Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (492)

Syrie : "Pour peser, la France doit s'affranchir de l'alliance atlantique"   Alors que la Maison-Blanche a engagé contre la Syrie et les Russes une rhétorique particulièrement belliqueuse, Mezri Haddad implore la France de résister à la tentation de rentrer dans une guerre dont les enjeux ne semblent profiter qu'aux États-Unis.   "La première victime de la guerre, c'est la vérité", disait Kipling. Si toutes les guerres sont par définition même sales et destructrices, celle qui a été livrée à la Syrie, et que certains veulent relancer et porter à son paroxysme aujourd'hui, est particulièrement nauséabonde, injuste et absurde. Elle restera dans les annales des grands conflits mondiaux, avec néanmoins ce constat hallucinant : si la dernière guerre mondiale a opposé les démocraties aux totalitarismes, les valeurs humanistes à l'abjection nazie, celle dont on parle aujourd'hui a réunie dans une même coalition la barbarie et la civilisation, le monde dit…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Russiagate : les poupées russes de la conspiration   Note à l’attention du lecteur : considérant que Donald Trump était un électron libre et Hillary Clinton une va-t-en-guerre, l’auteur de ces lignes a recommandé en novembre 2016 aux Américains de s’abstenir (sans se faire d’illusion sur le résultat) afin de provoquer une crise constitutionnelle qui redonnerait au peuple le pouvoir que jadis Abraham Lincoln lui promit.   Russiagate est une succession d’évènements qui s’emboîtent les uns dans les autres, et débouchent sur une conspiration. C’est l’illustration du mépris d’une élite pour la démocratie et de la politisation des services secrets américains. En poursuivant les rêves des Paul Wolfowitz, William Kristol et autres Robert Kagan, des hommes politiques comme John McCain, Lindsey Graham, John Bolton et bien d’autres précipitent le déclin d’une nation qu’ils considèrent exceptionnelle. Cette affaire Russiagate est non seulement désastreuse pour les Américains qui dans leur ensemble n’ont pas conscience…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
"Les Russes ne sont pas responsables de tous nos maux !"   Les Occidentaux sont paranoïaques quand ils croient que la Russie est à l'origine de leurs grands maux politiques actuels, alors qu'elle se contente d'appuyer là où ça fait déjà mal.   L'affaire Skripal - empoisonnement par arme chimique en Angleterre d'un ancien agent double russe, ayant fait des victimes collatérales - n'a-t-elle pas provoqué, par un effet de boule de neige, une forme d'hystérie antirusse en Occident ? On peut se poser la question à la lecture d'un éditorial du grand quotidien espagnol El Pais. Il s'inquiète de la perspective de la constitution, "sous l'égide de la Russie", d'un "Parlement européen antieuropéen", à l'issue du scrutin de mai 2019, qui pourrait "entraîner cinq ans de chaos à Bruxelles". Selon le journaliste madrilène, le "dispositif technologique d'ingérence" russe, par le passé, "a contribué à déstabiliser, entre autres, le Royaume-Uni du Brexit, l'Italie de la Ligue du…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
"Cet Occident qui trahit ses amis en Orient"   Selon le chroniqueur, il faut continuer à soutenir nos alliés kurdes des YPG (Unités de protection du peuple). Non par idéalisme, mais par réalisme.   Jusqu'où l'Occident ira-t-il dans son lâchage des Kurdes de Syrie face à l'ogre islamiste turc ? Le 18 mars 2018, l'armée turque, appuyée par des éléments rebelles syriens pour la plupart islamistes, a pris, au nord-ouest du territoire syrien, la ville d'Afrine, qui avait été pacifiquement administrée par le mouvement kurde YPG (Unités de protection du peuple) depuis 2012. Dans les cartes du mandat français en Syrie (qui s'exerça entre les deux guerres mondiales), Afrine est décrite comme de peuplement kurde à 90 %. L'attaque turque, précédée de bombardements de terreur visant la population civile, a provoqué la fuite de plus cent mille personnes. De nombreuses exactions ont été commises par les rebelles syriens, notamment contre les éléments…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Bonjour Magistro a été accidenté... Désolé !
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Chine : la rénovation stratégique et militaire   Le 19e congrès du Parti communiste chinois consacrera le pouvoir sans partage du Parti communiste chinois sur toutes les institutions, notamment l'armée.   Le mercredi 18 octobre 2017, s'ouvrira à Pékin le 19ème congrès du Parti communiste chinois. C'est l'événement phare de la politique dans l'empire du Milieu. Ce Congrès consacrera le pouvoir sans partage du président Xi Jinping sur toutes les institutions chinoises et lui offrira la perspective d'un mandat supplémentaire de cinq ans à la tête du pays, voire de deux s'il parvient à faire changer les règles. Une fois n'est pas coutume, un grand nombre de nominations et de décisions stratégiques, qu'on ne connaît pas encore, seront avalisées par ce congrès. Il réunit 2 270 délégués, élus par les structures du parti, provinciales, municipales ou au sein des forces armées.   Dès son arrivée au poste suprême de président de la Chine en…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand la tentation indépendantiste se fait plus forte que l'appartenance nationale…   Les Catalans comme les Kurdes préparent leur indépendance. Chacun croit son heure arrivée grâce à des boulversements mondiaux ou régionaux.   Ils ne se connaissent pas. Ils ne sont pas du même pays ni du même continent ; ne parlent pas la même langue et n'adorent pas le même dieu. Pourtant, ils ont le même rêve : devenir une nation, et ils usent du même mot magique, référendum. Les Catalans comme les Kurdes préparent dans la fièvre leur émancipation nationale, suscitant les mêmes réactions outragées des Etats-nations auxquels ils appartiennent encore. Mais l'Espagne est une démocratie et il est toujours difficile à une démocratie d'interdire un vote. Mais les Kurdes sont éclatés - et parfois opposés - entre ceux qui habitent l'Irak, la Turquie ou l'Iran, la Syrie. Dans les deux cas, les indépendantistes se réfèrent au principe des…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Le déni de la réalité   Nous assistons à un double déni de la réalité : pour les dirigeants et diplomates français, depuis cinq ans, il n’y aurait pas de solution en Syrie sans la mise à l’écart de Bachar el Assad. Donald Trump, depuis un an, s’imagine pouvoir arrêter la course nord-coréenne aux armements nucléaires, soit par des menaces, soit par des pressions sur la Chine. Français et Américains vivent dans l’illusion. L’armée de  Bachar el Assad vient de libérer Deir el Zor pendant que nous pérorons : il se prépare à reprendre le contrôle de toute la Syrie. Que dirons-nous alors, faute de pouvoir agir ? Donald Trump se refuse à admettre plusieurs réalités : - Le régime héréditaire nord-coréen, présidé par Kim Jong-Un, croit que l’arme nucléaire assurera sa survie et lui évitera le sort de Kadhafi ; - La Chine ne veut pas d’une réunification sous l’égide de la Corée du Sud,…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Corée : ne pas confondre coercition et dissuasion   La crise coréenne ne peut plus être résolue par une intervention militaire, qui ne pourrait être que nucléaire et donc apocalyptique, mais uniquement par la négociation.   Le niveau de technologie nucléaire atteint par la Corée du Nord ne permet plus de l’attaquer militairement sans qu’elle déclenche le feu nucléaire sur son assaillant ou son voisin du Sud, même si les arguties sur ce niveau-puissance de ses bombes, leur miniaturisation, précision des porteurs balistiques- cherchent à occulter le fait que la dissuasion nucléaire "du faible au fort" s’applique désormais inéluctablement. Kim Jong Un a parfaitement intégré ce concept que, encore aujourd’hui, certains stratèges ne semblent pas avoir assimilé. Alain Peyrefitte dans son œuvre magistrale "C’était de Gaulle" rapporte comment le Général lui explique après l’explosion de la première bombe atomique française, qui n’était encore qu’une bombe A, le principe de la dissuasion :…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version