Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (552)

Vers une quatrième guerre du Golfe ?   Les États-Unis poursuivent leur étranglement économique de l’Iran. L’idée est d’empêcher la Perse d’exporter son pétrole dans le monde, alors qu’il s’agit de sa première ressource budgétaire. Le 23 avril 2019, Donald Trump a annoncé que ne seraient pas renouvelées au mois de mai les dérogations (waivers) accordées à la Chine, à l’Inde, au Japon, à la Corée du Sud, à Taïwan, à la Turquie, à l’Italie et à la Grèce. Le 4 novembre 2018, le président américain avait interdit, sous peine de sanctions, aux entreprises pétrolières du monde entier d’acheter du pétrole à l’Iran, mais il avait accordé des dérogations aux huit pays qui étaient à l’époque les plus gros importateurs de brut iranien. La date du 4 novembre n’avait pas été choisie au hasard : c’est le jour anniversaire du début de la prise d’otages à l’ambassade américaine de Téhéran par…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
De la chine (4) … et Taïwan ?                Le Président Xi a peut-être vu Les 55 Jours de Pékin, film de Nicolas Ray dans lequel Ava Gardner se meurt d'amour pour le vaillant soldat US Charlton Heston et où le britannique ambassadeur David Niven met en déroute, presque à lui tout seul, les vilains Chinois. Il a peut-être aussi lu dans sa jeunesse Quand la Chine s'éveillera, ou bien encore Pearl Buck ou Lucien Bodard, ce grand nostalgique de son enfance au Sechuan… enfin tout ce folklore occidental qui nourrit nos fantasmes orientalistes, y compris Ségalen et les terrifiants reportages sur la Chine de Mao . De quoi, sans doute, nourrir pendant des siècles un solide esprit de revanche.   Taiwan, cette belle île, instablement volcanique, plantée à moins de 150 kilomètres en face des grandes villes de Fuzhou, Quanzhou ou Xiamen (nord de HongKong) en Chine continentale, vit, coincée entre…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Ces peuples musulmans contre l’islamisme   CHRONIQUE - Au Soudan, en Iran, en Égypte... On assiste de plus en plus à l’émergence de sociétés civiles qui rejettent désormais l’instrumentalisation de l’islam par leurs dirigeants politiques.   Dans ce grand mouvement de protestation du peuple soudanais contre la dictature militaire en place depuis trente ans, une scène étonnante eut lieu ce vendredi 12 avril 2019 à Khartoum. En milieu de journée, la foule rassemblée devant le quartier général de l’armée soudanaise voulut faire, comme il se doit dans un pays musulman, sa grande prière du vendredi. Mais les protestataires craignaient que l’armée profitât de ce moment de recueillement pour les disperser. Alors, les protestataires coptes (ces chrétiens représentent tout au plus 3 % de la population de la capitale) constituèrent une immense chaîne en se tenant la main, pour dessiner une sorte d’enclos humain autour du sit-in, afin de protéger de toute…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Raminagrobis   La saga de Donald Trump s’est enrichie de deux épisodes que nous, Européens, devrions prendre en considération : le Procureur Mueller n’a pas constaté de collusion entre l’équipe électorale de Donald Trump et Moscou. Depuis le président Américain a offert le plateau du Golan à Israël. Maintenant que l’hypothèque russe est levée, il est bien évident que Trump ne va pas pour autant pouvoir se rapprocher de Moscou et va devoir continuer à réchauffer la guerre froide.   Pour ce qui est du Golan, occupé en 1967 et annexé en 1981, cette annexion n’a jamais été reconnue par l’ONU ni la communauté internationale. Dans ces conditions on ne voit pas comment on va pouvoir reprocher à Poutine l’annexion de la Crimée qui apparaît autrement légitime. Le Golan, pris à la Syrie n’a plus grande importance stratégique mais est le château d’eau de la région où l’eau est la richesse…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Faut-il avoir peur de la Chine ?   Faut-il avoir peur de la Chine ? C'est la grande question géopolitique que vont se poser les chancelleries européennes pendant les trente prochaines années. En 2049, les Chinois fêteront le centième anniversaire de la prise de pouvoir du Parti communiste. Son chef, qui est aussi le président à vie du pays, a déclaré qu'à cette date la Chine serait devenue la première puissance du monde. Une fois qu'elle se fut débarrassée des entraves à son développement constituées par les ingérences étrangères puis par l'idéologie collectiviste, la population chinoise, si nombreuse et si industrieuse, devait tout normalement filer vers le sommet mondial. La question est désormais de savoir ce que les Chinois feront de leur puissance.   Ils protestent qu'ils n'ont jamais été des conquérants et que la Chine ne s'est jamais comportée en puissance impérialiste outre-mer, à la différence des Occidentaux. Durant…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
De la Chine (3)    Visible et Invisible   Les Livres Blancs de Monsieur Xi – en 2017 – et leurs projets de long terme, l'exposé de l'inaltérable progression de l'OBOR, les lénifiantes affirmations de "main tendue" furent un enchantement, dignes des plus beaux opéras traditionnels. Ensuite, 2018 nous offrit quelques sujets de fierté (les villes nouvelles, telles Rongcheng), un bienveillant tutorat auprès de la Corée du Nord dans ses tumultueuses relations avec la présidence nord-américaine et quelques perplexités relatives aux droits humains, à la sauvegarde de l'environnement et à l'emprise sur la Mer de Chine. Soudain 2019 s'ouvre sur 2 coups de tonnerre : la "petite phrase" du Président XI, à l'adresse de Taïwan et de la communauté internationale toute entière lors de son discours solennel du 2 Janvier "...la Chine doit être réunifiée ... " ; le lendemain 3 janvier, la divulgation de l'arrivée sur la face cachée de la Lune d'une sonde…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Bouteflika, symbole du mal-être de l'Algérie   Dans les traditions du Maghreb, le chiffre 5 est censé porter bonheur. Les mères bénissent leurs enfants les doigts grands ouverts au-dessus de leurs têtes, ou leur accrochent autour du cou des pendentifs en forme de main. En Algérie pourtant, depuis quelques jours, des manifestations vouent aux gémonies ce chiffre 5. Le porte-bonheur est devenu symbole du malheur algérien. Du mal-vivre de tout un pays gangrené par une démographie exubérante, la corruption endémique, l'aliénation à une économie de rente, fondée sur les deux seules richesses du pays, le pétrole et le gaz. Le chiffre 5, comme le 5e  mandat présidentiel que s'apprête à solliciter un Bouteflika moribond, momie mutique, passant sa vie de pantin désarticulé entre Alger et Grenoble, où réside son médecin traitant. Bouteflika a symbolisé à son avènement la fin de la guerre civile des années 1990 et la défaite improbable des islamistes. Bouteflika incarne…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Trump a la diplomatie de sa réélection   CHRONIQUE - Chine, Corée du Nord, Venezuela... La politique étrangère du président américain ne vise qu'un seul but : obtenir un second mandat en 2020. Rarement dans l'histoire des États-Unis d'Amérique et de la Maison-Blanche une politique étrangère aura été aussi méticuleusement orientée vers un seul but: la réélection du président.   Homme pragmatique, Donald Trump ne s'embarrasse pas de grandes idées sur trente-six sujets. Après le résultat mitigé des élections législatives de mi-mandat, le président s'est fixé un objectif prioritaire : il a décidé de ne gaspiller aucune énergie qui ne serve pas la préparation de sa campagne électorale de 2020. Sa stratégie vise à pouvoir remobiliser entièrement sa base électorale de 2016, tout en grappillant quelques voix supplémentaires au centre. Dans sa tête, son programme électoral est déjà en place. Il repose sur trois concepts simples, qu'il exploitera à l'envi…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
L'Amérique, ex-leader du monde libre   Merkel et Macron ne se trompent pas sur Trump : ils le savent déterminé à appliquer en politique étrangère une stratégie fruste capable de lui apporter sa réélection.   Dans son allocution du 16 février 2019 à la Conférence de sécurité de Munich - qui est aux questions stratégiques internationales ce que le forum de Davos est aux questions économiques internationales -, le vice-président des États-Unis a affirmé que son pays était plus fort que jamais, et qu'il demeurait le leader du monde libre. Phénomène jamais vu, les Européens de l'Ouest présents dans la salle s'abstinrent de l'applaudir. Deux jours auparavant, à Varsovie, lors d'un sommet visant à rapprocher Israël et trois pétromonarchies du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis) au nom de leur détestation commune de l'Iran, Mike Pence avait usé d'un ton paternaliste pour s'adresser à la France, à la Grande-Bretagne et…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version