Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (425)

L’Erythrée et la mer Rouge L’Erythrée et les enjeux de plus en plus multiformes dans la Corne de l’Afrique : condamnée à être le pays "grincheux" de la zone ou peut-il espérer tirer parti de la redistribution des cartes en cours ? Les limites du "soft power" de l'UE confrontée aux appétits de nouveaux acteurs en mer Rouge.   L’Erythrée : un pays pauvre et refermé sur lui-même L’Erythrée n’est pas le pays le plus important de ceux qui sont inclus traditionnellement dans la Corne de l’Afrique : un peu plus de 6 millions d’habitants, inégalement répartis sur 117 000 km2 ; fortement endetté et avec un PNB par habitant de moins de 500 Dollars, il figure parmi les pays les plus pauvres au monde. Ces faits expliquent en partie le flot presque continu de migrants issus de ce pays fuyant la dictature de son président Issayas Afeworki au pouvoir depuis l’indépendance…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
L'État islamique, hydre cauchemardesque des Occidentaux   Le Moyen-Orient connaît aujourd'hui une situation qui ressemble à celle de l'Europe du XVIIe siècle, lorsque la querelle religieuse entre catholiques et protestants s'est transformée en une guerre totale.   C'est le début de la fin. À Mossoul comme à Raqqa, les défenseurs de Daech croulent sous l'assaut de leurs assaillants. L'État islamique s'était installé dans ces deux villes pour montrer qu'il ignorait la frontière entre l'Irak et la Syrie, délimitée par le fameux accord Sykes-Picot d'il y a un siècle. Une façon symbolique d'effacer la colonisation franco-anglaise et sa prétention à imposer partout la forme européenne de l'État-nation. Le combat de Daech est d'abord une prétention au califat, la forme impériale qu'a prise l'Islam dans l'Histoire. Cette ambition de s'inscrire sur un territoire est la grande différence avec l'action déterritorialisée et mondialisée d'al-Qaida.   La défaite de Daech dans ces deux villes sonnera…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Bombardement historique du marché de l’art !   Enfin ! Thierry Ehrmann, créateur d’Artprice, d’ArtMarket et de la Maison du Chaos, tient ses promesses ! Il nous avait promis pour ce 30 juin 2017 un bombardement historique du marché de l’art. C’est en cours. Pourtant ce marché vient de connaître un moment de gloire entre Biennale de Venise, Documenta et Foire de Bâle, sans compter quelques records dans les salles des ventes, après deux années de grand creux. Son premier missile est sémantique. Il nomme aujourd’hui le marché de "l’Art contemporain": "marché traditionnel". Il le définit et le délimite comme entièrement fondé sur les grandes galeries internationales, les salles des ventes et les Institutions fabriquant la valeur en réseau. Les œuvres de ce marché, pour être "bankables", ne peuvent pas être vendues en dessous de 50 000 euros. Avec ironie, il désigne ce marché de l’AC (1) 1 non seulement…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Japon : impermanence et refondation                  Les Japonais ont un grand sens de l'impermanence de toute vie ou œuvre humaine. C'est inscrit en eux,  très profondément, dans leur individualité et de manière collective. Ils vivent l'instant. Certes, ils environnent - tout comme les Occidentaux –  leur existence de rituels savants, de traces de pérennité. Mais dans cet effort le message nippon est différent : il s'apparente à la recherche d’une "meilleure vie de l'instant" afin de lui donner sens, tel l'émerveillement du sakura chaque printemps. Les lieux saints ne sont pas de robustes cathédrales, mais de simples Torii  faits de 3 morceaux de bois que la tempête emporte et qu'ils refabriquent inlassablement.   En quittant le confortable ventre de sa mère, le Japonais s’installe dans l'instabilité de toute sa vie. Deux origines : l’une climatique et géographique ; lorsque l'on vit sur une terre toujours frémissante et fumante, agitée de tremblotes incontrôlables, capable…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
"Les dangers de l'incohérence américaine"   Depuis cinq mois, la diplomatie américaine est devenue à la fois illisible et imprévisible. La réconciliation avec la Russie apparaît désormais très compromise.   Entre les tweets nocturnes du président Donald Trump, les communiqués diurnes des "trois adultes" (le secrétaire d'État Rex Tillerson, le secrétaire à la Défense James Mattis, le conseiller à la sécurité nationale Herbert McMaster) et les résolutions du Congrès, on est un peu perdu quand on essaie de se figurer quelle est exactement la politique étrangère des États-Unis. On n'est pas trop inquiet car l'Amérique dispose d'un système efficace de contre-pouvoirs ("checks and balances"), qui empêche un homme seul, aussi puissant soit-il, de faire n'importe quoi. Il est arrivé aux Américains de faire des folies, mais elles ont toujours été collectives. Comme l'engagement militaire massif au Vietnam à partir de 1964, ou comme l'invasion de l'Irak en 2003. Il reste…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
"Préoccupante zizanie dans le Golfe"   La rupture des relations diplomatiques, consulaires, commerciales, aériennes de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis avec le Qatar marque un recul du multilatéralisme au Moyen-Orient.   Bien qu'il soit d'une évidente nécessité pour la région, le multilatéralisme vient de connaître un nouveau recul au Moyen-Orient. Dans le golfe Persique, les six monarchies sunnites occupant sa rive occidentale coopéraient étroitement dans une organisation politico-économique appelée Conseil de coopération du Golfe (CCG) et ayant son siège à Bahreïn. Il avait été créé en 1981 par des émirs soucieux de serrer les rangs face au vent révolutionnaire soufflant depuis la rive orientale du Golfe, c'est-à-dire depuis l'Iran des pasdarans et de l'ayatollah Khomeyni. Le CCG est aujourd'hui quasiment mort. Le lundi 5 juin, trois de ses membres ont décidé de rompre toutes leurs relations - diplomatiques, consulaires, commerciales, aériennes - avec un quatrième. L'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis,…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
L’Empire excède-t-il ses limites ?   Donald Trump est un électron libre qui n’a pas sa place à la Maison Blanche. Ceci dit, il est l’élu du peuple américain, comme en a décidé le Collège électoral. Alors, pourquoi cette campagne de dénigrements et d’accusations sans précédent dans l’histoire américaine ? Parce qu’il conteste la politique hégémonique des Etats-Unis. Il considère qu’elle affaiblit le pays plus qu’elle ne le conforte. L’extension d’un empire ne se justifie que dans la mesure où les profits qu’il en retire excèdent les coûts. Dans le cas des Etats-Unis, bien qu’il soit impossible d’en faire un bilan exact, le résultat ne semble pas conforme à la règle. Les coûts sont supérieurs aux profits, à preuve le déficit budgétaire, le déficit de la balance commerciale, le déficit de la balance des paiements, l’endettement extérieur croissant, etc. qui affaiblissent l’économie américaine.   Intéressons-nous au déficit budgétaire. Il est dû au…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Les Occidentaux, les Sunnites et les Chiites   Depuis 1980 et le devoir d’ingérence cher à Bernard Kouchner, les interventions occidentales ont surtout eu des résultats catastrophiques, en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie,… etc. Est-ce une raison pour conforter des monarchies héréditaires comme celles qui régissent la péninsule arabique et s’y comportent comme des dictatures ? Le 21 mai 2007, le président Trump a cru bon d’assurer une nouvelle fois les monarques du Golfe et les Saoudiens du soutien indéfectible des Etats-Unis, tout en qualifiant l’Iran et les Chiites de suppôts de terrorisme, inclus dans un nouvel axe du Mal. Depuis 1945, les Etats-Unis ont accordé leur protection aux Saoud, la famille régnante d’Arabie, sous réserve d’être des clients prioritaires pour leur pétrole. Cet accord fut-il judicieux ? L’Arabie saoudite a financé et finance la propagation de la version la plus rétrograde de l’Islam, matrice de Daech et du terrorisme…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Les leçons à tirer de la tournée de Trump   CHRONIQUE - Trois grands principes semblent structurer l'action du président américain: ses actions et ses prises de parole sont continûment encadrées, il ne fait pas de micro-management, et il ajoute une dimension transactionnelle à toutes ses actions diplomatiques.   Le 27 mai 2017, à Taormine, Donald Trump achevait sa première grande tournée diplomatique. Quelles leçons tirer de ce voyage de huit jours ayant amené le président des États-Unis au Moyen-Orient puis en Europe ? Pour tenter de mieux comprendre le fonctionnement de la nouvelle Administration américaine et de mieux discerner les grandes lignes de la politique étrangère de ce président pour le moins atypique, il n'est pas inutile, dans l'analyse, de bien séparer la forme du fond.   Sur la forme, trois grands principes semblent désormais structurer l'action de l'exécutif américain. Premièrement, la personne du président, son action, ses prises…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version