Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Trump a la diplomatie de sa...

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Trump a la diplomatie de sa réélection
 
CHRONIQUE - Chine, Corée du Nord, Venezuela... La politique étrangère du président américain ne vise qu'un seul but : obtenir un second mandat en 2020. Rarement dans l'histoire des États-Unis d'Amérique et de la Maison-Blanche une politique étrangère aura été aussi méticuleusement orientée vers un seul but: la réélection du président.
 
Homme pragmatique, Donald Trump ne s'embarrasse pas de grandes idées sur trente-six sujets. Après le résultat mitigé des élections législatives de mi-mandat, le président s'est fixé un objectif prioritaire : il a décidé de ne gaspiller aucune énergie qui ne serve pas la préparation de sa campagne électorale de 2020. Sa stratégie vise à pouvoir remobiliser entièrement sa base électorale de 2016, tout en grappillant quelques voix supplémentaires au centre.
Dans sa tête, son programme électoral est déjà en place. Il repose sur trois concepts simples, qu'il exploitera à l'envi : réélisez-moi car grâce à ma politique intérieure, on n'entre plus sur le territoire américain comme dans un moulin ; grâce à ma politique économique, le taux de chômage n'a jamais été aussi bas ; grâce à ma politique étrangère, le sol américain est sanctuarisé et les intérêts américains sont protégés dans le monde. Sur ces trois sujets, peu importe la vérité des faits : la seule chose qui compte en politique est le ressenti.
Donald Trump tiendra, les 27 et 28 février 2019, un sommet avec le dictateur nord-coréen Kim Jong-un. Le propos du président américain à son nouvel "ami" est simple : renoncez aux armes nucléaires, les sanctions seront levées et vous réussirez aussi bien que les Vietnamiens (que les Américains ne soumettent à aucun embargo d'aucune sorte et qui sont pourtant restés officiellement communistes). Trump a dit qu'il n'était pas pressé. La seule chose qui compte pour lui est que Pyongyang ne reprenne aucun essai balistique ou atomique. Car le message que veut donner Trump à son électorat tient en une phrase : par mon audacieuse diplomatie, j'ai désamorcé une menace nucléaire qui pesait sur le territoire américain. C'est d'autant plus crédible que le premier ministre japonais, Shinzo Abe, s'est mis en tête de proposer Trump pour le prix Nobel de la paix…

Après avoir soufflé le froid sur les Chinois pendant plus d'un an, Donald Trump a décidé ce lundi 25 février de passer à l'air chaud. Il a repoussé aux calendes grecques l'augmentation punitive des droits de douane imposés aux produits chinois de 10 à 25 %, qui devait se faire le 1er  mars. Il a laissé entendre qu'un accord commercial important pourrait sortir de sa prochaine rencontre en Floride avec Xi Jinping. Les Bourses asiatiques et occidentales sont aussitôt repassées au vert, tant elles sont attentives aux ratés du moteur économique sino-américain. Trump était prêt à se brouiller un long moment avec la Chine, mais pas au prix d'une récession économique aux États-Unis, qu'on lui aurait aussitôt imputée.
Appliquant le vieux principe diplomatique qu'on préfère toujours un diable qu'on connaît à un dieu qu'on ignore, Xi Jinping est prêt à jouer la réélection de Trump. Les Chinois sont parfois désorientés par l'imprévisibilité du président américain, mais ils lui reconnaissent un grand mérite: son insensibilité absolue aux questions des droits de l'homme. Pékin est prêt à s'engager à respecter la propriété intellectuelle américaine, et à importer davantage de produits américains, offrant ainsi à Trump une victoire diplomatique qu'il pourra exploiter dans sa campagne.
Les cyberattaques de l'État chinois contre les firmes européennes ne s'arrêteront probablement pas pour autant ; mais Trump n'en a que faire. Il n'a jamais conçu l'Amérique comme une protectrice bienveillante et gratuite des Européens.
Le soudain intérêt de Trump pour le Venezuela est motivé par son désir de gagner davantage de voix chez les électeurs latinos, qui sont souvent socialement des conservateurs et qui détestent le castrisme. Trump, qui n'aime pas la guerre, n'enverra pas les marines "neutraliser" Maduro. Mais il emploiera tous les autres moyens à sa disposition pour le faire partir.

Étant le contraire d'un néoconservateur, Trump estime que les soldats américains n'ont rien à faire dans les bourbiers syrien et afghan, auxquels l'électeur moyen américain ne comprend rien. Il les retirera dès qu'il pourra le faire sans publicité négative pour lui.
Pour ne pas paraître "vendu aux Russes", Trump a renoncé à améliorer les relations Washington-Moscou d'ici à la fin de son premier mandat. De toute façon, Poutine ne l'aide pas beaucoup, comme le montre l'embastillement de l'investisseur américain Michael Calvey, signalant le renoncement des "siloviki" (les hommes responsables des "ministères de force" russes) à installer un État de droit chez eux.
Tout cela fait-il une grande politique étrangère digne de figurer dans les livres d'histoire ? Sans doute pas. Mais, pour l'heure, Donald Trump n'en a cure…

Paru dans Le Figaro, 26 février 2019
GIRARD Renaud

Né le  
 
 




Journaliste, reporter de guerre et géopoliticien français
 
 
Ecole normale supérieure (Ulm)
Ecole nationale d'administration (ENA)
Officier de réserve (après une formation à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr)

 
Grand reporter international et reporter de guerre au journal Le Figaro depuis 1984

 
A couvert la quasi-totalité des grandes crises politiques et des conflits armés depuis trente ans.
Notamment reconnu pour sa couverture des guerres
     à Chypre, en Asie centrale, en ex-Indochine, au Maghreb et au Sahel, dans les Balkans, au Proche et au Moyen-Orient, Afrique subsaharienne, dans le Caucase et en Libye.
Se rend en Afghanistan pour y couvrir la lutte contre les Soviétiques et y rencontre le commandant Ahmed Chah Massoud (années 1980).
En Somalie au moment de l'intervention militaire des États-Unis (1993).
Au Rwanda dès le début du génocide de 1994.
Coincé en Tchétchénie, traverse à pied dans la neige (avec le photographe Olivier Jobard) la chaîne du Caucase vers la Géorgie afin d'échapper à l'Armée russe (hiver 1999-2000)
Au Venezuela pour y couvrir le référendum sur la modification de la Constitution et passe plusieurs jours au contact d'Hugo Chavez, le chef d’État vénézuélien (2007)
A nouveau en Somalie puis en Égypte au Caire au moment du renversement du Président Mohamed Morsi, évènement qu'il a couvert pour Le Figaro (2013)
Se rend dans la bande de Gaza pour y couvrir le conflit entre Israël et le Hamas (2014)
En Libye, (2011, 2013 et 2015)
En République Démocratique du Congo où il rencontre Moïse Katumbi, alors gouverneur de la province du Katanga (2015)
 

Conférencier et médiateur international
Professeur de stratégie, de géostratégie et de relations internationales à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)
Membre du Comité de rédaction de la Revue des deux Mondes, éditorialiste à Questions Internationales
Auteur de livres sur le Moyen-Orient, le Pakistan et l'Afghanistan et d'essais sur les relations internationales, a également développé sa propre théorie géopolitique
 
 
Ouvrages
Pourquoi ils se battent ? : Voyage dans les guerres du Moyen-Orient (2005) Prix Montyon de l'Académie française
La guerre ratée d'Israël contre le Hezbollah (2006)
Retour à Peshawar  (2010)
Le Monde en marche (2014)
Que reste-t-il de l'Occident ?, avec Régis Debray (2014)

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version