Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le rêve évanoui d'un Etat...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le rêve évanoui d'un État-nation kurde
 
FIGAROVOX/CHRONIQUE - Aujourd'hui, les Occidentaux ne peuvent aider à la création d'un État kurde. Ils n'ont plus ni la volonté ni le pouvoir de tracer les cartes de l'Orient compliqué.
 
Au mois de juin 2017, Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan (zone montagneuse de 42.000 km2 au nord-est de l'Irak), a annoncé qu'il tiendrait chez lui, le 25 septembre 2017, un référendum d'indépendance. À mesure qu'approche la date de cette consultation - où le oui à l'indépendance l'emporterait haut la main chez les trois millions et demi d'électeurs convoqués -, les pressions internationales s'accentuent pour que Barzani reporte ou renonce à son projet. Même les grandes puissances les plus amicales à l'égard des Kurdes, comme l'Amérique ou la France, n'y sont pas favorables. "Notre objectif aujourd'hui est de rester concentré comme un rayon laser sur la défaite de Daech, sans que rien d'autre puisse nous distraire", a expliqué, le 22 août, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis. Les forces fédérales de Bagdad et les unités de pechmergas du gouvernement autonome d'Erbil - équipées les unes comme les autres par les Occidentaux - coopèrent efficacement dans la réduction des dernières poches tenues par l'État islamique. Washington n'aurait pas d'opposition de principe à ce que devienne indépendante une région qui s'administre fort bien toute seule depuis 1991, qui a toujours coopéré avec le camp occidental et rejeté le fondamentalisme islamique. Mais le problème est beaucoup plus vaste que cela.
Car les 35 millions de Kurdes (tribus nomades très anciennes des confins de la Mésopotamie et de la Perse, dont le personnage historique le plus célèbre est Saladin) qui vivent au Moyen-Orient sont aujourd'hui dispersés sur les territoires de la Turquie (15 millions), de l'Iran (9 millions), de l'Irak (7 millions) et de la Syrie (3 millions). Et les dirigeants de ces quatre pays sont prêts à utiliser tous les moyens, y compris militaires, pour empêcher la tenue d'un référendum, dangereux précédent à leurs yeux.
 
La question kurde n'est pas nouvelle. Consacré au dépeçage de l'Empire ottoman, défait durant la Première Guerre mondiale, le traité de Sèvres (1920) promet la création d'un État kurde indépendant. On est à l'époque en plein wilsonisme ; le droit des peuples à l'autodétermination est sacré. Mais les victoires militaires d'Atatürk vont bientôt changer la donne. Au traité de Lausanne (1923), qui consacre internationalement la nouvelle Turquie kémaliste, la promesse faite aux Kurdes disparaît.
L'affaiblissement de l'Irak, consécutif à son aventure ratée au Koweït (1990) et à l'invasion anglo-saxonne de 2003, et celui de la Syrie, consécutif aux printemps arabes (2011), ont permis aux Kurdes de ces deux pays de prendre leur destin en main. Dans le nord de la Syrie, les Kurdes progressistes du PYD (Parti de l'Union démocratique) administrent toute une bande de terrain longeant la frontière turque, qu'ils appellent Rojava (l' "ouest" en langue kurde), d'où ils combattent l'État islamique, avec l'aide de conseillers militaires américains.
Mais la Turquie a juré la perte de ces Kurdes, idéologiquement très proches du PKK, le parti kurde autonomiste de Turquie, qu'Ankara qualifie de terroriste. Le président turc Erdogan avait signé une trêve avec le PKK en 2013. Mais, pour des raisons principalement électorales, il l'a rompue en 2015 et a entrepris une politique de terre brûlée dans les bourgades de l'opposition kurde dans l'est de l'Anatolie. C'est à nouveau la guerre à mort entre Ankara et le PKK. Et la Turquie redoute que le Rojava devienne un sanctuaire permanent pour les militants du PKK. Erdogan a envoyé son armée pour enfoncer un coin dans le Rojava, mais il a été aussitôt bloqué par la détermination des Kurdes, diplomatiquement soutenus à la fois par les Américains et… les Russes. Les seuls Kurdes à entretenir de bonnes relations avec Erdogan sont ceux d'Irak, car le gros de leur commerce passe par le territoire turc.
Dans l'ouest de l'Iran, le PKK entretient également un mouvement frère, le Pajak. La Turquie et l'Iran, qui ont soutenu des camps opposés dans la guerre civile syrienne, viennent de faire une alliance militaire, dirigée contre toute velléité d'indépendantisme kurde.
En 2014, après la prise de Mossoul par Daech, les Kurdes connurent la débandade. Mais ils se sont rapidement repris, pour combattre en première ligne les guerriers fanatisés du calife Ibrahim, comme lors du siège de Kobané (septembre 2014-juin 2015).
Recevront-ils, de la part de l'Occident, la récompense d'un État-nation ? Non. Pour trois raisons : les Occidentaux n'ont plus ni la volonté ni le pouvoir de tracer les cartes de l'Orient compliqué, comme du temps de Lloyd George et de Clemenceau ; la Turquie et l'Iran sont des puissances dont on ne peut plus mépriser l'avis ; les Kurdes, très divisés entre eux, n'ont jamais retrouvé un leader à la Saladin, capable de leur ouvrir la voie vers un État-nation…

Paru dans Le Figaro, 29 août 2017
GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version