Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (433)

Apostasie   La COP22 se tient à Marrakech, dans une ambiance morose : Donald Trump élu président d’un des deux états les plus polluants de la planète, climato-sceptique avoué, ne cache pas son intention de faire appel aux pétroles non conventionnels et au charbon. On craint qu’il ne se retire de l’accord signé à Paris dans un enthousiasme unanime un peu suspect. Pourquoi le ferait-il ? Il lui faut trois ans de préavis plus une année pour s’en retirer, alors que l’accord n’est pas contraignant seulement incitatif : des vœux pieux, il suffira donc à Trump de ne pas l’appliquer au risque seulement d’une condamnation morale du reste de la planète qui n’y pourra mais. Par contre, Trump peut couper les vivres au GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur la climat) ce qui ne va pas très loin mais aussi arrêter l’abondement de 25% du budget de fonctionnement de la CCNUCC (Convention-cadre des Nations…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Pourquoi les peuples ne veulent pas mourir   Ils battent leur coulpe. Ils reconnaissent leurs torts. Ils promettent de s’amender. Ils sont journalistes, patrons de journaux, universitaires, intellectuels, économistes, ou patrons du numérique dans la Silicon Valley. Ils vivent dans les grandes métropoles de l’est ou de l’ouest de l’Amérique ; et ont fait campagne jusqu’au bout en faveur d’Hillary Clinton. Une campagne violente, sans mesures ni limites, sans aucun respect pour la déontologie journalistique ou la rigueur scientifique, à la hauteur de l’aversion qu’ils éprouvaient pour leur ­adversaire Donald Trump. Ils ont perdu. Ils essayent de comprendre. Pourquoi le pays ne les a pas suivis ? Pourquoi l’électorat populaire ne les a pas écoutés ? Pourquoi les Etats ouvriers, bastions du Parti démocrate depuis des lustres, comme cet emblématique Wisconsin, ont-ils plébiscité un milliardaire new-yorkais vulgaire et ne payant pas toujours ses impôts ? Il faut reconnaître qu’on ne sait plus comment vivent…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Trump : une stratégie internationale réaliste   En politique internationale, Donald Trump et Barack Obama ont ceci en commun : ce sont des nationalistes américains, se méfiant des idéologies. Tous deux sont très éloignés de l’idéologie néoconservatrice d’un George W. Bush, qui pensait que les Occidentaux pouvaient répandre partout la démocratie, au besoin par les armes. Obama a certes avalisé, en mars 2011, l’intervention de l’OTAN contre la Libye de Kadhafi, que lui réclamaient Nicolas Sarkozy et David Cameron. Mais il a dit ensuite que c’était la pire erreur stratégique qu’il ait commise. Trump, pour sa part, a déclaré durant sa campagne électorale que le monde serait aujourd’hui plus en sécurité si Kadhafi et Saddam Hussein n’avaient pas été tués par les Occidentaux. Dans un entretien à CBS, le dimanche 13 novembre 2016, le président élu s’est plaint des guerres livrées par l’Amérique au Moyen-Orient "depuis quinze ans" et de leur coût, qu’il a…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
De la Charia au droit islamique   Les sources canoniques L’islam reconnaît deux sources considérées comme d’origine divine.                       Le Coran Contrairement à une idée répandue, le Coran n’édicte pas la totalité de la Loi à suivre. Les versets normatifs sont même minoritaires dans l’ensemble du texte. On n’en dénombre qu’environ 500 sur un total de 6 236. Ces versets concernent surtout le culte, le mariage, le droit familial et successoral, certaines prescriptions pénales, le statut juridique à appliquer aux ressortissants non-musulmans (la dhimmitude) ainsi que les comportements à observer en cas de guerre ou dans le cadre du talion. Il y en a de très explicites, notamment en matière matrimoniale, mais d’autres, trop allusifs, ont besoin d’être complétés ou précisés, tandis que certaines situations ne sont pas prévues.   Exemples de prescriptions explicites.   En matière pénale       Adultère : "Frappez la débauchée et le débauché de cent coups…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
La Charia - Un Dieu législateur   Le 19 septembre 2016, l’Institut Montaigne a publié un rapport intitulé Un islam français est possible. Les conclusions de l’enquête sur laquelle se base ce rapport font ressortir que 28 % des musulmans interrogés, jeunes pour la plupart, adhèrent à "un système de valeurs clairement opposé aux valeurs de la République", considérant l’islam comme un moyen de "s’affirmer en marge de la société française". Le mot "charia" connaît une certaine banalisation dans les médias, si bien qu’il peut donner l’impression d’être une réalité simple. Or, il s’agit d’une notion extrêmement complexe, très diverse selon les pays et les cultures, et bien éloignée de la rationalité qui prévaut dans le droit occidental. Il convient donc d’en examiner la réalité sous ses différents aspects.   Définitions           Etymologie Dans son sens littéral, le mot charia n’a rien à voir avec la loi ou le droit…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Y aura-t-il un vainqueur à Mossoul ?   L'État islamique, dont le territoire représentait, il y a un an, un quart de la superficie de la France, se rétrécit de jour en jour. Il est en train de perdre son fief irakien de Mossoul, où le 29 juin 2014 le prédicateur Abou Bakr al-Baghdadi se proclama calife sous le nom d’Ibrahim et invita tous les musulmans du monde à se soumettre à son autorité. Les troupes d’élite de l’armée irakienne ont pénétré dans les faubourgs de la grande ville du nord de la Mésopotamie. Quelque 5 000 djihadistes de l’État islamique sont retranchés dans les quartiers est, bien décidés à vendre chèrement leur peau. Daech est également en passe de perdre son fief syrien de Raqqa, ville située sur les rives de l’Euphrate, à l’est du pays de Bachar el-Assad. Les FDS (forces démocratiques syriennes, composées en grande majorité de combattants kurdes du…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Syrie : les rebelles tuent aussi des enfants   Dimanche 30 octobre 2016, le martyre d’Alep était à nouveau à la une des nouvelles internationales. L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, avait en effet fait part de son "dégoût", après des bombardements sur les quartiers ouest de la ville ayant tué quelque 46 civils, dont 16 enfants. Assez curieusement, de nombreux bulletins d’information ne prirent pas la peine de préciser quels étaient les auteurs de ces bombardements, qualifiés d’ "indiscriminés" par le diplomate. C’est dommage. Beaucoup d’auditeurs et de téléspectateurs ont pu croire qu’il s’agissait des bombardements des aviations de la Syrie et de la Russie, dans le cadre de l’offensive qu’ont engagées ces deux puissances alliées le 22 septembre 2016, afin de reprendre aux rebelles l’ex-capitale économique du pays. Or, en réalité, il s’agissait de bombardements de mortiers, effectués sur des quartiers aux mains des forces gouvernementales, par…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Etats-Unis : crise constitutionnelle en gestation ?   En déclarant n’accepter le verdict des urnes que s’il était élu, Donald Trump a choqué l’Amérique. La réaction a été immédiate. La classe politique et les médias ont condamné sa déclaration. Il a alors annoncé qu’il accepterait le verdict s’il est "juste". Les résultats d’élections présidentielles ont été contestés dans le passé mais jamais un candidat n’a refusé à l’avance la décision des électeurs. C’est donc l’annonce d’une crise constitutionnelle grave qu’il a faite. Comment en est-on arrivé là ?   Il y a un malaise dans la société américaine qui ne se reflète pas dans les statistiques officielles mais qui n’en est pas moins réel. Des mouvements, déjà anciens, comme Tea Party ou Occupy Wall Street ou plus récents, comme Black lives matter ou Our Revolution, en sont l’expression. Un sentiment permanent d’insécurité, l’augmentation des frais médicaux et du coût des études universitaires,…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
La guerre psychologique et la Syrie   Le conflit en Syrie suscite un flot de propagande et de guerre psychologique, en particulier chez nous où la plupart des média se sont mobilisés contre Bachar el Assad. Certes, c’est une affaire complexe, mais où les Occidentaux, sans politique ni stratégie claire, se sont ridiculisés. Rappelons que cette guerre concerne d’abord les Syriens, avec leurs composantes alaouite, sunnite, chiite, druze, kurde, turkmène. Pour Bachar el Assad, il faut réunir toutes les minorités confessionnelles contre la majorité sunnite, qui pour lui est le germe de tous les extrémismes.   La France et les Etats-Unis se sont précipités dans cette affaire, croyant que le "printemps arabe" était la prémisse du grand Moyen-Orient démocratique.  Ignorant délibérément leur histoire dans cette région, nos démocraties ont voulu se débarrasser de Bachar el Assad : tout irait bien ensuite. Les exemples afghan, irakien, libyen n’étaient pourtant pas probants. Et…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version