Logo
Imprimer cette page

Hong Kong

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
Hong Kong      
                      
Ce qui se passe à Hong Kong est préoccupant.
Pas seulement sur le plan politique, et pas seulement sur celui asiatique : la tentative est violente ; deux aspects sont en péril : le respect des engagements internationaux et les valeurs de la démocratie. Du moins dans sa conception occidentale. Cela dévoile assez brusquement la face cachée des ambitions de la République Populaire de Chine, ainsi que le mépris illimité qu'elle peut nourrir sur l'organisation des relations mondiales telles que concoctées par les Occidentaux.
 
Les Etats de l'Union Européenne, avec perspicacité, dans une période très offensive de "sinisation intelligente et pacifique" devraient peut-être mieux calibrer leurs réactions et leurs politiques extérieures, lesquelles, sans être agressives devraient être plus éclairées vis à vis des intrusions chinoises. L'obsédante balance commerciale n'est pas tout.
L'affaire n'est sans doute qu'à son début, et n'est pas nouvelle, même si le projet de texte prévoyant l'extradition en Chine des récalcitrants est "suspendu" et si Pékin (Beijing) et madame Lam (chef de l'exécutif HK) ont fait machine arrière. Respectant la fin de leur "bail emphytéotique de 100 années", les Britanniques ont cédé la place à la République Populaire en 1997. Abandon déchirant s'il en fût, mais amorti, au terme de laborieuses négociations par la garantie pour 50 ans – jusqu'en 2047 – du principe "Un pays (la Chine), deux systèmes", immuable, co-rédigé et signé. L'autonomie de la Cité (dans son intégralité), les libertés fondamentales des citoyens, les atouts commerciaux sont garantis et intouchables, pour encore un demi-siècle. Au début de l'arrangement, tout fut harmonieux et "rien n'était changé". Mais d'année en année, les craintes d'une reprise en main intrusive s'avèrent fondées : peu à peu l'empreinte de Pékin est plus lourde sur la liberté d'expression, de la presse, le contrôle des opinions, certains détails de la vie quotidienne ; l'étau autoritaire s'est infiltré et tend à se refermer.
Or, les Hong Kongais tiennent à leur statut particulier, à l'entretien de leur différence : cet inimitable mélange de mœurs britanniques et d'habitudes cantonaises. Déjà dès 2011, des protestations se sont élevées, puis en 2014 la révolte des parapluies secoua la Région autonome de manière durable. Et maintenant, cette tentative Faire peur, en menaçant d'extradition vers le continent tout opposant ou supposé tel. On connaît la tactique : on s'empare de l'intéressé, le tient au frais quelques temps, avec un éventuel simulacre de procès, et puis... pouf... plus rien, plus personne... Mais avec les étudiants et les cols blancs de Hong Kong, ça ne marche pas : ils connaissent leurs droits, leur particularité, l'Habeas Corpus et the Bill of Rights.
 
Le bras de fer n'est pas près de se terminer. Certes Pékin (Beijing), Monsieur Xi et son Parti ont reculé. Quelques tentatives de lois répressives ont déjà été annulées – ou du moins suspendues – plusieurs fois. Et puis, il ne faut pas chercher de noises en ce moment, car la situation intérieure n'est pas aussi idyllique qu'il y paraît : dans certains secteurs la mirobolante croissance patauge, certaines initiatives font des flops, et même à l'intérieur du Parti, des discordances existent peut-être.
Néanmoins, Hong Kong est dans le schéma de recouvrance des territoires et espaces périphériques : c'est clair et clairement annoncé ; il faut laver les vexations et démembrements infligés par l'Occident. Déjà, les Portugais ont rendu Macao depuis longtemps, et la RPP en a fait le plus grand casino du monde. Las Vegas est une cambuse à côté. Maintenant il s'agit de re-inclure Hong Kong dans le giron continental et juridique. Bientôt ce sera le tour de Taïwan toujours considérée comme la "22ème Province" et dont l'apparente indépendance reste fragile. Il y a aussi les littoraux, la mer de Chine, dont la définition territoriale est à revoir, avec des emprises de plus en plus importantes. Le Président Xi et son entourage comptent mener à bien tout cela pour le Centenaire de la République Populaire, soit en 2049, dont les grandioses commémorations sont déjà en préparation.
Si 2 millions de Hong Kongais et plus envahissent les rues, si la révolte de la jeunesse gronde sur Nathan Road, on fera le gros dos, on attendra... mais l'objectif d'intégration restera sans doute vivace.
L'infiltration économique et culturelle ayant été habilement menée à bien pendant 50, 60, 70 années, les Nouvelles Routes de la Soie ayant suffisamment contribué à siniser l'Europe, n'y a-t-il pas quelque risque à se laisser circonvenir sourire aux lèvres ? Le Majong remplaçant la belote et le bol de riz le cassoulet ?
A Hong Kong, en 1894, Alexandre Yersin isola le bacille de la peste : Yersinia pestis

Envoyé par l'auteur, 20 juin 2019
THIBAUT Francoise

Née à Paris

 
Essayiste, historienne
  

Professeur des Universités 
     (Paris II et XI, Besançon, Poitiers, Montréal, Varsovie, Beyrouth, NUS Singapour, Adélaïde, South Australia) (continument depuis 1990 pour des missions)
     (Droit international, procédures européennes et internationales, droit public français, science et sociologie politiques …
Professeur
     à l’Ecole Militaire Spéciale de Saint Cyr-Coëtquidan (1993-1997)
     à L’Ecole Supérieure de la Gendarmerie nationale (Melun) (pendant 14 ans)
 
Membre correspondant de l’Institut de France (Académie des Sciences Morales et Politiques)
Membre de l’Association française de droit constitutionnel(AFDC)
Ex Chargée de mission auprès  du Secrétariat d’Etat à l’enseignement supérieur
 
Chroniqueuse pour Canal Académie : plus de 100 émissions 
     Principalement consacrées à
     La Zone Pacifique, Asie du Sud Est, Japon, Singapour, Australie et Nouvelle Zélande
     L'histoire des découvertes, navigateurs et naturalistes (devenus académiciens)
     L'économie et socio-politique contemporaines
     Le 1er Empire français (avec Jean Tulard)
 
Ouvrages
Le virtuel et l’archaïque (1990)
Voies de passage et communications internationales (Ellipse) (1991)
Le cinéma de Louis Malle, une permanente transgression (Presses Univ. d’Aix–M.) (1994)
Métier militaire et enrôlement citoyen (PUF) (1998)
Le Japonais chante tous les matins (Publibook) (2005)
La Finlande, politique intérieure et neutralité active (LGDJ) (épuisé- non réédité)
 
Distinctions
Chevalier de la Légion d’honneur
Chevalier des Palmes académiques

Dernier de THIBAUT Francoise

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.