Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le crépuscule des néoconservateurs

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail

Le crépuscule des néoconservateurs

CHRONIQUE -
Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ne veulent plus faire la guerre au nom de la démocratie aux quatre coins du monde.

Aussi curieux que cela puisse paraître, le mouvement néoconservateur - qui met la démocratie au-dessus de la paix -, né en Amérique en même temps que le reaganisme et sa lutte contre "l'Empire du Mal", a eu pour père spirituel un ancien militant trotskiste, William Kristol. Et son premier parrain politique, le sénateur Jackson, est venu du Parti démocrate. En 1996, Bill Kristol et Robert Kagan affirment, dans un article intitulé "Vers une politique étrangère néoreaganienne", que "les buts moraux et les intérêts nationaux fondamentaux de l'Amérique sont presque toujours en harmonie". Cette réapparition de la morale en politique étrangère vient détrôner la doctrine Kissinger, qui privilégiait jusque-là l'impératif de la paix, toujours fondée sur la diplomatie classique et le maintien de l'équilibre des forces.

En 1997, les néoconservateurs Bill Kristol, Richard Perle et Paul Wolfowitz créent le "Project for the New American Century", destiné à maintenir l'hégémonie américaine sur la planète en empêchant l'émergence de toute puissance rivale et à créer un nouvel ordre mondial fondé sur le consensus moral, quitte à multiplier les interventions militaires en organisant des coalitions ad hoc. C'est le retour d'un wilsonisme particulier, le "wilsonisme botté", pour reprendre la brillante formule de Pierre Hassner.
Aux côtés de ces intellectuels figurent des hommes politiques du Parti républicain comme
Donald Rumsfeld et Dick Cheney. Cette génération et ces idées seront propulsées au sommet de l'exécutif américain lorsque arrive à la Maison-Blanche, en janvier 2001, George W. Bush (qui ne partage pas les vues metternichiennes ou kissingériennes de son père). Mais elles se seront déjà manifestées dans le passage de Madeleine Albright au Département d'État, qui n'a que mépris pour le vieux système onusien interdisant l'ingérence des puissances dans les affaires intérieures des États membres. L'intervention militaire unilatérale de l'Otan au Kosovo foule-t-elle aux pieds la charte de l'Otan (purement défensive) et celle de l'ONU (qui exige un accord du Conseil de sécurité avant de lancer une guerre)? En vraie néoconservatrice qu'elle est, Madeleine Albright n'en a cure, qui souhaite faire prévaloir dans les Balkans sa conception de la justice.

Ce messianisme démocratique se retrouve dans les deux longues guerres que lancera George W. Bush. Je ne compte pas parmi elles la première guerre d'Afghanistan, qui est imposée au président américain par les attentats du 11 septembre 2001: le 7 octobre la guerre commence contre le régime des talibans, qui est chassé de Kaboul le 13 novembre. Ivres d'un succès aussi rapide, les Occidentaux qui organisent une grande conférence sur l'avenir du "Royaume de l'Insolence" à Francfort le 5 décembre 2001, promettent de reconstruire, de démocratiser et de développer l'Afghanistan. Ils confient cette tâche aux soldats de l'Otan, oubliant que le paysan afghan n'a jamais aimé croiser sur ses terres des soldats étrangers en armes. Plutôt que fonder le nouveau pouvoir sur la Loya Jirga (assemblée traditionnelle des chefs de tribu et des oulémas), on prévoit une élection du président au suffrage universel, dans un système à deux tours, qui ne fonctionnera jamais…
C'est le même messianisme démocratique qui fonde l'invasion militaire de
l'Irak de Saddam Hussein en mars 2003: les néoconservateurs siégeant autour de Bush nous expliquent qu'ils vont créer un "Grand Moyen-Orient démocratique", lequel engendrera mécaniquement la paix entre Israël et ses voisins arabes.
L'enlisement de l'Otan en Afghanistan et l'extraordinaire chaos créé en Mésopotamie par l'intervention militaire anglo-saxonne vont sonner le glas de la pensée néoconservatrice aux États-Unis. En adressant un message d'ouverture au peuple iranien et au gouvernement des mollahs deux mois après son investiture, le président Obama montre qu'il n'a strictement rien d'un néoconservateur.
Mais, entre-temps, l'école néoconservatrice américaine a fait des émules en Europe. Au Quai d'Orsay, sous les mandats Sarkozy et Hollande, le réseau des néoconservateurs est devenu si puissant et si bien organisé que leurs collègues diplomates l'appellent désormais "La Secte".

La pensée néoconservatrice, c'est-à-dire la soumission de la politique étrangère à une vision moraliste du monde, va être à l'origine de
la destruction par la France en 2011 du régime Kadhafi en Libye, et de la rupture des relations diplomatiques avec la Syrie en 2012. Notre wilsonisme botté va atteindre un sommet en 2013, lorsque la DGSE livre des armes aux "rebelles modérés" de l'Armée syrienne libre (lesquelles se retrouvent très vite aux mains d'al-Qaida, soit vendues, soit saisies), puis lorsque le président Hollande annonce qu'il va faire la guerre au régime de Bachar al-Assad, avant de renoncer à cause du lâchage des alliés britannique et américain.
Aujourd'hui, la doctrine néoconservatrice a sérieusement du plomb dans l'aile, à Washington, à Londres, à Paris. Les trois puissances occidentales capables moralement et matériellement de se battre outre-mer ne sont plus disposées à le faire que contre leur ennemi principal, c'est-à-dire contre le djihadisme islamiste, qui tue leurs enfants, dans leurs rues. Elles ne veulent plus faire la guerre au nom de la démocratie aux quatre coins du monde. Elles ont renoncé au rêve des néoconservateurs qui, sans en avoir forcément conscience, avaient renoué avec la "mission civilisatrice de la colonisation", chère à Jules Ferry. Elles veulent revenir à la diplomatie classique, qui ne soumet pas le dialogue à la vertu de l'interlocuteur. Elles veulent défendre leurs intérêts, ainsi que la paix dans le monde, à laquelle elles accordent un statut d'intérêt suprême.
Emmanuel Macron n'a pas plus d'affinités électives avec Bachar al-Assad que n'en avait François Hollande. Mais il pense, à raison, que tout processus de paix en Syrie excluant Bachar n'a aucune chance d'aboutir. Et qu'en diplomatie, il faut faire passer l'efficacité avant la leçon de morale.
Paru sur Figarovox, 17 juillet 2017

GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version