentaux souffrent à la fois d'un défaut de cohésion interne et d'une accumulation d'incohérences en politique étrangère.   Sur le plan interne, le modèle d'intégration par les États européens de leurs immigrés a fonctionné correctement tout au long du XXe siècle avec des populations d'origines très différentes. Mais il y a une exception de taille : ce modèle semble…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Le rêve évanoui d'un État-nation kurde   FIGAROVOX/CHRONIQUE - Aujourd'hui, les Occidentaux ne peuvent aider à la création d'un État kurde. Ils n'ont plus ni la volonté ni le pouvoir de tracer les cartes de l'Orient compliqué.   Au mois de juin 2017, Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan (zone montagneuse de 42.000 km2 au nord-est de l'Irak), a annoncé qu'il tiendrait chez lui, le 25 septembre 2017, un référendum d'indépendance. À mesure qu'approche la date de cette consultation - où le oui à l'indépendance l'emporterait haut la main chez les trois millions et demi d'électeurs convoqués -, les pressions internationales s'accentuent pour que Barzani reporte ou renonce à son projet. Même les grandes puissances les plus amicales à l'égard des Kurdes, comme l'Amérique ou la France, n'y sont pas favorables. "Notre objectif aujourd'hui est de rester concentré comme un rayon laser sur la défaite de Daech, sans que rien…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Vaincre le terrorisme   L’Espagne vient de connaître un enchaînement d’évènements qui est familier à tous les peuples d’Europe. Des musulmans extrémistes attaquent à l’improviste une foule paisible et insouciante. Les morts et les blessés jonchent le sol. Ce massacre d’innocents soulève l’indignation populaire. Des manifestations rassemblent toutes les classes sociales, tous les partis politiques, toutes les confessions religieuses. Le gouvernement suit le mouvement. Il dénonce une agression ignoble et prend des mesures d’urgence : traque des complices survivants, démantèlement des filières qui les aident, patrouilles militaires dans les rues, surveillance accrue des mosquées salafistes, renforcement des services de renseignement. L’attentat de Barcelone a répété la séquence qui avait suivi les attentats de Paris, Nice, Manchester et Berlin. C’est aux Etats-Unis, il y a seize ans, que tout a commencé. L’attaque du Centre du commerce mondial et ses trois mille morts avaient suscité une émotion immense. Le Président américain avait, le…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Les droits de douane ont parfois du bon   La condamnation absolue et sans appel des droits de douane fait partie de ces positions "politiquement correctes" dont les bien-pensants, et notamment les apparatchiks européens, nous rebattent les oreilles. Le bon sens conseille pourtant de ne pas se départir d’un instrument intéressant pour la régulation des flux commerciaux internationaux : l’excès d’ouverture à tous vents n’est pas moins nuisible que l’excès de protectionnisme.   Le déficit extérieur américain Pourquoi Donald Trump veut-il une révision de l’Accord de libre-échange nord-américain, le NAFTA (North American Free Trade Agreement), connu en France sous le nom Aléna ? Pour que soient rapatriée aux États-Unis une partie de la production des biens et services achetés au Mexique ou au Canada par des entreprises ou des citoyens américains. Le Président américain a comme objectif l’emploi, mais aussi la diminution du déficit de la balance des paiements américaine. À 481…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Salauds de Luxembourgeois   Après avoir voulu nous culpabiliser avec "les gaz à effet de serre" et "l’empreinte carbone" voilà qu’apparaît un nouveau boniment : "A partir du 2 août, l’humanité vit à crédit". Il paraît qu’à cette date nous avons consommé tout ce que la terre peut produire chaque année et que donc, après cette date, l’humanité vivrait à crédit et qu’il faudrait 1,7 terre pour fournir les ressources nécessaires. On peut se demander de quelles ressources il s’agit, l’agriculture mondiale peut encore se développer, les ressources en produits pétroliers sont réévaluées en permanence et certains pays comme la France interdit de nouvelles prospections. De toute façon on prétend à terme se passer des énergies fossiles, leur existence n’a en soi aucun intérêt, et bien entendu on fait l’impasse sur l’énergie nucléaire. En fait il paraît que l’homme par son action nuit à la biodiversité, si l’homme na pas été responsable…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version