Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (414)

La roche Tarpéienne est proche du Capitole   Il y a huit ans le monde entier célébrait le retour du Messie sur terre. "Un enfant nous est né, un fils nous est donné" psalmodiait toute la presse à l’unisson des anges dans le ciel. Un certain Barak Obama venait en effet d’être élu à la Présidence des Etats-Unis et la terre allait connaitre une période de paix et de prospérité sans précédent dans l’histoire. Reconnaissant la qualité exceptionnelle de cette créature quasiment divine, la fondation Nobel lui attribuait immédiatement le prix Nobel de la Paix, avant même que l’élu (au sens biblique du terme cette fois) ait fait quoique ce soit. Huit ans après, notre héros, notre nouveau Salomon, quitte la Présidence des Etats-Unis dans un mélange d’indifférence (aux USA) et de soulagement de la part de la plupart des alliés historiques des Etats-Unis.   La question que je veux traiter…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Le multilatéralisme, le grand défi pour 2017   Toute la grande histoire diplomatique du XXe siècle se confond avec le long effort des hommes de bonne volonté pour construire un multilatéralisme qui fonctionne dans les relations internationales. Après le suicide européen de la Première Guerre mondiale - provoqué par une réaction en chaîne sur des alliances militaires bilatérales -, la SDN de Genève avait suscité un immense espoir. Il fut vite déçu, après que le Sénat américain eut refusé la ratification du traité de Versailles et donc l’adhésion de la première puissance mondiale au nouveau système diplomatique multilatéral. Il fallut le traumatisme supplémentaire de la Seconde Guerre mondiale, puis l’édification de l’ONU par les puissances victorieuses pour que le multilatéralisme s’impose enfin dans les relations internationales. Ce dernier a incarné une triple avancée en diplomatie. Il donne du temps à la décision, temps qui permet de laisser retomber la fureur des…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Etats-Unis : les vraies raisons de l’expulsion des diplomates russes   Le président américain Barack Obama a ordonné vendredi 30 décembre l'expulsion de trente-cinq diplomates russes accusés d'être des "agents de renseignement" de Moscou en poste à l'ambassade de Russie à Washington et au consulat russe de San Francisco. Sans apporter de détails, la Maison-Blanche les accuse d'avoir "agi d'une manière qui ne correspond pas à leur statut diplomatique" et leur a donné 72 heures pour quitter le pays. Par ailleurs, le département d'Etat a décrété la fermeture de deux bâtiments appartenant à la Russie dans les Etats du Maryland, près de Washington, et de New York, au motif qu’ils étaient "utilisés par des responsables russes à des fins de renseignement".   Harcèlement ou cyberattaques ? Que reprochent les Etats-Unis à la Russie ? La Maison-Blanche a précisé que ces représailles constituaient "une réponse au harcèlement croissant, ces deux dernières…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Poutine, la Russie et l’Orient   Le 20 décembre 2016 à Moscou, les ministres des affaires étrangères de la Russie, de l’Iran et de la Turquie se sont réunis et ont réglé entre eux le problème syrien, en précisant "beaucoup de joueurs extérieurs ont essayé d’utiliser (le printemps arabe) à leur avantage, dans le but de changer le régime… avant une prise conscience… la priorité n’est pas le changement de régime mais la lutte contre le terrorisme…". On ne peut imaginer un pire camouflet envers les initiatives de l’ONU, des Etats-Unis, de la France : depuis cinq ans, nous avons tout faux, et nous avons gâché tous nos atouts. Soyons clair : c’est la stratégie mise en œuvre depuis quatre ans par Poutine, dans le cadre de traditions centenaires, qui l’a emporté. Il est consternant de constater comment nos dirigeants se trompent sur Poutine - trop souvent présenté comme un petit lieutenant-colonel…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Nous entrons dans un monde nouveau   Quand l'ambassadeur de France à Washington, dépité, tweete après l'élection de Donald Trump : "un monde s'effondre devant nos yeux", c'est "la fin d'une époque, celle du néolibéralisme", il contrevient certes aux usages diplomatiques, mais il dit la vérité. Un monde nouveau était né en 1945 , qui devait devenir bientôt celui de la guerre froide : une confrontation idéologique sur fond de menace nucléaire ; les États-Unis et l'URSS ont su heureusement éviterun affrontement majeur. Le monde a connu un premier grand changement avec la fin du communisme en 1990. Il vient d'en connaître un second. Ivres de leur victoire sur le marxisme, les cercles dirigeants américains ont, après la chute du rideau de fer, rêvé de la "fin del’histoire" par le triomphe universel de la démocratie libérale et du libéralisme économique. C'est là l'émergence de l'école néo-conservatrice (qu'on peut aussi bien…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
2016, l’année de toutes les surprises   Il serait excessif de qualifier 2016 d’ "année terrible", comme l’avait fait Victor Hugo pour parler de 1871, marquée par l’occupation allemande et la Commune. Mais 2016 fut si riche en événements imprévus qu’on peut la qualifier d’année de toutes les surprises. La première surprise a été le Brexit. Par leur vote au référendum du 23 juin 2016, les électeurs britanniques ont décidé de mettre un terme à 43 ans d’adhésion de leur pays à l’Union européenne. Cela fait planer la menace d’un détricotage progressif de l’UE. Le résultat de ce vote est avant tout l’expression d’une révolte du peuple britannique contre ses élites, phénomène désormais commun à toutes les nations occidentales. Comme l’a bien décrit le géographe Christophe Guilluy, la mondialisation fait monter les inégalités et crée une division sociale et territoriale au sein des sociétés occidentales entre, d’une part, quelques métropoles…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Mossoul et Alep Dans Le Point du 8 au 14 décembre dernier, Bernard Henry Lévy se félicitait de la façon dont les alliés menaient les combats destinés à libérer Mossoul : les avions occidentaux n’effectueraient que des frappes chirurgicales et les pertes civiles seraient uniquement dues aux tirs des membres de Daech. Plus rien ne peut nous étonner de la part de l’expert qui se réjouissait du démembrement de la Serbie- notre alliée au cours des deux derniers conflits mondiaux, de la libération du Kosovo –en fait livré aux mafias et aux Islamistes- de la fin de Kadhafi, etc... Cela  dit, pour qui a participé à des combats de rue,  il est évident que la population souffre lors d’une guerre qui se déroule dans une cité, que ce soit Stalingrad en 1942, ou Caen en 1944. Quels que soient l’entraînement et les bons sentiments des soldats, il y a des pertes…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
La libération d’Alep   L’indignation unanime des médias et des politiques devant la libération d’Alep est quand même étrange ; croyaient-ils sincèrement que les rebelles allaient l’emporter ? Maintenant on peut espérer un règlement politique de ce conflit qui dure depuis cinq ans ; il est vrai qu’il faudra que Bachar soit à la table des négociations. La durée du conflit et la résilience de l’armée syrienne montrent à l’évidence qu’un bonne part de la population syrienne, probablement une majorité, ne souhaite pas le remplacement du régime alaouite par une prise de pouvoir inéluctable des islamistes, Remarquons aussi que toutes les informations viennent d’une officine pro-rebelles installée à Londres et qu’il faudrait écouter d’autres récits. Voilà ce qu’écrit un chrétien dans le bulletin de "SOS Chrétiens d’Orient" : "Entre les bombardements des islamistes et les balles de leurs francs tireurs, Alep est devenue un enfer. Même chez eux les Aleppins ne sont pas à…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Écologie : imiter les Japonais ou les Mayas ?   La nomination probable de l’ancien patron d’ExxonMobil comme chef de la diplomatie américaine préfigure-t-elle l’abandon prochain de toute coopération environnementale internationale par les États-Unis ? Non. Car Donald Trump, depuis son élection, a changé de discours sur l’environnement. Il a reconnu la réalité de l’impact de l’activité humaine sur le réchauffement climatique ; il a annoncé qu’il respecterait les accords de Paris (COP21), "dans la mesure où ils ne nuiront pas à l’emploi américain". C’est la preuve que la conscience écologique a progressé, même aux États-Unis. Il est désormais possible de dessiner les contours d’une diplomatie environnementale efficace.   Il faut bien sûr continuer à imposer des réductions parallèles d’émission de gaz à effet de serre. Cela passe par une triple action : rénovation thermique du bâtiment, réforme de la mobilité, verdissement de l’activité économique. La rénovation thermique consiste à rénover les bâtiments existants et…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version