Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (502)

'Financial Art' : le XXe siècle s'achève avec la Très-Grande-Crise (...) (site endommagé en 2013) de la "com" née du concept d' "Art contemporain", ce produit dérivé savamment élaboré en réseau, est en train de connaître le même destin que les autres produits dus à la créativité financière de New York, Shanghai et Londres. La Première Guerre mondiale avait mis fin au XIXe siècle. Le XXe siècle se termine avec la "Très-Grande-Crise", ce krach financier qui affecte toute la planète. Une époque s'achève, y compris dans l'art. Signes des temps : morbidité et visions sans espoir En France on a vu la même année, dans les lieux de prestige et de pouvoir, apparaître des icônes funèbres de la grande catastrophe humaine, intellectuelle et artistique : un squelette à Versailles de quinze mètres de long dans la cour d'honneur ; une accumulation de pierre tombales signée Yann Fabre au Louvre ; deux stèles…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Quelques réflexions sur les combats à Gaza Les combats qui se déroulent à Gaza depuis le 27 décembre 2008 sont un nouvel exemple du gâchis provoqué par des conceptions erronées dans les deux camps qui s'opposent. A l'origine du Hamas, il y a des apprentis sorciers israéliens, dont Sharon, qui voulaient casser le Fatah, mouvement plutôt laïque : beau résultat ! Les tirs de roquettes et d'obus de mortiers se multipliaient depuis la fin de la trêve décidée par le Hamas, qui pensait pouvoir bénéficier de l'impunité en période électorale israélienne et avant la prise de fonction de Barak Obama : le Hamas connaît aussi mal les Israéliens que les Américains, et il a provoqué l'intervention armée israélienne au pire moment, car la population gazaoui est lasse. Les Israéliens ont refusé de traiter en temps utile, arguant du caractère terroriste du Hamas. Mais les résistants français furent eux aussi qualifiés de terroristes de 1940…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Gaza : la trahison des clercs (...) (site endommagé en 2013) Bien plus que le spectacle tragique des enfants déchiquetés et des familles décimées, c'est le mutisme, en France, des archanges de la liberté et des droits de l'homme qui est incompréhensible et insupportable. On les a vus se mobiliser pour les Tchétchènes ou pour les Bosniaques - ce qui est bien louable -, mais pourquoi se taisent-ils sur le massacre quotidien de populations civiles palestiniennes ? Pourquoi ne dénoncent-ils pas, avec la même ardeur humaniste et la même prise de conscience, les actes criminels de l'armée israélienne à Gaza ? Les centaines morts, pour la plupart des civils, et les milliers de blessés sont-ils des êtres inférieurs ou n'appartiennent-ils pas à cette humanité si chère aux universalistes, pour que la campagne de punition collective dont ils sont victimes aujourd'hui soit traitée avec autant d'indifférence ? Et, plus graves que l'omerta, les…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Défendre la loi naturelle    l'Église est plus que jamais le seul point de repère qui reste. "Experte en humanité", ainsi que le disait le pape Paul VI, elle rend un insigne service à l'humanité en proposant aux hommes de bonne volonté, quelles que soient leur culture ou leur religion, une réflexion cohérente sur l'homme, sa place dans la Cité, son lien avec la morale. Et elle le fait non pas pour brider sa liberté, contrairement à ce que clament les imbéciles, mais pour l'orienter vers le seul vrai bonheur possible ici-bas et lui éviter les cruelles désillusions qu'inévitablement son prométhéisme lui promet. Ainsi en bioéthique, alors que nous nous orientons toujours plus vers une "chosification" monstrueuse de l'être humain, l'Église nous offre-t-elle une instruction admirable, Dignitas personae, qui, s'appuyant sur la dignité de la personne humaine créée à l'image de Dieu, montre les limites légitimes du pouvoir de l'homme.…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Le massacre de Bombay (...) (site endommagé en 2013) à la suite des attentats islamistes de Bombay et le monde entier s'enflamme. Mais le massacre de plusieurs milliers de chrétiens dans l'Inde du Nord-Ouest n'a guère ému les médias. Pourtant les uns comme les autres sont victimes de l'intolérance qui est aussi grande chez certains Hindous que chez les islamistes. Dans un cas comme dans l'autre, les mêmes causes - la misère, le sous-développement des masses paysannes en Inde - entraînent les mêmes effets. Sous l'influence de Gandhi, et du musulman Ali Jinnah, l'Empire britannique des Indes fut partagé le 15 août 1947 et de nouveaux États furent créés : la Birmanie, Ceylan et le Pakistan, ce dernier rassemblant les régions où les musulmans étaient majoritaires. Le partage ne se fit pas sans difficultés, entraînant échanges de populations, conflits et massacres. Dès lors apparaissent des conflits interreligieux provoquant d'autres massacres.…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Les élections américaines, une fausse révolution ! (...) (site endommagé en 2013) lançaient la Gorbymania. Quelques années plus tard, M. Gorbatchev obtenait péniblement 0,5 % aux élections présidentielles de Russie. L'Obamania qui nous submerge aura-t-elle les mêmes conséquences pour le Président élu ? Barack Obama est une personnalité brillante, intelligente, dynamique, mais il ne faudrait pas oublier qu'il a été élu par les blancs. L'électorat "coloured" représente moins de 25 % de l'électorat américain ; si près de 90 % des noirs ont voté Obama, c'est seulement le cas de 60 % des hispanos. Ce sont les blancs qui ont élu le nouveau président. Si les présidentielles américaines avaient eu lieu au printemps avant la crise économique et financière, McCain aurait été élu : ceux qui ont fait l'élection, ce sont 60 % des Américains gagnant moins de 100 000 dollars auxquels s'ajoutent près des deux tiers des jeunes de…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
L'effondrement du "financial art" (...) (site endommagé en 2013) depuis presque quatre décennies. New York a fait de l'art contemporain (AC) un "financial art", dont la valeur s'élabore grâce à un jeu entre collectionneurs tout à la fois membres des conseil d'administration des musées et des fondations, propriétaires de supports médiatiques, de maisons de vente et de galeries. C'est un produit financier haut de gamme, dont la dernière version, élaborée après l'effondrement du marché de l'art en 1990, ressemble aux produits dérivés créés au cours de ces mêmes années. Il est fondé sur un système qui recherche la sécurité avant tout. Comme pour ces derniers, ce qui compte n'est pas la valeur intrinsèque, mais la solidité du réseau qui garantit le produit. New York a allié cette technique de fabrication de cotes à l'expression d'un dogme, élaboré dès la fin des années 1960, arrivé à maturité à la fin des…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Barack Obama et le "rêve américain" (...) (site endommagé en 2013) compte une forte dimension démographique, car il est indissociable des courants migratoires liés aux États-Unis. Or, l'élection de Barack Obama est inséparable de cette notion, puisque le nouveau président a déclaré pendant sa campagne qu'il souhaitait "maintenir le rêve américain en vie". D'abord, Barack Obama est un enfant du rêve américain et, donc, un témoin de sa possible réalisation. Cette formule (American Dream) est tellement devenue un concept qu'elle se trouve dans de nombreux dictionnaires. Dans sa version idéalisée, elle signifie que toute personne vivant aux États-Unis, peut, par son travail, son courage et sa détermination, réussir. Le rêve américain, c'est donc l'égalité des chances, comme valeur fondamentale, et la possibilité de pouvoir appartenir à une nation à nulle autre pareille. Et cette possibilité doit être offerte à tous les Américains, donc à tous les immigrants puisque, à l'exception…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Une politique étrangère à double langage Nos autorités ont un argument pour justifier l'envoi de soldats en Afghanistan : le terrorisme est notre ennemi mortel et plutôt que d'attendre qu'il vienne sévir chez nous, il faut aller le traquer chez lui, dans ses repaires, si loin que ce soit. Il faut frapper à la source. L'Inde est fort tentée de faire sien ce principe et de suivre notre exemple en allant attaquer chez eux les commenditaires ou les complices des attentats de Bombay, c'est à dire au Pakistan. N'en faites surtout rien, supplient les Occidentaux ; vous déclencheriez une catastrophe. Nos principes ne sont bons que pour nous. On n'a pas oublié avec quelles mines horrifiées on a, l'été dernier, dénoncé dans les capitales européennes et à Washington le caractère manifestement disproportionné des réactions russes aux provocations géorgiennes qui, pour autant qu'elles aient existé, étaient pourtant si bénignes. Israël écrase sous les bombes le territoire surpeuplé de Gaza pour la…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version