Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Iran-Amérique

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Iran-Amérique : deux stratégies sans issue
 
CHRONIQUE - Invoquant leur dignité bafouée, les dirigeants iraniens ont eu tort de refuser l'offre de dialogue de Donald Trump. Mais la Maison-Blanche aurait tort de suivre les recommandations extrêmes de John Bolton.
 
Depuis que la victoire de leur allié baasiste dans la guerre civile syrienne est apparue évidente, les gardiens de la révolution iraniens n'ont pas manqué de se gargariser de leur stratégie. Quels progrès la République islamique d'Iran n'avait-elle pas accomplis depuis 1988, date à laquelle, épuisée par huit ans de guerre, elle avait dû accepter un armistice sans bénéfice avec son agresseur, l'Irak de Saddam Hussein ! Il y a peu, les pasdarans se vantaient encore auprès de leurs visiteurs étrangers que la Perse des mollahs avait conquis son accès à la Méditerranée et mis la main sur quatre grandes capitales arabes : Bagdad, Damas, Beyrouth et Sanaa. Ce n'est pas entièrement faux et l'axe chiite est une réalité au Moyen-Orient.
Le militaire qui monte à Téhéran, le général Qassem Soleimani, patron de la Force d'intervention al-Qods, le fer de lance à l'étranger du corps de gardiens de la révolution, a indéniablement accru l'influence régionale de son pays. Tel un bon judoka, l'Iran a su depuis trente ans retourner en sa faveur les attaques, directes ou indirectes, déclenchées contre lui ou contre ses alliés.
 
Sur quatre crises, on peut dresser des constats qui se terminent à l'avantage de l'Iran.
Lorsque les Américains se retirent militairement en août 2010 de l'Irak, qu'ils avaient envahi en mars 2003, c'est pour - bien involontairement - le donner sur un plateau d'argent aux forces politiques chiites pro-iraniennes.
 
Au début de l'été 2015, personne n'aurait parié un kopeck sur le sort du régime laïc de Bachar el-Assad en Syrie, qui a réuni contre lui Turquie, Arabie saoudite, Qatar, États-Unis, France et djihadistes sunnites de l'ensemble du monde arabo-musulman. Damas est à deux doigts de tomber. L'Iran est très préoccupé par son vieil allié syrien, le seul qu'il ait eu lors de la guerre du Golfe de 1980-1988. Le général Soleimani fait alors le voyage de Moscou, pour convaincre Vladimir Poutine d'envoyer un corps expéditionnaire russe en Syrie. C'est chose faite en septembre 2015 et le régime est sauvé.
 
Au Liban, le Hezbollah sort politiquement victorieux des 33 jours de guerre qu'il a faite à Israël pendant l'été 2006. La milice chiite libanaise (fondée par les pasdarans en 1982) n'a bien sûr pas battu militairement l'État hébreu. Mais comme elle a résisté à l'anéantissement que lui promettaient les dirigeants israéliens - une première chez les Arabes -, elle peut proclamer sa "divine victoire". En mai 2008, après une démonstration de force dans les quartiers sunnites de Beyrouth, le Hezbollah va obtenir ce qu'il a toujours recherché : un droit de veto sur toutes les décisions stratégiques du gouvernement libanais.
 
Au Yémen, la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, principal rival régional de l'Iran, piétine ; elle ne parvient pas à reprendre la capitale aux montagnards houthistes, que Téhéran soutient à très peu de frais.
 
Mais à quoi servent à l'Iran ses succès militaires avérés ? En quoi lui profite son "accès à la Méditerranée" ? Quel est le bilan coûts-avantages du fameux axe chiite ? Désormais soumise à un terrible régime de sanctions américaines, l'économie iranienne s'effondre. La population se lasse des aventures extérieures de ses dirigeants. Au demeurant, les prises de guerre ne sont pas si belles : le territoire syrien est ravagé ; la colère populaire gronde dans le port irakien de Bassora, toujours privé d'électricité et d'eau potable ; encouragé par les Émiriens, le sud du Yémen se prépare à faire sécession ; redevenu une place financière, le Liban applique à la lettre les diktats du Trésor américain. À quoi sert de hurler contre Israël, alors que les nations arabes se rapprochent de l'État juif ? À quoi sert une puissance qui n'apporte pas la prospérité à son peuple ?
La stratégie iranienne apparaît de plus en plus sans issue.
 
Invoquant leur dignité bafouée, les dirigeants iraniens ont eu tort de refuser l'offre de dialogue de Donald Trump. Mais la Maison-Blanche aurait tort de suivre les recommandations extrêmes de John Bolton (conseiller à la Sécurité nationale), qui veut asphyxier les Iraniens, pour les forcer à changer de régime. Cela ne se produira pas. Le résultat risque d'être l'inverse : l'éviction du président modéré Rohani, et le couronnement du général Soleimani.
 
L'Iran, dont les élites estudiantines et entrepreneuriales sont prooccidentales, se transformera par la réforme progressive, pas par une nouvelle révolution ou quelque violent changement de régime. Washington semble ne pas l'avoir compris. L'Iran et l'Amérique entretiennent l'un avec l'autre des stratégies sans issue. Tant que se poursuivront ces haines recuites, le Grand Moyen-Orient ne connaîtra ni la stabilité politique ni le retour de la confiance économique, pourtant indispensables au développement harmonieux de la région.

Paru dans Le Figaro, 3 septembre 2018
GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version