Magistro Beta

Switch to desktop Register Login

Parce que j'étais peintre

  • Écrit par 
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Le film de Christophe Cognet "Parce que j’étais peintre" est le documentaire que l’on attendait sur la peinture dans les camps d’extermination : que n’a-t-on pas dit contre la Peinture et sa supposée inutilité, sa ringardise, son inefficacité face à la barbarie.

Dans ce film, les historiens sont présents, certes, mais discrètement, pour mieux laisser la parole aux artistes déportés encore vivants et confronter les œuvres à ce qu’il reste des lieux concentrationnaires aujourd’hui, sans pathos (pas de "sauce" musicale qui engluerait le propos par exemple). Le film enquête sur ces croquis et dessins réalisés clandestinement, et pose d’emblée la question de la Beauté : avait-elle sa place dans les camps ?

Même s’il n’y a pas de réponse unique, certains peintres, eux-mêmes plongés dans l’enfer des camps, ont répondu et répondent encore oui. Le peintre slovène Zoran Music (déporté à Dachau), dont une citation sert d’exergue au film, exprime une "nécessité intérieure absolue" de représenter ce qu’il voit y compris les exécutions de masse. Témoigner est une exigence irrépressible pour un artiste. Mais se posent aussi les problèmes du statut de l’œuvre et du droit d’auteur : Dinah Gottliebova dont les aquarelles furent retrouvées dans les papiers de Mengele, réclamera en vain la restitution de ses œuvres considérées comme archives.

Le va et vient entre l’image et son texte est aussi exploré : les dessins étaient souvent annotés pour préciser les lieux, les dates, les faits. Beaucoup d’artistes ont écrit sur ce qu’ils dessinaient "pour qu’il n’y ait pas de doute" : l’image seule ne suffit pas à convaincre de sa véracité. Certains dessins ressemblent alors à des bouteilles jetées à la mer ainsi le carnet d’Auschwitz retrouvé caché dans les fondations de baraquements. Ces conditions extrêmes de survie et de création en disent long sur l’art en général et ce film lave l’Art des accusations portées contre lui, à la suite des déclarations d’Adorno : "écrire un poème après Auschwitz est barbare".

"Parce que j’étais peintre" montre que dessiner était un acte de résistance car c’est un geste, aussi infime et fragile soit-il, profondément humain. Il le reste d’ailleurs.
(Le film est diffusé dans un petit nombre de salles mais sortira sans-doute prochainement en DVD).
http://sourgins.over-blog.com/
SOURGINS Christine



Historienne de l'art
Essayiste


Etudes d'Histoire de l’Art en Sorbonne
Ecole du Louvre (Diplômée en muséologie )
Maîtrise d’Histoire.

Christine Sourgins connaît bien les musées pour y avoir travaillé, les artistes et le grand public par son engagement
     dans les structures associatives.
Son parcours lui a procuré un poste d’observation des réalités de la vie artistique en France,
     ainsi qu’une indépendance de pensée et d’expression.

Ouvrages
Les mirages de l’Art contemporain, La Table Ronde, (2005)
      Prix Humanisme Chrétien de l'Académie d’Education et d’Etudes sociales (AES) (2007)
Contribution à l’ouvrage collectif  Lettres à mon libraire, éditions du Rouergue, (2009)
 
Nombreuses publications
Conflits actuels, Liberté politique, Artension, Catholica, Képhas, La Nef, Commentaire,
Appartient au comité de rédaction de Commentaire et de Ecritique
 
Sur le net
sourgins.fr

Chroniques radiophoniques
Dans le cadre du "Libre journal de Aude de Kerros" (Radio Courtoisie)

Plus dans cette catégorie : « Alphonse Boudard, ou… Esclavage »

Adossée à des fondamentaux politiques avérés. Magistro, une tribune critique de bon sens, raisonnée et libre, d'information civique et politique.

Top Desktop version