Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Le déni de la réalité

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Le déni de la réalité
 
Nous assistons à un double déni de la réalité : pour les dirigeants et diplomates français, depuis cinq ans, il n’y aurait pas de solution en Syrie sans la mise à l’écart de Bachar el Assad. Donald Trump, depuis un an, s’imagine pouvoir arrêter la course nord-coréenne aux armements nucléaires, soit par des menaces, soit par des pressions sur la Chine. Français et Américains vivent dans l’illusion. L’armée de  Bachar el Assad vient de libérer Deir el Zor pendant que nous pérorons : il se prépare à reprendre le contrôle de toute la Syrie. Que dirons-nous alors, faute de pouvoir agir ?
Donald Trump se refuse à admettre plusieurs réalités :
- Le régime héréditaire nord-coréen, présidé par Kim Jong-Un, croit que l’arme nucléaire assurera sa survie et lui évitera le sort de Kadhafi ;
- La Chine ne veut pas d’une réunification sous l’égide de la Corée du Sud, qui amènerai un allié des Etats-Unis à sa frontière ;
- La Chine ne veut pas d’un effondrement du régime nord-coréen, qui provoquerait un chaos aux conséquences imprévisibles.

La seule solution consisterait à admettre que le problème nord-coréen doit se résoudre en acceptant le statut de puissance nucléaire pour cet Etat, et des négociations directes entre les dirigeants américains et nord-coréens.
Pour la Syrie également, aussi longtemps que nous ne reprendrons pas des discussions directes avec Bachar el Assad, en constatant qu’il est incontournable, nous en resterons à vaines incantations. Et pendant ce temps, la Russie nous évince de Syrie et compte les coups.

Envoyé par l'auteur, 6 septembre 2017
SALVAN   Jean

Né le 3 mars 1932
Marié (1953) – 5 enfants



Officier, général de corps d'armée


Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
Ecole d’Etat-Major 
Ecole supérieure de guerre (ESG)

Commandant la IVème Région militaire
Général de corps d’armée (1988)
Représentant français auprès du Commandement Centre-Europe de l’OTAN (1986-1988) 
Commandant de la 1ère Division blindée (1983-1985)
Commandant du 3ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine
Professeur à l’Ecole supérieure de guerre

Membre correspondant du Muséum d’Histoire Naturelle en 1964
Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées de droit public
Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (1989-1994) ("Société et Défense") 
Président de l’Union des blessés de la face (les Gueules cassées) (1995-2002)

Ouvrages 
Liban 1978, les Casques bleus de la France (1979) - L’avifaune du Gard et du Vaucluse (1983) -

La paix et la guerre (1992) - Soldat de la guerre, soldat de la paix (2005)

Distinctions
Grand Officier de la Légion d’Honneur
Croix de la Valeur Militaire
Commandeur de l’Ordre du Cèdre du Liban
Croix d’Honneur en or de la Bundeswehr

Plus dans cette catégorie : « Corée : coercition, dissuasion

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version