Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

De par le monde (552)

La science économique aurait-elle inventé la machine à remonter le temps ? Le temps et l’espace sont deux décors infinis dont l’homme a besoin pour analyser sa liberté, pour tenter de comprendre ce qui se passe autour de lui. Il appelle espace ce qui est réversible, et temps ce qui ne l’est pas. Par définition le temps ne se remonte pas car s’il se remontait, on l’appellerait l’espace. L’homme a toujours rêvé de remonter le temps et depuis un siècle, trois illusions lui sont proposées pour faire semblant d’y croire : le cinéma, une mauvaise interprétation d’Einstein et la science économique. Pour le cinéma l’expression populaire "faire du cinéma" donne bien ce côté illusoire. Pour Einstein l’allongement apparent par la vitesse de la durée d’une seconde dans une horloge atomique, ouvre les portes du rêve puisqu’une sinusoïde est plus longue qu’une ligne droite. Pour la science économique c’est mieux caché, c’est…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Hong Kong : Un silence assourdissant                       Le plus stupéfiant est le silence obstiné de la Grande Bretagne, pourtant architecte des Traités de session et de protection jusqu'en 2047 du Statut particulier "Un pays – deux systèmes" destiné à assurer la solidité financière et sociale de ce lieu unique au monde, devenu, au fil des décennies, indispensable à l'équilibre mondial. Hong Kong fait partie du 'quintette' des grandes places financières mondiales avec New York, Londres, Francfort, Singapour... Les banques britanniques, les compagnies d'assurances (la Lloyd et ses filiales), les sociétés de transit, d'affrètement en tous genres, ont des intérêts considérables à Hong Kong, qui reste un des sites majeurs de la prospérité britannique. Alors pourquoi ? Le tout récent gouvernement Johnson est-il si embourbé dans ses salades internes et le destin du Brexit ? Peut-être la "diplomatie secrète" est-elle en marche, puisque le rutilant Trump met son gros grain de sel dans l'affaire ?…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
De l'endettement en 2019   Le présent article dresse un constat de la situation de l'endettement dans le monde après celui consigné en 1989 dans "l'endettement dans le monde, de l'euphorie à l'inquiétude" ouvrage à la Documentation Française en 1989 et préfacé par Raymond Barre. Est-ce que l'euphorie est revenue et l’inquiétude subsiste-t-elle 30 ans plus tard ? . Les remarques faites il y a 30 ans sont évidemment toujours d'actualité : l'endettement n’est pas un phénomène nouveau ; il convient de bien définir ce que l’on entend par endettement (public, privé, des ménages, à court terme, à long terme etc...); l'endettement, même important, est à lire en "dynamique" c’est à dire en comparant son niveau à la capacité de remboursement du "sujet" (Etat, entreprise, ménages etc...) qui elle-même est dépendante du dynamisme économique du dit sujet (taux de croissance ; par exemple un Etat ayant une dette publique faible mais un…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
L’Iran à Biarritz : Macron a eu raison !   ANALYSE - Au cours du G7, le chef de l’État a réussi à relancer le dialogue international sur le dossier crucial du nucléaire iranien et fait preuve d’une diplomatie gaullienne.   Au sommet du G7 de Biarritz (24 au 26 août 2019), Emmanuel Macron a fait preuve de maestria diplomatique. Créé par le président Giscard d’Estaing en 1975, ce club économique des sept démocraties les plus avancées du monde (États-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Japon, Canada) produisait à l’époque les deux tiers de la richesse mondiale. Aujourd’hui sa part de valeur ajoutée est tombée à 45 %. Souffrant d’une faible natalité, il ne représente plus que 12 % de la population mondiale. C’est dire si ce club est loin de représenter la planète entière. Le recevoir pour un sommet en France et lui donner un sens était donc une gageure. Le président…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Quand les Etats ne respectent plus les traités, le droit international et la parole donnée…   … la tension monte et les Etats se déclarent la guerre.   Bill Clinton n’a pas respecté l’engagement verbal de James Baker "de ne pas avancer d’un pouce à l’est" donné à Michael Gorbatchev en échange de son accord à la réunification de l’Allemagne (1). En décembre 2001, George W. Bush a dénoncé unilatéralement le traité ABM de mai 1972 sur la limitation des armes stratégiques. Le 8 mai 2018, Donald Trump a dénoncé unilatéralement l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien, signé le 14 juillet 2015 après dix ans de négociations laborieuses. En octobre 2018, Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, signé le 8 décembre 1987, au prétexte que la Russie n’a pas respecté ses engagements alors que l’installation d’une base militaire…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Combien de planètes ? (on consomme trop ?)   Comme tous les ans, le club de réflexion Global Footprink Network donne une date où l’humanité est sensée avoir consommé les ressources de la planète pour l’année. Cette année c’était le 29 juillet. Comme d’habitude, l’étude culpabilise les pays développés producteurs de richesses qui généralement se nourrissent eux-mêmes quand ils ne nourrissent pas le reste de la planète. Il paraît pour le WWF France "qu’à l’échelle de la planète, nous avons pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres et cultivé davantage de terres que ce que la nature peut nous offrir au cours d’une année". Qu’est-ce que ça veut dire : encourage-t-on les pays qui ne produisent rien, n’exploitent pas les richesses potentielles tant agricoles que minières. Curieusement l’Afrique n’est citée nulle part et ne fait l’objet d’aucune statistique. Que veut-on dire quand on déclare que nous avons pêché trop de poissons ? La…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Préserver l’exception marocaine   Ce mardi 30 juillet 2019, le Maroc fête les vingt ans de règne de Mohammed VI. Son père Hassan II avait connu un règne mouvementé, échappant de peu à plusieurs complots et tentatives d’assassinat. C’était un roi cultivé, sûr de lui, jouisseur, cruel, despote gouvernant à l’instinct, admiré pour sa "baraka" dans tout le monde arabe. À la mort d’Hassan II, peu de gens donnaient de grandes chances de survie au système monarchique. On disait que Mohammed VI, aussi discret que son père était exhibitionniste, ne tarderait pas à être avalé tout cru par le premier Oufkir venu. Cet officier brillant avait été aide de camp de Mohammed V, puis ministre de la Défense d’Hassan II, avant de comploter contre son roi en 1972.   À la surprise générale, le régime monarchique a bel et bien survécu au Maroc. Il fonctionne, et la prospérité de ce royaume de…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
Etats-Unis : l’innocente victime   Du point de vue américain, la chose est entendue : les Etats-Unis ont été la victime d’une ignominieuse attaque à Pearl Harbor. Ils l’ont été à nouveau le 11 septembre. Aujourd’hui, c’est l’Iran qui menace leur sécurité. Ce sont les Iraniens qui ont abattu un drone américain, qui ont saisi un pétrolier étranger et s’affranchissent des contraintes du traité de Vienne. Qui doute de la malfaisance de ce pays doit se référer au discours de George W. Bush du 29 janvier 2002. Le président américain y déclare que l’Iran avec l’Irak et la Corée du nord constitue un "axe du mal", la référence à un autre axe de l’histoire, celui de Berlin-Tokyo-Rome, souligne, s’il le fallait, la malignité de ce nouvel axe. Mais de quoi l’Iran est-elle coupable ? Et, les Etats-Unis sont-ils innocents ?   L’Iran est coupable de sa géographie, de ses richesses pétrolières, et de sa…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0
La fragmentation économique du monde se poursuit   Avant-hier, nous avions eu le Brexit de Boris Johnson. Hier, nous avons eu le renforcement du protectionnisme américain de Donald Trump, au nom du programme "America first". Aujourd’hui, nous avons Shinzo Abe qui prend des représailles économiques contre la Corée du Sud, après que la Cour suprême de Séoul a validé la condamnation d’entreprises nippones à verser des compensations à des victimes de travail forcé pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 4 juillet 2019, le Japon a imposé des restrictions à l’exportation vers la Corée du Sud de trois matériaux critiques dans la production de puces électroniques et d’écrans plats, marchés où l’industrie coréenne est devenue de très loin le premier constructeur mondial. Le semi-embargo porte notamment sur deux produits dont le Japon est en position de quasi-monopole : les résines photosensibles dédiées à la lithographie des puces, et le film de…
Publié dans De par le monde
Écrit par
En savoir plus... 0

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version